Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 27 mai 2020
Antananarivo | 15h59
 

Société

Journalisme

Arphine Rahelisoa libérée après un mois de détention provisoire

mardi 5 mai | Mandimbisoa R.

La sortie de la journaliste Arphine Rahelisoa de la prison d’Antanimora s’est faite moins de 24h après l’annonce du président de la République de libérer les journalistes en détention. La directrice de publication de tri-hebdo Ny Valosoa Vaovao a reçu hier son certificat de remise en liberté après un mois de détention. De nombreux journalistes et les dirigeants de l’ordre des journalistes malgaches (OJM), l’ont accueilli à la sortie de prison.

Emue, cette mère de famille a tenu à remercier les journalistes de leur solidarité depuis son audition au tribunal, jusqu’à sa sortie de prison. « Le journalisme est un métier sacré, je le ferai toujours, malgré tout », a-t-elle déclaré.

Le président de l’ordre des Journalistes, Gérard Rakotonirina, a indiqué que c’est dans les moments difficiles que les journalistes doivent se montrer solidaires. C’est pour cela d’ailleurs que l’OJM s’est mobilisé, explique-t-il. Son vice-président, Didi Ratsimbazafy, a remercie par ailleurs ceux qui ont manifesté leur soutien pour réclamer la libération de Arphine Rahelisoa. « Tous les efforts déployés jusqu’ici ont finalement porté leurs fruits », a-t-il déclaré.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 5 mai à 09:20 | Shalom (#2831)

    Pourquoi avoir détenu cette personne pendant tout ce temps ?
    Situation ridicule.
    Certains ne comprendront jamais pourquoi on lance ces critiques envers ce pouvoir.
    Ce qu’ils ne ressentiront toute leur vie c’est l’impact psychologique pour cette personne d’avoir été mise en prison par le bon gré de ces vauriens, ignobles vautours.

    • 5 mai à 11:21 | betoko (#413) répond à Shalom

      Drôle d’article , Même si Arphine n’était pas l’auteur de l’article le quel avait insulté le chef de l’état , elle est la première responsable devant la loi . Essayez d’insulter un simple magistrat ou un membre de la force de l’ordre et vous verrez ce qu’est un outrage à une personne dépositaire de la loi ,
      Je vois que personne n’avait remercié le président de la république , de plus il n’était pas obligé de la libérer . Dans cette affaire , il n’y avait jamais eu d’atteinte à la liberté d’expression

    • 5 mai à 11:22 | betoko (#413) répond à Shalom

      Drôle d’article , Même si Arphine n’était pas l’auteur de l’article le quel avait insulté le chef de l’état , elle est la première responsable devant la loi . Essayez d’insulter un simple magistrat ou un membre de la force de l’ordre et vous verrez ce qu’est un outrage à une personne dépositaire de la loi ,
      Je vois que personne n’avait remercié le président de la république , de plus il n’était pas obligé de la libérer . Dans cette affaire , il n’y avait jamais eu d’atteinte à la liberté d’expression

  • 5 mai à 12:12 | Vohitra (#7654)

    Miarahaba Arphine tonga soa indray eo amin’ny sehatra fijoroana hanehoana ny zavamisy iainan’ny valalabemandry…

    Mirary hatrany fahavononana eo anivon’ny ankohonanao sy ny fiarahamonina…

    Ho anareo mpanao gazety rehetra namana dia mankahery hatrany ao anatin’izao vanimpotoana sarotra lalovan’ny Firenena izao, efa mandindona manaloka indray tokoa ny haizina izay manomboka tsy hahita-mitsinjo ny fahamarinana…

    Tsarovy fa ianareo no :

    « …natao masoivoho, hidin-trano miantoka ny alina »
    « …natao valala fiandry fasana, vorompotsy tsy mandao omby »

    Mankasitraka sy mirary soa e !

  • 5 mai à 14:27 | ASSISE (#10453)

    Drôle d’article, et oui.

    DETENTION PROVISOIRE, disons arbitraire ?

    Pourquoi remercier une personne si le motif de sa libération même est drôle, plus drôle que drôle ? Ordonner la libération des Journalistes.

    Au fait, libérer des journalistes emprisonnés et que Arphine faisait partie des libérés.
    Est-ce à dire qu’elle était, est et avait toujours été Journaliste ?

    Ceux qui l’ont emprisonné et ceux/celui qui l’ont/l’a libéré représentent quoi pour l’Etat ?

    Car les deux décisions, en ce qui concerne la profession de journaliste pour le cas de Mme Arphine ne sont pas très claire, pour l’avoir libérer. Pour ne pas dire contradictoires.

    1- Arphine a été emprisonnée parce qu’elle n’est pas journaliste

    2- Arphine a été libérée parce qu’elle est journaliste

    L’article n’est pas si drôle que ça devant les deux décisions prises en l’espace d’un peu plus d’un mois.

    ==Essayez d’insulter un simple magistrat ou un membre de la force de l’ordre et vous verrez ce qu’est un outrage à une personne dépositaire de la loi==

    En La Personne du Chef Suprême de la Magistrature.

    Resahana ity farany mba hilazana fa tsy refesi-mandidy ireo olona ireo : Filoham-pirenena, mpitsara, mpitandro filaminana.

    Masiaka na ny mahaino ny filaza azy fotsiny ihany aza, mampatahotra mihintsy no tena marina.

    Mila mahay mandinika ihany koa anefa ilay olombelona satria tsy maro izy no amin’io toerana io, iza ary no hanitsy azy raha tsy mahay mihaino izy. Indrindra raha "imbu" n’ny hery sy ny fahefana nomena azy izy.

    Qui a dit qu’il y a diktat ?

  • 5 mai à 15:13 | Jacques (#434)

    La pauvre journaliste a été incarcérée pour avoir, dit-on, insulté le bac-3. Pas étonnant, on est à babakotoland où le moindre délit vous amène sous les verrous, ensuite c’est à vous de vous débrouiller pour acheter votre liberté. Tel est l’usage dans ce pays.

    Le cas de cette journaliste est exceptionnel, il est révélateur du délitement du Droit dans ce pays. Le tribunal l’a envoyée en prison mais c’est le calife du pays qui décide de son élargissement. C’est comme pour rappeler à cette femme que la LOI c’est le calife en personne.

    Ce qui est extraordinaire dans tout cela c’est le silence de tous les canards du coin, aucun, qu’il soit pro ou anti-bac-3, n’a osé cancané quant au caractère illégal de cette histoire. Oui, personne n’ose défier le calife de babakotoland. Heureusement qu’ici au forum on peut écrire ce qu’on veut et quand on veut.

    Ps. Je n’en reviens toujours pas de cette allégation (fausse d’ailleurs) sur feu Ravelomanantsoa. Jeux olympiques de 1979. Comme cervelle, ça schlingue grave.

    • 5 mai à 16:37 | betoko (#413) répond à Jacques

      Un président de la republique peut amnistier qui il veut cela fait partie de ses prérogatives ce que je lui avais reprocher en amnistiant Didier Ratsiraka .Hery Rajaonarimampianina avait amnistie le générale Rahoelina et consorts mais pas Marc Ravalomanana et souvent les dictateurs d’amnistie jamais et dans sa conférence de presse dimanche dernier Andry Rajoelina disait en substance que cela peut( insulter ) arriver mais que dorénavant qu’ ils fassent attention
      Un homme averti en vaut deux

    • 5 mai à 17:50 | Jacques (#434) répond à Jacques

      5 mai à 16:37 | betoko (#413) répond à Jacques

      Le jomaka parle d’amnistie. Vous êtes perdu, le jomaka, la retraite ne vous sourit vraiment pas. Revoyez vos cahiers pour voir la définition du mot "amnistie".

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS