Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 3 décembre 2020
Antananarivo | 10h40
 

Politique

Le CT Thierry Rabary et les résultats des élections

« Chaque institution a ses attributions »

mardi 7 janvier 2014 | Haingo

Le membre du Congrès de la Transition, Thierry Rabary, a donné son point de vue face à la situation actuelle du pays surtout en ce qui concerne les élections. Face aux fraudes massives que des candidats aux élections (législatives et présidentielle) essayent de dénoncer et de véhiculer, il a expliqué que ces dites anomalies doivent être traitées par l’institution souveraine qui a été mise en place pour se charger de ces affaires. Il en est de même pour le non respect de la loi ou encore du code électoral. Il ajoute que si une ou plusieurs personnes ont remarqué des fraudes auprès de certains bureaux de vote, qu’elles déposent des requêtes et attendent les décisions de la Cour électorale spéciale (CES) en toute confiance et paisiblement. C’est aussi le cas pour les requêtes de disqualification des candidats, selon lui. Recourir à la CES ne veut pas dire que les candidats qui ont porté plainte peuvent ordonner aux membres de cette institution de disqualifier des candidats ou d’éliminer des voix dans certains bureaux de vote. C’est toujours la responsabilité de la CES de sanctionner ceux qui n’ont pas respecté la loi ou ont commis des fraudes.

À propos de la Cenit, elle a comme attribution de collecter et de faire des observations après confrontations selon toujours ce politicien et candidat aux dernières législatives. Elle n’a pas été mise en place pour éliminer des candidats ou pour juger les fraudes et les anomalies. Elle proclame des résultats provisoires avec les observations qu’elle remet à la CES, affirme Thierry Rabary. Ainsi il n’appartient pas au candidat de faire d’auto-proclamation sur sa victoire en annonçant un autre résultat, a-t-il réitéré.

Concernant les rumeurs qui circulent depuis quelques jours sur l’imminence de manifestations de contestation des résultats déjà publiés par la Cenit, ce membre du Congrès de la Transition a précisé que les Malagasy cherchent à présent l’apaisement et la sérénité. Sur un autre point, ce membre du congrès de la Transition a expliqué que les activités des parlementaires se poursuivent jusqu’à l’installation des nouveaux députés élus. Il est à rappeler que Thierry Rabary faisait partie des candidats de « Mapar » aux législatives dans le district d’Avaradrano le 20 décembre dernier. Selon les résultats provisoires de la Cenit, il est à la deuxième position si le candidat de la mouvance Ravalomanana occupe la première place. De ce fait, il réfute les informations qui disent que « les deux places pour ce district ont été emportées par une seule mouvance », et déclare que la décision finale appartient à la CES.

10 commentaires

Vos commentaires

  • 7 janvier 2014 à 09:06 | mpitily (#1212)

    Je vous (les opposants surtout) l’avais pourtant bien dit : cette FdR du GIC est un piège à c... et la CENIT et la CES sont tout sauf indépendantes et neutres. Vous n’en aviez cure et vous récoltez maintenant les résultats de vos mauvais choix ! Tant pis pour vous ! Respectez votre choix jusqu’au bout et tenez tous vos engagements (accepter les résultats de la CES) ! C le prix des strapontins ministériels et des quelques sièges insignifiants au CT et au CST.

    Vive l’ICG ! A bas le GIC !

  • 7 janvier 2014 à 10:11 | Raol (#529)

    Ity resabe momba ny fanodinkodinana vato faobe ity (fraudes massives) dia nivoaka t@ vavan’ny mpomba an’i JLR sy ny movansy ravalomanana t@ fihodinana faharoa farany teo noho ny fahitany fa resy izy ireo. Tsy nahitanteny anefa izy ireo t@ fihodinana voalohany satria angaha nitarika (???), dia tsy nahita kianina firy koa t@ latsabato solombavambahoaka koa torak’zany(???), tena mahagaga, miovaova hatrany ny fillazany fa hoe vato nadreseny an’i HR. Soa ihany fa hendry ity farany ka mangina ary mametraka @ CES ny fitokisany. Eny, CES no lazainy fa ny vahoaka malagasy maro an’isa no tena tompon’ny teny farany, satria ny fanapahankevitry ny CES dia tsy afaka hivaona @ safidin’ny malagasy maro an’isa na ahoana na ahoana. Na izany na tsia, aleo hitabataba ireo tsy mahazaka ho resy, satria efa tandra vadinkoditra ho azy ireo ny fanamboniantena sy ny tsy fandeferena, ary indrindra indrindra ny soa iombonana. Soa ho an’ny faritra vitsivitsy ve no tadiaviny ? Tsia, mbola loza noho izany aza : soa ho an’olontokana dia tsy iza fa i Marc Ravalomanana, ilay mesia, andriamanitra kely ho an’olona sasany, eny, na mpitondra fiangonana tokony ho fitaratra aza manao an’io lehilahy io ambony noho ny Tompony any an-danitra. Miala tsiny fa fijeriko izany. Fa dia hiara-hahita isika dia hifampijery eto, ary samia velon’aina hoy ny andaniny sy ny ankilany. Ho ahy, tsy hisy korontana izany eto satria efa hendry ny vahoaka, mahalala ny ataony, tsy hoe rehefa tsy lany ny tohanako dia higafy aho, sanatria. Mamporisika ny mpitandro ny filaminana koa tsy hisalasala handray ny andraikiny amin’ireo mitady hanao ratsy ity firenena ity. Ao afaranareo ny tena maro an’isa, ary amin’ny anaran’ny vahoaka malagasy no iasanareo. Misy ny efa nampiady ny vahoaka t@ mpitandro ny filaminana izay zana-bahoaka ihany : ray , rahalahy, zanaka. Tsy ketrina anefa ny vahoaka fa mahalala tsara ny ataony. Mahereza daholo ! Masina ny tanindrazana.

  • 7 janvier 2014 à 11:29 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Remarque faite par le Directeur de la législation et du contentieux auprès du Secrétariat Général du Gouvernement qui a saisi la ces-2 d’une requête en interprétation de la décision portant ==annulation==du décret n° 2 103-593 du 06 Août 2 013.
    - "Les Membres du Gouvernement d’Union Nationala et les Chefs d’Institution,à la suite de l’entrée en vigueur du décret n° 2 013-593 du 06 Août 2 013,ont exercé ==en toute logique ==et ==toute légalité==,les droits accordés par les dispositions du dit décret :
    - tant au premier tour,
    - qu’au second tour de l’élection présidentielle jumelée avec les élections législatives.
    Le Représentant de l’Etat de poser TROIS questions :
    Primo
    La décision a-t-elle un effet rétroactif ?
    Secundo
    L’annulation du décret a-t-elle un effet sur la situation de l’ensemble des acteurs et de la collectivité qui l’ont appliqué==en toute bonne foi==et en toute légalité ?
    Tertio
    L’annulation du décret entraîne-t-elle de facto :
    - l’annulation des voix obtenues
    - ou une disqualification des candidats ayant bénéficié ==de la Présence des Chefs d’Institution==et ==des Autorités Politiques==au cours de la propagande.

    - "La ces-2 de répondre
    - qu’il est de principe de droit que l’annulation d’un acte administratif (-décret-) est rétroactive,
    - que l’acte est censé n’avoir jamais existé
    - et ses efforts juridiques réalisés doivent être anéantis".
    - La ces-2 considère toutefois
    - que le droit comparé enseigne qu’à titre exceptionnel,selon une jurisprudence récente (-française-),dans le but de l’intérêt général,le juge ayant prononcé l’annulation de l’acte administratif (-décret-),peut être conduit à==moduler==dans le temps,les effets des annulations découlant ==des illégalités relevées==et==à faire aussi une exception==au principe de l’effet rétroactif des annulations contentieuses".
    TOUT CECI POUR DIRE :
    "il appartient à la ces-2 d’apprécier souverainement les effets de l’annulation d’un acte administratif (-décret-) en fonction des circonstances et des spécificités du processus ==de sortie de crise==.

    ANNULATION ou DISQUALIFICATION
    - "Concernant l’annulation des voies obtenues,ou la disqualification des candidats suite à l’annulation du décret n° 2013-593 du 06 Août 2013,la décision du 27 décembre 2013 relative à cette requête en interprétation de souligner également qu’en état de cause ,la ces-2 apprécie souverainement :
    - les opérations et faits constatés
    - ainsi que la force probante des pièces produites à l’appui des moyens évoqués.
    La ces-2 de signifier
    - que les décisions d’annulation des voix éventuellement obtenues pour chaque candidat ou de la disqualification du candidat seront prises,
    - en tant que besoin,conformément aux dispositions législatives en vigueur.

    BREF,le second tour présidentiel n’est encore joué.

    • 7 janvier 2014 à 14:11 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Bien sur que le tour ( 2kon) est joué avant même de commencer la partie .
      Croyez-vous que la CES va annuler cette élection , avec le pognon que ça a couté , que les acteurs et sponsors vont remettre le couvert et la main à la poche, pour ce simulacre !
      C’ est certainement la fôte aux zétranzés, mais vous avez tout faux, comme plus que souvent, pour ne pas dire : d’ hab.

  • 7 janvier 2014 à 12:13 | violety (#3681)

    Effet retroactif dites - vous ? Robinson est disqualifié en premier car Mamy Pdt CT était toujours à ses côtés au Premier tour ? et Hery au second tour avec ANR Pdt de la Transition. Les deux seraient disqualifiés donc, et on refait les élections ou on passe au 2° tour entre Hajo et Roland !! quel cirque !!! non la CES ne va pas rouler dans cette nouvelle aventure.

    • 7 janvier 2014 à 12:37 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à violety

      S’il y a disqualification des deux candidats à l’élection présidentielle :
      =LES MILITAIRES DEVRAIENT PRENDRE ACTIVEMENT LE POUVOIR=
      Il faut un "POUVOIR FORT" pour remettre Madagascar sur le rail du "DEVELOPPEMENT".
      C’est une solution sans appel !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 7 janvier 2014 à 14:15 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      2ème Q br : silence & rompez !

    • 10 janvier 2014 à 10:51 | Mahefa (#8067) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Miaramila ve ilay olona miteny sa inona ny antony hivoizana lava an’ity fahefana tokony ho raisin’ny miaramila ity ?
      Rehefa mandray fahefana tsy mifanaraka @ eritreretina ny miaramila de lazaina fa tokony hijanona an-dakazery, fa rehefa metimety @ eritreretina dia hoe raiso ny andraikitraeo ry Miaramila !!!
      Izao no izy efa nomena ny miaramila ny fahefana t@ 1972 ary niteraka korontana ka nahatonga an’i Gal Ramanantsoa namindra fahefana, ilay nandimby azy moa tsy naharitra ela araka ny tantara. Tonga indray ny miaramila iraika lahy (kapiteny lasa amiraly) 20 taona izy nitondra teo niaraka t@ miaramila Victor Ramahatra sy Rakotoarijaona Désiré, niaraha-nahita ny nifaran’ny firenena
      Na dia sivily no nitondra taty aoriana fa vao nidiran’ny miaramila Rabemananjara Charles dia iny rava hitan-tsika iny...
      i Camille Vital moa dia tsy resahintsika ny code d’honneur-ny rehefa nanohana an’i JLR izy...
      ka noho ireo antony ireo dia tena leom-boananana @ miaramila izahay tompoko ka asakasakareo !!!

  • 7 janvier 2014 à 19:54 | Radepy (#7163)

    Celui-là a fait son cinéma quatre années durant pour finalement accepter un siège au congrès et se positionner là où ses intérêts ...

    Une Institution électorale n’est souveraine que lorsqu’elle est impartiale et indépendante ... Or la CES2, de par sa composition n’est ni ... ni ... Par conséquent, il est du devoir des candidats victimes des irrégularités et fraudes de dénoncer et même véhiculer auprès du peuple souverain de tout pouvoir ... afin de rétablir l’ordre Constitutionnel.

    Ainsi, par la force des choses, une auto-proclamation ...

  • 8 janvier 2014 à 22:27 | Zafimaro (#3479)

    tsy maintsy asiana vaha olana maika ka ity ihany no malaky : greve generale illimitee jusqu’a la fin des dj tgv fery vao2 voleurs menteurs tueurs

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS