Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 22 juillet 2018
Antananarivo | 23h09
 

Economie

Jirama

Des arriérés en tout genre

lundi 15 janvier | Ny Aina Rahaga

Les dirigeants de la compagnie nationale d’électricité JIRAMA avaient annoncé à la fin de la semaine dernière que la compagnie pourrait éponger toutes ses dettes cumulés depuis toujours d’ici trois ans. Notamment et surtout grâce à la lutte contre le vol d’électricité ainsi que les branchements illicites occasionnant la majorité des pertes de la société. Toutefois, jusqu’à l’heure actuelle, la JIRAMA ne fait que cumuler les arriérés en tout genre.

Il y aurait actuellement un peu moins de 30 000 demandes de compteurs électriques en attente et n’ont reçu aucune réponse positive de la part de la société. Des demandes qui pour certaines datent de 2012. Ceci alors que les frais de dossiers demandés par la JIRAMA auraient déjà été payés en totalité selon un usager en attente de l’installation de son compteur. Les responsables au niveau de la société d’Etat ont souligné que la mise en place de ces compteurs sera effectuée avant la fin de cette année. La JIRAMA aurait importé plus de 70 000 compteurs afin de répondre aux besoins des usagers. Des plaintes sont également venues de la part des compagnies pétrolières, fournisseurs en carburant de la société. Selon ces derniers, la JIRAMA devrait actuellement 300 milliards d’Ariary d’impayés à ses fournisseurs. Bien que les dirigeants de la société d’Etat soient optimistes, il reste de ce fait beaucoup à faire au niveau de la gestion et la remise à flot de celle-ci.

La taxation des simples usagers et des industries avec la hausse du prix de l’électricité et de l’eau ne devrait pas être la seule solution proposée afin de résorber ces pertes. Si la hausse du prix de l’électricité est effective depuis ce mois de janvier avec une augmentation moyenne de 8,5 %, la Jirama compte également réviser le tarif de l’eau prochainement. Les détails sur ce nouveau plan tarifaire ne sont pas encore communiqués mais une hausse de prix avec la conjoncture actuelle risque de pénaliser les ménages déjà en grande difficulté et la productivité des entreprises du secteur privé.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 15 janvier à 09:23 | Ibalitakely (#9342)

    Vu que les taxes & redevances constituent les 85% d’une facture [la mienne que je viens récemment de vérifier] de JIRAMA il serait souhaitable que l’État réduise ces derniers afin de ne pas pousser JIRAMA à hausser ses tarifs, plus exactement & les clients particuliers & les sociétés ou entreprises ne seront plus victimes d’hausses incontournables. Vu aussi que l’État ne fait que s’engraisser sur le dos de nos sociétés d’États.

  • 15 janvier à 12:51 | vatomena (#8391)

    à quand une taxe et des redevances sur les bougies ? pour enrichir l’état malgache

  • 19 janvier à 21:17 | Maserda (#7461)

    Les maux de la JIRAMA sont tellement nombreux !!!
    Et depuis si longtemps, en empirant.....

    Mais si on regardait le VRAI FOND du problème ??
    Elle est incapable de fournir tout ce qu’il faudrait, en clair ne peut pas faire face à la demande.
    Pourquoi ?
    A cause d’un gros cumul de négativité, entre autres :
    - vol de carburant pour les turbines
    - détournement d’argent
    - manque d’entretien des matériels et équipements
    - branchements sauvages (d’où évidemment perte financière mais ce n’est pas le plus grave)

    La liste n’est pas complète mais peu importe, ce n’est pas le sujet.
    Quand vous allez vous plaindre et réclamer, on vous répond qu’ils sont en rupture de compteurs, qu’ils ne sont pas arrivés.
    La vérité ?
    Oui ils n’en ont plus (si c’est vrai et encore ça dépend des endroits) mais pour quelle raison ?
    Quand on passe une commande pour acheter, il faut avoir les moyens de payer.........

    Et puis, quand bien même on peut acheter les compteurs (ou on en as sans le dire), à quoi ça va servir de les installer chez les gens si on ne peut pas leur donner l’énergie ??........

    L’éolien et le solaire sont l’avenir énergétique du pays et on en parle depuis longtemps mais on en est où ??
    Encore et toujours une histoire d’argent...qui disparait aussi....

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 163