Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 27 mai 2020
Antananarivo | 15h59
 

Société

Mesure de confinement

Des barrages dans toute la Capitale et des mesures draconiennes prises

samedi 28 mars | Fano Rasolo

Mesures draconiennes. L’heure est grave et la situation au pire. Barrages de contrôle par-ci par là, des forces de l’ordre en patrouille à toutes les rues, ruelles, et dans tous lieux publics d’Antananarivo, hier après-midi, pour contrôler les gens et les voitures en circulation à Analamanga et renvoyer tout le monde à la maison. Comme l’a indiqué le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation (MID), Tianarivelo Razafimahefa, lors de son intervention au Centre de commandement opérationnel de lutte contre le Covid-19 (CCO-Covid-19)), hier : « toutes les forces de l’ordre sont incessamment mobilisées dans toutes les rues de la Capitale pour vérifier les autorisations des voitures en circulation et contrôler tout individu sorti de son domicile ».

Il a indiqué d’un ton ferme que « la situation s’aggrave considérablement, surtout par l’apparition de cas contact confirmé de Covid-19. C’est l’heure du confinement intégral à la maison pour se protéger et pour protéger les autres ».

Juste après l’intervention dudit ministre, et comme par enchantement, toutes les voies d’accès vers la Capitale et les artères principales étaient garnies d’éléments de la gendarmerie et d’agents de police comme à Ankadimbahoaka, Anosizato, Analakely, Itaosy, Ankorondrano, ainsi que toutes les routes nationales reliant Antananarivo aux autres régions (les RN1, RN2, RN4, RN7, etc.)

Bombes lacrymogènes

Même les personnes et les voitures détenant une autorisation de circuler ont été bloquées aux barrages comme les journalistes ou les employés du secteur privé. « Aux environs de 13 heures et demie, nous avons été bloqués par les forces de l’ordre à Anosibe en allant rejoindre un reportage à Analakely, même si nous avons montré nos badges de journalistes émis par l’Ordre des journalistes de Madagascar. Puis, ayant trouvé un raccourci par Namontana pour rejoindre Analakely via Anosy, nous fûmes confrontés à un deuxième barrage du côté d’Andrefan’Ambohijanahary. En désespoir de cause, nous n’avions plus qu’à rentrer au desk, faute d’arriver à temps pour couvrir notre reportage », selon Rivo Alain, journaliste de Radio Don Bosco.

Depuis mercredi jusqu’à hier, le nombre de gens circulant dans les rues, les ruelles et les lieux publics comme les terrains de football et les marchés des environs d’Antananarivo a augmenté de jour en jour. Les habitants d’Andoharanofotsy, Tanjombato, Analakely, Anosy, Anosibe, Anosizato, et beaucoup d’autres ont retourné à leur train-train quotidien et ne se sont plus confinés après la déclaration de mardi dernier sur le zéro cas positif au Covid-19 testé. D’où ces embouteillages dans certains quartiers de la Capitale comme Antanimena, Ambohibao, Ankazomanga, etc .

Mais hier après-midi d’hier, les forces de l’ordre ont dispersé à coups de bombes lacrymogènes les gens assemblés dans la rue d’Anosizato qui sont retourné à leurs activités habituelles.

47 commentaires

Vos commentaires

  • 28 mars à 13:12 | Vohitra (#7654)

    Du lacrymogene mora pour les affames qui osent encore braver les ordres venant de l autorite supreme

  • 28 mars à 20:14 | RAJEMISA (#10819)

    Bonjour,
    Il y a quelque chose que je n’ arrive pas à comprendre, nous sommes tout le temps entrain d’ imiter la France. Il y a des pays qui ne confinent pas sa population ( le Japon, la Corée du Sud ), et il s’ en sortent mieux que les pays européens. La France a fait une énorme erreur au début à ne pas inciter les gens à porter des masques. Au Japon les gens ont l’ habitude de porter des masques, pour le moindre rhume ils portent des masques là-bas, ils sont très à cheval sur la propreté et le résultat, ils sont moins touchés.

    • 30 mars à 01:43 | stratosphère (#6990) répond à RAJEMISA

      En France , la population de dispose pas de masques, les médicaux n’ont plus de stock, les gens malades ne sont pas testés en nombre faute de test, c’est pourquoi le confinement est obligatoire, les rues sont désertes

  • 28 mars à 20:43 | RAJEMISA (#10819)

    J’ ai fait des études de chirurgie dentaire. En chirurgie dentaire, il faut tout le temps porter de masque pour éviter de contaminer et pour ne pas être contaminé par les autres. Pourquoi ne pas appliquer le même principe à la population ? Il est vrai que pour beaucoup de Malagasy un masque coûte très chers. Mais alors dans ce cas on apprend aux gens à confectionner des masques en tissus. La plupart des Malagasy ont une machines à coudre ; Il est facile de confectionner un masque. Il faut avoir un esprit inventif, et non pas copier bêtement ce qui se passe en France.

    • 28 mars à 21:14 | saricine (#2893) répond à RAJEMISA

      Bonjour

      Je suis d’accord avec vous sur la question de copier/coller....

      Je penses qu’en plus des bases fondamentales : lavages des mains, tous et éternuements dans le coude, distance 1 m, confinement..., il est évident d’apprendre (je dis bien apprendre) les gens à mettre des masques...

      C’est juste qu’il faut pas que « la charrette passe avant les boeufs « .....

  • 28 mars à 21:34 | Vohitra (#7654)

    Dans une situation d urgence, les affides d une autorite supreme ont une forte propension pour l encadrement de l opinion publique, le verrouillage des informations, la restriction des deplacements, la militarisation de l espace public, les tendances a la requisition, la manipulation de la peur et de la terreur, le culte de la personnalite et la soumission de la volonte populaire, l instrumentalisation de la justice, la confiscation de la legitimite d une representation populaire...

    Oui, le Gondwana bananier a des panoplies de strategie a revendre, l exception est impregnee du sceau de la normalite, l equilibre du pouvoir n est plus ni une preoccupation ni un usage constitutionnel, un boulevard tout prepare pour la marche vers le totalitarisme, l embrigadement de l expression de la vie publque...

    Et quand on commence a y prendre gout et preference, ce ne sera pas facile de s en defaire apres...

    Et apres la crise, la levee de l etat d urgence se passe beacoup plus dans le texte mais non pas dans l esprit ni dans la pratique...

    Et avec cette pandemie ou on apprend a se laver les mains, le guide supreme pourra s en laver les mains aussi et se defaire de cas de parjure...l exception manipulee jusqu a l expiation de ses iniquites passees...

  • 29 mars à 08:05 | goba001 (#1662)

    Mikasika an ity zavamitrenga ity
    ÇA n a pas été détecté à Ivato../ POURQUOI CA SERAIT DÉTECTÉ SUR LES RN 7 ou 4 ????? RESAKA ETOTRA INDRAY ! Aza manome tsiny loi ianareo fotondrana no tsy compétents satria a nareo no tokony Nanakatona frontières à temps !!! Zao tratra Dago dia VOILÀAaaaaaaaaaaaa ! Vous êtes des irresponsables ! Olo tsy matotry ! Aussi aiha tanamasoansro sy miami ?????? Aiha ??? Tanamarikoditra sy mama Mia non hitan ireo olo ao tana sy toamasina ai... eroy koa tsy mahay modify dia zap déçu à 100% !!
    Mikasika anireo hôpital y... Manino tsy natsaraina ireo Girard sy hjra ao tananarivo ao...manino tsy no former any roy dokotera jiaby ary ni améliorer ny hôpital efa misy..fa hôpitaly fantôme tsisy afitsoky no mameno gasikara eeee ??? Manino vola tsy nampiadaina novidianana ventilateur fa tena vitsy hono eroy eto dago... Aiha ve.. Olo haut place jiaby makany Frantsa aby mitsabo tena fa tsiny miditry Girard izegny !! Efa mampiseo zegny fa tsy dia ça va n’y hôpitaly éto dago fa resaka etotsy fotsiny hoe Manama penitsy....patati patata fa afitsky zéro !
    Enfin ino koa resaka 1000000 cartes CIN apparemment mitovy num jiaby Roy ? Mboka zalahy tsy mamara penitsy lay zavatsy raiky t@ faragny igné ? Indraindray KOA aloha mampiteha hitegnyvhoe heureusement tsy la y rA8 (izaho dia nifidy azy aloha) satria izy no nitaty taimbava izao... Fa heureusement ireto mpirevy frantsay alika ireto no lany dia aleho hitaty anio crise io ! Izao hita tsara hoe tsy mahavoa no sady tsy manjary

  • 29 mars à 09:23 | Vohitra (#7654)

    Meilleures salutations a tous les patriotes Malagasy en ce jour de commemoration de cette date tragique du 29 mars 1947.

    Hommages particuliers aux enfants et natifs de la Region Sud Est et de la Region Vatovavy et Fitovinany, vous qui avaient porte haut le flambeau de la lutte pour l avenement d une justice sociale et l equite, et l amour envers la terre des ancetres donnees en legs par Zanahary.

    Unissons-nous dans notre memoire, et portons en silence nos regards sur ce qu on fait actuellement et le respect qu on doit a ces terres, les notres. Nos ancetres ont-ils voulu et souhaite cette vente a la decoupe constatee actuellement ?

    Cette union d esprit et d entraide, cette adhesion commune, ce sentiment partage, nous n avons pas su, ensemble et de facon elargie, l exprimer, nous avions failli faire vivre ce sentiment d union a l epoque, oui, il faut l admettre sans ambiguite aucune, mais l amour pour la terre des ancetres restent encore un denominateur commun a tous les patriotes de ce pays, ne laissons plus de place pour une division et fracture basee sur des positions divergentes vis a vis des relations avec la France comme autrefois a cette epoque tragique du 29 mars 1947.

    Unissons-nous pour la patrie, faisons valoir notre amour pour cette terre des ancetres que certains ne respectent plus en ce moment.

    De nos jours, nos ennemis communs sont ceux qui aident et favorisent l accaparement de terrains, ceux qui refusent et ne font rien pour rendre effectif le droit a la terre pour les Malagasy, ceux qui desacralisent, devalorisent, cedent les patrimoines sacres laisses par nos ancetres...

    Unissons nous en esprit, viendra le moment ou on aura le courage, la volonte, la possibilite, le desir de vaincre, l honneur, et...la loyaute, le respect envers nos ancetres... et de reprendre le flambeau et diriger la lutte et viser et combattre jusqu a la derniere tranchee ces traitres et corrompus, ces ennemis de la justice et de l equite, ces voleurs et usurpateurs...

    La France n est plus notre ennemi, ni les Francais, mais des Malagasy, de sang Malagasy, cupides, traitres, vendus, corrompus, criminels, voleurs, menteurs, arnaqueurs, escrocs...et destructeurs de notre environnement.

    Unissons-nous !

  • 29 mars à 09:56 | Isandra (#7070)

    Après ce premier cas contact, à partir de là semaine, les autorités vont être plus sévères quant à l’application de confinement.

    Le principe de nul n’ignore la loi sera mis en application par les force de l’ordre, personne ne peut plus s’excuser qu’il n’était pas au courant, les lois vont sévèrement être appliquées, les sanctions vont tomber. Miandry daroka sy sazy ny sasany vao hanara-dalana.

    En 1947, nous avions un ennemi en commun, pas besoin de le citer, aujourd’hui, c’est pareil, nous avons un ennemi en commun, COVID-19, tous les deux commencent par CO, de ce fait, pour continuer le combat de nos ainés, nous devrions combattre ce virus avec patriotisme.

    Comme dans une guerre, il y a plusieurs ennemis, mais, il faut déterminer la priorité, sur qui tous les efforts doivent d’abord concentrés. Ce virus nous menace fortement et pourrait nous causer beaucoup de perte.et dégât, attaque n’importe qui, ne connaît ni couleur politique, ni classe sociale,...par conséquent, nous devrions unir nos forces pour y faire face, suspendre notre règlement de compte, ranger notre haine, lesquels ne sont pas vaccin contre ce virus.

  • 29 mars à 10:33 | Vohitra (#7654)

    Les ancetres patriotes avaient connu et succombe face a un redoutable adversaire des le 17eme siecle, et ils avaient avec courage et fermete a le combattre en faisant appel a leurs perspicacites, leurs genies naturels, leurs clairvoyances, leurs courages legendaires, et l adversaire avait recule des le 18 et 19eme siecles...

    Pour reapparaitre a nouveau au 20eme et vecu encore en ce 21eme siecle...

    Oui, ce redoutable adversaire qu est LA FAMINE est encore presente actuellement et en ce moment.

    Car notre ennemi l a laisse s implanter et s incruster dans nos vies...

    La terre des ancetres, support de vie, garant de notre sante et vigueur, gardienne de notre coutumes et traditions, temoin de notre histoire et actes, les ancetres qui avaient sues corps et ames pour nous laisser, par patriotisme, de quoi vivre et eduquer nos enfants pour suivre dans la sagesse le respect de la nature et ses regles...

    Helas, la famine ne rode plus. Elle est la, vecue, et en train de nous soumettre a la volonte cupide et mercantile de nos ennemis...

    En ce jour de 29 mars 2020, rendons hommages a nos ainees de 1947, eux qui n avaient pas devies de la volonte de nos ancetres.

    Unissons-nous pour cette terre qui renferme et qui avait englouti le sang de nos ancetres, uniquement par patriotisme.

    • 29 mars à 10:45 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Comme dans une guerre, il faut déterminer la priorité des priorités sur laquelle il faut concentrer toutes nos forces. Le danger immédiat est là, il faut y faire toute de suite, c’est une question de survie.

      N’éparpillez pas nos forces pour les autres choses, dont nous pourrons nous occuper après, si nous réussirons y survivre.

    • 29 mars à 11:07 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Isandra,

      Pour cette journée mémorable et moment de recueillement dans le silence, je ne me laisserai pas, et encore et toujours, et je dirai jamais, laisser me distraire par vos désinformations et diversion, je veux honorer l’histoire de mon pays, le patriotisme de mes aînées, eux qui ont donné leur vie pour la quête d’une justice sociale et équitable, eux qui avaient affronté la mort avec courage et abnégation...

      Ry Tanindrazanay malala ô !

      O terre de mes ancêtres ! on n’est pas encore couché même si on affronte encore la famine, et affamé par nos ennemis de toujours !

    • 29 mars à 11:23 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Justement, cette date importante devrait raviver notre solidarité par patriotisme pour faire face à cet ennemi commun lequel menace notre nation, à moins que vous et votre famille, vous sentez non concerné, ayant le vaccin miracle.

    • 29 mars à 13:10 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Isandra,

      Je ne cesserai d aider la future generation a apporter suffisament d eclairage et d ardeur pour arriver a reconnaitre et et reussir a designer les ennemis du moment...ceux qui veulent travestir et deformer l histoire de ce pays pour se proteger des consequences de leurs actes et mefaits odieux...

      Le patriotisme de ce 21eme siecle consiste a combattre sans repit et compassion et sans relache contre les ennemis qui souillent et decoupent pour la revente la terre des ancetres...

      S il faudra mourir un jour ou l autre, il ne faudra avoir honte de donner sa vie pour des principes et ideaux, affronter les ennemis qui bradent nos terres leguees par les ancetres...

      Autant mourir sur un terrain de combat, exempte de lachete et cupidite...

      Sur le terrain de combat, avec honneur, en toute dignite...avec coronavirus ou non...

    • 29 mars à 13:42 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Je pense que vous vous trompez d’ennemi à cause de votre imagination et votre fantasme.

      Cela vous empêche aussi de voir la réalité et de savoir la vraie priorité du moment.

      J’espère que vous N’attendez pas que le vrai ennemi débarque chez vous avant de réagir, car ce sera déjà trop tard.

    • 29 mars à 14:28 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Isandra,

      La designation et qualification des ennemis dans mon post de 9.23 h te trouble d autant on dirait...

      Ca te donne la frousse ?

      Te sens tu visee au point de te destabiliser et obliger tes vestiges de cervelle a excreter le mot "fantasme" ?

      Je doute fort si t as la conscience tranquille apres tout...

    • 29 mars à 17:24 | Shalom (#2831) répond à Vohitra

      Notre pays a actuellement deux principaux ennemis : le COVID-19 et le COVID-13, les deux détruisent le pays et le peuple malagasy. Je vous en prie, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit ...

  • 29 mars à 11:03 | vatomena (#8391)

    1947_ 29 Mars—Jour de gloire ou d’infamie ? Cette nuit là des dizaines de braves gens ,vazaha ,métis ,membres du padesm ,fonctionnaires hova ,furent surpris dans leur sommeil.Une foule hurlante et déchainée se jeta sur eux pour les arracher de leur lit, les découper à la machette ,jeter le débris humains aux chiens ou au fleuve .Et le grand massacre se poursuivit les jours suivants.impunément .Aucun rebelle ne perdit la vie dans cette première nuit de sédition .Le crime était parfait. Il apparait aujourd’hui comme un patriote alors qu’il fut un assassin.Les victimes,les crucifiés ,ils sont oubliés .Il n’y aura pas une fleur ,pas un pleur sur leur tombe quand il y en a une.
    Ce soulèvement tribal ne toucha que la cote Est.Il fut tres localisé .Les autres provinces respectèrent l’ordre établi. Pour les rebelles ,c’était déjà un combat perdu .Ils n’avaient pas le soutien de l’imerina ,de l’antandroy ,de l’antakarana. Ils ne firent avancer en rien la lutte pour l’Indépendance.Bien ,au contraire ,à la suite de quoi ,la France doubla ses garnisons de soldats sur notre terre.L’indépendance nous sera accordé quand la France en décidera ainsi. Ainsi se réalisera une promesse du général De Gaulle.
    Dans les guerres coloniales ,en Indochine ,en Algérie,l’indépendance fut arrachée de vive force.Seuls nos rebelles ont eté vaincus ,sont revenus à la soumission.

    • 29 mars à 11:49 | Vohitra (#7654) répond à vatomena

      Vatomena,

      J’ai trop de respect pour votre personne pour ne pas me déshonorer à me rabaisser pour entrer en osmose avec vos points de vue déplacés en ce moment de recueillement en silence dédié au respect à la gloire et courage de nos patriotes du 29 mars 1947.

      Vous savez pertinemment que la cause principale à l’origine de ce soulèvement populaire était une manifestation de refus pour les travaux forcés subis par les autochtones dans les plantations coloniales, plus tard maquillés en travaux d’intérêt général…

      Les paysans autochtones, sans terre, victimes de la famine, et vivaient dans l’indigence totale, démunis, et à la merci de tous ceux qui détenaient de pouvoir imposé par la force de l’occupation de la terre des ancêtres…

      Et le désir de l’indépendance était déjà dans le cœur et l’esprit de tous, et c’était la manière et l’approche pour s’y faire qui faisait la différence…et cette différence ne devrait pas être une occasion pour insuffler et satisfaire de manière sournoise une propension à faire jaillir un différend tribal…

      On ne refait pas l’histoire, ce qui était fait est fait, les ennemis du moment sont bel et bien identifiés, et l’adversaire à vaincre est devenu redoutable…par amour pour la patrie, unissons-nous, je sais que vous et Finengo, vous aimez ce pays, c’est votre patrie aussi, alors, concentrons-nous sur l’avenir, allons agir pour vaincre la faim et la misère, et entraidons-nous por terrasser les ennemis de ce peuple meurtri par tant de mépris, d’irresponsabilité, de trahison, de cupidité, d’escroquerie, de démocratie tronquée…

  • 29 mars à 13:51 | betoko (#413)

    Vatomena n’osera jamais accepté ce que les malgaches et afriquains ont subit derant la colonisation Déjà avant 1895 Madagascar fut un état indépendant et souverain Personne n’avait demandé à la France de nous coloniser c’est à ses risques et périls
    J’ajoute que pendant la deuxième guerre mondiale le général De Gaulle disait aux colonisés de venir aider la France et comme promesse il disait "Un jour je vous redonnerai votre indépendance "Il a fallu que l’ONU fasse pression à la France pour que cette dernière nous accorde un semblant indépendance
    Que nos héritiers n’oublierons jamais ce 29 Mars

    • 30 mars à 17:21 | vatomena (#8391) répond à betoko

      Betoko -Et les assassinés avec leurs parents doivent ils oublier ce 29 Mars de sang et de terreur ? Cette nuit de terreur et de sauvagerie peut elle etre oubliée. Ils ont été transperçés ,découpés,mutilés ,jetés au fleuve mais heureusement ils n’ont pas été mangés Aucun acte de cannibalisme n’a été recensé cette nuit là.

  • 29 mars à 14:03 | vatomena (#8391)

    Vohitra__Je cite :’’ L’insurrection de Madagascar est un fait majeur intégré dans le roman national comme tel il doit intégrer toute une mythologie .La loi du genre est, lorsque la réalité contredit la légende, l’opinion choisit la légende.
    La rébellion éclate en 1947 avec les prétextes que vous avez soulignés.Or ,à cette date ,ces prétextes n’ont plus lieu d’etre .,Depuis un an ,depuis 1946,Il y avait eu abolition de l’indigénat,du travail forcé,de la justice indigène. Ce recul de l’oppression coloniale a été perçu sur le terrain comme une reculade ,une faiblesse du fanjakana français. Une immense campagne de désobéissance se répandit alors et surtout sur la cote est.’’
    Cette révolte fut en réalité un ’attrape nigaud ’.Le député Raseta et sa société secrète :le jina avait donné à croire que, apres trois jours de révolte, les anglo -américains seraient là ,à leur coté ,pour abattre le colonialisme français .Il n’en fut rien.Et les sorciers de villages étaient là pour couvrir les guerriers de ody ,d’amulettes qui changeraient en gouttes d’eau les balles ennemies.Il fut criminel d’abuser ainsi de pauvres paysans crédules. qui se mirent à tuer pour etre tués à leur tour.
    Ceci est un point de vue qui ne tient rien de la légende.Il est difficile de l’accepter .Je le conçois bien.

    • 29 mars à 14:30 | betoko (#413) répond à vatomena

      Archi faux Vatomena , dans les années 50 l’indigénat existait encore Je.suis un des témoins si non le dernier et à cette époque la chasse ou sorcière battait son plein Un de ces bourreaux fut le commissaire Rakotovao Ravahatra qui fut expulsé de Madagascar vers la France par Tsiranana

    • 29 mars à 15:55 | Vohitra (#7654) répond à vatomena

      Vatomena,

      Puisque vous n’avez pas voulu réserver un minimum de respect pour cette date et évènement tragique, et c’est par respect pour votre âge avancé comme il est de coutume chez les miens que j’ai voulu demander un recueillement comme il se doit, mais vous n’avez pas voulu vous dépouiller de votre habit de descendants de colon, avec ses mentalités et état d’esprit, alors, allons-y, discutons-en.

      Cette date de 29 mars 1947 est un évènement fondateur d’une histoire nationale, et vient rappeler avec force l’histoire Malagasy et française coloniale et postcoloniale.

      Déjà avant cette date, à partir de 1896, la force coloniale s’était déjà engagé dans des actes répressifs et barbares contre le mouvement Menalamba, puis à partir de 1912 les insurrections menées par le V.V.S. Et en 1926, la force envahissante française avait instaurée le SMOTIG, non seulement pour obliger par la voie des travaux forcés la construction des routes et infrastructures, mais aussi les mains d’œuvre garantie localement dans les plantation de giroflier et vanille chez les colons qui avait accaparés les terrains fertiles, un fort durcissement du régime colonial instaurant humiliations, soumissions publiques et spoliations économiques. Et c’était de cette façon abjecte pratiquée par les colons que l’évènement de mars 1947 était devenu un traumatisme profond historique et mémoriel de la construction nationale Malagasy. Et les ancêtres avec coupe-coupe, machette, sagaie étaient venus une nuit réveiller dans leur sommeil les colons qui se vautraient là où ils habitaient pour se révolter avec férocité et faire usage de violence légitime dans leurs désirs de liberté…les propriétés et les camps militaires colons avaient été les cibles…

      Et à la suite, la riposte française s’était organisé et pratiqué dans une répression sanglante, de massacres indescriptibles, la terreur et l’hécatombe, les meurtres et exactions dans l’indifférence totale, avec l’aides des tirailleurs sénégalais et des bataillons marocains, des représailles violentes à grande échelle, arrestations, tortures, exécutions sommaires, des bombes humaines, la démonstration du 05 mai 1947 en mitraillant les prisonniers enfermés dans les wagons, les destructions des récoltes et biens…le dernier condamné à mort a été exécuté en 1954 et les derniers prisonniers ne sont libérés qu’en 1956…

      Et oui, c’était tragique et devenu une guerre de libération réprimée dans le sang, un acte de répression par la force d’un empire colonial en voie de déclin…

      Ce n’est ni un roman ni un conte tiré d’une quelconque mythologie, sans anamorphose ni discours historiographique auréolé de doute, mais un récit d’une gloire passée payée avec le sang en tout honneur et dans la dignité…personne n’avait demandé ni souhaitée une annexion brutale dans la cruauté par un empire colonial…

      La date du 29 mars 1947 restera gravé dans nos cœurs et esprits…assailli par la famine comme durant cette époque, la révolte d’hier nous ramènera à la réalité actuelle, toujours en proie à une famine…tout en espérant que le colon d’hier ne soit plus le Vatomena d’aujourd’hui…

    • 29 mars à 16:50 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Vohitra__ le professeur Fremigacci l’a bien dit que la légende faisait partie du roman national.Il n’y a pas eu de révolte nationale en 1947.Aucun mort à Tananarive ni chez les colons ni chez les prétendus insurgés. Ce lieutenant malgache de l’armée française chargé de liquider les français de Tananarive au 29 Mars réunit si peu de’’ soldats’’ dans la nuit à Mahamasina qu’il abandonna aussitot le projet de révolte .Nous savons qu’il sera fusillé plus tard pour haute trahison. Pendant toute la rébellion le pays de l’Imerina resta zone de paix civile. ainsi que les autres régions.Une guerre d’indépendance ce sont les indochinois et les algériens qui surent la mener jusqu’à la victoire avec une vraie organisation militaire comme celle du Viet Minh ou du FLN. Tout le peuple était au combat : le civil comme le bodoi ou le fellhaga. La société secrète ,Jina ,qui donna l’ordre de rébellion fut criminelle . Rien n’avait été prévu ni préparé pour soutenir le rebelle.Il fut abandonné avec le seul soutien des sorciers et des grigris .Ils envoyèrent ainsi des malheureux au sacrifice supreme tandis que ,eux ,ils se mettaient à l’abri dans les villes sures.
      Honte et malédiction sur eux ! je reste triste pour le sort de ces paysans envoyés à une mort certaine. ’Qui a tué par l’épée périra par l’épée’ C’est ce qui arriva.
      Je sais que votre vision est différente.De mon coté je crois avoir échappé au rideau de la légende. Assassinés comme rebelles dorment aujourd’hui de leur dernier sommeil.

    • 29 mars à 17:22 | Turping (#1235) répond à vatomena

      Vatomena ,
      Vohitra l’avait bien décrit l’événement du 29 Mars 1947 ,l’insurrection populaire pour revendiquer derrière tout cela l’indépendance pour les causes sus déjà citées .Jean Fremigacci avait ses visions ,bien sûr pour minimiser les causalités réelles .
      - Rappelez-vous qu’après la 2ème guerre mondiale ,la France était fragilisée en dehors de l’occupation nazie .Donc ,le 29 Mars 1947 à Madagascar était un moment opportun pour se libérer du joug colonialiste comme ce qui s’était passé ailleurs chez les ex-colonies .

    • 29 mars à 17:57 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Tturpin--- à remarquer : C’est principalement dans la caste Hova que l’administration coloniale recrutait la plupart de ses fonctionnaires lesquels fonctionnaient souvent en brousse .Les victimes malgaches de la rébellion furent principalement des membres du Padesm et des fonctionnaires Hova. C’est un fait que les Hova ne participèrent pas à cette rébellion .Et ,il est injuste que ce soit à Tananarive que fut dréssé le mausolée à la gloire de ceux de 47. Réparation : il y eut derniérement : un petit mémorial qui fut dressé à Manakara .Les Antaimoro ayant été les premiers à se soulever en masse.
      s

    • 29 mars à 18:19 | Turping (#1235) répond à vatomena

      Vatomena ;
      Le mausolée des martyrs fut dressé à Moramanga mais non pas Antananarivo (Tana ) .Lieu ,où il y avait eu le massacre .Moramanga fait partie de la région de l’Est ,de la province de Tamatave où commença le foyer de l’insurrection.
      Voilà ,donc le lieu de commémoration c’est à Moramanga.

    • 29 mars à 19:28 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Turping - il est justifié que ce monument soit à Moramanga là où les rebelles ont attaqué des hommes d’armes et non des petits colons endormis.La vengeance a été cruelle et immédiate :fusillade de MDRM à enquéter Ceci plus tard fut considéré comme crime de guerre.Or il n’y avait pas guerre mais insurrection.

    • 30 mars à 17:31 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Turping--- Il y a bien un mausolée à la gloire de ceux de 47 à Tananarive.C’est là que s’est rendu le président pour l’hommage du 29 Mars. Avaratra -Ambohitsaina. au mausolée d’Andrianarivo.

    • 30 mars à 18:05 | Turping (#1235) répond à vatomena

      Vatomena ,
      Le mausolée à Tana pas loin d’Ankatso ,l’Université ,à ma connaissance fut consacré aux maherifo ,les héros qui sont morts pendant l’exercice de leur fonction :
      - Le Colonel Rakotonirainy ,Joel Rakotomalala et autres qui connurent les accidents d’avion et d’hélicoptère y sont enterrés .
      - C’est vrai ,vous avez raison car je suis surpris en apprenant que la commémoration de l’événement du 29Mars 2020 s’est passé au mausolée de Tana contrairement au rituel où même l’année dernière Rajoelina s’était déplacé à Moramanga devant la stèle comme tous les ans . Sûrement ce changement est lié à la politique du confinement instauré car la liaison entre Tana et Tamatave est momentanément suspendue ,alors que pour aller à Tamatave il faut passer par Moramanga.

    • 30 mars à 18:19 | Turping (#1235) répond à vatomena

      Vatomena ,
      Je viens de copier/coller l’extrait de l’événement de 1947.
      Même le traditionnel dépôt de gerbe à Moramanga, là où l’insurrection a éclaté en premier n’a pas eu lieu. Ni le président ni les membres du gouvernement n’ont pas fait le déplacement sur les lieux. Dans l’ensemble, les Malgaches ont célébré cet anniversaire dans le doute et l’inquiétude profonde à cause des risques de propagation du coronavirus qui menace le pays.
      - Ce qui explique que la commémoration au mausolée d’Ambohitsaina est un événement exceptionnel dû au coronavirus ,pourtant un lieu qui n’a rien à voir avec l’événement à commémorer logiquement.

    • 30 mars à 19:15 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Vohitra :Quand chacun aura reconnu ses torts ,les commémorations deviendront communes.

  • 29 mars à 14:21 | betoko (#413)

    Vatomena
    Avec cette épidémie qui touche le monde entier la télévision française était allée faire des reportages sur les DOM-TOM .Qu’elle fut ma surprise en ce qui concerne Mayotte la quelle est dans un état lamentable Les bidons villes poussent partout , n’en parlons pas des insalubrités , la gendarmerie bien équipée n’arrive même pas à éradiquer le kwassa kwassa , il n’existe qu’un seul hopital mal équipé , n’en parlons pas du chaumage ?
    Aussi occupez vous d’abord de cette toute petite île avant de nous donner des leçons dont nous n’en avons pas besoin surtout de votre part

    • 29 mars à 14:44 | vatomena (#8391) répond à betoko

      betoko __ je ne prétends donner des leçons à personne.je m’interesse peut etre un peu trop à ce qui fut et non à ce qui est aujourd’hui.
      Pour Mayotte , vous n’ignorez pas que l’hopital de Mayotte est aujourd’hui la plus grande maternité de France et elle est déjà la plus débordée.Elle est meme assaillie par les femmes enceintes comoriennes qui veulent à tout prix mettre au monde leur enfant sur un territoire réputé français .Mayotte devenu département français c’est un fait de Sarkozy Les français de france n’ont pas été consultés dans un référendum. Ils auraient dit non.Ils n’apprécient pas trop que Marseille soit devenu la plus grande ville comorienne. Et Mayotte qui succombe sous le poids d’une immigration comorienne folle.Pour bien accueillir il faudrait construire une école nouvelle par jour .Si De Gaulle était encore au pouvoir il se serait vite débarrassé de ce boulet au pied comme il le décida pour les autres colonies.

  • 29 mars à 14:24 | vatomena (#8391)

    Betoko —Les victimes innocentes de cette rébellion n’ont rien à oublier ! !Elles sont 6pieds sous terre depuis 70 ans du moins pour celles dont on a pu récupérer le corps.. ce qui ne fut pas le cas du Bienheureux Botovasoa à Vohipena .dont le corps sans tete fut jeté au fleuve.
    ....les premiers habitants de l’ile rouge avaient ils demandé aux austronésiens de venir ravager leur grande ile.Ils ne sont plus là pour le dire .Ils ont été éradiqués...
    C’est en guerroyant tout le temps que les merina ont tenté de soumettre toutes les tribus ,en vain.Le royaume malgache a toujours été limité.il n’y avait pas en 1895 un état malgache avec des lois souveraines sur toute l’étendue de l’ile.

    • 29 mars à 14:51 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Les textes sont là ,Betoko ,1944- 1946 ! __ On doit cela en grande parti au député sénégalais Lamine Gueye ,lequel par ailleurs était avocat et qui vint à Tananarive pour défendre les trois députés du MDRM

    • 29 mars à 16:17 | Vohitra (#7654) répond à vatomena

      Vatomena,

      Parce que d’après vous, il y a un parallélisme teinté d’analogisme entre une guerre de clans à cours d’une époque féodale et la guerre contre l’invasion d’un empire colonial ?

      Ne sois pas tenté de déformer notre histoire de manière délibérée l’ami Vatomena, notre époque féodale était marquée par une guerre entre vazimba et descendants de vazimba pour la conquête d’Ialamanga, et d’une guerre entre chefferies et royautés locales dans le cadre d’une économie de traite et conquête de l’espace mais toujours entre Malagasy à travers une partie de la grande île sur une partie du 19ème siècle de notre histoire.

      Seriez-vous le dernier vestige des colons de l’époque avec cette manie et odieuse tentative de vouloir épandre les graines d’un tribalisme déguisé en voulant opposer les ethnies de ce pays ? aie du respect pour les bons citoyens français de ce 21ème siècle qui veulent partager et vivre en toute bonne foi nos héritages culturels et passé commun...

  • 29 mars à 14:56 | vatomena (#8391)

    Betoko --- Petite remarque — Ce n’est pas moi qui donne des leçons .C’est Razoei qui en prend aupres de la France .Macron confine la France aussitot Razoel confine Antananarivo et Toamasina — pour commencer.

    • 29 mars à 16:56 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Betoka— pour vous répondre :
      Enfin le nouveau statut impose les principes d’égalité politique et d’accès égal aux emplois de la fonction publique.

      Le décret no 45-137 du 22 décembre 1945-46 supprime les sanctions de police administrative prévues aux articles 1 à 21 du décret du 15 novembre 1924, c’est-à-dire les peines ordinaires (contraventions). Le décret no 46-277 du 20 février 194-47 supprime les peines exceptionnelles de l’indigénat, c’est-à-dire l’internement, l’assignation à résidence et les amendes collectives prévues aux articles 22 à 24 du décret du 15 novembre 1924

    • 29 mars à 17:06 | vatomena (#8391) répond à vatomena

      Vohitra — "seriez vous le dernier Colon ’’ demandez vous .... et pourquoi pas un Nazi impénitent.?
      Avec le temps ,j’ai développé chez moi un esprit critique .Je ne tiens pas à avaler des couleuvres. Ne pas croire tout ce qui est raconté vous expose à des critique acerbes .Je le savais déjà.
      En espérant que notre confinement ne durera pas des mois _ Bonne soirée

  • 29 mars à 17:14 | vatomena (#8391)

    Vohitra— un dernier mot
    Ce n’est pas du respect que l’on doit à ceux de 1947 C’est de la commisération ; Ils ont été abusés,abandonnés à leur sort de rebelles. Ils ont tout perdu....De plus on se sert aujourd"hui de leur mémoire

    • 29 mars à 18:43 | Vohitra (#7654) répond à vatomena

      « Un « code de l’indigénat », importé du Sénégal et promulgué par arrêté du 1er décembre 1901, va permettre de procéder à des réquisitions de travailleurs, par tout un jeu de sanctions arbitraires. Dans les pays où la fokonolana est inexistante, on a recours à la « persuasion administrative ». Peu à peu, ce sont les colonisés eux-mêmes qui sont amenés à organiser le travail forcé. » (Olivier Favet, récit d’une colonisation)

      Cet extrait ci-dessus est partagé pour vous dire qu’à la suite de l’abolition de l’esclavagisme en 1897, la force d’occupation coloniale avait instaurée dans le pays le travail forcé…

      J’admets que l’insurrection et la révolte de 1947 n’avait pas gagné l’ensemble des régions administratives du pays, et était plutôt localisée dans les parties Sud Est, Est et centre Est, ceci du fait que c’était dans ces contrées que s’établissait de vastes concessions coloniales utilisant de grand nombres de travailleurs mobilisés par la force et vivant dans des conditions effroyables.

      Ces pauvres paysans avaient beaucoup misés lors de cette insurrection sur l’effet de surprise et la supériorité numérique, une tactique qui n’avait pas fait long feu et ayant abouti à un échec compte tenu de la diversité et l’armement diversifié chez la force coloniale…et le Lieutenant Randriamaromanana Albert avait prévu d’en dérober auprès des garnisons français installés dans la capitale mais des successions de trahisons et de délations avaient abouti à sa condamnation et l’avait conduit devant un peloton d’exécution…

      Bref, si le succès n’était pas au rendez-vous comme ce qui s’était passé en Indochine ou en Algérie, les 80.000 morts pour la patrie de l’époque sont toujours inscrits et gravés au titre d’une lutte pour l’indépendance du pays, d’une volonté paysanne de refuser l’annexion brutale d’un pays à vocation rurale, du sang versé à juste titre dans la dignité servant de témoignage de l’amour des Malagasy pour les terres ancestrales, et d’onction pour les générations futures à veiller à la liberté et la sacralité des terres nourricières…

      C’est notre histoire coloniale, on ne refait pas l’histoire, on ne peut qu’en tirer des leçons, de patriotisme surtout...

      Notre histoire est celle de la trahison de nos élites...
      Notre histoire est celle de la cupidité de nos conquérants, ceux d’hier et d’aujourd’hui...
      Notre histoire est celle de notre mort...

  • 29 mars à 19:42 | vatomena (#8391)

    Vohitra—’’- Notre histoire est celle de notre mort’’_ Vraiment vous me dépassez en pessimisme .
    Apres l’occupation allemande et les destructions de la guerre la France a su se relever.L’Allemagne
    sauvagement bombardé et en ruines en 1945 a fait mieux encore..Rien d’impossible à un peuple vaillant .qui veut vivre....

    • 29 mars à 21:30 | Vohitra (#7654) répond à vatomena

      Vatomena,

      L histoire est la pour nous eclairer dans notre marche vers l avenir, il se pourrait que des sequelles inoubliables avaient laissees de traces de meurtrissures dans nos consciences respectives, le fait d accepter de nous donner la main pour affronter l avenir ensemble en toute sincerite est le gage de notre guerison.

      Vatomena, votre volonte sans faille a vous interesser sur l histoire et les evenements marquant la vie socio-politique de ce pays ne peut que refleter votre souhait et main tendue pour contribuer un tant soit peu au developpement de ce pays...

      Les rancunes du passe ne vont pas nous aider a reconstruire ce pays dans la voie de la confiance mutuelle, et la colonisation n est qu un jalon historique, et l avenir de ce pays se construira avec votre eclairage Vatomena...

      Je sais que vous aimez ce pays...

      Bonne soiree a vous

  • 29 mars à 20:11 | ANTICASTE (#10704)

    « Il faut agir au plus vite si nous voulons éviter l’hécatombe en Afrique » : l’appel de Denis Mukwege, Prix Nobel de la paix

    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/03/28/le-nobel-denis-mukwege-en-afrique-il-faut-agir-au-plus-vite-si-nous-voulons-eviter-l-hecatombe_6034733_3212.html

  • 30 mars à 18:15 | Gasy FIer (#387)

    Vu quelque part :
    le 29 mars 1947, il y avait ds mahery fo
    le 29 mars 2020, il y avait des mahery loha

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS