Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 8 avril 2020
Antananarivo | 23h00
 

Education

Rentrée scolaire des écoles primaires publiques

Des difficultés des parents

lundi 7 octobre 2013 | Bill

Bien que les inscriptions dans les écoles primaires publiques (EPP) aient pris fin depuis la fin du mois de septembre dernier, les parents continuent d’affluer dans les bureaux des EPP. De nombreux parents n’ont pas réussi à confirmer l’inscription de leurs enfants à temps, faute d’argent. Les droits d’inscription étant de zéro ariary et les kits scolaires étant pris en charge par le Plan intérimaire pour l’éducation nationale, les parents ont tout de même du mal à réunir l’argent de la cotisation Fram qui a augmenté en raison de recrutement d’enseignants dont l’effectif est insuffisant.

L’éducation des enfants est revenue sur les devants de la scène malgré les accès d’insécurité tel le drame de Nosy Be de la semaine dernière ou ce phénomène dahalo qui mine la société dans le Sud. Le dramatique fait-divers de Nosy Be a quelque peu occulté les autres préoccupations de la société qui demeurent au centre des problèmes des ménages. Il a même réussi un moment à supplanter les échos de la propagande électorale pour la présidentielle du 25 octobre prochain. Mais aujourd’hui, l’éducation des enfants, leur inscription, les fournitures scolaires et les frais quotidiens sont de nouveau le premier des soucis du chef de ménage.

Les cantines scolaires

En tout cas, le problème est partiellement résolu pour quelques régions du sud de l’île. Les cantines scolaires seront fonctionnelles dans l’Androy, l’Anosy et l’Atsimo Andrefana en raison des 14 milliards d’ariary alloués par l’Union européenne au programme de cantines scolaires mis en œuvre par le Programme alimentaire mondial (PAM) et le ministère de l’Éducation nationale dans le sud de Madagascar. Ce financement permet au PAM de continuer l’assistance alimentaire qui avait dû être réduite durant une partie de l’année scolaire 2012/2013 pour cause de manque de financement. Ce programme vise l’amélioration de l’accès à l’éducation primaire, aide les élèves à se concentrer en classe et les encourage à rester à l’école. Le financement de l’Union européenne couvrira les besoins de 219 000 élèves et adultes durant les deux premiers trimestres de l’année scolaire 2013/2014 dans les régions Androy, Anosy et Atsimo Andrefana. Durant cette période, 6500 tonnes de vivres seront distribuées, chaque élève recevra une ration quotidienne composée de maïs, légumineuse et huile pendant les jours d’école. La contribution de l’Union Européenne permettra également de doter ces écoles à cantines d’ustensiles de cuisines et de foyers améliorés pour assurer leur bon fonctionnement. Le programme de cantines scolaires couvre approximativement 42% des besoins d’assistance. « Nous maintenons ainsi les efforts de mobilisation de ressources pour pouvoir répondre aux besoins totaux estimés à 500 000 enfants dans le Sud et contribuer à réduire le nombre d’enfants non scolarisés ou déscolarisés ; mais également pour continuer à venir en aide aux groupes vulnérables dans le reste du pays » explique Willem Van Milink, représentant du PAM à Madagascar.

À noter que les cantines scolaires constituent également une plateforme pour mettre en place des activités complémentaires telles que fortification de la ration à l’aide de micronutriments, éducation nutritionnelle et environnementale et sensibilisation à l’hygiène. Le programme est mis en œuvre grâce à l’appui des autres bailleurs de fonds que sont la Norvège et la France.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 7 octobre 2013 à 10:01 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    ="Faudrait-il attendre que les "Parents d’élèves" soient =="RAS-LE-Bol"== comme à Nosy-Be,avant de réagir ?"

    Détournement de fonds destiné à construire 8 000 (-huit mil-) "ECOLES"*

    Transparency International Madagascar a rendu son rapport sur la corruption pour l’année 2012.
    Le secteur de l’Education Nationale,parmi les plus touchés,se fait classé à la cinquième ==POSITION==du classement dressé.

    LE MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE EST UN MINISTERE DE PLUS AYANT CARACTERISE==la mauivaise gouvernance de la Transition==.

    Outre les mouvements de grève non maîtrisée ,la corruption a gagné du terrain sur ce niveau :
    - 9,2 % des plaintes enregitrées pour corruption concernant l’Education Nationale ;
    - le non-respect des procédures d’embauche dans== les écoles primaires publiques==figure les principales raisons des plaintes ;
    - d’énormes faits de détournements de fonds ont été constatés ;
    - des financements ont été alloués par les bailleurs de fonds pour la construction ou la rénovation d’établissements scolaires,à travers le territoire national Malagasy ;
    - des rapports ont été dressés par le Ministère de l’education Nationale
    ==POUR PRETENDRE==QUE 8 000 (-HUIT CENTS MIL-) ÉTABLISSEMENTS ONT ÉTÉ CONSTRUITS.CES ÉTABLISSEMENTS (-FICTIFS-) N’ONT CEPENDANT PAS PU ETRE TRACES À l’audit ;
    - les salaires des enseignants FRAM ont également fait l’objet de détournements ;ces salaires sont,en partie,payés à partir des cotisations des parents d’élèves "ras-le-bol"
    ==Les muliples retards de paiements de salaires ayant déclenché des mouvements de grève pendant des mois tirent leur source de ces détournements de salaires==
    "Drôle de conception"-Basile Ramahefarisoa-1943

    En réponse à ces revendications,le Ministère dev l’Education Nationale a tout simplement décidé de radier les enseignants de FRAM et de les remplacer par des nouveaux enseignants qui n’ont suivi aucune formation pédagogique.

    LA DEGRADATION DE 62 % DU SECTEUR DE L’EDUCATION NATIONALE,pendant la Transition,N’EST PAS LE FRUIT DU HASARD.

    Et qui est-il le premier responble ?

    Attendons-nous que les "PARENTS D’ELEVES" soient "RAS-LE-BOL" comme la Population de NOSY-BE.

    L’Education des Primaires,c’est la priorité des priorités.

    VIVE MADAGASCAR.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 7 octobre 2013 à 11:22 | Isambilo (#4541)

    Bref, les séquelles de l’ajustement structurel sont toujours là. Il y a des enseignants FRAM parce que le FMI et la BM ont dit qu’il ne fallait plus recruter de fonctionnaires et qu’il faut faire payer les soins.
    Sauf qu’ils on changé d’avis depuis mais nos politiques n’ont pas été mis au courant !!!
    C’est encore la faute aux étrangers.

    • 7 octobre 2013 à 12:12 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Isambilo

      La faute des étrangers...
      POUR QUOI PAS ?
      Fils d’enseignant et enseignant,sans avoir des cours de "PEDAGOGIE" pour enseigner,je peux me permettre de parler un peu de l’enseignement.
      Enseigner,ce n’est pas à la portée de tout le "MONDE".
      Du temps de la coloniale,l’enseignement était prise au sérieux parce que le colonisateur a besoin des mains d’oeuvre qualifiées et productives.
      Une fois indépendante,les étrangers se mêlent de l’Education à Madagascar.
      Ou fallait-il continuer le système colonial ?
      Pour être enseignant,il faut suivre un processus.Ce n’est pas un métier au rabais.Et l’ancienne protectrice déverse ses surplus de diplômés pour enseigner ,à titre de coopération ==sans formation pédagogique sérieuse== et c’est le débandade de l’Education Nationale à Madagascar.

      Quel que soit le résultat des prochainee élections présidentielle/législative,la priorité des priorités,c’est la gratuité de l’enseignement primaire.
      ==L’Ecole pour TOUS,jusqu’à l’âge de 15 ans==

      Bref ,l’école pbligatoire,sous peine de sanction pour les "PARENTS".
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 7 octobre 2013 à 16:31 | Isambilo (#4541)

    Bizarre...enseignant et partisan de la peine de mort. Xénophobe vivant à l’étranger, girouette sur le plan des idées.
    Mais vous enseigniez quelles connaissances ?

    • 8 octobre 2013 à 19:35 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Isambilo

      Juste un peu de math pour une classe de troisième.
      Je n’ai pas la vocation d’enseigner comme mon regretté "Père".Pont barre !

      Quel que soit le "Régime" à venir :
      - Démocratie
      ou
      - Dictature...

      Qu’importe !

      La priorité des priorités,c’est l’enseignement primaire/secondaire obligatoire et gratuit jusqu’à lâge de 13/15 ans pour G/F.

  • 8 octobre 2013 à 18:39 | Ratsimilaho (#6905)

    L’instruction religieuse est une nécessité certaine chez le bambin
    L’instruction religieuse enseigne vertueusement l’amour du prochain
    L’instruction religieuse n’a pas la même place selon la communauté
    L’instruction religieuse ne doit pas inhiber notre sens de la curiosité

    L’éducation commence inéluctablement par celle des parents
    L’éducation est l’école et l’apprentissage de son environnement
    L’éducation a pour objectif de mettre en exergue la socialisation
    L’éducation est indiscutablement pour lui un moyen d’insertion

    La santé est aussi bien pour nous que pour eux un besoin à suffire
    La santé devrait dans toute communauté un droit absolu à acquérir
    La santé permet ainsi à l’enfant de connaître un vrai épanouissement
    La santé est une sorte de défi pour avoir une vie remplie pleinement

    Le projet social donne tant d’occasions pour les petits de s’engager
    Le projet social lui procure la possibilité de se cultiver et de voyager
    Le projet social fait comprendre à l’enfant les vrais enjeux de la société
    Le projet social ne se ferait pas que dans un environnement bien doté

    Le loisir dépasse pratiquement le cadre du divertissement et d’amusement
    Le loisir est classifié par les sociologues le plus important épanouissement
    Le loisir devrait être dans toutes les nations surtout un droit et non une faveur
    Le loisir devrait être un programme bien établi pour devenir un atout majeur

  • 9 octobre 2013 à 15:34 | Rakotomenatra (#6912)

    Sur ce forum, il y a des gens qui s’énervent que des étrangers viennent faire des vacances pour quelque milliers d’Euros à Nosy Be pour lesquels ils ont en général bossé dur pendant toute l’année.

    Mais cela ne semble point les déranger si certains Malagasy achètent des voitures à des millions, voire des milliards d’Ariary :

    http://www.midi-madagasikara.mg/economie/pasteur-maihol-achat-de-trois-voitures-de-luxe-au-salon-de-l-automobile

    Pasteur Maihol : Achat de trois voitures de luxe au salon de l’automobile

    Soumis par admin le mar, 08/10/2013 - 07:00

    *Malgré la crise et la pauvreté qui frappent le pays, le salon de
    l’automobile de la semaine dernière a réussi à attirer de nombreux
    visiteurs. Les observateurs ont constaté que les voitures de luxe sont
    toujours à la portée de quelques malgaches.*

    Les grandes fortunes de Madagascar n’ont pas manqué de visiter le salon de
    l’automobile qui s’est déroulé au CCI Ivato, la semaine dernière. Dès
    l’ouverture du salon, un concessionnaire a réussi à vendre une voiture
    d’une valeur de 360 millions d’Ariary...

    Certains malgaches comme le propriétaire d’une télé privé n’ont pas hésité à acheter la FordF150 SVPT Raptor d’une valeur de 245 millions d’Ariary, comme il s’agit d’un modèle vendu pour la première fois dans la Grande Ile.

    Les plus marquants ont été les achats du pasteur Maihol...En effet, le gourou de l’église Apokalipsy a dépensé plus d’un milliard d’Ariary au 9e salon de l’automobile. Parmi ses nouveaux joujoux figurent la Dodge Charger à plus de 400 millions d’Ariary, évidemment la voiture la plus cher du salon...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS