Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 8 mars 2021
Antananarivo | 07h08
 

Développement

Concept genre

Au centre d’une conférence et d’un atelier sur la recherche agricole

mercredi 18 avril 2012 | Haingo

Opportunité égale pour un développement agricole juste et durable ; tel est le thème de la conférence et de l’atelier de formation sur l’intégration de la question "genre" dans la recherche agricole organisé conjointement par le Fofifa et l’Asareca, et qui se tient au Carlton depuis ce 17 avril jusqu’au 30 avril. Ces réunions font suite aux formations en genre qui ont été conduites par le programme de recherche et analyse à l’attention de huit (8) pays dont Madagascar.

Selon les explications recueillies sur place, la question genre fait actuellement partie des priorités en matière de politique de développement agricole. Dans cette optique, les objectifs de l’atelier sont de permettre aux chercheurs et gestionnaires des institutions de recherche et aux représentants du ministère de renforcer leur capacité d’analyse dans la compréhension du concept "genre" et son intégration dans la recherche agricole. En effet, le but de la conférence est de sensibiliser la population, les décideurs, les gestionnaires et les techniciens en particulier sur l’importance de l’intégration du genre à tous les niveaux de la recherche agricole. Pour Madagascar, la recherche agricole joue un rôle très important. La création et la diffusion de variétés améliorées ces dernières années sont citées comme des exemples de réussite du changement en termes de technologie dans la production de cultures vivrières.

En outre, le rôle et les responsabilités des femmes dans le mécanisme de production et de commercialisation sont des plus évidents. Plusieurs pays africains ont adopté à Maputo en 2003, le protocole relatif à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples par rapport aux droits des femmes. Celui-ci exige la mise en œuvre de la politique de l’égalité entre les hommes et les femmes. Pour Madagascar, on a intégré l’égalité de sexes et l’émancipation des femmes comme principes fondamentaux du développement humain et durable. Avoir de meilleures compréhensions et des connaissances de la part des participants font ainsi partie des résultats attendus par l’atelier. Ces participants doivent aussi être capables d’utiliser les outils sur les différentes approches genre.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 18 avril 2012 à 07:52 | ndriana (#4017)

    Izany marina no tena hoe "resaka ka atao".

    Ny tantsaha malagasy izany, na ny lahy na ny vavy, samy miasa mafy daholo.

    Mba tiako ho hita kely ireo mpanao resaka ambony latabatra ireo, hamadi-bainga na hanetsa.

    Amin’izay ho hitany tsara ny tena olana amin’ny "developpement agicole juste et durable", fa tsy mizesizesita eny amin’ny Carlton fotsiny.

  • 18 avril 2012 à 10:23 | Ramena (#404)

    Sady izay ny mapamboly izao takiana ity karazana hetra tsy misy farany.
    Inona no fampadrosoana vita amin’izany.

  • 18 avril 2012 à 12:05 | Rivohanitra (#142)

    Ny resaka dia misy % . C’est ainsi que le ridicule ne tue pas.

    On a presque envie de rire de cette idée soit disant novatrice de l’intégration du genre dans la recherche agricole. C’est à croire qu’ils ne sont jamais allés sur le terrain et que tous les rediredy sont bons pour disserter et toucher des %

    La division du travail entre hommes et femmes est établie depuis belle lurette dans la population agricole à Madagascar : dadatoa mitana angady ny vadiny mamafy, manetsa mitsongo anana.

    Par contre la question de la révolution agricole pour améliorer les conditions de vie et les revenus des tantsaha est urgente : fixer à l’avantage de ceux qui travaillent réellement la propriété des terres, introduire la mécanisation pour que le travail de la terre ne soit plus totalement physique et à des conditions inhumaines, stabiliser les revenus et réduire le nombre d’intermédiaires qui profitent des périodes de soudure. Et la question des retraites pour les agriculteurs ??

    Posons les bonnes questions y compris sur MT. On sait que la spécialisation internationale de Madagascar dans le secteur primaire est un atout important dans la mondialisation en cours.
    Qu’est-ce qu’on entend ?
    Intégration du genre ??? Ah ! ah !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS