Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 25 juin 2022
Antananarivo | 11h47
 

Politique

Deuxième mandat de Ravalomanana

Contre les « Tangalamena » et les « Ampanjaka » ?

mercredi 31 octobre 2007 | Eugène R., RAW

Force est actuellement, signalent des observateurs, de constater que le régime en place essaie de rompre complètement avec les pratiques des anciens régimes.

Un projet de dévalorisation des « Tangalamena » et des « Ampanjaka », leaders d’opinion ancestraux se profilerait à l’horizon. Ce projet serait concocté et piloté d’en haut lieu, mais l’exécution incomberait aux chefs de régions. Si pour l’instant, rien n’est encore préhensible et vérifié, les consultations auprès de dirigeants religieux intriguent et conduisent des observateurs à certaines conclusions.

En tout cas, un chef de Région a consulté des dirigeants religieux de sa juridiction sur la question. On ne sait pas pour le moment l’objectif final d’un tel projet. Là où plus d’un s’interrogent : la présence de ces leaders d’opinion constitue-t-elle un obstacle au développement régional ? Ou bien ces chefs traditionnels seront-ils les forces de frappe envisagées par le régime pour réussir le « Madagascar Action Plan » (MAP) ? Il faut dire que chaque tribu ou chaque « Foko » a sa propre tradition dont ces « Tangalamena » et « Ampanjaka » en sont en général les détenteurs. Mais, il n’y a pas que la tradition ou les pouvoirs ancestraux. Ces « Tangalamena » et ces
« Ampanjaka » sont également détenteurs de la « sagesse » et d’une certaine notoriété dans leurs fiefs. Ces pouvoirs leur permettent quelquefois de faire pression sur les dirigeants politiques. La preuve, si un candidat à la députation veut par exemple gagner dans sa circonscription, il suffit de demander l’onction de ces leaders d’opinion. Tout ceci constituerait-il un gêne pour un régime qui a présenté aux dernières Législatives des candidats qui ne sont pas originaires des circonscriptions concernées. Ou ce régime entend-il récupérer en sa faveur cette « force tranquille » des chefs traditionnels ? La logique veut toutefois que les tendances aillent vers la volonté de ce régime de s’affranchir de toutes les attaches qui freinent le développement rapide et durable qu’il veut mettre en marche.

Le début du deuxième mandat de Marc Ravalomanana est marqué par la rupture avec certaines pratiques des anciens régimes. Le régime de l’amiral Didier Ratsiraka et du Pr Zafy Albert avait favorisé le culte des traditions ancestrales dont les « Tangalamena » et ces « Ampanjaka » sont parties prenantes.

Rompre avec les anciennes pratiques Plus d’un se souviennent encore de l’assiduité du président Zafy Albert lors des événements comme le « Fitampoha » ou le « Sambatra ». Sous le régime de l’amiral Didier Ratsiraka, le critère d’équilibre régional et ethnique entrait en jeu dans la composition de l’équipe gouvernementale. Actuellement, le pouvoir Ravalomanana commence à rompre complétement avec ces pratiques qui n’auraient pas profité au développement du pays. D’abord, on n’a jamais vu la présence du président Marc Ravalomanana lors des événements comme le « Fitampoha » ou le « Sambatra ». Par contre, sa présence est toujours signalée lors des grands événements organisés par les églises au sein du FFKM. Ensuite, le président Marc Ravalomanana commence actuellement à écarter complètement le critère d’équilibre régional et ethnique dans la composition du gouvernement. A preuve, le nouveau gouvernement ne compte en son sein que deux personnalités, apparemment d’origine côtière (Tsiandopy Jacky Mahafaly et Manorohanta Cécile). Une composition qui ignore la plupart des régions de l’île. Heureusement que la décentralisation prévue dans la Loi des Finances 2008 donne des signes encourageants pouvant apporter des changements et des améliorations plus rapides et plus concrets dans ces parties de l’île.

Espérons en tout cas que cette rupture avec les pratiques des anciens régimes menera au développement équilibré de toutes les régions.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS