Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 17 juin 2019
Antananarivo | 12h49
 

Editorial

Ces hommes épris de progrès et de justice… même pour les femmes

mercredi 22 octobre 2014 | Mireille Rabenoro

Une fois de plus, notre pays vit au rythme des « adilahy politika », ces affrontements dont nos hommes politiques ont le secret. Dans ce contexte tendu, Onitiana Realy a choisi de demander à l’ancien Premier Ministre Omer Beriziky de commenter la situation présente lors du dernier « Invité du Zoma ». Et il a apporté une bouffée d’oxygène vivifiante à nos esprits asphyxiés par la mauvaise foi et la langue de bois dont nos hommes politiques nous matraquent.

Rompre avec les pratiques politiciennes habituelles, et aller de l’avant

Omer Beriziky n’est pas un homme politique, du moins comme on l’entend aujourd’hui à Madagascar. A le voir parler, on se demande comment il a fait, ayant été Premier Ministre pendant plus de deux ans d’un régime de transition haut en péripéties, pour ne pas être contaminé par le virus de la versatilité qui caractérise nos hommes politiques.

Significatif : ce qui le révolte le plus, apparemment, c’est l’infantilisation du peuple, dont les hommes politiques achètent les faveurs à coups de « lamba ho rovitra rahampitso », de teeshirts et de vaines promesses. Et pour montrer à qui il doit le respect, il a adressé son message final non au peuple malgache, qui possède suffisamment de sagesse pour se passer de ses conseils, mais aux hommes politiques.

Il n’a pris partie pour personne. Il a asséné un coup à gauche, un autre à droite, avant d’avancer une option pour faire un pas en avant : si aucune mesure concrète n’a été prise jusqu’à dimanche dernier, jour du retour au pays de Marc Ravalomanana et sans doute raison de ce retour pour amorcer le processus de réconciliation nationale, il faut se décider à prendre ses responsabilités et rattraper le temps perdu en entamant les discussions maintenant, en vue de la réconciliation prioritaire de l’actuel Président de la République et de son prédécesseur.

Moralisation de la pratique politique, égalité entre les citoyens : la même marche vers le progrès

En février dernier, le Conseil National des Femmes a décerné à quelques personnalités de la Transition, dont le Premier Ministre Beriziky, une marque de reconnaissance pour service rendu à la cause de l’égalité hommes-femmes. En effet, après la signature de la Feuille de Route en septembre 2011, les hommes politiques s’étaient partagé les sièges dans les institutions de la Transition en se basant sur deux des principes d’équilibre, politique et régional, prescrits dans le document de référence, sans prêter la moindre attention au troisième principe, celui de l’équilibre de la représentation des hommes et des femmes. Seul le Premier Ministre s’y était attaché, avec pour résultat un nombre record de neuf femmes au Gouvernement.

Les ultraconservateurs prétendent que l’égalité hommes-femmes conduit à la déstructuration de la société. C’est ce que pensaient aussi les défenseurs de l’esclavage. Jusque dans les années 1960, un siècle après l’abolition de l’esclavage, la ségrégation raciale était considérée par beaucoup d’Américains comme ‘naturelle’ ; l’abolir pour instaurer l’égalité déstabiliserait l’équilibre social. Qui, aujourd’hui, se hasarderait à démontrer qu’en devenant plus égalitaire, la société américaine est devenue plus chaotique ?

L’égalité hommes-femmes, facteur de mieux-être social

Il y a vingt cinq ans, l’Assemblée Nationale ratifiait la Convention des Nations Unies sur l’Elimination de toutes formes de Discrimination à l’égard des Femmes. Un an après, elle votait la loi sur le zara mira, qui abolissait la règle séculaire du kitay telo an-dalana : au lieu du tiers des biens du ménage traditionnellement attribué à la femme en cas de séparation des époux, la loi lui accordait désormais la moitié. A l’origine de ce pas décisif vers l’égalité hommes-femmes : la Première Dame Céline Ratsiraka et le ministre de la Justice Imbiki Anaclet, qui ont trouvé les arguments pour convaincre les députés (dont 98% étaient alors des hommes) que la loi n’allait pas déstructurer la société ni troubler l’ordre social en encourageant la révolte des femmes.

Vingt cinq ans après, il apparait aujourd’hui que la loi du zara mira, loin de semer le désordre dans les ménages, aura permis aux femmes répudiées (ce qui est le plus souvent la cause de la séparation) de mieux affronter la charge d’élever seules leurs enfants (ce qui est aussi le plus souvent le cas, le mari prenant aussitôt une autre épouse dont il a eu / aura d’autres enfants).
Parce qu’elle était séculaire, une règle inique était présentée par les conservateurs comme structurante. Il aurait donc été dangereux pour la stabilité sociale d’y toucher. L’expérience a démontré qu’il n’en était rien ; qu’au contraire la loi qui l’a remplacée, tout en apportant plus d’égalité entre les époux, bénéficie également aux enfants.

En définitive, favoriser l’égalité hommes-femmes, c’est aussi favoriser le progrès. Et ce n’est pas seulement l’affaire des femmes. Le progrès social, y compris par la rationalisation des pratiques politiques, concerne évidemment les citoyens comme les citoyennes.

7 commentaires

Vos commentaires

  • 20 octobre 2014 à 09:37 | Isambilo (#4541)

    Kitay telo an-dalana n’était pas une loi inique, elle reflétait tout simplement les valeurs morales de l’époque. Ce temps est révolu et la loi n’avait plus lieu d’être.
    Pour ce qui est du fond, égalité entre les femmes et les hommes, plus les femmes gagneront en autonomie (financière ET intellectuelle) plus elles s’imposeront d’elles-mêmes. Mais c’est une bataille à refaire à chaque nouvelle génération. Comme pour la démocratie.

  • 20 octobre 2014 à 11:15 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    "Significatif : ce qui le révolte le plus, apparemment, c’est l’infantilisation du peuple, dont les hommes politiques achètent les faveurs à coups de « lamba ho rovitra rahampitso », de teeshirts et de vaines promesses. Et pour montrer à qui il doit le respect, il a adressé son message final non au peuple malgache, qui possède suffisamment de sagesse pour se passer de ses conseils, mais aux hommes politiques."

    L’infantilisation est la conséquence de la pauvreté du peuple donc il faut s’attaquer à la cause (s’offusquer/se révolter de la cause) mais pas aux conséquences si on veut bien faire.

  • 22 octobre 2014 à 09:49 | joba (#1217)

    C’est comme la démocratie, ça se mérite. Ce n’est pas la peine de réinventer la roue mais les droits des femmes ont été arrachés à l’issue de longues luttes ailleurs en occident ; les malgaches ont même devancé les suissesses en matière de droit de vote.
    Pour pouvoir vraiment assurer un bon développement, mieux vaut la méritocratie plutôt que le contingentement.
    Actuellement, les filles sont de plus en plus performantes à l’école, ceci est peut être dû au fait que les garçons sont un peu plus favorisés dans le cercle familial et que les filles doivent déjà à leur age faire plus.
    Dans mon domaine, je n’ai jamais fait de distinction entre homme et femme,
    en recrutant une femme ingénieur, les gars du service ont commencé à me demander si c’est un bon choix, le métier étant très dur, nous avons pu évoluer très vite ensemble, la concurrence aidant ;-) Des prestataires étrangers étaient même surpris de la voir se débrouiller très dans un environnement aussi rude. Depuis elle a gravi les échelons.

    Pour terminer, une petite citation :
    La femme qui aspire à être l’égal de l’homme manque cruellement d’ambition

  • 22 octobre 2014 à 13:04 | râleur (#3702)

    Cela manque effectivement cette égalité même dans la vie sociale tout simplement

    Mais en politique, le comportement de l’ancienne Ministre Razanamahasoa ne milite pas en faveur des femmes.

    Elle n’a fait que recevoir des ordres et les appliqués. Or appliquer le Droit ce n’est pas appliquer l’ordre d’un personne physique ou morale.

    Alors qu’elle est Ministre, elle s’est conduit comme une "femme au foyer" bien de chez nous, qui ne se sent pas égal de "l’homme au foyer" et ne fait qu’appliquer les ordre de celui-ci.

  • 22 octobre 2014 à 14:18 | Turping (#1235)

    - Titre/ :◦Ces hommes épris de progrès et de justice… même pour les femmes
    - Mireille Rabenoro est aussi spécialiste pour dénoncer le bafouement des droits de l’Homme ,des femmes particulièrement en scandant la parité Homme/Femme dans un pays où la vraie démocratie ,la vraie réconciliation placant les "adilahy politika" ,les conflits d’intérêts ,les intérêts personnels devant les intérêts du peuple ,la souveraineté plus particulièrement.
    - La phrase du "Che Taranaka " ,un forumiste m’a fait rappeler son propos "ny gasy toy ny faty entin’alina" ,les malgaches sont comme des cadavres qu’on transporte dans la nuit sans droit ni le droit d’émanciper leur devoir ni le désir de subvenir même à leur besoin quotidien .
    - Faire la politique ,être au pouvoir c’est faire le "business" ,jouer le rôle de l’usrpateur pour se l’approprier ,pour s’enrchir mais non pas pour concourir au changement sociétal.
    - Madagascar n’a jamais connu de vraie révolution populaire ,de lutte contre le non avancement sociétal et encore moins pour révendiquer leur droit souvent réprimé par le pouvoir de l’absolutisme ,les gouvernances depuis l’indépendance octroyée sur un plateau d’argent sous forme de dépendance où les corruptions et se soumettre sur l’ordre de "reny malala " étaient de mise . Rituel où les intérêts ne profitant que quelques Hommes véreux du pouvoir devient la tradition ,....
    - La logorrhée ,la langue de bois est la spécialité de nos Hommes politique quand on regarde sur l’acte où rien de concret n’a été fait depuis des décénnies alors que Madagascar a une grande potentialité à s’en sortir à condition que son peuple possède des vrais leaderships assoiffés du progrès de rassemblement réconciliateur pour discuter autour d’une table . Nous ne sommes pas encore à la période de "la renaissance " .C’est la raison pour laquelle on nous appelle au pays des "Babakoto land" .Le vrai changement ne sera pas pour demain ,soyons patients !

  • 24 octobre 2014 à 12:18 | tsimahafotsy (#6734)

    C’est marrant !
    Les questions de société trouvent très peu d’écho sur ce forum !
    Mireille Rabenoro écrit à chaque fois des articles super intéressants, pouvant lancer des discussions passionnées et clivantes, et pourtant...
    les frasques de R8 et de Christine déchainent plus les forumistes !
    Peut-être que les clés du problème malgache... inaction,action, réaction sans réflexion se trouvent là.

  • 25 octobre 2014 à 11:04 | violety (#3681)

    JOB était SGA du Leader Fanilo, du temps de feu Herizo Razafimahaleo. Il était à "bonne école" sûrement. Les nouveaux venus , genre Jean Max , Constance, Cyrille, Eric etc... ont une autre vue de l’Ethique Politique. Pauvre Leader Fanilo, qui s’alligne avec les autres dirigeants de partis politiques qui ne pensent qu’à leurs intérêts personnels !!! le Président National, devenu PAN , en tête !!! Dommage......

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS