Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 9 août 2022
Antananarivo | 14h26
 

Politique

Election municipale

Campagne électorale ou campagne de calomnie

jeudi 6 décembre 2007 | Randria N., Rata

Les coups commencent à pleuvoir. A une semaine des élections municipales, une lutte sans merci se dessine dans la commune urbaine d’Antananarivo avec comme en toile de fond, un duel très attendu entre Hery Rafalimanana et Andry Rajoelina. Une bataille communale intéressante avec une issue incertaine se profile à l’horizon. Un suspense que la génération actuelle composant la majeure partie de l’électorat de la capitale de Madagascar n’a connu auparavant. L’élection de Guy Willy Razanamasy, en suffrage universel direct, est passée comme une lettre à la poste ainsi que celle de ses successeurs à la tête de la mairie, Marc Ravalomanana et Patrick Ramiaramanana. Cette fois-ci, ce ne sera plus le cas. Trois gros calibres se sont lancé dans la course, Hery Rafalimanana, Marc Ramiarinjatovo et Andry Rajoelina. Celui-ci semble ces derniers temps subir la foudre de ses détracteurs qui, en perte de vitesse ou à court d’arguments, ou même gagné par la panique, se permettent de donner des coups bas. Plagiat du signe "V" de la victoire, soutenu par les "exilés politiques", fils d’une proche de Guy Willy Razanamasy qui s’est enfuie en Europe, porté à bout de bras, sur le plan financier par un banquier Mauricien et une candidature teintée d’un esprit revanchard. Telles sont les accusations qui pèsent sur le jeune candidat Andry Rajoelina dont même la virginité politique semble être mise en cause.

Allégations gratuites

Sans aucune preuve tangible, ces allégations font pourtant les choux gras des journaux et deviennent un des sujets brûlant de discussions sur les radios privées de la capitale. Le raz-de-marée humain derrière le TGV justifie-t-il ces affirmations gratuites qui risquent d’avoir un effet de boomerang. La propagande, destinée à convaincre les électeurs, est déviée de son chemin en se versant dangereusement dans le fossé de la calomnie et de la diffamation.
Par contre, le jeune Andry du haut de ses 33 printemps, se garde bien de les suivre sur ce chemin qui ne fait que rabaisser les auteurs. Ainsi, lors de sa grande messe du week-end dernier, n’a-t-il pas déjà donner une leçon de sagesse à ses aînés en encourageant ses sympathisants à prier pour ses adversaires, et de se garder de tout acte de représailles à l’encontre de qui que ce soit, si vils et veules que soient ces faits.

A se demander si le monde malgache n’est pas en train de subir une métamorphose radicale, les plus jeunes devenant les gardiens des valeurs tandis que les aînés se perdent dans des démarches au ras des pâquerettes indigne des rangs de notable qu’ils devraient être.

Il ne faudrait pas confondre campagne électorale et campagne… calomnieuse.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS