Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 6 décembre 2021
Antananarivo | 08h46
 

Socio-économique

Délestage

Des pertes incommensurables pour l’économie

samedi 27 septembre 2014 | Léa Ratsiazo

Si la capitale était relativement épargnée par le délestage depuis des mois voire des années, ce n’est plus le cas actuellement. Antananarivo et ses environs sont désormais logés à la même enseigne que le reste du pays : coupures électriques intempestives et très longues. Délestage tournant selon la Jirama, mais qui dure carrément toute la journée pendant les heures du travail ces deux derniers jours. Selon l’explication de la Jirama, à cause des impayés, les compagnies pétrolières refusent de livrer des carburants. Ainsi la Jirama est obligée de gérer la pénurie avec le peu de carburants dont elle dispose. La Jirama informe que le délestage de la capitale et ses environs durera au moins jusqu’à la fin de ce mois de septembre, et elle ne peut pas donner d’assurance pour l’avenir.

Panique totale dans la ville où ménages, petites entreprises et grandes sociétés sont dans le désarroi le plus complet. D’autant que ce sont des usagers qui paient régulièrement et à temps la facture de la Jirama. Colère et frustration se mêlent aux inquiétudes du lendemain qui déchante. La plupart des PME risquent la faillite à très court terme. Les ateliers d’ouvrages métalliques comme les cybercafés, les salons de coiffure ou les poissonneries qui ne peuvent rien faire toute la journée sans électricité craignent de devoir mettre la clé sous la porte si la solution à ce délestage n’est pas trouvée à court terme. « Nous devons toujours payer le loyer, les salaires des employés, les impôts et toutes les autres charges alors que nous nous tournons les pouces toute la journée faute d’électricité » se plaint Joseph Ranaivoson, propriétaire d’un atelier d’ouvrage métallique. Pareil pour les bureaux qui ne peuvent pas ouvrir leurs ordinateurs.

Les grandes sociétés sont obligées de recourir aux groupes électrogènes et explosent ainsi leurs charges fixes, entre 30 et 40% en sus selon un industriel. Pourtant, ils ne peuvent pas, tout d’un coup, augmenter le prix de leurs produits sur le marché, ceux-ci étant déjà malmenés par les produits concurrents importés bradés. Ils sont donc doublement sanctionnés. Ceci sans oublier la pression du fisc.

En haut lieu, c’est le règlement de compte qui prime face à cette crise. Le ministère des finances a interrompu les subventions accordées auparavant à la Jirama qui lui avait permis de payer les fournisseurs de carburants. Il appartient au ministère de l’énergie de trouver des financements pour faire tourner la Jirama mais non au ministère des finances ni à l’État selon le Grand argentier. Comme le ministre de l’énergie Fienena Richard est un ministre issu du parti politique MMM, le seul siégeant dans le gouvernement, c’est peut-être un motif tout trouvé pour l’enlever ? Est-ce un règlement de compte personnel ou politique ?

Quelles que soient les raisons, rien ne justifie la mise à mort de toute l’économie déjà à bout de souffle par ces années de crise causées par les mêmes personnes. Ce sont des milliers d’emplois qui sont en jeu et des milliers de foyers qui vont perdre leurs sources de revenus à ce rythme. Peut être que c’est le Président de la république qui vient de rentrer au pays qui va trancher pour régler ce problème de Jirama, de préférence une fois pour toutes.

32 commentaires

Vos commentaires

  • 27 septembre 2014 à 08:49 | meloky (#637)

    Et maintenant, les problemes seront pousses au dessus de la tete du president, que le president doit repondre tous ceux que les executives doivent asidument repondre !

    A ce cote, les politiciens vaux-riens ne faisaient pas que de blamer le President pour ce qui se passent actuellement ...(la lenteur d’execution et de delivrance des promises electoraux).

    Si la-dessus se passe et est confirme, il represente bien que les classes politiques a MAdagascar ne savent pas encore separer le systeme, mais seulement des troupeaux de panurge qui ecoute les avis des vaux-riens politiciens.

    Je crois bien que les politiciens assoifes peuvent se multiplier par le billet de l’insatisafaction a l’occurrence de la lenteur d’execution du gouvernement actuel.
    On dit que le capital et ses environments vivent bien dans les delestages aussi bien que les autres parts du pays. il est bel et bien de savoir que Madagascar ne peut pas etre separe ainsi ou developpe separemment mais il faut bien un programme economique fort et qui couvre l’ile entier pour que l’economie et le development soient bient efficaces, et que chacun de Gasy peut jouir le produit de ses efforts avec une egalite que ce soit de les haut plateaux oue les cotiers, que ce soit des ceux qui vivent en villes ou aux campagnes. Le gouvernement doit traiter les classes de la population sans distinction de leur situations, leur distance, leur regions,...

    Mais les vaut-riens politiciens sont bel et bien utilises ce lenteur pour cibler non pas les executeurs, mais seulement le leader par excelence !!!!......

    • 27 septembre 2014 à 10:52 | walesa (#5863) répond à meloky

      La solution, qui s’impose c’est de proclamer LA FAILLIT de la Jirama et par consequence la retrait de tous ses employés et ouvriers corrompus sans exception ! Qu’on fasse l’appel d’offres sans limite aux nationaux et internationaux mais en toute transparence possible, pour qu’il y a un nouveau gerant de l’energie, viable et crédible

  • 27 septembre 2014 à 11:56 | kartell (#8302)

    La faute à qui ? Un peu tout le monde, me semble-t-il...
    La transition complice qui a permis et fermé les yeux sur les vols répétés des employés et leurs détournements...la société qui a laissé faire ce qu’elle voyait au quotidien...
    Avec aujourd’hui, un gouvernement fauché qui ne peut plus payer des avances de gas-oil livré au compte-goutte par les pétroliers floués par un état débiteur....
    La production et la distribution de l’électricité dans le pays sont construites sur un système qui permet toutes les dérives possibles de l’aval à l’amont, c’est un peu à l’image de cette société où la nationalisation enkystée est voulue et défendue, bec et ongles, par ceux qui tirent des avantages pour que rien ne bouge en considérant ce bien public comme leur domaine réservé....
    Nous voilà au pied du mur, que va décider le pouvoir sans watt ?
    Certainement, de se hâter lentement.....

    • 27 septembre 2014 à 12:10 | Stomato (#3476) répond à kartell

      Non, la faute n’est pas largement partagé.
      Ratsiraka et ses successeurs a considéré qu’une société d’état devait payer ce que l’état ne pouvait pas ou ne voulait pas.
      Ra8 a aussi sa part de responsabilité, et à piraté toute la cargaison d’un pétrolier dont seule la moitié était pour une société travaillant à Madagascar. L’autre partie était pour Maurice. A cette époque le pétrole était payé après réception. Maintenant les fournisseurs veulent être payés avant le départ du pétrolier... Ni l’état ni la Jirama n’ont les finances pour payer le pétrole nécessaire pour éviter les coupures de courant.

      Alors quelle solution envisager pour résoudre ce problème ?
      Sans accepter de gros sacrifices, impliquant des changements de pratique et d’habitudes il n’y a guère d’espoirs...
      Il parait que des investisseurs espagnols sont prêts à "investir" pour donner la lumière à Toamasina... Pourquoi pas, l’Espagne n’a pas encore été sollicitée, et après elle il y a encore un bonne centaine de pays prêts à téter les nombreuses ressources de Madagascar...

    • 29 septembre 2014 à 00:34 | kartell (#8302) répond à Stomato

      La responsabilité majeure de cet état désastreux de la Jirama en incombe aux fonctionnement intérieur de cette vieille dame, malade d’avoir joué sa position d’unique fournisseur d’énergie pour multiplier ses abus de pouvoir....
      Tant que l’état providence avait les moyens de le faire, les dysfonctionnements avaient été épongés royalement mais aujourd’hui, la donne a évolué....
      Aujourd’hui, chacun connaît les raisons essentielles des délestages sans qu’aucune sanction des fautifs connus ne soit envisagée !...
      Croire à une bouée de sauvetage espagnole me semble être un leurre face à cette situation difficile car quelle que soit la porte de secours envisagée, il faudra un poil de rigueur dans la gestion, avec un personnel qui ne confonde pas intérêt public et personnel....
      Quand à croire que le monde se presse au portillon pour "profiter" des richesses du sous-sol, c’est un discours tenu par les pouvoirs successifs qui n’a jamais permis de sortir le pays de la misère et en cette matière, seule le résultat compte et on ne voit rien venir.....

  • 27 septembre 2014 à 12:19 | kakilay (#2022)

    Et venez investir chez nous qu’il disait à la tribune : l’énergie nouvelle est arrivée : Hery Vao Maty. Voulant rattraper les retards dûs au délestage de la semaine, des heures supplémentaires à attendre le retour de l’électricité ce jour : absurde !
    A son retour, on va encore assister à la danse des canards : un peu de Ra8 pour cacher son insuffisance politique, une réconciliation entre lui et sa femme : Hery sy Voahangy Miray. Le mois de Septembre sera le mois du démarrage qu’il disait. Mais un Hery Voa Maty peut-il encore démarrer ?

    • 27 septembre 2014 à 14:12 | Tsisdinika (#3548) répond à kakilay

      À la suite des ministres incompétents qui ont cassé du sucre sur le dos de Marco, c’est peut-être au ministre de l’énergie de dire à son tour : "On n’y est pour rien ; les délestages ont commencé à l’époque de Ravalomanana !!"

    • 27 septembre 2014 à 14:33 | rayyol (#110) répond à kakilay

      Il n iara surement pas bien loin par manque d energie

  • 27 septembre 2014 à 13:25 | bbernard (#6880)

    Tant que le pillage du carburant ne cessera pas, la Jirama continuera à manquer de carburant. Si on y ajoute le pillage du courant, on n’est pas prêt d’en sortir. Il faut virer tout le monde, fermer l’usine, et lancer un appel d’offre international pour la création d’une société dirigée de main de fer par des étrangers qui mettront tout le monde au pas pour produire du courant et le fournir à ceux qui paieront leurs factures. Mais çà, c’est du rêve.

    • 27 septembre 2014 à 13:57 | walesa (#5863) répond à bbernard

      Reve et miracle sont les seules choses qui pourront changer ce Pays. Car on ne peut rien espérer de ces pourris-mafieux qui ont ASSIEGEs la vie politique à Madagascar à l’instar de leurs ancetres qui ont livrés ce beau Pays aux forces etrangères ! Car après l’Independence Day ce sont surtout eux, qui ont occupés toutes les postes stratégiques à Madagascar ! Aoka hihaino izay mihaino !

    • 27 septembre 2014 à 14:00 | walesa (#5863) répond à walesa

      "leurs ancetres" veut dire traitres, collabos etc, des forces etrangeres du temps de Ranavalona II

    • 27 septembre 2014 à 14:40 | Tsisdinika (#3548) répond à bbernard

      Je ne pense pas que mettre des étrangers à la barre soit la solution vu que ces étrangers ne sont pas là pour des nèfles. En voyant comment beaucoup d’étrangers gèrent des ONG ici, surtout lorsqu’il y a appel d’offres pour des services comme des forages d’eau par exemple, vous êtes éberlué par l’avidité et la corruption des signataires.

      Il paraît que la Banque Mondiale serait prête à débloquer un fonds d’urgence mais seulement pour le premier semestre 2015. En attendant, une partie de la solution, applicable également à Air Mad et toute société d’État battant de l’aile, serait d’ouvrir le capital aux nationaux à travers une gigantesque souscription d’actions, ouvrant la voie à la semi-privatisation de la Jirama. Remarquez qu’il ne s’agit pas ici d’emprunt national mais vraiment un intéressement aux gains fussent-ils virtuels, mais au moins le service sera assuré. A terme, comme les titres seront seulement négociables de gré à gré en l’absence d’une bourse des valeurs, on pourrait envisager un programme de rachat par la Jirama des actions émises.

      Cela amènerait à changer tout le business model et le management de la Jirama et sifflera la fin de la traite de la vache à lait.

    • 27 septembre 2014 à 15:57 | bbernard (#6880) répond à Tsisdinika

      Votre observation concernant un appel d’offres international est un peu à côté du problème en ce sens qu’une société étrangère qui prendrait en main le service que la Jirama n’offre plus serait là pour faire des bénéfices. Son intérêt serait donc que cela fonctionne bien, sans gaspillage dans la production et sans pillage de courant car cela générerait des pertes. Il y aurait donc obligatoirement, de facto, une plus grande rigueur dans la gestion.

      Votre proposition de société par action avec investissement par les malgaches eux-même est aussi valable mais à condition que la Jirama ne cherche pas à racheter les actions. Car si elle rachète les actions, on retombera dans le cas de figure actuel. Alors que tant que les actionnaires seront là pour exiger des dividendes, ils veilleront obligatoirement à ce que les dirigeant fassent leur travail correctement, porte monnaie oblige.

  • 27 septembre 2014 à 14:21 | Turping (#1235)

    - Déjà commencer les assainissements internes puis gérer le PGE ,PND ,etc....programmes qui tiennent la route ,une vraie politique gouvernementale d’ambition,de reformes ,d’innovations ,de changement de cap réel etc,....en rupture avec le passé .Travaux titanesques sur plusieurs domaines se reposant sur l’identité nationale ,la cohésion et solidarité nationale en luttant contre la CORRUPTION.Faire la politique ne signifie pas ,"jouer le rôle d’usurpateur " pour se remplir les poches d’abord ,le déluge après moi.
    - Je propose tout simplement ; LA TRANSITION ENERGETIQUE (vers l’option de l’énérgie renouvelable) même si le coût paraît cher ,sur l’amortissement cela deviendra très intéressant sur le long terme.L’eau ,l’air le vent ni l’un ni l’autre ne manque pas dans ce pays sauf la façon dont on fait la politique ,l’amateurisme 54années après l’octroi de l’indépendance garnie de la dépendance et l’immixtion des ingérences étrangères et aussi internes ,leurs intérêts mafieux à tirer les ficelles au détriment de l’intérêt du peuple malgache,....

  • 27 septembre 2014 à 14:27 | rayyol (#110)

    Pas d electricite pas d eau L eau est coupee des journées entire sans que l on sache pourquoi Ce gouverneent ne se rendra pas en janvier

  • 27 septembre 2014 à 14:30 | rayyol (#110)

    C est du surrealiste Une capitale de plus de 2 millions d habitants sans eau ni electricitee

    • 27 septembre 2014 à 17:42 | walesa (#5863) répond à rayyol

      La nuit sombre est un veritable "paradis" pour tout genre des malfrats à l’image d’une journée - "paradis" de malfrats aux cols blanches !

    • 27 septembre 2014 à 18:47 | Jipo (#4988) répond à walesa

      Ce qu’ on pourrait appeler une gestion non pas économiste, mais à l’ économie, avec un spécialiste aux manettes quoi de plus : norrmaal ...
      Le fait de supprimer tous les avantages en bons d’ essence octroyés aux dépités permettrait d’ éclairer la lanterne de plus d’ un .
      De dissocier l’ électricité de l’ eau (incompatibles) serait la seconde initiative à prendre, et priver l’ état de cette vache à lait, mettrait immédiatement fin à ces trafics & rackets .
      L’ Etat malgache est le plus Gros proxénète qui puisse exister au Pays , il n’ y a qu’ à voir les moyens de locomotion de leurs acteurs pour s’ en faire une idée et les localiser .
      Mais toucher aux privilèges de ces cloportes est fady , alors surtout ne changeons rien au risque de bousculer nos coutumes et y perdre notre : " identité " ...
      Il ne reste plus grand chose, soit la tutelle-curatelle, soit une dictature éclairée déguisée en royauté s’ il le faut , sans oublier de construire quelques nouveaux centres de vacances pour y envoyer tous ces touristes pas particulièrement désirables, genre P Leloup, razoelina, ratsihiraka dédé comme roland, les ramaroson, acolytes ou assimilés ....

    • 27 septembre 2014 à 20:36 | walesa (#5863) répond à Jipo

      "L’Etat malgache...proxénète..." Entièrement d’accord. Mais si cette affirmation est vraie, alors le Pays est devenu sa prostitué forcé ou encore plus proprement parlant l’esclave de ses deviations les plus perverses !

    • 27 septembre 2014 à 20:52 | walesa (#5863) répond à walesa

      Vous pouvez tous rigoler, mais si Madagascar aura été sous ma responsabillité entière, vu l’etat de choses telles, qu’elles sont aujourd’hui, j’aurai alloué ce Pays au potentiel enorme au Juifs pour une dizaine d’années. Et je suis certain, que les resultats n’auraient été pas plus mauvaises, qu’avec cette bande de mafieux au pouvoir ! Ils sont des Malgaches rien que par leur noms ! En verité ils sont des pires ennemis de la nation malgaches, POINTE BARRE !

    • 27 septembre 2014 à 22:49 | kunto (#7668) répond à walesa

      KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :
      Bien dis " Malgaches que par leur noms " j’ai toujours pensé à ça sans le dire , à voir la gestion du pays on se dis que se ne sont pas des malgaches ? des pièces rapportés - des vautours - des incapables ... etc ...

      L’indépendance pour ça ???????

      QUE DIEU NOUS AIDE

    • 28 septembre 2014 à 12:40 | Jipo (#4988) répond à walesa

      Vous n’ allez pas me dire que vous n’ avez pas vu comment ils essayent de vendre la " belle ", comme la plus belle du monde, la plus riche, la plus convoitée, le paradis ignoré de ses habitants mais que tout le monde envie .
      meme le BDR se bouscule pour le quitter, sans parler de ses vahinés, politiques, enfin qui ne cherche pas à quitter ce Paradis ???
      mais si vous voulez venir vous y installer et bien va falloir banquer , cracher au bassinet, donner le bakchich si vous comprenez mieux et oui c’ est le prix de la " passe " ...

    • 28 septembre 2014 à 14:49 | walesa (#5863) répond à Jipo

      Il est déja connue cette expression qui dit, que "si vous voulez devenir un millionnaire en investissant à Madagascar, il faut que vous y investissez en tant qu’un milliarder". Cela me rappelle l’affaire de Domremy...Bonne dimanche quand meme !

  • 27 septembre 2014 à 22:31 | kunto (#7668)

    KUNTO ny PATRIOTE MALAGASY d’ANTANANARIVO :
    Après ça veux gérer les îles Eparses ? aie Niny ...

    Le Président a promis la fin du délestage en 3 mois après son élection ...

    Dispersion et les vrais problèmes ne sont pas résolu ...

    QUE DIEU NOUS GUIDE

    • 27 septembre 2014 à 22:39 | kunto (#7668) répond à kunto

      KUNTO ny PATRIOTE GASY d’ANTANANARIVO :
      1 seul Ethnie = GASY

      1 seul ennemie = la pauvreté

      Pour vaincre la pauvreté = UNION - TRAVAIL - DISCIPLINE et pas de dispersion un seul objectif = vaincre la pauvreté ( les autres choses c’est secondaire ... )

      QUE DIEU NOUS GUIDE

  • 28 septembre 2014 à 01:13 | Radepy (#7163)

    Il faut savoir que jusqu’à la fin de l’année 2001, nous, dans notre Chef lieu de District au Nord-Ouest du pays, nous avions de la lumière de JIRAMA 24 h / 24 et un à deux vols sociaux de AIRMAD par semaine. La crise de 2002 et l’incapacité du nouveau régime à gérer le pays ainsi que ses excès dans les dépenses ont mis fin ... (Les dépenses de l’Etat à partir de 2003 avaient nettement augmenté, exponentiellement (voir LF 2003, 2004, ...)).

    • 28 septembre 2014 à 14:02 | Radepy (#7163) répond à Radepy

      Quant au taux de change en fin 2001, un Euro par exemple nous coûtait seulement 6500 fMG c-à-d 1300 AR. Une croissance exponentielle se traçait et pouvait vaincre notre pauvreté vers 2004-2005. Ceux qui ne le croyaient pas étaient les pires des plus stupides ... Ils sont responsables de tous nos déboires et de la faillite du pays !

    • 28 septembre 2014 à 15:07 | walesa (#5863) répond à Radepy

      Il n’est pas logique du tout, et je dirai plus fort, que c’est meme SCANDALEUX(!), que dans un pays extremement pauvre qui est Madagascar, la vie peut etre si chere, surtout les PPN (produits de premiere necessité)-alimentation. C’est très choquant, que certains produits letiers sont ici plus chers que dans un supermarché de mr Basile à Paris- ville la plus chere du monde ! Bravo à nos "dirigeants" et surtout au Andry Le NUL, incitateur au pillage des usines Tiko !

    • 28 septembre 2014 à 19:32 | Stomato (#3476) répond à walesa

      N’oubliez pas qu’à Paris, il y a les restos du coeur, où le lait est moins cher encore qu’à Paris...

  • 28 septembre 2014 à 19:31 | lanja (#4980)

    ny mampihomehy sady mahamenatra , tany frantsa i HR révolution orange dia mba mitaona ny mpandraharaha vahiny ho avy hampiasa vola , mampiasa vola vahiny izany no andrasany hanala ny délestage . BONNE IDEE , BRAVO

    • 29 septembre 2014 à 06:19 | Gérard (#5118) répond à lanja

      lA JIRAMA EST EN FAILLITE et il ne sert à rien de vouloir faire croire encore et toujours qu’il y a un espoir pour la sortir du bourbier où elle se trouve. Le seul moyen de remettre sur les rails c’est de proposer aux chinois ou autres de la racheter au Franc symbolique et de les laisser tout remettre sur les rails car ce n’est pas en s’accrochant aux promesses sans avenir qu’on s’on sortira.
      Il n’est pas nécessaire non plus d’accuser un tel ou un autre car toutes les personnes qui le pouvaient on sucé jusqu’à la moindre goutte les bénéfices de la Jirama. Et maintenant, que vais-je faire ? Sans énergie et sans eau ? Le mieux est de quitter le pays pour aller manger l’herbe qui est plus verte chez les voisins... car Madagascar et ses avatars est perdue irrémé"diablement" au milieu de l’océan indien sans ressources et sans espoirs. Vite, vite ! envahissons les îles éparses...

    • 29 septembre 2014 à 12:22 | Raanona (#8467) répond à Gérard

      Bien dit,

      ceux qui peuvent encore réfléchir, le peu d’intello malgaches qui restent savent que leur avenir n’est pas/plus à Madagascar ! Il faut partir avant d’être contaminé par la mauvaise mentalité qui règne, avant que l’extrème pauvreté ne vous rattrape !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS