Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 25 juin 2019
Antananarivo | 04h08
 

Editorial

Des lendemains sombres

lundi 30 avril 2007 | Randria N.

Après la série d’arrestations d’hier à Toliara, le climat politique est des plus malsains actuellement. En effet, là où la population attendait des mesures d’apaisement afin d’apporter le calme et la sérénité au sein d’une population préoccupée à trouver difficilement sa subsistance quotidienne, voilà que les dirigeants se raidissent au risque de mettre en péril la stabilité sociale et politique déjà précaire de la nation. À croire qu’on a affaire à un régime dépassé par les évènements et qui tirent ses dernières salves avant sa défaite.

L’histoire ne leur a-t-il pas enseigné que de tels actes n’ont jamais empêché la chute des régimes qui ont eu la velléité d’imposer une pensée unique au sein de leur population, et que toute tentative d’instaurer un pouvoir autoritaire a eu de tout temps des fins tragiques pour les tenants de cette forme de gouvernement. Certains ont péri atrocement, victime de la vindicte de leur population lassée de leurs dérives autoritaires, et ce malgré des gardes prétoriennes fortement armées. D’autres se sont exilés ou se sont suicidés par crainte de cette justice à laquelle les prédestinent leurs actes.

A Dieu ne plaise, Madagascar n’est pas encore le Zimbabwe où les forces gouvernementales ont tabassé le meneur de l’opposition. Notre pays n’est pas encore la Guinée où la répression d’une manifestation populaire s’est terminée dans un bain de sang avec la mort d’un centaine de manifestants.

A Dieu ne plaise que de tels actes ne se produisent jamais sous nos cieux, mais avec cette manie d’imiter à tout bout de champs tout ce qui se passe ailleurs, qui sait ce que demain nous réserve.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS