Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 janvier 2022
Antananarivo | 21h40
 

Opinions

Dix questions à Raymond Ranjeva

mardi 4 juin 2013

Existe-t-il à Madagascar, un vide juridique dans le contexte actuel ?

Dire qu’il y a un vide juridique c’est méconnaître le Droit. Actuellement à Madagascar, il n’y a pas de vide juridique mais un vide institutionnel. « Vide juridique » est le terme employé par ceux qui veulent utiliser le droit, le système et la règle de droit pour satisfaire leurs besoins et atteindre leurs objectifs : comment obtenir la légitimation de leur coup d’état que le Droit et les Malagasy réprouvent. Pour eux, la préoccupation principale est de manipuler et triturer le Droit pour justifier leurs souhaits politiques.

Pour un juriste, qui a une saine approche du Droit, on a affaire à un vide institutionnel.

Suite au refus de quelques personnalités de démissionner, comment expliquer cette situation confuse. La loi prévoit-elle dans ce cas précis une situation d’incertitude ?

Il n’y a pas de situation d’incertitude : la HAT, le PHAT, le gouvernement sont des institutions de fait, un pouvoir de facto, sans légitimité en droit. Cette opinion n’est plus discutée actuellement. La situation est confuse car les autorités qui affirment exercer le pouvoir n’ont aucune emprise sur la réalité qu’elles sont censées diriger. En raison de l’incapacité des dirigeants, et du rejet silencieux des citoyens, le pouvoir de facto se réfugie dans un monde virtuel : celui du magique et du religieux ; il préfère ainsi les incantations au traitement politique des problèmes.

Dans cette situation d’État de non droit, quel sera le dernier recours pour éviter un éventuel chaos ?

Un ressaisissement citoyen général pour briser le sentiment d’impuissance et d’isolement, face à l’enlisement de la situation, reste le recours. C’est l’appel au peuple citoyen pour reprendre une image gaullienne dans l’appel du 18 juin.

Ces derniers temps, il existe des rumeurs sur une éventuelle prise de pouvoir par les militaires. Quel sera la position de la communauté internationale fortement impliquée dans la recherche de solution de sortie de crise si le cas se réalise ?

Pour ma part, et ceci n’engage que moi, je ne pense pas qu’une prise de pouvoirs par des militaires soit appréciée par la communauté internationale comme par les citoyens malagasy. La raison est simple : la prise de pouvoir par la force déclenche le cycle infernal du coup d’état et de la revanche de ceux qui en sont exclus. Nous ne sommes plus en 1972 où on avait affaire à une armée nationale commandée par des officiers généraux et supérieurs de grande classe et qui avaient une pensée d’État pour Madagascar.

La communauté fait mention ces derniers temps de ce qu’elle appelle « sanctions ciblées ». Quel en est le sens réel pour le cas propre de ce contexte actuel ?

La notion de sanction ciblée a essentiellement un sens comminatoire et dissuasif pour réduire les récalcitrants. Dans le contexte actuel, seules les autorités, qui ont le pouvoir de sanction, peuvent en définir le contenu. En raison de l’importance des crimes à caractère économique : corruption, trafic en tous genres, blanchiment d’argent, biens et fortunes mal acquis etc…, les sanctions frapperont directement les sanctionnés dans leur patrimoine et leurs richesses. La pratique internationale est sur ce point parfaitement institutionnalisée.

Le monde économique vient de publier un communiqué relatant sa décision de suspendre ses relations avec l’administration. Selon le politicien RANJEVA, quelles conséquences peut-on attendre à très court terme de cette décision ?

Permettez-moi de préciser que je ne suis pas un politicien. Je prétends être un spécialiste de science politique. En 1972, lorsque la crise de régime a atteint le seuil de tolérance, le secteur économique a pris la décision de rompre les relations avec le Pouvoir d’alors. Les plus anciens se souviendront alors de la marche des employés d’EEM en tête du cortège, le casque de chantier vissé sur la tête. Les uns et les autres en étaient surpris. En termes politiques, c’est la grève civile qui est mise en route ; les institutions et autorités actuelles ne sont plus considérées comme capables de sortir la Nation de la situation actuelle. La prise de position est une sanction pure et simple de l’ineffectivité du pouvoir et des institutions ; elle remet en cause le semblant d’autorité dont la transition actuelle et ses soutiens se prévalaient jusqu’ici. La grève des impôts risque d’être la manifestation première de ce rejet et n’oublions pas que toutes les chutes de régime politique ont démarré avec des problèmes de finances publiques.

Selon vous, dans cette situation de dérive, quels seront les solutions qui conviennent le plus ?

Il importe que ceux qui gravitent autour et vivent de la transition comprennent que c’est la fin de leur pouvoir et de leur système. Avant qu’il ne soit trop tard, car la révolte est maintenant générale, la sagesse politique leur dicte de ne pas bloquer, pour des raisons d’égoïsme personnel ou d’aveuglement, l’avènement d’un nouveau pouvoir. Les résolutions adoptées à l’issue du conclave initié par le FFKM, compte tenu de l’expérience malagasy, de la représentativité politique des participants invités par le FFKM et de la légitimité des débats, constituent les bases les plus solides d’un nouveau pouvoir. Celui-ci devra être neutre et soucieux de l’intérêt national afin d’assurer la consolidation du processus démocratique.

Les relations entre Madagascar et la communauté internationale se détériorent. Quelles en sont les conséquences ?

Ce sont les relations de la communauté internationale avec les institutions de l’actuelle transition qui se détériorent. La communauté est prise dans son propre jeu en ayant fait confiance aux institutions de la transition actuelle ! Mais je ne pense pas que la confiance à l’égard des Malagasy en soit affectée. Les manifestants qui ont fait une démonstration devant les représentations diplomatiques ont été dépêchés par des personnes et groupes identifiés ; ils ne sont pas représentatifs de l’ensemble de la Nation. Ceci étant, les Malagasy ne veulent pas perdre le respect pour l’étranger et par l’étranger.

Vous êtes l’un de ceux qui soutiennent farouchement la recherche des solutions de sortie de crise par le truchement du Fampihavanana FFKM et du sommet à quatre. Existe-t-il encore une chance d’aboutir à ce processus ?

C’est l’objet d’une des conclusions d’Ivato. Les débats ont montré l’accord général sur ce point ainsi que le doute sur les chances de solution sans sommet. Par ailleurs, les participants étaient conscients des difficultés tout en identifiant les véritables foyers et auteurs de blocage. Veut-on ou non mettre un terme à notre crise ?

Quand on parle du Professeur Ranjeva, c’est la CIJ. Pourquoi ne joue-t-il pas un rôle de premier plan pour résoudre cette crise trop ressentie par la Nation Malagasy ? Le public peut-il connaitre l’ambition politique du Professeur Ranjeva ?

L’intervention sur la scène politique est d’abord un jeu de massacre ; dans nos pays, la politique relève de la comédie du pouvoir. Vouloir faire du politique et non de la politique politicienne, c’est-à-dire amener les citoyens à avoir une attitude critique et réflexive devant les problèmes de politique et de société, c’est de la subversion, une atteinte à la sûreté de l’État et je sais de quoi je parle ! Nous sommes en plein dans une société de spectacles et de jouissance immédiate, où il n’y a plus de place pour un enracinement dans l’histoire et la culture, ni pour une projection dans l’avenir. Il y a eu un coup d’état pour prendre le pouvoir peut-être mais surtout pour avoir les avantages liés au pouvoir au profit d’une petite minorité. Et les Malagasy, fatigués, paupérisés se sont comportés comme des spectateurs d’un jeu, et ils ont laissé faire ! Les esprits dits forts ont traité de divagations d’intellectuels les messages d’alerte qui, aujourd’hui hélas, sont confirmés dans la réalité. Le mal est tellement profond qu’il faut sortir le Pays par le haut, et non par des combinaisons politiciennes, ni par la réhabilitation d’une économie néo-coloniale de spéculation. Tel est l’objet de l’offre de service que j’ai effectuée voici trois années… Mais dire que je veux le pouvoir pour faire comme les autres n’a aucun sens !

21 commentaires

Vos commentaires

  • 4 juin 2013 à 08:35 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    1-L’lmage gaullienne dans l’appel du 18 juin
    2-Les Malagasy ne veulent pas perdre le respect "pour" l’étranger et "par" l’étranger.(-cest une faiblesse purement malagasy-)
    Qui pousse/encourage le monde économique de "SUSPENDRE SES RELATIONS" avec l’Admnistration ??
    N’y-a-t-il pas "BANI-bis" ???mais civil-économique
    Club :*
    - "RAVALOMANANAKOTONIRAINIJOELINA"
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 4 juin 2013 à 10:21 | che taranaka (#99) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Akory lahaly,

      Bonjour Mr le Professeur RANJEVA,

      il m’est difficile d’exposer dans un post toutes les discussions que suscitent vos propos dans cet interview....

      néanmoins....en premier je me réjouis que de par votre âge vous avez donc souligné les "LOJIKA" des différents régimes qui finalement ont mené ce pays aux portes de la GUERRE CIVILE.....

      Eh oui à force de COMBINES,de DICTATURES, de CUPIDITES et de DESPOSTISME.....le pays est dans le CHAOS....institutionnel.....et donc possible dans la GUERRE CIVILE.... cause à effet....!

      et puis Mr RANJEVA je constate que vous avez le souhait d’apporter votre part de briques dans le SAUVETAGE de ce pays....

      Mr RATSIRAHONANA annonce à qui veut l’entendre que lui a toujours essayé d’apporter des SOLUTIONS....

      mais quand il avance que ratsirahonana n’est pas rajoelina,ce dernier il le trouve trop timoré....car si c’était lui qui est au pouvoir il n’hésitera pas à DEGOMMER le PM JOB....quelles qu’en soient les conséquences...

      et voilà l’HOMME DES COMBINES....en fait la source du mal c’est des personnes de son genre....qui ,homme de loi,fait fi de la loi et des droits soi-disant que au farwest le droit et le principe c’est dent pour dent oeil pour oeil....

      Mr RANJEVA vous avez choisi de dire le droit rien que le droit...vous avez bien diagnostiquer les maux du pays...avec des mots précis compris de tout e monde...un voleur est un voleur....!....et celà me fait plaisir et me donne espoir....et je pense à beaucoup de gens...mais dans le contexte actuel du royaume des POLIFIKAS...devant cette paupérisation ,intellectuelle et économiqe,VOUS VOUS DEVEZ D’ÊTRE TENACE....l’appel du 18 JUIN...était aussi un courage politique....

      Enfin je veux vous parler du PROF ZAFY....c’est le doyen...c’est surtout un DEMOCRATE...le seul jusqu’à ce jour qui a accepté de respecter la CONSTITUTION...sans verser une goutte de sang...on lui reproche son racisme anti-merina...qui trouve peut-être une explication sur des faits réels ,conséquences de notre histoire ancienne ou coloniale...

      mais je suis persuadé que c’est un démocrate,un patriote et homme d’Etat....il saura prendre ses responsabiltés....

      Je suis celui qui réclame un RAPPROCHEMENT entre vous deux..

      Vous deux qui représentez la DEMOCRATIE et la REPUBLIQUE....deux valeurs qui manquent beaucoup à notre pays depuis 1972....

      ce n’est pas la POLITIQUE qui est à critiquer....un métier noble...

      c’est la POLIFIKA des mafieux qui est à COMBATTRE sans celà la lojika de la GUERRE CIVILE est route ...si ce n’est déjà le cas....

      par ces quelques lignes j’ai essayé de vous remercier de vos efforts pour nous sortir de cette catastrophe ..et de vous exprimer aussi mes souhaits....UNE ETOILE BRILLE MALGRE L’ADVERSITE....pour le bien de ses proches...de sa PATRIE....

    • 4 juin 2013 à 14:24 | hrrys (#5836) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Le monde économique n’a pas l’intention de suspendre ses relations avec l’administration agent de l’état ) les syndicaux condamnent l’utilisation des impôts (ou des recettes) par ce gouvernement d’union nationale .Actuellement la DGI et la DGD sont en gréve on ne va pas tarder à voir la suite

    • 4 juin 2013 à 15:37 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à hrrys

      En grève pendant la TRANSITION,c’est une aubaine pour les "SYNDICATS".
      - "On espère toujours obtenir quelque chose avec des surenchères".
      Un Gouvernement de TRANSITION reste inerte devant les revendications salariales.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 4 juin 2013 à 18:06 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      - "Dans cette situation d’Etat de NON droit,quel sera le dernier recours pour éviter un éventuel CHAOS" ?
      RRanjeva
      Un raissaisissement "citoyen général"pour briser le sentiment d’impuissance et d’isolement,face à l’enlissemednt de la situation,reste le recours.
      C’est un appel au Peuple citoyen pour reprendre une image gaullienne dans l’appel du 18 juin 1940.

      RRanjeva se prend pour le Général DE Gauille pour vendre sa "TRANSITION bis".

      -APPEL DU 18 juin 1940.
      A TOUS LES FRANCAIS.
      La France a perdu une bataile !
      Mais la France n’a perdu la Guerre !
      Des Gouvernants de rencontre ont pu capitiler ,cédant la panique,oubliant l’Honneur,livrant la Pays à la servitude.
      Cependant,rien est perdu !
      Rien est perdu,parce que cette guerre est une guerre mondiale.
      Dans l’univers libre,des forces immenses n’ont pas encore donné.
      Un jour,ces forces écraseront l’ennemi.Il faut que la France,soit présente à la VICTOIRE.
      Alors,elle retrouvera sa liberté et sa grandeur.
      - "TEL EST MON BUT,MON SEUL BUT".
      Voilà pourquoi je convie tous les Français où qu’ils se trouvent,à s’unir à MOI dans l’action,dans le sacrifice et dans l’espérance.
      NOTRE PATRIE EST EN PERIL DE MORT,LUTTONS TOUS POUR LA SAUVER.

      - Voici le texte de l’appel du 18 juin 1940

      - "Les chefs qui,depuis de nombreuses années,sont à la tête des Armées Françaises,ont formé un Gouvernement.
      Ce Gouvernement,allégant la défaite des Armées,s’est mis en rapport avec l’ennemi pour cesser le combat.
      Certes,NOUS avons été,NOUS sommes,submergés par la force mécanique,terrestre et aérienne de l’ennemi.
      Infinement plus que leur nombre,ce sont les chars,les avions,la tactique des Allemands qui nous font reculer.
      Ce sont les chars,les avions,la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils sont aujourd’hui.
      MAIS LE DERNIER MOT EST-IL DIT ?
      L’ESPOIR DOIT -ELLE DISPARAITRE ?
      LA DEFAITE EST-ELLE DEFINITIVE ?
      - NON !
      Croyez-moi,MOI qui vous parle en connaissance de cause et VOUS dis que rien est perdu pour la France.
      - "LES MEMES MOYENS QUI NOUS ONT VAINCUS PEUVENT FAIRE VENIR,UN JOUR,LA VICTOIRE.
      Car la France n’est pas seule !
      Elle n’est pas seule !
      Elle a un vaste Empire derrière Elle.
      Elle peut faire bloc avec l’Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte.
      Elle peut,comme l’Angleterre,utiliser sans limites l’immense industrie des Etats-Unis.
      Cette guerre n’est pas limitée au territoire malheureux de notre Pays.
      Cette guerre n’est pas tranchée par la bataille de France.
      Cette guerre est une guerre mondiale.
      Toutes les fautes,tous les retards,toutes les souffrances ,n’empêchent pas qu’il y a dans l’univers,tous les moyens nécessaires pour écraser un jour nos enemis.
      Foudroyés aujourd’hui par la force mécanique,nous pouvons vaincre dans l’Avenir par une force mécanique supérieure.
      LE DESTIN DU MONDE EST LA.
      Moi,Général De GAULLE,actuellement à Londres,j’invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver,avec leurs armes ou sans leurs armes ;j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d’armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s’y trouver,à se mettre en rapport avec MOI.
      QUOI QU’IL ARRIVE,LA FLAMME DE LA RESISTANCE FRANCAISE NE DOIT PAS S’ETEINDRE ET NE S’ETEINDRA PAS.

    • 4 juin 2013 à 18:45 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      " Un Gouvernement de TRANSITION reste inerte devant les revendications " & pas que salariales : le droit à sa bourse comme Félicie entre autres ...
      A part se gaver & s’ en mettre plein les fouilles / le dos de leurs compatriotes, en effet devant ce misérabilisme général , les hyènes se disputent les quelques miettes restantes , pour ne laisser au successeur aucun moyen de redresser le Pays pendant plusieurs générations , avec la chance de les endetter pour rester pauvre : le même laps de temps .
      Quel intérêt d’ avoir une belle carrosserie , quand la mécanique est pourrie ?
      Comment expliquer que le rat ait attendu d’ etre vizir pour se payer des résidences à Maurice : dans l’ intérêt supérieur de la Nation et Patriotisme ou " amour du Pays " ...
      N’ est-ce pas ?

    • 4 juin 2013 à 19:13 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      "LE DESTIN DU MONDE EST LA.
      Moi,Général ramaéfarisoua,actuellement réfugié dans le 9/3, j’invite les officiers et les soldats gasy qui se trouvent en territoire Malgache ou qui viendraient à s’y trouver,avec leurs armes ou sans leurs armes ; j’invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d’armement " : à venir se mettre à ma botte pour soutenir l’ incompétent léporidé pour les 25 ans de prospérité à venir , une esquisse de ce futur paradis vous a magistralement été montré durant ces insuffisantes 4 années ...

      "ramaéfarisoua se prend pour le Général dE Gauille pour vendre ses copié/collé sans queue ni tête :
      " Dans l’univers libre,des forces immenses n’ont pas encore donné. " ? ? ?

      Vous par contre , n’ en jetez plus on a : " donné " ...
      Et c ’est vous moimoi-zeuzeu qui accusez Ranjeva de se prendre pour de Gaulle , mossieur se sent rivalisé , une exclusivité bazilesque ? ? ?
      allez au lit . /

  • 4 juin 2013 à 10:13 | masiaka (#7299)

    La logique est fondée, la rhétorique est imparable, l’esprit est vivace. L’éloge ne peut être que flatteur sans verser dans l’obséquiosité. Mais au-delà des mots, la finalité mérite d’être affirmée.

    Que souhaite R.R. ?
    L’aboutissement d’un schéma FFKM où il tiendra le premier rôle.

    Comment arriver aux résolutions du FFKM ?
    Théoriquement pour RR : Imposer la force des idées par la persuasion systématique des forces vives de la Nation.
    Empiriquement : Qu’une « force exécutoire » mette en place ces résolutions !

    Que représente R.R. ?
    « Un spécialiste de la science politique » qui offre un service à la Nation…et plus, selon....

    Ce qui est à retenir c’est le débat lancé sur la nécessité de refonder la Nation, de réfléchir sur nos maux et cela exige du temps paraît-il ! Mais le peuple lui n’en a plus….Ah ! le peuple ? Oui, le détenteur légitime du pouvoir !

    En tout cas, nous ne pouvons pas se dispenser de débat dans le contexte actuel….l’inertie et la complaisance demeurent suicidaire…

  • 4 juin 2013 à 10:32 | Parole (#2602)

    Échec du conclave, qui a décidé...de ne pas décider et, comble d’ironie, donne 48 h à la CES pour décider !
    Après l’impuissance de la SADC, voici l’impuissance des "décideurs". Puisque la solution malgacho-malgache ne va pas plus loin que les autres, il reste la date du 24 juillet et les 41 candidats, tant pis, roso ny dia !

  • 4 juin 2013 à 11:04 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Bonjour et bonne journée à tous.

    C’est le même discours depuis 1972 : l’arme absolue de tous ceux qui aspirent à devenir président par opportunisme au lieu d’affronter la volonté populaire par les urnes. C’est du bonnet blanc/blanc bonnet à la sauce juridique associée au catalyseur habituel (FFKM).

    • 4 juin 2013 à 15:56 | salama (#7438) répond à plus qu'hier et moins que demain

      celui qui veut devenir ou qui aspire à devenir président par opportunisme comme vous le dites, n’a comme choix que de faire un coup d’Etat comme celui fait pas dj en 2009 même s’il ne veut pas le reconnaître. Qui parle de de devenir président par opportunisme ici ? Il faut quand bien lire ce qui est écrit et de comprendre. On parle ici de restauration de l’Etat de droit car l’organisation d’élection dans un contexte ubuesque comme le nôtre actuellement n’est qu’une ouverture vers une nouvelle crise. Moi je suis d’accord pour dire que c’est le même discours depuis tant d’années mais personne ne veut vraiment aller au fond des problèmes mais juste les guérir en surface. Et c’est pour cela qu’on revient toujours à la case départ : mêmes maux, mêmes acteurs,...

  • 4 juin 2013 à 11:15 | Inglewood (#6780)

    LE politique est l’ensemble des forces institutionnalisées qui vont interagir pour maintenir de la cohésion sociale.
    LA politique est la scène sur laquelle vont s’affronter les acteurs pour la conquête de l’exercice du pouvoir d’Etat.
    Le débat va s’affronter dans la courtoisie suivant une certaine richesse d’idées des Hommes.
    Jusqu’ici, Tout dirigeant de Madagascar s’est comporté en propriétaire de la Nation et non en gestionnaire du bien public en commun.
    Au terme du mandat en gestionnaire de la Nation, ce dernier est révocable par la population souveraine via des élections aux normes internationales. Cela suppose un recensement à jour de la population.
    Aujourd’hui, nous avons de véreux politiciens, sans aucune légitimité,pratiquant la politique spectacle administrée par le gangsterisme politique avec une logistique d’armée de barbouzes cautionnant l’action de ce pouvoir de facto.

  • 4 juin 2013 à 11:28 | jansi (#6474)

    On ne peut que se réjouir de lire RRanjeva qui se fait effectivement rare dans les média laissant le champ libre à quelques amateurs pour analyser la situation.
    RRanjeva est clair : s’il reste une dernière once de sagesse chez ceux qui gravitent autour de ce pouvoir de fait, qu’il arrête de bloquer le changement de pouvoir qui ne se fera pas par la voie militaire vu le niveau archiconnu de la soldatesque actuelle qui n’a plus cet état d’esprit républicain qu’avaient les officiers supérieurs et généraux de 1972.
    Le changement est incontournable grâce à cette transition version Ffkm pour laquelle RRanjeva renouvelle son offre de service pour la conduire.
    Une approche saine du droit dit il. J’ajouterai unevision saine de l’intérêt supérieur de la Nation et un comportement digne d’un véritable homme d’état.
    Tout cela à été bien galvaudé par d’autres mais de la manière comment ils se sont conduits, cela à génère cet état sauvage qui fait le malheur des Malagasy.
    Soutenons RRanjeva et son programme Vonjy Aina. C’est la seule voie raisonnable de sortie de.crise.

    • 4 juin 2013 à 15:43 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à jansi

      - "Les officiers supérieurs et Généraux de 1972,ce sont le reste de la "COLONISATION" qui est loin du désir du "PEUPLE MALGACHE".
      - "Mis à part le "COLONEL RATSIMANDRAVA" qui a payé de sa vie ,la volonté de se mettre loyalement au service du Peuple Malgache.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 4 juin 2013 à 17:48 | Isandra (#7070) répond à jansi

      Vous êtes le plus heureux aujourd’hui, gâté...!

      On ne vous embête pas trop,....

    • 4 juin 2013 à 19:31 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      " Nous ne sommes plus en 1972 où on avait affaire à une armée nationale commandée par des officiers généraux et supérieurs de grande classe et qui avaient une pensée d’État pour Madagascar." . /
      " ce sont le reste de la »COLONISATION« qui est loin du désir du »PEUPLE MALGACHE"...

      En effet il n’ y a que les enfoirés réfugiés dans des poubelles qui pensent cela, Mais les 19 millions de Malgaches qui en majorité vivent sous le seuil de pauvreté , vous avez quelque chose à parier hypocrite psittacidae ?

  • 4 juin 2013 à 14:54 | dadabe 37 (#1992)

    Eo ampamakiana dia hita fa mbola manana olomanga Madagasikara !!

  • 4 juin 2013 à 20:49 | jansi (#6474)

    Grave incendie au marche Andravoqhqnfy ce soir. Les raisons sont bien sur inconnues mais les coïncidences intriguent. Mandritsara, Lahiniriko, Toamasina Jirama, Andravoahangy, Manif raciste contre la Ci, grève des impôts, grève du personnel des impôts et de la douane, etc...
    Le conclave des militaires proHat à échoue.
    La crise perdure.
    RRanjeva apporte une solution juste, et raisonnable en soutenant les résolutions du Ffkm. Vonjy aina en est la substantifique moelle.
    Soutenons RRanjeva.

    • 5 juin 2013 à 11:19 | olivier (#7062) répond à jansi

      PR Ranjeva : enfin quelqu’un que l’on peut qualifier "d’élite" !

      Des idées claires, une vision globale et juste, bref, la classe.

      Par contre, que pourra t il faire au milieu de cette salade mexicaine..?

      A mes yeux, il est de loin le meilleur parmi ces ersatz de notables pourris jusqu’à la moelle..

      Il v en falloir du courage..

      OR

  • 5 juin 2013 à 17:45 | zanadralambo (#7305)

    J’ai été son étudiant à la fac de droit dans les années 75. Il a été de ceux qui m’ont aidé à forger ma construction intellectuelle. Je me rappelle avec plaisir les cours magistraux qu’il nous délivrait : la compétence, l’élégance mariées avec un sens aigu de l’humour. A l’instar de tous ces étudiants de la grande EESDEGS de l’époque, je lui en suis reconnaissant.

    J’ai lu avec grand intérêt son analyse que je partage dans les grandes lignes. Malgré les réticences de Basile, il a raison de dire que les militaires de 1972 n’étaient pas les assoiffés de pouvoir qu’ils sont malheureusement devenus depuis la pseudo-révolution de l’autre illuminé. Les généraux Ramanantsoa et Andriamahazo qui, par la force des choses, presque contre leur gré, se sont retrouvés à la tête de l’Etat, avaient une haute opinion de la chose publique. Ils méritaient de la nation.

    Par ces sages paroles que M. Ranjeva nous a gratifiées, il prouve au fond qu’il fait partie de ces hommes d’état qui manquent cruellement à notre peuple. Ses origines aristocratiques me confortent dans l’idée qu’un changement d’air, finalement, se fait peut-être jour…

    • 5 juin 2013 à 19:15 | Inglewood (#6780) répond à zanadralambo

      +1 : OK.
      Nous nous sommes croisés à maintes reprises en Europe.
      De sa grande modestie, c’est un professionel averti.
      Beaucoup d’hommes, sans qualité, dans la sphère de la politique malgache.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS