Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 14 août 2020
Antananarivo | 06h00
 

Divers

Supermarché

Des commerces de luxe à Madagascar

mardi 22 mai 2007 | Alexandre L.

« Shoprite », « Leader Price », « Cora »… des noms que les Tananariviens connaissent très bien. Ces maisons spécialisées dans la distribution se multiplient dans la ville. Mais les prix qu’ils pratiquent sont souvent supérieurs à ceux du marché. Ce qui limite leur clientèle à certaine catégorie sociale.

Dans le pays développé, les supermarchés font partie du paysage. Souvent, ils sont spécialisés. Ainsi, certains sont dans la vente des produits de bricolage, d’autres dans ceux de l’épicerie ou du jardinage. En Europe, les prix sont généralement inférieurs à ceux pratiqués dans les boutiques de quartier. C’est dans ce sens qu’ils constituent le symbole fort de la société de consommation : petit et gros budget y trouvent leur compte.

Mais à Madagascar, la situation est autre. Un responsable d’un grand enseigne local de supermarché a affirmé qu’il ne vise que la classe moyenne urbanisée. En effet, en terme de prix, les grands magasins sont généralement 5 à 10% plus chers que dans les petits marchés de quartier.

Garantir la qualité

Selon encore ce responsable, le fait même qu’il applique des prix plus hauts que le marché est une garantie de qualité de leurs produits. Déjà, les supermarchés assurent la traçabilité de leurs produits pour garantir leur provenance. Des contrôles qualité sont effectués tout au long du processus de magasinage qui va de l’achat jusqu’au rayonnage. Dans ce cas, la plupart des grands magasins comportent toujours un service de veille sanitaire qui assure une consommation saine de leurs produits.

Il est évident que de telles modalités n’existent pas dans les petites épiceries du coin. Souvent les produits alimentaires sont étalés au même le sol et aucun contrôle de provenance n’est fait en aval. Une pratique qui laisse la qualité à son niveau minimum.

De tels services coûtent plus d’argent pour les grands magasins et expliquent ainsi leur politique de prix. Mais selon les clients, les supermarchés proposent plus dans la mesure où l’accueil des clients est soigné. Souvent les rayons sont spécialisés ; ce qui facilite l’orientation du consommateur. Le paiement fait également l’objet d’une attention particulière notamment avec l’apparition des cartes bancaires.
Des magasins pour la classe aisée
Mais compte tenu de ces stratégies, force est de constater que les supermarchés semblent être réservés à une clientèle aisée. De plus en plus de Malgaches n’y entrent que pour se… promener.
Déjà le choix de produits qui y sont étalés ne répond pas à la demande de monsieur tout le monde. Car finalement, selon un économiste, « actuellement, les Malgaches consomment non en terme de qualité mais en terme de prix ». Et avec une telle stratégie, les grands magasins sont loin de satisfaire à leur besoin.
Ainsi, la politique commerciale des supermarchés tend vers les classes moyennes aisées. Celles qui sont à même de payer leurs produits tout en profitant de leur qualité de service. Pour le commun des Malgaches, le grand bazar du coin reste lieu d’achat favori…

Annonces

Filazana manjo

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS