Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 28 février 2021
Antananarivo | 00h48
 

Région

Toamasina

CCI : Quelle anguille sous la roche ?

samedi 1er mars 2008 | Gilbert R.

Si la Chambre de Commerce, d’Industrie et de prestations de Services (CCI) de Toamasina était une roche difficile à bouger au beau milieu de la route pour le développement régional, les incessants ajournements des élections de membres titulaires pour les quatre ans à venir sont un indicateur fiable… qu’il y a anguille sous la roche. On se demande quelle anguille ?

Bien malin qui la débusquera alors qu’elle s’aggripe à diverses raisons, sinon d’ordre technique, alors d’ordre cyclonique, quand ce n’est pas d’ordre protocolaire, tout simplement. Voyons voir la succession des quatre ajournements écopés par Toamasina au cours des derniers trois mois.

Premier ajournement, du 19 décembre 2007 au 23 janvier 2008 par l’arrêté n° 21 762-2007 du 17 décembre 2007, pour raison technique car le délai de dépôt des candidatures a lui-même été prorogé jusqu’au 13 décembre 2007. Ce qui tend à faire penser que les opérateurs n’étaient pas prêts ; à noter l’ajournement concerne les CCI de Taolagnaro, de Nosibe Helville et de Toamasina.

Deuxième ajournement, du 23 janvier 2008 au 13 février 2008, par l’arrêté n° 2356-2008/MEC du 22 janvier 2008, encore pour raison technique, l’ajournement ayant été demandé expressément par des opérateurs, selon nos informations ; cette mesure concerne la CCI de Toamasina seule.

Troisième ajournement, du 13 au 20 février 2008, par l’arrêté n° 3467-2008 du 12 février 2008, pour la CCI de Toamasina seule, pour raison protocolaire cette fois, les opérateurs étaient sensés rendre les honneurs au président de la SADC/président de la République Zambienne pour une visite guidée de la capitale économique et du premier port de Madagascar.

Quatrième ajournement, du 20 février au 05 mars 2008, pour Toamasina seule, pour raison climatique sous la forme du cyclone "Ivan".

Les pions des groupements

C’est donc la grande manœuvre, comme pour éliminer par essoufflement les concurrents qui manquent de pratique. Il faut savoir que quatre groupes d’intérêt se sont manifestés et s’efforcent de rassembler le plus grand nombre d’électeurs pour ainsi s’assurer un tremplin vers la présidence. Ce sont la JCI (Jeune Chambre Internationale), le GEPTOA (Groupement des Entreprises Promotionnelles de Toamasina), le TSIRY (Groupement des entrepreneurs de l’Alaotra) et le GEPAT (Groupement des Entrepreneurs de l’ex Province Autonome de Toamasina. Celui-ci est le plus ancien et, comme son nom l’indique, sa couverture territoriale s’étend aux dimensions de l’ancienne province de Toamasina, à savoir les régions actuelles : Analanjirofo, Atsinanana et Alaotra Mangoro. Pour autant, les ambitions ne font pas défaut chez les autres. Le jeu des relations stratégiques fait fureur dans le sens horizontal pour étendre les couvertures territoriales, comme dans le sens vertical pour essayer d’imposer des choix, comme s’il y avait des choix imposés. Nonobstant, la folie du pouvoir enlève la peur de l’illégalité chez certains chefs de file. Ainsi des électeurs et des candidats peuvent ne pas satisfaire aux prescriptions légales relatives à la situation fiscale de ces personnes. La loi exige en effet que l’immatriculation fiscale et le numéro statistique, et donc la carte professionnelle de l’électeur, datent d’au moins trois mois avant la date du scrutin. Exigence que la course à la majorité numérique a fait rater à la plupart des inscrits qui ont été recrutés au dernier moment par les différents groupes.

Chacun de ces groupements ont des pions dans les trois collèges électoraux de la CCI, celle-ci étant le sigle nouveau de la Chambre de Commerce réformée. La réforme en question a émancipé le collège Artisanat depuis lors constitué à part en Chambre des Métiers, et le collège Agriculture devenu la « Tranoben’ny Tantsaha » (Chambre d’Agriculture). Les 30 sièges à pouvoir à la CCI de Toamasina se répartissent alors entre les trois collèges à hauteur de 10 dans le collège Commerce, 12 dans le collège Prestation de Services (et professions libérales) et 8 dans le collège Industrie. Quatorze bureaux de vote sont en place depuis le 13 février 2008 et attendent les électeurs. Un bureau de vote sert au minimum dix (10) électeurs)

Après ces ajournements in terminables, on se doute que la plupart des électeurs, qui ont constitué leurs dossiers dans une grande fébrilité depuis le mois de décembre, et les candidats plus que les électeurs sont très nerveux. Un tract a même circulé qui dénonce certaines personnalités haut placées du ministère de tutelle, le MECI, de « magouiller » en faveur de leur « pouliche », quitte à marcher sur le cadavre de la procédure réglementaire et donc de la démocratie, il pèse malheureusement, selon nous, un ultra régionalisme inquiétant.. Et puis quoi encore, disent certains, s’ils veulent parachuter à tout prix leur pouliche, que tout le monde croit connaître d’ailleurs, qu’ils la nomment, les élections ne seront que frime, mais ce ne sera pas la première fois ! »

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS