Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 17 juin 2024
Antananarivo | 02h49
 

Politique

Législatives 2024

Les résultats publiés aux compte-gouttes attisent les tensions

lundi 3 juin |  1085 visites  | Mandimbisoa R.

Les résultats provisoires des élections législatives sont publiés au compte-goutte par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Rien n’est encore joué avant la proclamation définitive des résultats le 18 juin prochain, mais la guerre de communication fait rage entre candidats. Les réseaux sociaux alimentent les tensions, les accusations de fraude électorale se multiplient de part et d’autres.

L’EMMO/Nat (Etat-Major Mixte opérationnel au niveau national a appelé à la retenue et rappelle l’obligation par les partisans de chaque parti ou formation politique de suivre la voie légale en matière de contentieux électoraux. Seule la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) est habilitée à se prononcer sur les résultats des élections, prévient-t-il.

Même si les résultats restent partiels, les tendances se précisent de plus en plus. Les résultats de votes des anciens ministres et des députés-sortant sont les plus scrutés. Dans la capitale, Augustin Andriamananoro, ancien ministre de la Communication et de la Culture, malgré une forte présence sur le terrain durant la campagne électorale n’a pas fait l’unanimité au 1er arrondissement et se retrouve en deuxième position, derrière la députée Hanitra Razafimanantsoa de la plateforme Firaisankina. Deux autres anciennes ministres, Lalatiana Rakotondrazafy (Enseignement technique et Formation professionnelle) et Haingo Nambinina (Population et Solidarités) se trouve également en deuxième position respectivement à Faratsiho et à Ambositra.

D’autres candidats de l’IRMAR, l’ancien ministre de l’Energie et des Hydrocarbures, Solo Andriamanampisoa, et l’ancien ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, et conseil spécial du président de la République, Tinarivelo Razafimahefa patinent également dans leurs fiefs, à Fandriana et à Ambatolampy.

Du côté de l’opposition, Hajo Andrianainarivelo et Brunelle Razafintsiandraofa, vice-président de l’Assemblée nationale de la province de Fianarantsoa, et député sortant d’Ikongo sont en mauvaise posture. Les nouvelles ne sont pas meilleures pour les anciens ministres dissidents comme Volahaingo Marie Thérèse (Education nationale) à Bealalana, ou encore Eleonoro Johasy, ancienne ministre de la Culture. Pareil pour ceux qui ont travaillé avec le régime de Hery Rajaonarimampianinana, comme Bary Rafatrolaza, Eric Razafimandimby qui sont loin de remporter les élections dans les circonscriptions électorales où ils se sont présentés en tant qu’indépendant.

-----

1 commentaire

Vos commentaires

  • 3 juin à 19:16 | Shalom (#2831)

    Zava-misy :

    - Iza no minisitry ny fiarovana ankehitriny ?
    Ny zanak’anabavin’i jeneraly Ndriarijaona ilay nanongam-panjakana niaraka tamin’i cedrik vazaha tamin’ny 2009

    - Iza no SEG (minisitry ny zandarmaria) ?
    Io jeneraly io dia irony antsoina hoe « andevolahy » irony. Io no andevolahin’i risara baomba mpanao sy mpanatanteraka tsy misy hambahamba ny baiko omen’ity baomba akoholahy fataka ity.

    Mbola ireo niara-dia tamin’ny 2009 ihany no manjakazaka ankehitriny. Eny ary ...
    AMD

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS