Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 22 janvier 2021
Antananarivo | 10h00
 

Divers

Toamasina

Bolo arrêté

mercredi 17 septembre 2008 | Gilbert R.

Bolo est enfin arrêté. Bolo, de son vrai nom Randriamanantena Jean Dieudonné Aristide, est ce repris de justice, bandit tristement célèbre à Toamasina. Depuis un certain temps, il fait l’objet d’un avis de recherche et d’un mandat d’amener. Il en avait contre les agents des forces de l’ordre : « Tongava ianareo zandary sy polisy izay hanambotra ahy fa tsimponiko tsirairay ianareo ! ». Autrement dit : « venez, vous gendarmes et policiers chargés de m’arrêter, je vous descendrai un à un ! ». Et encore : « Raha ianareo kolonely, izaho jeneraly, mifamono andalam-pasika eto isika” ou “Si vous êtes colonels, moi je suis général, on va s’entretuer dans les ruelles de sable de Toamasina ! ». Bolo volait des motos qui passaient dans la rue en menaçant les propriétaires avec une arme à feu et un sabre. L’autre fois, c’était deux gendarmes : il a pris la moto, mais a aussi raflé tout l’argent que les deux hommes avaient sur eux. En prime, il a blessé au ventre l’un des deux victimes au couteau.

Arme à feu

Selon le commissaire Imahagaga, qui a convoqué la presse locale pour communiquer l’information, sa piste a été révélée par l’un de ses amis arrêtés. La police a trouvé une balle sur lui. Dernièrement, un habitant du quartier de Morafeno est venu se plaindre au commissariat central que quelqu’un était venu le samedi 13 septembre 2008 le menacer à domicile, avec une arme à la main. Puis, 5 limiers de la police d’intervention, conduits par leur commandant, l’officier Ostrom Whenss, ont ratissé les quartiers indiqués. C’est dans le quartier d’Analakininina, attenant à celui de Morafeno, que les 5 policiers ont réussi à le coincer et à l’arrêter. Il avait encore une arme à feu dans sa poche.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS