Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 janvier 2022
Antananarivo | 21h51
 

Opinions

Communiqué SeFaFi

Dossier bois de rose : éclairage et propositions

mardi 29 mai 2012

Jamais dossier n’aura tant défrayé la chronique. Le feuilleton inachevé de l’exploitation illicite de nos forêts naturelles en vue de l’exportation massive de rondins de bois précieux, principalement du bois de rose, en est arrivé, le 13 avril dernier, au limogeage du Ministre de l’Environnement et des Eaux et Forêts - dont le Premier Ministre assure désormais l’intérim. Aussi le SeFaFi ne peut-il que se réjouir de voir la société civile s’engager à son tour : le débat organisé par l’Alliance Voahary Gasy les 24 et 25 mai sur la gouvernance environnementale vient à point. En sera-t-il tenu compte ? À son tour, le SeFaFi apporte ici un éclairage et une analyse complémentaires sur cette affaire qui, selon les propres termes du communiqué de la Présidence de la Transition, « menace les actions et la cohésion du Gouvernement », démolit l’image du pays sur le plan international et contrecarre dangereusement toute action de développement.

La genèse d’un désastre

6 avril 2004 : le cyclone tropical intense Gafilo, avec des vents atteignant 315 km/h, frappe le district d’Antalaha. Les dégâts dans la ville sont importants ; en brousse, les champs de vanille sont détruits ; les forêts du sud du district, y compris une partie du parc Masoala, sont dévastées. La circonscription locale des Eaux et Forêts ne put empêcher la collecte des grumes abattues par le cataclysme. Une vaste opération de collecte de bois précieux commença mais les coupeurs, ne se contentèrent pas de récupérer les arbres abattus, ils s’adonnèrent à des coupes systématiques d’arbres sur pied. D’innombrables stocks de rondins se constituèrent, en ville ou éparpillés dans la forêt. 28 janvier 2009 : un arrêté interministériel autorise, à titre exceptionnel et nominatif, 12 opérateurs à exporter du bois de rose et d’ébène en vue de soutenir l’économie locale. Une redevance de 100 Ar/kg à la collecte et de 4 % à l’exportation au port de Vohémar est instaurée. La date limite d’exécution est fixée au 30 avril de la même année.

À cette même date, les ONG internationales CI, WCS et WWF, lors d’une audience obtenue auprès du Ministre de l’Environnement, ont alerté ce dernier sur la situation catastrophique des aires protégées du Nord-Est. Mais loin de s’atténuer, le phénomène s’amplifia, contaminant les parcs nationaux voisins : Marojejy au nord, Makira et Betampona au sud. Au cours de cette année 2009, le nombre d’exportateurs est passé de 12 à 23, tandis que 20 dossiers étaient en attente d’agrément. Des dizaines de navettes de navires emportèrent des milliers de tonnes de rondins de bois précieux, principalement de bois de rose.

Il a fallu la menace de nos partenaires extérieurs pour que les autorités se ressaisissent et envoient en octobre 2009 une « Task Force » de 120 éléments de l’armée, afin de mettre fin aux coupes illicites dans les aires protégées.

L’inégalité des forces en présence

Le film des événements et leur analyse laissent penser toutefois que la saga du bois de rose est loin d’être achevée. En effet, le trafic implique la plupart des hommes d’affaires locaux mais aussi quelques-uns de la capitale qui jouissent tous de la protection d’autorités politiques régionales ou nationales. Les montants en jeu sont très importants, tellement importants que les opérateurs sont capables de corrompre les décideurs à tous les niveaux.

Au cours de la seule campagne 2009, pas moins de 52.000 tonnes de bois précieux ont été abattues, et environ 36.700 tonnes exportées pour un prix de vente estimé à US$ 220 millions (440 milliards d’Ariary), tandis que le montant des devises non rapatriées avoisinerait les US$ 52 millions (104 milliards d’Ariary) [1]. Face à de tels enjeux, difficile de contenir l’appétit des exploitants forestiers et des exportateurs. En 2009, aux moments forts de la crise du bois de rose, ils ont commandité la destruction des moyens d’action des forces de l’ordre : saccage et pillage des locaux de l’administration des Eaux et Forêts, destruction des véhicules de Madagascar National Parks et menaces perpétrées à l’encontre de ses agents en brousse…

Dans la forêt, les éléments de la Task Force ont été corrompus par les exploitants forestiers avant de devenir eux-mêmes des négociants de bois précieux. Pour eux, la tâche est beaucoup plus facile : il suffit de détourner les stocks de rondins saisis. La justice n’est pas en reste. Le procès d’un gros opérateur le 11 novembre 2009 à Toamasina débouche sur un non-lieu contre le versement de 100 millions d’Ariary à qui de droit. Par la suite, les exportateurs inculpés de trafic ont été pour la plupart relaxés au bénéfice du doute. Le 9 avril 2012, les Éléments mixtes [2] ont procédé à l’arrestation de 25 personnes coupables d’outrage à l’autorité publique au cours d’une manifestation non autorisée. Il ne s’agirait en définitive que de seconds couteaux, voire des paysans payés pour participer à ladite manifestation. Curieusement, les forces de l’ordre ont laissé passer (intentionnellement ?) à travers les mailles de leur filet ceux qui les ont menacées et vilipendées en public.

La collecte et l’exportation de bois de rose a créé dans la région SAVA une nouvelle race d’opérateurs, corrupteurs avérés, prêts à tout pour arriver à livrer leurs énormes stocks de rondins à des négociants également sans scrupules.

Face à cette organisation mafieuse internationale, les entités soucieuses de la préservation du patrimoine forestier malgache apparaissent tout à fait démunies. La circulation des rondins de bois précieux sur le sol national s’effectue sous escorte des forces de l’ordre, mais à l’insu des autorités civiles déconcentrées. Le cordon douanier est actif mais nos frontières sont tout à fait perméables. Le 10 avril 2012, un navire battant pavillon chinois a été arraisonné au large du village de Fampotahely, commune rurale d’Ambohitralanana, district d’Antalaha, prêt à embarquer environ 3.000 rondins de bois de rose fraîchement coupés dans l’enceinte du parc national de Masoala. Cette prise est l’exception ; combien de cargaisons illicites ont-elles été embarquées à l’insu des autorités frontalières ? On se rappelle du déplacement fracassant du Premier Ministre Camille Vital à Moroni le 17 février 2011 pour reprendre possession au nom de l’État malgache de la cargaison de bois de rose interceptée par les autorités comoriennes, tout comme de la saisie d’une autre cargaison [3] le mois de juin de la même année par les douanes mauriciennes. Curieusement, il a été décidé de les stocker dans nos ambassades en raison, semble-t-il, du coût exorbitant de leur rapatriement. Y sont-ils toujours, et si oui, que va-t-on en faire ?

Nos bailleurs de fonds traditionnels, tant bilatéraux que multilatéraux, ont été réduits au silence, pris au piège de la non-reconnaissance internationale du pouvoir de transition. Seules les ONG nationales et internationales engagées dans la protection de l’environnement (Alliance Voahary Gasy, CI, WCS et WWF) ont fait preuve de ténacité pour contrecarrer le phénomène, en condamnant ouvertement la façon dont le gouvernement gère la crise du bois de rose. Il est temps que d’autres organisations, notamment de la société civile, prennent le relais : pour dénoncer les dysfonctionnements de la chaîne d’autorité et ses différentes formes de corruption, mais aussi pour proposer des solutions.

Promouvoir une gestion rationnelle du patrimoine de bois précieux

Revoir les textes

Notre première recommandation sera de refondre l’actuel dispositif légal et réglementaire, dans le cadre d’une vision globale de la gestion nationale du patrimoine forestier comme des ressources naturelles ; et que cette refonte ne soit pas laissée à l’initiative exclusive des pouvoirs publics, mais résulte d’un processus incluant les opérateurs du secteur ainsi que les ONG nationales et internationales engagées dans la préservation de l’environnement. Première étape nécessaire mais nullement suffisante, ces textes resteraient lettre morte en l’absence de certaines mesures d’accompagnement.

La transparence, élément-clé de la bonne gouvernance du secteur

Le secret-défense ne peut être invoqué au sujet des interventions des forces de l’ordre. Les termes exacts de leur mission doivent être rendus publics et la lumière doit être faite sur le montant des amendes infligées et sur la destination des lots saisis. Le cas récent des 3.000 rondins de bois saisis dans la région SAVA est caractéristique : la cargaison a semble-t-il été acheminée vers Toamasina avec escorte des forces de l’ordre, mais le convoi n’a été localisé nulle part jusqu’à présent. Et l’enquête serait bloquée au motif que les occupants du bateau arraisonné ne parlent ni le français, ni l’anglais... ni le mandarin. Le ministre limogé Joseph Randriamiarisoa a déclaré qu’il n’était pas surpris par son éviction, qu’il s’attendait même à pire, en représailles à sa volonté d’assainir le secteur [4]. Espérons que le procès « pour diffamation publique, dénonciation abusive et propagation de fausses nouvelles » intenté par les personnes qu’il a dénoncées ne finisse pas en queue de poisson mais apporte un début d’éclairage sur cet épineux dossier, en révélant l’identité des personnes impliquées dans cette affaire. À quelque niveau que se trouvent les délinquants, le SeFaFi revendique des plus hautes autorités de la Transition le courage de les expurger des postes de responsabilité et de laisser faire la justice. Et il met les magistrats au défi de tenir l’engagement pris par leur syndicat, de ne plus céder désormais à la corruption au terme de ses assises les 10 et 11 février 2012.

Définir une ligne d’action constante et coordonner l’intervention de la puissance publique

Les remontées d’informations à partir du terrain ne font entrevoir aucune possibilité de règlement qui ne soit conflictuel du problème des stocks de bois précieux. Pour mettre fin à leur variation en volume et à leur déplacement incessant, il convient de faire un ultime inventaire des grumes, de procéder à leur marquage selon un procédé infalsifiable et d’autoriser la vente des marchandises licites par leurs propriétaires. Les stocks illégaux, quant à eux, devraient être saisis, répartis par lots et vendus par appel d’offres nationales et internationales.

Au-delà de cette opération, les exportations de bois précieux devraient être interdites et toute détention de stocks de bois précieux constituerait un délit à réprimer par des sanctions exemplaires. Pour ce faire, une intervention coordonnée des forces de l’ordre est nécessaire. La compétition entre les unités dépêchées par l’échelon central (Task force, Eléments mixtes) et celles agissant sous l’autorité des échelons déconcentrés est contre-productive et favorise la corruption. Est-ce trop demander à nos dirigeants de mettre un peu d’ordre… dans les forces de l’ordre ?

Une exploitation raisonnée

Le stock compris dans le périmètre des parcs nationaux est intangible en vertu du statut de ce type d’aires protégées ; encore faut-il que la frontière séparant les parcs nationaux des lots forestiers attribués aux exploitants soit clairement délimitée. Quant aux autres espaces, il importe de respecter le vieux théorème des stocks et des flux, autrement dit fixer la limite supérieure des coupes annuelles à la capacité naturelle de régénération du stock disponible. Pour ce faire, il est indispensable de renforcer les moyens d’action de l’administration des Eaux et Forêts et de Madagascar National Parks.

Le reboisement, seule solution viable sur le long terme

La proposition ci-dessus correspond à une économie de cueillette, de prédation : une pratique intenable face à la forte demande internationale qui sera sans doute croissante au cours des prochaines décennies. Il demeure que certaines caractéristiques botaniques du bois de rose s’opposent à son reboisement à grande échelle. Tout d’abord, la plante ne fleurit que les années de passage d’un cyclone ; les oiseaux et les rongeurs raffolent des graines, ce qui réduit leur disponibilité. Ensuite, la plante ne pousse que dans le sous-bois des forêts ombrophiles des zones très humides. Enfin, le rythme de croissance est extrêmement lent : l’âge optimal d’abattage de l’arbre se situe entre 60 et 100 ans. Ce dernier paramètre ne devrait pas inciter au découragement. Bien au contraire, il est indispensable de débuter l’opération sans délai si l’on veut « récolter » à la cinquième génération.

Échapper à la malédiction

La croissance soutenue des pays émergents à fort peuplement (Brésil, Chine, Inde) exercera durant quelques décennies encore une pression constante sur les matières premières, ce qui entretiendra l’envolée des cours internationaux de ces produits. Madagascar y trouvera les moyens de financer son développement à condition d’utiliser à bon escient les revenus provenant de l’exploitation de son pétrole, de ses grandes mines et des autres ressources naturelles.

En ce qui concerne le bois de rose, c’est loin d’être le cas. Jusqu’à maintenant, le trafic profite principalement aux négociants étrangers, dans une moindre mesure aux exportateurs nationaux, moins encore à l’État et pas du tout aux populations rurales. Bien au contraire, la fièvre des bois précieux a accru la mortalité, fait régresser la scolarisation et provoquée le ralentissement économique dans la région SAVA par détournement des fonds habituellement investis dans la culture, la collecte et la préparation de la vanille. À l’instar de certains pays du tiers-monde, notre pays est peut-être en train de vérifier dans le domaine des bois précieux la fameuse malédiction des ressources naturelles dans les pays du Sud.

Antananarivo, le 24 Mai 2012

SeFaFi
Lot III R 45 ter Tsarafaritra, Tsimbazaza, Antananarivo 101, Madagasikara
Tél/Fax : +261 (0) 20 22 548 88
Email : contact@sefafi.mg

Notes

[1Hery Randriamalala et Zhou Liu, Bois de rose de Madagascar : Entre démocratie et protection de la nature, Madagascar Conservation & Development 5,1 : 11-22. Supplementary Material, mars 2010.

[2Nouvelle appellation du contingent à l’œuvre dans le secteur depuis mai 2011 en remplacement de la Task Force évincée pour corruption avérée.

[3Six conteneurs renfermant chacun 29 tonnes de bois de rose, saisis sur un navire en partance pour HongKong, lieu de transit, avant d’être écoulés en Chine.

[4Le limogeage serait dû à la promulgation de l’Arrêté n° 0741/2012 du 18 janvier 2012, fixant la classification et la normalisation dimensionnelle, et le taux de redevances relatives à la commercialisation et à l’exportation des produits principaux des forêts.

38 commentaires

Vos commentaires

  • 29 mai 2012 à 09:39 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Pour une fois,ce n’est pas la "faute " de Marc RAVALOMANANA.
    "L’impuissance ou complicité des autorités de transition",ALLEZ SAVOIR.
    Mais bonjour les dégâts !

    Les Milliards d’ariary qui changent de "Mains",et les dollars américains ne rentrent pas dans la caisse de la "Région" ou de l’Etat.

    Basile RAMAHEFARISOA
    1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 mai 2012 à 09:53 | rayyol (#110) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Si j ai bien lu le tout a debuter en 2004 donc jusqu a 2009 chercher l erreur

    • 29 mai 2012 à 10:53 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à rayyol

      Effectivement,il y avait le cyclone dévastateur en 2004.Les Ministres successifs des Forêts et de l’Environnement ont pris leur responsabilité.
      Le 28 janvier 2009,
      - un arrêté interministériel autorise,à titre exceptionnel et nominatif,12 (douze) opérateurs à exporter du bois de rose et d’ébène en vue de soutenir l’économie locale.
      - Une redevance d’Ariary 100/kg à la collecte
      - et de 4% à l’exportation au port de Vohémar.
      Jusque là,tout est clair.
      La date limite d’exécution est fixée au 30 avril 2009.
      Les ONG ont alerté le Ministre de l’Environnement sur la situation catastrophique des aires protégées du Nord-Est.
      - "Que fait-on de l’argent pour les aires protégées accumulées dans une des banques suisses ??en dollars US.
      Au cours de cette année 2009,le nombre d’exportateurs est passé de 12 à 23 tandis que 20 dossiers étaient en attente d’agrémement ;
      Faut-il se poser des questions sur l’origine des richesses subites ou des financements hors cadre budgétaire ???,
      - Des dizaines de navettes de navires emportèrent des milliers de tonnes de rondins de bois précieux,principalement de "bois de rose".
      En Octobre 2009,une task force de 120 éléments de l’Armée ,afin de mettre fin aux coupes illicites.Certains membres de ce "TASK FORCE" sont devenus des intermédiaires ou autre chose en bois précieux.
      Le trafic ou l’exploitation implique des Hommes d’affaires locaux mais aussi quelques-uns de la capitale,qui jouissent tous de la "PROTECTION" d’autorités politiques de transition régionale ou nationale.
      - "MONTANTS en jeu TRES IMPORTANTS"
      Campagne 2009,
      Pas moins de 52 000 tonnes de bois précieux abattus
      - redevance:Ar 100/kg
      - recette probable,si c’est encaissée :
      Ar 100x 52 000 000 =Ariary 5 200 000 000 (Ar 5,2 Milliards)
      et environ 37 000 tonnes exportées
      - 4% à l’exportation au port de Vohémar
      - recette probable s’il y a encaissement clair,pour un prix de vente estimé à 440 milliards x 0,04=Ariary 17,60 Milliards pour la caisse régionale ou l’Etat Malgache.
      Le montant des devises non rapatriées "avoisinerait" les 52 millions de dollars US (Ariary 104 Milliards)
      Ce n’est perdu pour tout le monde.
      En 2009,au moment fort de la crise du bois de rose,il y avait des destructions des moyens des forces de l’ordre qui sont devenues ,entre temps,des négociants,en bois précieux ou de bois de rose.
      En 2009,le 11 novembre exactement,le procès d’un opérateur de bois de rose/bois précieux,à tamatave,débouche sur un non lieu contre le versement de 100 millions d’ariary,à qui de droit.
      Les exportateurs inculpés de trafic ont été ,pour la plupart,"RELAXES",au bénéfice de doute ! Et mon oeil !!!
      En avril 2012,les éléments mixtes de forces de l’ordre ont procédé à des arrestations de 25 personnes coupables d’outrage à l’autorité publique au cours d’une manifestation non autorisée.
      Curieusement,les forces de l’ordre ont laissé passer ,à travers les mailles de leur filet ceux qui les ont menacées et vilipendées en Plublic.

      Alors,cherchez l’erreur.
      Monsieur Marc RAVALOMANANA n’est pas dans le coup.
      Basile RAMAHEFARISOA
      1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 mai 2012 à 12:14 | rayyol (#110) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      et le bois de rose saisi sur ses propretes et enterrer chez lui et le fameux lit en bois de rose je crois trouver dans ses ateliers et c etait a qui. Je me rappelle c etait pour un chinois ou autreJe n exclut personne de la transition l etre humain est faible que les coupables soient puni peut importe qui

    • 29 mai 2012 à 13:49 | Bardadas (#5458) répond à rayyol

      Bien dit rayol,
      Que Rakotosetrasetra Fidy lise votre intervention, il serait mieux orienté !

    • 29 mai 2012 à 13:59 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à rayyol

      rayyol,
      depuis l’indépendance,j’étais favorable à l’exportation des bois précieux,mais il faut développer,en même temps, l’industrie de transformation de "BOIS" à Madagascar.C’est une ressource naturelle qui pourrait "RAPPORTER" gros à l’économie locale ou Nationale.PAS POUR ACHETER DES 4 x4.POUR LE PEUPLE DE LA REGION.
      Souvenez-vous ,rayyol ,si vous avez un certain âge mûr, qu’en 1972,les Malgaches n’osaient pas sortir leur "Grosse Cylindrée de voiture" d’occasion .
      - PANGORON-KARENA-,c’était amusant !

  • 29 mai 2012 à 10:15 | Bardadas (#5458)

    En lisant l’article, c’est claire que Ravalo a commencé et Rajoelina laisse passer la suite. Le stock saisi dans la propriété de Ravalo, la continuité des opérations sous les yeux de Rajoelina constituent d’autres preuves de leur participation à ce pillage de la richesse nationale.

    Ils sont grands, superpuissants jusqu’à dévorer toute la richesse du pays. Le peuple affaibli, doit payer pour eux ! On est pris : impôts, taxes et corruption sortent de nos poches alors que nous ne recevons même pas de ce qu’il nous faut en retour, même ceux clairement inscrits dans la liste de nos droits.

    Ces superpuissants sont exempts de tous les devoirs !

    • 29 mai 2012 à 10:59 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Bardadas

      Oui,le cyclone dévastateur,c’est du temps du Président Marc RAVALOMANANA,il devait nettoyer les "Forêts" de ces troncs abattus involontairement.Il a fait son devoir d’entretien mais il n’a pas eu le temps de finir sa "MISSION".Point barre !
      Basile RAMAHEFARISOA
      1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 mai 2012 à 11:18 | Bardadas (#5458) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Un cyclone arrive chaque année, pourquoi n’a-t-on pas sorti une telle mesure avant ?

      Si Ravalo voulait faire un vrai nettoyage, un texte précisant cette opération serait promulgué non pas une cette autorisation de pillage.

      Et le stock saisi dans son domicile fait-il partie du devoir de nettoyage du Parc ?

    • 29 mai 2012 à 11:25 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Bardadas

      Stock saisi dans la propriete de Ravalo ...

      Bardadas qui se lance dans des calomnies !!! toujours prompt a raviver des polémiques infondées

      Un peu de dignité Bardadas !!!

      Cordialement

    • 29 mai 2012 à 11:32 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Bardadas

      Avec des si , parceque , pourquoi ... hum

      Bardadas , ce stock saisi a son domicile ??

      Pouvez vous nous dire quand exactement et qui a fourni ces désinformations ???

    • 29 mai 2012 à 11:39 | Bardadas (#5458) répond à Bardadas

      Voici une détresse de nos correspondants que nous confirmons après recoupement. De plus, le problème tend vers la généralisation :

      Un demandeur de terrain ne cesse de suivre son dossier après la reconnaissance qui a eu lieu en 2005. Pendant ces temps, le dossier a été disparu puis retrouvé 3 fois. A chaque disparition du dossier, le fonctionnaire Responsable envoie le demandeur vers d’autres Responsables tel que le District, le Service Topo.

      Comme le demandeur insiste toujours au Service Domaine, le dossier y est toujours retrouvé sans que les fonctionnaires interlocuteurs ne reconnaisse leur erreur (pour ne pas dire leur mauvaise foi). A chaque redécouverte du dossier, les fonctionnaires répondent toujours par « votre dossier est en cours de traitement ».

      Actuellement, un fonctionnaire au Service de Domaine et son Chef (le Receveur en personne) exigent au propriétaire du dossier qu’il faut oublier la reconnaissance faite en 2005 « parce que la loi est changée » et le terme « reconnaissance » n’existe plus dans la nouvelle loi mais remplacé par le « constat de lieu ».

      J’attire l’attention des lecteurs par cette mauvaise foi des fonctionnaires prévus épauler les paysans. Où est le changement promus en 2009 ?

      S’il existe de vrai responsable dans ce pays, qu’ils prennent des mesures de redressement adéquates face à la dégénérescence des situations vécues par les citoyens, pour éviter la dégénérescence de la légitimité du Pouvoir.
      bardadas@yahoo.fr

    • 29 mai 2012 à 11:50 | Bardadas (#5458) répond à Rakotoasitera Fidy

      Vous perdez votre dignité lorsque vous vous efforcez de nier les réalités.
      Ce n’est pas Bardadas qui a inventé les bois de rose dans la propriété de Ravalo : c’est la réalité !

      C’est ce manque d’honnêteté qui nous conduit vers cette pauvreté sans précedente.

      Le fait que vous, les partisans de Ravalo insistez sur l’absence de ces bois de rose ne blanchit pas votre idole. Il reste voleur, tueur, non payeur d’impôts !

    • 29 mai 2012 à 11:59 | Bardadas (#5458) répond à Rakotoasitera Fidy

      Ce n’est pas à moi de vous réciter toutes les références des informations de notre pays. Vous pouvez vous informer ou vous désinformer comme vous voulez mais les réalités ne sont plus effaçables même si vous les niez par tous les moyens.
      Ravalo est un voleur, un non peyeur d’impôt, un assassin, un autoproclammé ! Demandez encore quand est-ce que Bardadas a inventé cela !

    • 29 mai 2012 à 12:02 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Bardadas

      Mais quelle realité Bardadas ?? je vous ai posé des questions précises et vous répondez à coté

      Cette manque d’honneteté de votre part vous rabaisse encore un peu plus

      Et plus vous vous enfoncez dans vos délires paranoiaques moins les gens vous croiront

    • 29 mai 2012 à 12:11 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Bardadas

      Là vous bottez en touche .. mais bon

      Merci d’avoir laissé vos coodonnées

      Cordialement

    • 29 mai 2012 à 12:20 | hrrys (#5836) répond à Bardadas

      Bien dit Bardadas , j’ajoute aussi cette statuette de cheval trouvée dans l’enceinte de junior R8 à Andranomanelatra , les tableaux et statuettes trouvées à Manjakandriana etc ,,,,,tout ça fait partie du devoir d’entretien de R8 .
      Basile, ouvrez vos yeux au lieu d’écrire n’importe quoi .
      Des terrains usurpés à Ambatondrazaka, au magro , à Anosipatrana.....
      Ce sont les devoirs d’entretien de R8 .

    • 29 mai 2012 à 12:25 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à Bardadas

      Là tout de suite Bardadas !!!...

      Moi je ne nie rien à condition qu’on me démontre les preuves de ces soit disant
      références d’info du pays Bardadas

    • 29 mai 2012 à 12:40 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à hrrys

      Bardadas qui reçoit l’aide d’un clone ... bizarre

    • 29 mai 2012 à 13:45 | hrrys (#5836) répond à Rakotoasitera Fidy

      Quelque soit votre qualification mr Rakotoariseta , ça me fait ni chaud ni froid , essayez tout de même d’analyser et de voir les réalités vécues et celles qui existent encore à travers les informations .Aza mihinana ambolony disait le dicton .Votre haine viscérale contre Rajoelina ne me regarde point , il est patent que depuis 2002 jusqu’au 2009 votre dada adoré n’ a pas cessé d’accaparer(monopole) tout ce qui touche à l’argent et à la gloire dans ce pays.

    • 29 mai 2012 à 13:47 | Bardadas (#5458) répond à Rakotoasitera Fidy

      A votre perception, tout ce qui ne suit pas votre volonté est rabaissé, clone, etc. Ce n’est pas étonnant, parce que la perception par un individu ne revèle forcement pas les qualités de l’objet perçu mais aussi et surtout celles de l’individu observateur !

      Ce n’est pas vos phrases qui me rabaissent !

      La vérité reste la vérité : votre Ravalo est autoproclammé, voleur, menteur, tueur et perturbateur du pays !

      Continuez de le blanchir ! ça vous rehausse !

    • 29 mai 2012 à 13:58 | Bardadas (#5458) répond à Rakotoasitera Fidy

      Ravalomanana est assassin (contre Ravolomaso, le Général Raymond Randrianaivo, sans parler du 7 février et des actes de ses milices baptisés zanadambo en 2002)

      Ravalomanana est autoproclamé non pas élu en 2002 (quel mois est-l investi février ou mai ?)
      voleur,
      etc.

  • 29 mai 2012 à 10:43 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Avec notre mentalité de vouloir réduire notre pays à notre propre personne, il ne serait pas étonnant si on n’arrivait pas à se développer convenablement. Quant on n’a pas les idées et la volonté pour se développer, la richesse de nos sols et sous-sols deviendra nécessairement nos principales sources d’appauvrissement.

  • 29 mai 2012 à 12:23 | rayyol (#110)

    Pourquoi Ravalo n a t il jamais tente de se édisculper des accusations portee contre lui.N est il pas conscient qu il se condamne ainsi automatiquement `Qui veut comme president un voleur Je dirait sans trop de risque de me tromper seulement les Malgaches aucun autre peuple sur la planete ne tolererait cela .Pourquoi seulement les Malgaches .Par appat du gain ou fidelite .Qui a deja manger a l auge revient toujours dans l espoir de remanger

    • 29 mai 2012 à 12:59 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à rayyol

      rayyol

      Ne confondez pas rumeurs non fondées et accusations

      Je vais vous dire rayyol

      Ne serait ce qu’à propos de ces soit disant impots non payés

      Du temps de Monja Roindefo , je ne sais pas si vous vous rappelez du cirque
      dans lequel il a entrainé tout son gouvernement au Hilton pour proclamer
      que Ra8 n’a jamais payé d’impots

      Nous , nous avons demandé par lettre recommandée avec reception à Mr Roindefo de nous envoyer les bilans de Tiko de 2002 à 2008, nous sommes en 2012 nous n’avons encore rien reçu

      Juste un tout petit rappel , pour determiner si une entreprise a fait des benefices il suffit de lire les comptes d’exploitation accolés au bilan

      Alors avant de colporter les ragots distillés par des inconscients , REFLECHISSEZ

    • 29 mai 2012 à 13:34 | rayyol (#110) répond à Rakotoasitera Fidy

      Il a des sous des avocats meme de l afrique il peut se defendre pourquoi ne le fait t il pas Depuis le debut les choses auraient ete beaucoup plus facile vous ne croyez pas

    • 29 mai 2012 à 13:36 | hrrys (#5836) répond à Rakotoasitera Fidy

      Il s’est avéré que le groupe tiko de R8 n’a pas du tout honorer ses obligations fiscales . Je me pose la question ainsi pourquoi on oblige les petits contribuables ( y compris les consommateurs pour le paiement de la TVA) à payer leurs dus à l’état en contrepartie de leurs revenus, minimes soient-ils peu importe , et on ne taxe pas les grands entreprises sous prétexte que ces grandes entreprises appartiennent à R8 .
      Pour moi ce sera une entrave au principe universel et communément admis : égalité de tous devant la loi fiscale et que personne n’admettra jamais une telle situation

    • 29 mai 2012 à 13:41 | rayyol (#110) répond à rayyol

      Disons qu il faut se fier a quelqu un et mes renseignements m ont ete donner pres d un an avant la greve c est ainsi que cela s appellait non pas revolution .Donc a vous entendre il n y a aucun espoir pour Madagascar les juges mentent tout le monde ment Dite moi quelles sources sont plausibles .A ce que je vois pas plus les votres que les miennes alors pourquoi discuter si tout n est que mensonge

    • 29 mai 2012 à 13:45 | rayyol (#110) répond à Rakotoasitera Fidy

      Jai beau reflechir c est toujours la meme verite qui me saute aux yeux comment nier. Et vous comment faites vous puisque vos preuves sont aussi inexistantes et vous ne pouvez meme pas vous referer aux juges Je le repete qui ne se defend pas s accuse et cela c est bien reel

    • 29 mai 2012 à 13:49 | rayyol (#110) répond à Rakotoasitera Fidy

      Et Monja un opportuniste comment peut t on meme se referer a lui je sait 1er ministre mais ses couleurs sont vite apparues .Il a ete flushe tres vite

    • 29 mai 2012 à 14:36 | rayyol (#110) répond à hrrys

      aller partout en occident les journalistes se delecteraient Voyez les en tetes le premier ministre ne paient pas ses impots .Il serait forces de demissionner dans les jours qui suivent et il le ferait Mais pas a Mada Dans certaine tribu si un jeune n a pas fait de prison pour vol de zebu il est juge comme mauvais parti pour mariage donc incapable de faire subsister sa famille En est t il de meme a Tana

    • 29 mai 2012 à 14:46 | rayyol (#110) répond à Rakotoasitera Fidy

      ous avez bien dit cirque Ou trouve t on les clown

    • 29 mai 2012 à 15:20 | hrrys (#5836) répond à rayyol

      La loi fiscale est impersonnelle et on ne peut pas négocier une telle règle d’ordre générale

  • 29 mai 2012 à 15:02 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Pour Moi,Basile RAMAHEFARISOA,quel que soit le régime installé à Madagascar,je souhaiterais il prenne en main toutes les exploitations et les gestions des "ressources naturelles" .
    Bref "NATIONALISER".
    On s’en fout des ONG.

    Basile RAMAHEFARISOA
    1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 mai 2012 à 16:32 | rayyol (#110) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      La je suis bien d accord On Ne Gaspille plus

  • 29 mai 2012 à 15:27 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    De l’île maurice.
    Le journal :Le mauricien du 29/05/2012.
    "La Banque mondiale procède actuellement la constitution des équipes d’experts pour l’exécution de la demande de l’e maurice,de mener une enquête pour déterminer l’identité de ceux impliqués dans le trafic de bois de rose de Madagascar via le port franc mauricien.
    Quelle honte pour notre Pays ,Madagascar !!
    Basile RAMAHEFARISOA
    1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 mai 2012 à 16:30 | rayyol (#110) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      bien des choses sont honteuses .Et certaines personnes les oublient facilement Ils font de la discremination des choses honteuses voler son peuple peu importe la facon est tres honteux c est voler son voisin quelle plus grande honte

    • 29 mai 2012 à 17:05 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      "Espérons que le procès « pour diffamation publique, dénonciation abusive et propagation de fausses nouvelles » intenté par les personnes qu’il a dénoncées ne finisse pas en queue de poisson mais apporte un début d’éclairage sur cet épineux dossier, en révélant l’identité des personnes impliquées dans cette affaire."

      Mamy Ravatomanga & Co sont-ils des Bernard Tapie des Tropiques ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS