Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Société

Insécurité à Toliara

Des professeurs d’université attaqués

mardi 17 juillet 2007 | Eugène R.

L’ancien recteur de l’université de Toliara, non moins membre influent du TIM de la région Sud Ouest, Marcel Napetoke a évité le pire jeudi dernier. Et ce, un mois après l’assassinat de son fils.

Deux professeurs d’université ont été agressés par des bandits au campus universitaire de Maninday (Toliara) jeudi dernier à 18h30. Il s’agit de l’ancien ministre, Jean Jacques Rabenirina et du malgachisant Jaonarisaona Bertin, tous les deux sortaient de leurs cours. Des pistolets ont été braqués sur eux et les agresseurs leur ont demandé si l’un d’eux n’était pas le professeur Napetoke Marcel, la personne qu’ils voulaient abattre. Ces professeurs ont été obligés de montrer leur carte d’identité pour prouver que ni l’un ni l’autre n’était la personne qu’ils cherchaient. Apparemment, ces « mercenaires » ne connaissent pas le professeur Napetoke. Chose curieuse, ils savaient l’emploi du temps du cet ancien recteur de l’université de Toliara car cet après-midi là, il devait enseigner et sortir à 18h30 mais pour des raisons familiales, il était absent. Heureusement pour lui. Alors les bandits, n’ayant pas pu trouver leur cible, ont délésté les dux professeurs de leurs blousons, téléphones et argents. Puis ils ont disparu dans la nature après avoir menacé certains étudiants qui voulaient s’approcher.

Un Karana dans le coup

Que devraient faire devant une telle situation les autorités universitaires pour éviter ces intrusions meurtrières dans le campus afin d’assurer la sérénité et la vie des étudiants et des professeurs ? Actuellement, les professeurs ont peur de venir faire leurs cours, surtout l’après-midi. Ce qui fait que l’année universitaire risque de se prolonger. Pour le cas particulier du professeur Napetoke Marcel, est-ce que cette tentative d’assassinat a un lien avec le meurtre de son fils d’il y a un mois, dans la mesure où certaines personnes commencent à être impliquées dans l’affaire ? « Certainement, il ne s’agit pas d’un règlement de compte politique car je dialogue avec tout le monde ici », a fait remarquer ce membre influent du TIM de la région Sud Ouest. En tout cas, une chose est certaine, la vie du professeur Napetoke Marcel, l’ancien recteur de l’université de Toliara, est menacée d’autant plus que les meurtriers de son fils et ces « mercenaires » sont toujours en cavale. Si le professeur Napetoke Marcel ne peut pas assurer ses cours faute de sécurité, que deviendrait le département de Géographie puisqu’il assure des matières fondamentales à tous les niveaux, surtout pour cette année en cours ? A chacun de prendre sa responsabilité en ce qui le concerne.

A noter que dimanche soir, des voitures ont fait le va-et-vient aux alentours du domicile du Pr Napetoke Marcel. Quand elles sont parties, elles ont laissé une enveloppe où l’on lit : « Miomana ianao fa na alina na atoandro, na eny Maninday na ety amin’ny ville, fa tsy maintsy ho azonay ».

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS