Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 11 juillet 2020
Antananarivo | 08h09
 

Société

Covid-19

Les tireurs de cyclo-pousse de Toamasina s’opposent au confinement

vendredi 27 mars | Fano Rasolo, Mandimbisoa R.

Ambiance survoltée à Toamasina hier. Les tireurs de cyclo-pousse ont manifesté leurs mécontentements par rapport à leur interdiction de circuler et donc de travailler dans la ville du Grand Port. Ils ont mis le feu sur des pneus, placé des barrages routiers un peu partout, certains auraient même tenté de dévaliser des épiceries et grands magasins de la ville… Pour les disperser et pour les dissuader, les forces de l’ordre ont dû intervenir, se servir des grenades lacrymogènes et procéder malgré tout à des pourparlers.

Tout a commencé dans la matinée de jeudi. Après avoir fait entendre leur grogne la veille, les tireurs de cyclo-pousse sont passés à l’action. Ils sont plus de 25 000 dans la ville de Toamasina. La plupart d’entre eux sont descendus dans les rues. Ils exigent une autorisation dérogatoire leur permettant de travailler. « Si nous ne gagnons pas d’argent, nous ne mangeons pas  », explique l’un des leaders de cette manifestation, joint au téléphone.

Un autre tireur de cyclo-pousse s’indigne en lançant qu’après deux jours de confinement, il n’a plus rien pour nourrir sa famille. « Si cela continue pendant 15 jours, c’est sûr que nous allons tous mourir de faim  », dit-il. Pour la plupart des manifestants, ce n’est pas une question de temps, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas pu préparer le confinement, mais faute de moyen, parce qu’ils n’ont pas d’économie pour faire des stocks ou acheter des provisions pendant le confinement.

Les pourparlers avec les forces de l’ordre ont eu lieu au milieu de la journée. Ils ont permis de ramener le calme. Les hommes en treillis ont expliqué aux manifestants l’importance des mesures de confinement et que le Premier ministre, Christian Ntsay, en mission à Toamasina, allait recevoir leur représentant. Mais le calme n’a pas duré longtemps. Vers 16 heures, des manifestants sont revenus à la charge et ont tenté de s’en prendre aux commerces et magasins. Il a fallu alors une nouvelle fois l’intervention des forces de l’ordre.

La rencontre du Premier ministre, Christian Ntsay, et le ministre de la Défense nationale, le général Léon Rakotonirina, avec les représentants des tireurs de cyclo-pousse et conducteurs de Tuc-tuc a permis de trouver une solution à ce problème, explique la primature dans un communiqué. Les autorités ont affirmé que le nécessaire sera fait pour éviter qu’ils perdent leurs emplois et qu’ils puissent trouver de quoi manger pendant cette période de confinement.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 27 mars à 13:25 | Vohitra (#7654)

    Noana ny kibo,
    Ny fanahy mivezivezy,

    Ny solution, numero...91-011

    • 27 mars à 15:43 | Ibalitakely (#9342) répond à Vohitra

      Mampatahotra fa raha sendra mandehandeha eny @ manodidina [5 à 10 Km ohatra] na périphéries d’Antananarivo ianao dia mbola mahatazana olona milalao baolina foot à sept na nampiady akoho ??
      * Tokony ampiana ohatra mazava sy mora raisina angamba ny vahoaka Malagasy izay vao hahahazo tsara ny zava-misy. Omena fanazavana izy hoe raha ohatra ka misy rano efa nolazain’ny olona anao hoe aza dia tia manamorona loatra io rano io na miroboka ao mihintsy fa feno voay masika (mamba noana !) ao, nefa indray andro ianao raha nandalo somary lavidavitra kanefa notsofin’ny rivotra nankany anatin’ilay rano ny satrokao na ny kasiketinao, dia iny ianao handeha haka ilay satroka na kasikety iny no nisy nampahatsihay anao ireo voay ramaka, dia hoy ianao hoe izao tsy mataotra voay izany na firy na firy ary ny satroko tsy ajanoko eny. Ka rehefa lanin’ny voay ianao dia sady matin’ny tsy firaharahianao ianao irery no tsy misy izany hoe aretina mifindra atao hoe lanim-boay izany. Fa ity covid-19 ity izay ankohatra ny mbola tsy misy fanafodiny ity dia raha matin’ny adalanao ianao (amin’ny tsy firaharahina) fa mbola hamindra amin’ny hafa, na havanao na mpiray monina aminao. Dia ireo indray no mety hamindra amin’ny hafa sns.
      Sao mantsy manao tahaka ny Frantsay ka ny volana janoary ohatra rehefa nahafantatra hoe misy izany coronavirus na covid-19 izany tany Sina dia niomehy fatratra hoe « ka ireo Sinoa ireo koa ange ka minankinam-poana e … » ; dia ny volana febroary mbola niomehy ihany no sady sahy nilaza mihintsy fa ny Italiana sy ny Espanôla ihany no tratran’izany aretina avy any @ 30 000 na 40 000 Km izany (ça n’arrive qu’aux autres). Dia tsy mba naka fepetra na ny mpitondra na ny vahoaka frantsay. Izao, efa ho tafakatra 1 700 ny maty, izay vao tonga saina. SANATRIA ko ave itsika Malagasy dia hitovy amin’izany ?? MBA MALAZA HO MARANIN-TSAINA IHANY NY MALAGASY.

  • 27 mars à 13:40 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Jacques demanda : « Maître, si par hasard un faux prophète ou un docteur en mensonges se présente et prétend nous enseigner, que devons-nous faire ? »

    Jésus répondit par une comparaison : « Un homme s’en va avec son filet pour pécher, il prend beaucoup de poissons, mais il jette ceux qui sont mauvais. Un homme sort pour semer, mais seul, le grain qui tombe en bonne terre fructifie. Ainsi devez-vous faire : écoutez chacun, mais ne recevez que la vérité, car la vérité seule fructifie pour la vie éternelle.
    André répondit : « Mais comment reconnaîtra-t-on la vérité ? » Jésus répondit : « Recevez comme vrai tout ce qui est conforme au livre de Moïse. Car Dieu est un, la vérité est une. En conséquence, la doctrine est une, le sens de la doctrine est un et c’est pourquoi est une aussi la foi. Je vous le dis en vérité, si la vérité n’avait pas été effacée du livre de Moïse, Dieu n’aurait pas donné le second livre à David, notre père. Et si le livre de David n’avait pas été contaminé, Dieu ne m’aurait pas envoyé l’évangile, car le Seigneur notre Dieu est immuable et il a tenu un seul langage à tous les hommes. C’est pourquoi, quand le messager de Dieu viendra, il purifiera tout ce que les impies auront contaminé dans mon livre.

    • 27 mars à 17:33 | vatomena (#8391) répond à plus qu'hier et moins que demain

      En pousse pousse ,à Tamatave ,bientot , le messager de Dieu.Pas d’impatience moins que demain.

  • 27 mars à 13:56 | Isambilo (#4541)

    Sarotra ihany ilay fihainana. Tsy hiasa matin’anohanana. Hiasa matin’ny aretina.

    • 27 mars à 14:20 | Vohitra (#7654) répond à Isambilo

      Dia hoy ny Malagasy : " aleo maty rahampitso toy izay maty anio "...

      Izy nefa mipetraka fotsiny mosarena noana ao antrano...nefa mbola salama vatana...tsy misy mamindra fo sy miantra

  • 27 mars à 16:29 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Cruel dilemme pour notre pays non plus entre la peste et le choléra mais entre le covid-19 et l’explosion sociale.

  • 27 mars à 17:52 | lancaster (#10636)

    Comme à Tana, ces cyclopousse et autres tuctuc ont aussi droit à une indemnisation de 100.000 ariary , somme distribuée aux chauffeurs de bus et aux receveurs ainsi qu’aux chauffeurs de taxi et taxibrousse.
    C’est mieux que rien et cela compense leur manque à gagner . Le gouvernement verra s’il faut repeter l’operation Jusqu’a La fin du confinement obligatoire.
    Bon courage aux Tamataviens.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS