Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 15 décembre 2018
Antananarivo | 07h52
 

Agriculture

Agriculture

Autosuffisance en riz : des projets sans réel impact

lundi 24 septembre | Fanambinantsoa

Madagascar continue bon an, mal an, d’importer des centaines de tonnes de riz par an. Et pourtant depuis plusieurs années, les financements en faveur du riz et de l’agriculture ont toujours afflué. Des centaines de millions de dollars sont engloutis dans l’agriculture et le développement rural (environnement, recherches, barrages, irrigation-drainage, laboratoire pédologique ambulant, …) par les partenaires techniques et financiers dans la filière à travers divers projets pour améliorer et faciliter la riziculture et l’agriculture en général.

Le Fonds pour l’Environnement Mondial, l’Agence française pour le Développement (AFD), la Banque mondiale (BM) et l’Etat malgache ont investi 100 (cent) millions de dollars dans le projet PADAP ou Projet pour une Agriculture Durable par une Approche Paysage. Cinq (5) pôles rizicoles sont concernés : Ianonjafy, Analanjirofo, Marovoay, Andapa et Bealanana. Il s’agit dans ce PADAP d’apporter des appuis (barrages et autres infrastructures) et soutiens aux petits producteurs en matière de gestion des eaux (entretiens des bassins versants et gestion des eaux pour l’homme, l’élevage et l’agriculture).

D’après les discours de l’ancien président Hery Rajaonarimampianina et le ministre de l’Agriculture Harrison Randriarimanana, la récolte en riz a augmenté de quelque 300 000 (trois cents milles) tonnes par rapport à la saison précédente. Autrement dit, en plus du climat et de la météorologique qui ont été cléments, les travaux (barrage pour la maîtrise des eaux, ravitaillement en semences et engrais…) entrepris ont porté leurs fruits.

Cela n’empêche que le pays ne peut se passer des importations. Et le chef d’Etat par intérim, Rivo Rakotovao envisage déjà d’attirer l’attention des importateurs de riz en vue de la période de soudure, la période de vache maigre, pour éviter l’augmentation de son prix sur le marché. Il faut constater que les prix du riz ont déjà augmenté, notamment le riz produit localement ou « vary gasy ». De 1600 ariary/kg le « vary gasy » est passé progressivement à 1680 ariary puis aujourd’hui à 1750 ariary/kg ; le riz Makalioka atteint les 1800 ariary voir 2000 ariary/kg. Le riz importé ou le riz « stock » est plus abordable 1400 ariary/kg. La FAO note en 2017 que Madagascar figure au 19è rang mondial dans la production de riz mais nous sommes le second (2è) grand consommateur au monde. Et ce même si les foyers paysan et urbain souffrent de la cherté de la vie et réduisent leur ration de riz. Même si beaucoup de Malgaches ne mangent plus du riz qu’une fois par jour. D’ailleurs de très nombreux paysans riziculteurs alternent le riz et le manioc ou la patate durant la période de soudure.

Importations de riz

Année
Quantité de riz blanc en tonnes
Valeur en ariary
2013
425 260
424 549 539 238
2014
364 205
356 827 900 040
2015
259 531
278 436 101 168
2016
234 531
286 216 927 508
2017
362 417
477 533 067 757

Source : Douanes

Madagascar est encore loin de l’autosuffisance alimentaire faute semble-t-il, non pas de surface cultivable et de terres potentiellement rizicole, mais parce que ces terrains ne sont pas aménagés comme il se doit. Selon les chiffres de la FAO en 2017, il y a quelques deux (2) millions de ménages riziculteurs répartis sur près d’un million deux cents mille (1,200 000) hectares de rizières qui produisent en moyenne annuellement trois millions quatre cents mille (3,400 000) tonnes de paddy. La FAO relève cependant que seules cent mille (100 000) hectares de rizières sont irriguées de manière rationnelle et elles donnent des rendements de l’ordre de 6t/ha ; le reste n’enregistre que des rendements qui varient de 1,5t à 3t/ha.

Toujours d’après la FAO, Madagascar offre 58,7 millions d’hectares de terres potentiellement agricoles dont huit (8) millions d’hectares facilement aménageables en rizière.

Ainsi beaucoup de projets sont développés ces dernières années. Il en est ainsi du projet PAP-Riz qui en est à sa phase II et qui a vu dans ses onze (11) zones d’intervention, des rendements à la hausse, atteignant la moyenne de 5t/ha. PAP-riz II est entre autres déployé dans le bassin de Morondava et couvre environ 550 000 ha de rizières.

Des initiatives sont aussi conduites par le gouvernement malgache avec le Maroc pour définir le type de sol et les semences qui conviennent pour obtenir l’optimum de production agricole. On citera aussi celle de l’AMDP ou Agence Malagasy de développement Economique qui a effectué des essais dans les jardins du palais présidentiel d’Iavoloha où elle a obtenu un rendement de 10t/ha.

Mais tout ceci demeure des oasis florissants au milieu d’un désert de rendement et de productivité misérable. C’est insignifiant car cela ressemble à une goutte d’eau dans un océan de médiocrité. La FOFIFA produit certes des semences améliorées et on parle aujourd’hui de pépinières de riz-hybride mais le constat est que ces projets et ces recherches ne résolvent pas le problème de la satiété en riz.

Et puis que faut-il penser de ce projet conduit sur des sites pilotes dans l’Itasy par le gouvernement malgache, la FAO et Africa-Rice sur la manière et les techniques d’évaluation des rendements ? Est-ce à dire que la production rizicole enregistrée à partir des rendements effectués jusqu’ici est fausse ? Quoi qu’il en soit, le fait est que malgré les gros financements en faveur de l’agriculture et de la riziculture, jusqu’ici le commun des paysans riziculteurs n’a pas vu ni vulgarisateur, ni technicien agricole lui prodiguer des conseils ; il n’a rencontré que des commerçants de produits chimiques (engrais et pesticides) et des intermédiaires véreux. Le paysan continue à se débattre dans l’insécurité sur tous les plans.

33 commentaires

Vos commentaires

  • 24 septembre à 09:10 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090)

    Encore une belle entourloupe !
    Depuis longtemps les importations sont privilégiées, car elles permettent de se faire « des plus values » pour quelques membres de la caste dirigeante !
    Bien entendu cela serait impossible dans une véritable politique agricole de développement qui demanderait beaucoup de travail d’encadrement des agriculteurs et d’énormes investissement
    Malgré le fait que certains membres de cette fameuse caste soit formés aussi dans les métiers de l’agro alimentaires ,c’est l’affairisme ,comme dans dans beaucoup de secteurs professionnels ,qui prévaut avec la mentalité pourrie qui a été développée, suite au célèbre 25 ans de socialisme triomphant
    Ratsiraka en monopolisant le pouvoir ,coûte que coûte ,est bien a l’origine des errements de la caste !
    Malgré cela ,il vont lui faire des obsèques nationales en dépensant encore des milliards qui profiterait pourtant beaucoup mieux aux pauvres
    Déchéance profonde des grands cerveaux m.rn , qui ne regarde plus que leurs portes monnaies et qui se fo.utent de la patrie et de la nation malgré leur soit disant nationalisme !

    • 24 septembre à 09:45 | manga (#6995) répond à ALIBABA SANS LES 40

      Quand j’ai vu le ministre de tutelle de son époque, j’étais exacerbé de l’entendre dire que la population n’a guère à se soucier puisqu’il n’y aura pas de pénurie durant.
      Motif : les prérogatives prises à l’encontre sont l’importation à outrance, quitte à faire venir des denrées pourris que moisis : comme c’est la quantité qui compte, la maladie ne survient qu’après en avoir consommé.
      Non seulement, et avec un économiste de surcroît comme notre cher et vénéré, récipiendaire de tous les honoris causa collecté dans tous les quatre coins du monde , la balance commerciale a toujours été le cadet de son souci ; d’autant plus que la négociation avec les bailleurs traditionnels a perpétuellement tourné tout court ; à défaut, la population devrait se contenter avec la FEC, dont la plupart a été dépensée pour de la futilité telle que des nominations de chef d’institution et de gouvernement ainsi que des reformes à faire remuer toute la planète.
      Mais en voyant la repartition géographique, tout porte à croire que la culture est réservée tout particulièrement tout au nord de l’île ; or que même la FAO a lancé une alerte qui sévit le sud.
      Et quand je parle du sud ; c’est plutôt celui d’Atsimo-Andrefana dont le Bas Mangoky ainsi que celui de Bezaha lesquels le Sud demeure un cimétière de projets.
      Et voilà quand on parle de Mandat qui promet en l’an 2030.

    • 24 septembre à 15:23 | tsirah (#10314) répond à ALIBABA SANS LES 40

      io ravalomanana sy rajoelina io no nahatonga ny malagasy nanafatra vary be indrindra soa ihany fa ankehitriny niena izany fanafarana vary izany nohon’ny fanampiana sy ny famporisiana nataon’ny filoha hery rajaonarimampinianina ny tambanivolo mpampoly sy mpiompy ka tena azo lazaina fa nahafapo ny vokatra

    • 25 septembre à 13:56 | jules (#2904) répond à ALIBABA SANS LES 40

      Vous avez viré RA8, bien maintenant si vous ’étes pas content c’est bien fait pour vous.
      Il était le seul à pouvoir sortir de la misére ce pays de babakoto.

  • 24 septembre à 09:44 | Midabetsy (#8062)

    ny projet eto M/car dia natao ho an’ny tekinisianina sy ireo prestataire de service ny 3/4 :
    - achat 4x4 et moto - salaire et indemnité - atelier et réunion dans des hôtels de luxe - visite à l’extérieur - ......
    Inona ny voka-bary andrasana amin’izany.

    • 24 septembre à 10:43 | manga (#6995) répond à Midabetsy

      Prendre le mal en patience : fisandratana 2030.
      Il reste encore quelques parcelles de terrain à frauduleusement subtiliser sur les 586.000Kms², et conformément à la ZES, côté mer, comme la frontière est bien gère par les envahisseurs.
      La HCC l’a validé, il faut s’y fier, et quoi que l’on pense.
      Un alibi qui range les magistrats dans le sens unique qu’est la relax systématique.
      Où va ce pays ???

    • 24 septembre à 12:27 | rakoto-neutre (#8588) répond à Midabetsy

      =jusqu’ici le commun des paysans
      riziculteurs n’a pas vu ni
      vulgarisateur, ni technicien agricole
      lui prodiguer des conseils=
      hatreto dia mamboly @ zay saim-patany ny ankamaroany, tsy ampy fanentanana fa ny fambolena nentim-paharazana ihany no maro mpanao. Hatao inona anefa ireo vola be ireo ? Hividianana 4x4 sy ny fanaovana faktiora hosoka ary fandaniana tsy misy idiran’izay famokarana. Tia tena ny mpitondra fa ny ho ao ampaosiny no betsaka. Tamin’izaho mpianatra dia sahin-dry zareo mpiandraikitra t@ zany ny nanome anay varin’alika nefa dia misy soratra hoe =RICE FOR DOG= mihitsy eo @ gony fonosany ; ny riz de luxe anefa aondrana. Ka ny mpanao pôlitika gasy dia tahaka ny =HAO=, izy lolohavina indray no manaikitra.

  • 24 septembre à 10:56 | vatomena (#8391)

    Les M ...rina ont le droit d"avoir des défauts ,n’est ce pas lafusykrill ?

  • 24 septembre à 11:43 | PERICLES (#10337)

    Eh oui... un rendement médiocrissime. Et la solution à promouvoir n’est certainement pas dans une mécanisation illusoire ou pire l’abus d’engrais chimiques importés à grand frais. Pourquoi alors que la main d’œuvre ne manque pas, Madagascar ne concentre-t-il pas ses efforts sur le développement de la méthode SRI (Système de Riziculture Intensive) qui a pourtant été développée dans la région d’Ambositra par le père Henri de Laulanier ?
    Évidemment c’est l’exigence de l’apprentissage de nouvelles méthodes de travail, mais dans un pays si jeune on pourrait espérer que la jeunesse ne se tourne pas vers la simple reconduction des méthodes ancestrales ou la récrimination à l’égard d’un pouvoir central, mais qu’elle se prenne en mains pour se sortir de la misère avec des méthodes accessibles qui ne nécessitent guère de moyens.
    Certes ce n’est pas la solution pour tous les types de configurations de rizières mais il y a déjà beaucoup à faire. Une asso (il y en a peut-être d’autres du moins je le souhaite) Tefy Saina fait la promotion du SRI mais cela va bien trop lentement http://www.tefysaina.org/ et https://www.srimadagascar.com/

    • 24 septembre à 12:35 | dominique (#9242) répond à PERICLES

      Bjr : Vous n’avez pas compris ? a 95% c’est pas un poil qu’ils ont au creux de la main ; mais c’est une canne ...

    • 24 septembre à 13:25 | PERICLES (#10337) répond à PERICLES

      @dominique
      Comme votre commentaire est pitoyable, superficiel et dépourvu de toute bienveillance. Bien sûr à Madagascar comme partout ailleurs il y a des fainéants et des oisifs. Bien sûr l’assistanat pur qui déverse des dollars ou des euros (du moins pour ce qui reste après le passage par le tamis de ceux qui savent en détourner leur part...) n’est pas un moteur qui pousse à progresser quand il n’est pas accompagné d’une exigence et d’un suivi attentif.
      MAIS votre caricature facile et votre généralisation rapide ne sont pas le reflet de la population que je connais.
      Votre propos sent même très mauvais avec ses relents que l’on pourrait supposer pleins d’un néo-colonialisme imbécile (à mille lieux de certains qui furent des colons bâtisseurs d’un développement associant la population). Les malgaches, face à l’extrême misère dans laquelle ils survivent au quotidien, font preuve de courage et d’énergie. Ce sont ces malgaches là qui pourront, si on leur apporte de manière structurée, exigeante et attentive, un accompagnement réel sur des choix pertinents, assurer enfin un jour le développement de la Grande Ile. Bon d’accord... il y a du boulot. Même pour vous si cela vous intéresse de vivre sans acrimonie mais dans l’espérance de participer à la construction d’un avenir meilleur.

    • 24 septembre à 13:44 | zean-ba (#10000) répond à PERICLES

      Merci pericles, d’avoir remis a sa place ce dominique.
      Rares sont les gens comme vous qui osez poster autre chose que du dénigrement systématique.

    • 24 septembre à 17:00 | vatomena (#8391) répond à PERICLES

      Là ou vous avez raison Péricles c’est quand vous soulignez l’indolence de la jeunesse . Partout ailleurs c’est la jeunesse qui fait les révolutions , qui adopte toutes les innovations , qui copie l’étranger quand c’est pour le meilleur . La seule révolution sociétale ici c’est l’usage abusif de la tablette ,du smartphone .....

    • 24 septembre à 17:36 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à PERICLES

      Zean ba tar ,
      Qu’est ce qu’il t’ont fait les vazaha ?
      Il y en a un qui t’a so.domisé subrepticement à l’insu de ton plein gré ?
      Ou alors tu travailles en France et les vazaha t’enm.erde au boulot ou ailleurs ?
      J’ai la solution,dégage de ce pays et retourne dans le tien ,surtout si tu as la double nationalité !
      Cela fera de la place pour nous et t’évitera des soucis dans un avenir proche !

    • 24 septembre à 20:28 | MALIBUC (#9345) répond à PERICLES

      Dominique a raison,
      Il suffit de voir les jeunes (et il y en à M/car),
      qui errent dans les rues, téléphone portable dans la main, regard agressif, etc.
      Ils s’en contre foutent.
      Pas de vola....on vole...
      Puis on picole Thb et on baise et les jours se ressemblent.
      Tu vas les mettre au travail toi ?
      Bon courage.

  • 24 septembre à 12:22 | Ibalitakely (#9342)

    Inona moa no mahagaga raha vola tokony anampiana, tahaka ny « subvent° » atao atsy & eroa, ny tantsaha @ masim-boly/zezika lasa anaramana jeneraly [asa atao inona daholo ??] mandra-pahafatiny !! Dia iza ihany koa no hanangona ny vokatra kely vitan’ireo tantsaha amin’ity làlana zara faha misy amoahana izany vokatra izany, tsy lazaina rahateo ny tahoatra ny itatatra ho an’ny besandry isany ??

    • 24 septembre à 12:34 | rakoto-neutre (#8588) répond à Ibalitakely

      Taloha mba nisy tekinisianina nanoro ny mpamboly madinika, fa ankehitriny ny madinika no atao vitrine fangatahana vola avy any ivelany, dia hangataka ihany, ka ny taranak’ireo madinika ireo ihany no handoa ny trosa rehefa any aoriana.

    • 24 septembre à 15:51 | Toutoun (#10298) répond à Ibalitakely

      Zavatra tsy mitovy izany r’c ah !!! Ny fanafarana vary dia efa h@ ela no nisy teto @tsika fa tsy vao izao akory !!! Ary isika tsy ho afaka @io mihitsy raha tsy misy ny fitohizan’asa izay napetraky ny fitondrana farany teo ! Farahafaratsiny mba mihena lavitra izany fanafarana vary avy any ivelany izany.

  • 24 septembre à 15:04 | komi (#10299)

    Mino aho fa efa tafiditra anaty vina fampandrosoan« Fisandratana 2030 » io fanatsarana ny voka-bary io ary tsy ho ela dia hiatsara ny vokatra. Fampandrsoana ny tontolo ambanivohitra no hanisany laharam-pahamean’ny filoha Hery amin’ity fifidianana ity. Mila tohizana ny ezaka efa natomboka

  • 24 septembre à 15:05 | Tsix (#10296)

    Raha ny amin’izao aloha dia efa somary nihena ny fanafarana vary any hivelana vokatry ny ezaka efa vita. Tsy mora tokoa mantsy ny manarina firenena izay latsaka tao anaty lavaka tamin’ny andron’ny tetezamita ireny. Ankehitriny dia efa mizotra ary efa miha mahazo vahana ny sehatra fambolem-bary manerana ny nosy ary nisy ihany koa ny fanavaozana maro samihafa.

  • 24 septembre à 15:15 | tsirah (#10314)

    Le premier défi est d’atteindre l’autosuffisance en riz d’ici deux ans, soit en 2020. Le 2e défi est de faire de Madagascar le grenier alimentaire de l’Océan Indien en 2030. Et le 3e défi concerne le développement de l’agri-business et de l’agro-industrie en tant que leviers de développement en ciblant quatre pôles de croissance, à savoir, le Grand Centre, le Grand Ouest, le Grand Nord et le Grand Sud de Madagascar

    • 24 septembre à 16:49 | vatomena (#8391) répond à tsirah

      Tsirah - Le défi est là depuis 60 ans . bien des génies malgaches sont nés entretemps . sans aucun effet. aucun résultat probant

  • 24 septembre à 15:36 | Toutoun (#10298)

    Na io aza ny vokatra azo dia hita fa efa niezaka ny fanjakana nampanjary hatrany ny sehatry ny fambolena, izay tsy moramora ny manarina izany. T@ andron-dRavalo no azo lazaina fa niroborobo ny fambolem-bary saingy notazoniny ho azy irery ary nanaovany kely tsy mba mamindro izany ka nitovy t@ tsy nisy ihany taty aoriana ! ny fandaharan’asa misy @zao dia efa nametraka foto-drafitr’asa tsara momba an’io izay mila tohizana mba hahazoana ny tena vokatra tsara sy mahomby !!!

  • 24 septembre à 15:45 | Nomena (#10351)

    ny asa fambolena dia ohatrin’ny asa rehetra ihany mety hamokatra na mety tsy hamokatra, fa kosa ny ezaka dia efa betsaka no efa vita ary ny manohy tsy ho kivy no atao an-tsaina.

  • 24 septembre à 16:02 | Albatros (#234)

    Article révélateur du chemin qui reste à parcourir pour que Madagascar retrouve une indépendance dans son auto-alimentation, sans avoir les pieds et les mains liés avec les importateurs étrangers.

    Merci à Pericles (#10337) pour les liens très intéressants de son post de 11:43(*), et pour la mise au point de son post de 13:25(**) que je partage entièrement !.

    (*) - Ça change des liens que certains nous balancent à longueur de post pour vanter les mérites des gouvernants en place ou ayant déjà eu le pouvoir SANS résultat concret sur le terrain !.
    (**) - Arrêtons de généraliser les comportements de manière aussi simpliste !. Personnellement je pense que le pourcentage (95%) indiqué par Dominique (#9242) représente plutôt celui des malgaches qui luttent, travaillent, se battent tous les jours pour survivre et nourrir leurs familles.
    Par contre je serai assez d’accord avec lui, pour dire que 5% (j’irai même jusqu’à 10% !), des malgaches ont un « poil dans la main » et veulent profiter des autres et ne rien faire.
    Ceux-là : Ils font de la politique !!!.

  • 24 septembre à 16:15 | Isandra (#7070)

    CE QUE L’IEM NOUS PROPOSE POUR ARRIVER A CETTE AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE :

    La production agricole malgache est toujours restée au stade d’une agriculture de subsistance. Pourtant, Madagascar possède d’innombrables superficie de terre non exploitée. On se rappelle des pertinnentes questions posées par Andry Rajoelina lors de l’ouverture du forum international de l’IEM au mois de mai 2018, “comment est-t-il possible que nous avons importé près de 300.000 Tonnes de riz en 2017 alors que nous étions le grenier rizicole de l’Afrique dans les années 70. Qu’ avons nous fait des 18 Millions d’hectares de Terres arables à Madagascar ?”. Des réponses à ces questions ont découlé la définition de la solution, la nécessité du développement de l’agri-business qui fait partie des priorités absolues de l’IEM. Développement de l’agri-business qui doit indispensablement passer par la modernisation et la profesionnalisation du monde agricole.

    Il s’agit de vulgariser les techniques agricoles innovantes et assurer un accompagnement efficace des paysans mais aussi de promouvoir et encourager l’entreprenariat agricole (Mécanisation, intrants, semences améliorés). L’exemple concret du riziculteur Ralalarison, détenteur du record international avec un rendement de 23.8 tonnes par hectare en 2003 a été pris pour modèle, son savoir faire va être partagé aux autres cultivateurs dans le but d’améliorer leurs revenus.

    • 24 septembre à 16:45 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      Ce qui a manqué à Madagascar , Isandra ,c’est l’esprit pionnier .Nos chers et détestés colons avaient cet esprit là . Ils sont partis avec . Tout ce qui avait été appris a été désappris . Les terres vierges sont restées vierges . Les inactifs ont préféré croupir dans la misère des villes . Ils attendent des T shirts pour voter en faveur de ceux qui voleront les maigres richesses que nous arrivons encore à produire .

    • 24 septembre à 17:17 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vatomena,

      « Nos chers et détestés colons avaient cet esprit là . Ils sont partis avec ».

      Ce n’est pas bon cette mentalité de colons, ils n’avaient pas transmis cet esprit aux Malagasy, parce qu’ils appliquaient la politique de terres brûlées.

    • 24 septembre à 17:25 | lafu_ny_su_krill (#10001) répond à Isandra

      Complètement FAUX ISANDRA !
      Quand il a pris le pouvoir par la force, les gasy ont psrdu leur boulot !
      C ’est ca la vérité, la descente dans le classement PNB AFRICAIN , le vol, la rapine , le pillage c’est tout cevque vous savez faire...
      Rien de constructif, de viable , de positif a par le compte en banque de Andry Radomelina.
      Arretez de prendre les gasy pour des ckon.

  • 24 septembre à 20:20 | vatomena (#8391)

    Isandra - Quelle politique de la terre brulée !
     ? Nous avions reçu un pays en état de marche avec le PIB le plus élevé de l"Afrique de l’Est
    Nous étions mieux pourvu que la Réunion . Nous étions la perle de l« océan indien .Aujourd’hui nous sommes des mendiants .On n » arrive plus à se nourrir .Nos forets disparaissent avec les feux de brousse. Nous mettons le feu au Rova...... et à Magro Cessez le feu !!!

    • 24 septembre à 21:13 | arsonist (#10169) répond à vatomena

      Peine perdue, vatomena !
      Vous oubliez qu’Isandra est une foza !
      Et les foza ne comprennent jamais rien.
      Le top de l’acuité intellectuelle chez les foza est celle du lapinou bac-(combien déjà ?).

  • 24 septembre à 21:49 | SNUTILE (#1543)

    Si la santé de base n’est pas atteint. La consommation de riz est irraisonnable. Une personne qui peut avaler 1 kilo de riz par jour sans compter le poisson et la viande qui va avec, n’est-ce pas synonyme de mauvaise santé.
    Les vaccins essentiels pour la stabilité de l’individu n’existent pratiquement pas.
    Le malgache mange comme une passoire. Les maladies ajoutent ce gaspillage.

    Le mode de vie a aussi un impact important. L’individu stable recherchera plus à manger calmement. Bien mastiquer. Il cherchera plus à programmer son repas que d’avaler en deux repas par jour des kilos de riz avec les ingrédients qui l’accompagnent.

    C’est ça le sous-développement. C’est comme une voiture sans régulateur de carburant.

    • 24 septembre à 22:24 | vatomena (#8391) répond à SNUTILE

      Question ? Une alimentation pauvre ,sans variétés,insipide a t elle une conséquence sur le développement du cerveau ,de l"intelligence

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 207