Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 19 novembre 2019
Antananarivo | 00h00
 

Enseignement

Manifestation estudiantine

Après Vontovorona, Ankatso se mobilise

jeudi 7 mars | Arena R.

Il y a du mouvement à l’université d’Ankatso. Ni le changement de régime politique, ni le changement de ministre en charge de l’enseignement supérieur ne semblent arrêter les étudiants comme les enseignants chercheurs. Au contraire, ils paraissent motiver de ces vents de changement pour réclamer, à leur tour, du changement mais leurs revendications restent toujours les mêmes depuis des années. Pas plus tard qu’hier, étudiants et enseignants chercheurs ont tenu des rassemblements dans l’enceinte de l’université à Ankatso.

Pour les étudiants, la manifestation tourne comme à l’accoutumée autour de la bourse d’études et de l’application de la franchise universitaire. Depuis des années, les différentes générations qui ont fréquenté les universités se plaignent de l’insuffisance des aides financières aux études supérieures ou encore du retard de leur paiement. A l’heure actuelle, ces problèmes semblent s’éterniser car les revendications restent inchangées. Mais la manière de les exprimer paraît être différente cette fois-ci.

Ainsi, les étudiants se veulent courtois et tentent de se démarquer des agressivités dans des récurrents mouvements estudiantins. D’abord, une manifestation encadrée par eux-mêmes et qui ne sort pas de l’enceinte de l’université. A travers leur porte-parole, ils indiquent qu’ils mènent un mouvement différent de ceux qui se sont déjà produits à l’université jusqu’ici pour faire valoir le savoir-vivre des universitaires. Ensuite, à travers les banderoles qu’ils brandissent, ils affichent le respect de la franchise universitaire.

« A part la revendication qui porte sur la bourse d’études, nous voudrions surtout avoir d’amples explications sur la franchise universitaire, quand est-ce qu’elle s’applique et quand est-ce qu’elle ne s’applique pas ? Parfois nous constatons que même pour des manifestations dans les rues, en dehors de l’enceinte universitaire, les forces de l’ordre s’introduisent jusqu’ici. Qu’on fasse la lumière sur ce point », a affirmé l’un des porte-parole de ces étudiants.

Parallèlement à cette manifestation estudiantine à l’université d’Ambohitsaina, le syndicat des enseignants chercheurs (SECES) ont tenu une assemblée hier. Ils revendiquent entre autres la suspension de l’élection du président de l’université en cours. Ce, en dehors des éternelles revendications relatives à l’amélioration de leur condition de travail. Ce jeudi, ils envisagent de se rendre à la primature, au palais de Mahazoarivo, pour demander une audience auprès du chef du gouvernement avec qui ils souhaitent parler de leur situation.

La semaine dernière, les étudiants en polytechnique à l’université de Vontovorona ont déjà tenu des manifestations plus violentes qui se sont soldées par la blessure des étudiants et l’emprisonnement avec sursis de quelques-uns d’entre eux. Ce, pour avoir dénoncé la précarité et l’insalubrité de leurs logements, une situation qui serait commune dans toutes les autres cités universitaires de Madagascar.

35 commentaires

Vos commentaires

  • 7 mars à 09:30 | Isandra (#7070)

    C’est la démocratie, mais, il faut le faire raisonnablement.

    Madagascar a besoin de stabilité pour émerger.

    Attention ! Plus on est pauvre, plus l’Etat n’arrive pas à satisfaire nos besoins. Ny tany mena tsy mirehitra tompoko !

    • 7 mars à 10:53 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Isandra

      Hi ! Hi ! Hi !

      Sady ampiana hoe ny fozaorana tsy an-tanana tsy atolo-jaza.

      F’ngah kosa tsy ao anaty veli-bala-rora ny fanatsarana reto mpianatry ny ambony reto leaza !!!

      Sao de mba Andriamatoa Filoha hajaina Marc RAVALOMANANA no ao ambadik’reo hetsika tsy de mankaiza reo ???!!!

      Soavadia nareo o !!!

      Samia velonaina.

    • 7 mars à 10:58 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Toutes ces revendications précoces nous prouvent que les gens prennent inconsciemment Rajoelina, un faiseur de miracle, en croyant qu’il est capable de changer tout et rattraper tout ce que les régimes précédents n’avaient pas pu faire pendant ces décennies, en seulement un mois et demi au pouvoir,...!

      C’est vrai qu’il est TGV, et a promis un changement rapide, mais, il n’a jamais promis de miracles.

    • 7 mars à 10:58 | lanja (#4980) répond à Isandra

      Tany mena tsy mirehitra, tena marina izany, fahaiza-mitantana , sy fanajana ny teny nomena, izay aloha dia efa tsara, ka tokony ho lazaina @ ireo olona ireo aloha fa ho lasa pays emergent isika ary mazava ho azy fa hatao manarapenitra ny université...miami, building mora sns aza ve ho vita eto dia izay université ireo kosa no olana... mety hoe resaka fotoana ve, anjaran ny mpitondra no manazava ilay miandry kely (?) sy ny grande vitesse (?) nolazainy.... fa angamba mila maka lesona @ lasa, hopitaly lazaina ho manarapenitra no hatsangana, dia io iarahamahita io, fa na ny hopitaly vaovao ( za tsy hiteny hoe manarapenitra) , na ny efa nisy teo taloha, toa samy sahirana na dia @ ny fanafody sy fitaovana tsotra hikarakarana marary aza

    • 7 mars à 11:06 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Matoriandro,

      Tsy Ravalo. Raha mahatarika olona ve Dadanareo tsy ny tamin’iny fifidianana iny no nahatarika betsaka, fa nobodoin’Antananarivo, ka nipetrapetraka haingana.

      Ireo olona ireo mihitsy no mihevitra an-dRajoelina ho mpanao fahagagana. Tena fahatokisana re tsy misy hoatr’izany, voan-drizareo indray izahay mpoba azy.

      Lanja,

      Marina mihitsy ny anao, fa mila atao hazavaina amin-drizareo mihitsy ny mahasamy hafa ny haingana sy ny fahagagana.

    • 7 mars à 11:45 | rayyol (#110) répond à Isandra

      Mais ces promesses ont les a tous entendues tenait du miracle alors que vous les voyiez normales Donc ce n était que mensonges de politicien en mal d election Maintenant tous veulent au moins un agenda qu on les ecoute que l on leur trace un programme Qu est ce que ce gouvernement entend faire discuter avec eux Ce sont des gens intelligents puisque ils sont a l universite Il y a surement un ministre responsable c est a lui de s en occuper Tous s accordent a dire que leur condition sont misérables Alors il faut au moins leur redonner l espoir

    • 7 mars à 11:52 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Rayyol,

      Quel agenda voulez-vous ?

      Le rendez-vous dans cinq ans, là où on devra faire le compte, donc, il est encore largement dans le temps.

    • 7 mars à 11:59 | rayyol (#110) répond à Isandra

      Seulement avec ce que l ancien 1 er ministre et tout les noms que l on trouve dans les journaux Avec ce que ces gens ont voler a l état en 5 ans il y aurait assez de sous pour moderniser et régler les problèmes de tout les étudiants de Madagascar et celui des Hôpitaux
      Hier j ai payer une visite a l hôpital construit par Andry durant la transition C est décourageant meme d aller sur les lieux tellement c est une coquille totalement vide
      Un local vide sans vie voici ce que c est On ne parlera pas de tout le reste
      Ceci est continuellement sous les yeux
      Et les promesses du president raisonnent encore aux oreilles de tous
      Je vous le répète la désillusion est déjà immense ici seulement a Tulear Vous dite il est trop tot laissez lui le temps .Mais les promesses étaient trop exagérées cela la population ne le voyait pas tant leur détresse était grande Maintenant c est la haine qui commence a surgir C est cela Madagascar ne vous y tromper pas

    • 7 mars à 12:00 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Rayyol,

      Mais, déjà, pour soulager les souffrances de personnes vulnérables, les PPN mora sont arrivés, que notre président a promis. Il est à rappeler que ce genre d’opération ne doit pas être dans la durée, juste en attendant, les fruits de la mise en place de la politique agricole prévue dans l’IEM, qui a comme l’objectif une auto-suffisance alimentaire.

    • 7 mars à 12:10 | rayyol (#110) répond à Isandra

      Il n a pas 5 ans pour initier un changement
      Les gens veulent au moins des réponses maintenant
      Ce n est pas moi qu il faut convaincre
      Je n ai absolument besoin de rien personnellement
      J aide tout ceux qui me demandent une aide dans le meilleur de mes moyens
      Comparativement a ces gens
      Je vit dans un monde qu ils ne peuvent meme pas concevoir
      Donc ne vous tromper pas quand vous me parler
      Je vous donne tout simplement l heure juste
      Que le pouvoir en fasse ce qu il veut c est lui qui va en payer le prix
      Il a toute une equipe mais l on dirait qu il est seul
      Tous attendent qu il leur dise quoi faire
      Pas d initiative Voila tout le probleme Malgache
      Personne ne peut prendre de responsabilité
      Ils ne savent meme pas ce que cela signifie e mot responsable Il va trouver le temps bien long le beau danseur Il a besoin de connaitre la gigue de l enfer

    • 7 mars à 12:14 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Rayyol,

      L’Etat lamentable des hôpitaux manara-penitra est du à la rupture sauvage du précédent régime orgueilleux.

    • 7 mars à 12:16 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Isandra

      Toa henoko nilaza ty olona lelafinao ty fa nianatra"MAGIE" koa nahoana izy no tsy ahavita zay lazainy rehetra mihoatra ny hafainganam-pandehan’ny masoandro ??? : !!! Hi ! Hi ! Hi !

      I’m frustrated and vicious.

      Soavadia o.

      Efa betsaka tsy hita pesipesenina reto tonom-bola voalaza reto ooo ???!!! Sa mbola ampiana ???!!!

      Ary tena sarotra be ny manendry reo governora sa miandry miracle koa ny manano an’zany ???!!! Hi ! Hi ! Hi !

      I’m frustrated and vicious.

      Dada efa lanin’ny fozaorana !!! Efa tsy misy mpitia intsony i Dada o !!!

      Samia velonaina.

    • 7 mars à 12:23 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Isandra

      L’Etat lamentable des hôpitaux manara-penitra est du à la rupture sauvage du précédent régime orgueilleux.

      Fa iza ilay nilaza fa nanao izay fomba rehetra mamohehatra nampandany io olona kitoatoa napetrany io ???!!! Hi ! Hi ! Hi !

      Fombanareo mianakavy tao ihany io nataony t@nareo io. naninona no tsy natsarainaa ireo hopitaly vitan’dratsiraka ohatra fa nilaozana nanangana vaovao ndray nefa ny matotoa no manjaka ao.

      samia velonaina

    • 7 mars à 13:05 | rayyol (#110) répond à Isandra

      Le temps son temps lui est compte
      On dirait qu il est le seul homme de ce gouvernement
      A ce que je sache doit t il tenir tout ces ministres par la main et les moucher quand ils s’enrhument Cette bande de bon a rien comme tout ce qui a passer avant eux
      Aucun d entre eux ne va se mouiller ils ont trop peur de déplaire Justement ils se disent j ai un an donc c est le temps que j ai pour etre incompetent Apres cela il aura tant de probleme qu il va m oublier
      Il est comme avant Il parle sans savoir, avance des choses dont il n a pas la moindre connaissance ne donne aucun signal clair a ses ministres dans la facon de s orienter
      Tout est base sur de l a peu pres
      Ses programmes sont ecrit dans le vent il n y a rien a suivre tous s agglutinent alentour de lui espérant une guidance qui ne vient jamais
      Mais ne voyez vous donc pas clair du tout La preuve son orientation internationale Il s avance sans savoir meme avec qui il va s aligner Il a cru bien faire Alors qu il n avait qu a se taire et attendre pas malin du tout le gars

    • 7 mars à 14:06 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Matoriandro,

      Izahay no nandany azy nohon’ny hamehana, fa ny TIM no niara-niasa taminy. Rehefa hitan-drizareo ho ratsy ny raha dia niala rizareo taty aoriana.

      Ary nahagaga rehefa niala ny TIM, hoatran’ny mba nahavita zavatra ny HVM.

    • 7 mars à 14:12 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Rayyol,

      Au contraire, vous ne voyez pas le PM qui se trouve partout, certains ministres(économie, sécurités, énergie, affaires étrangères, etc) qui sont en train de faire bouger les choses.

      C’est pourquoi, le président a le temps libre pour faire autres choses,...écouter le peuple et visiter leur localités,...pour constater les réalités,...!

  • 7 mars à 09:39 | vazaha (#9399)

    Les cités universitaires dans toutes les universités du pays sont de véritables bidonvilles habités pour 70% par des non étudiants.
    Les associations des communautés ethnicoregionales règnent dans ces bidonvilles universitaires. Les CROU sont impuissants face à ces associations qui décident des entrées et sortie ainsi que des loyers.
    L’utilisation à outrance des réchauds électriques et autres appareils est la cause des factures impayées . L’insecurite Est pire qu’en ville.
    Cette histoire de franchise n’est qu’un prétexte pour dire que l’etat n’a pas le droit d’y jeter un coup d’oeil Ou de chercher à modifier ce système mafieux des cités universitaires.
    Il faut un ministre courageux et créatif avec un gouvernement créatif et courageux. Les élections des nouveaux présidents d’universite Doivent aussi être l’occasion d’instituer des changements drastiques et rigoureux.

    • 7 mars à 10:04 | betoko (#413) répond à vazaha

      A propos de l’Université d’Ankatso ,est ce c’est aussi l’Université Charles De Gaulle ,car sur TVM la semaine dernière la journaliste disait que feu Ruffine Tsiranana avait fait ses études universitaires à l’Université Charles De Gaulle dont je n’ai jamais entendu parler
      A noter que le site où est bâti l’Université d’Ankatso appartient à la fondation Charles De Gaulle ,à moins que cela a changé de nom depuis la deuxième république

  • 7 mars à 09:59 | Turping (#1235)

    L’état malgache venait de recevoir de l’argent en provenance des bailleurs de fonds .Donc ,il n’y a pas de raison qu’il ne poursuive pas le paiement des reliquats ainsi que les retards ainsi engendrés selon la tradition.
    - Force est de constater que tout ce qui concerne le système éducatif ,l’ université , recherche scientifique ,dans l’ensemble cette branche n’est pas la priorité prérogative des gouvernements successifs comme dans beaucoup d’autres secteurs.
    - Même pour le paiement des soldes des fonctionnaires y compris les emplois fictifs , l’état malgache n’a pas de budget de fonctionnement adéquat sans s’endetter auprès des bailleurs de fonds traditionnels .
    C’est pathétique pour clamer l’émergence !
    - 

    • 7 mars à 10:48 | vazaha (#9399) répond à Turping

      Ce sont les bailleurs opérationnels genre BM, AFD, BAD,, UE qui refusent de financer les frais de fonctionnement et les salaires des fonctionnaires dans les cadre des projets. En revanche il faut savoir se batailler pour le financement de ces activités avec les fonds du FMI.
      Ces nouveaux ministres sont ils d’un nouveau genre pour oser dire NON aux cadres du fmi ?.
      J’ai bien envie d’y croire car yen a marre des ministres qui ne discutent même pas et qui attendent les aides mémoire laissés par les missions des bailleurs de fonds. Ensuite on parle d’exigence des bailleurs. Hélas.
      Et pourtant ce qu’il faut savoir c’est que ces missions qui viennent nous voir sont composés d’agents qui jouent aussi leurs carrières à la BM ou autres. Un refus du gouvernement est très mauvais pour leur avancement. Les Malagasy ne doivent donc pas hésiter à discuter et défendre leurs idées et leurs programmes car il y a toujours moyen de trouver un compromis.

  • 7 mars à 11:55 | Turping (#1235)

    Vazaha ,
    Dans un bon fonctionnement étatique normalement la règle de transparence devrait être de mise quant à l’utilisation des deniers publics . Est-il le cas ? Je n’y crois pas .
    - Si quelques organismes financiers (BM ,AFD,BAD) en l’occurrence ont exigé l’injonction de prêter pour financer des projets selon leur exigence tout en sachant que ces derniers ne sont pas des institutions politisées.Donc ,ils ne peuvent pas s’interposer malgré leur souhait une fois les crédits alloués car les gouvernants ont leur politique sans suivre forcement les recommandations faites.
    Remarque ; Tous les bailleurs étaient omniprésents depuis des décennies sans pouvoir changer les donnes ,les dictatures financières,malheureusement !

  • 7 mars à 12:19 | Jipo (#4988)

    Je propose d’ ouvrir un bal poussière dans l’ enceinte de l’ Université, pour distraire ces pauvres gens en attendant le vola : dansons ...

  • 7 mars à 12:39 | Behantra (#9165)

    vazaha

    Donc : bôka ne dira pas NON à ces centaines de millions de dollars !!

    Question :

    Ce fameux IDE ? ce sera pour la prochaine mandature ??

    J’ai lu que nous sommes endettés à hauteur de 3,3 milliards de dollars !!

    Est ce que ces centaines de millions de dollars vont servir à rembourser une partie de ces dettes ??

    Mais alors , pourquoi ne pas foutre bôka dehors et mettre à sa place les ’experts’ FMI , BM ..etc ??

    • 7 mars à 14:58 | Jipo (#4988) répond à Behantra

      Avez-vous déjà vu un barbot aller tapiner à la place de sa protégée ???

  • 7 mars à 13:08 | Behantra (#9165)

    A propos

    A Paris à la faculté des halles au vin , faculté des sciences , actuellement nommé Paris .. je ne sais quoi

    La filière , dite ’math pure’ allait disparaitre faute de candidats au profit de celle dite math appliqué

    C’était dans les années 90

    Cette filière (math pure) fut ’sauvée’ par l’arrivée des étudiants malagasy et algériens

    La séléction éxigeait que pour y accéder il fallait avoir une moyenne supérieure à 15

    Et les malagasy , venant d’Ankatso , étaient tous des ’mérina’

    Quand Zafy était arrivé au pouvoir , un ministre ’k.o.n.n.a.r.d’ avait changé les ’donnes’

    Comme il n’y avait aucun ’côtier’ sélectionné , il avait abaissé la ’moyenne’ éxigée à ..... 8 !!!

    Scandale : ces ’côtiers’ , incapables , ont été ’rejetés’ en deuxiéme année de DUES !!!

    Je suis un ’côtier’ , et je n’ai aucun complexe envers eux !!

    • 7 mars à 15:00 | Jipo (#4988) répond à Behantra

      Rassurez vous votre ex président "honoris causa" a du avoir son " doctorat " exactement de la même manière grâce aux quotas ...
      Le résultat vous l’ avez peut-etre vu ?

    • 7 mars à 18:45 | punchline (#9673) répond à Behantra

      @Behantra, t’es un GROS chez les GROS, en plus tu ajoutes l’element de langage, pour faire beau, " je suis côtier , je n’ai, blablabla..."vu que c’est toi qui le dis donc on va te croire ! mais passons...
      en cette année 2019, vu que t’es encore à ce stade : c’est quoi un côtier, c’est quoi un Merina, peux tu me le dire ?

  • 7 mars à 16:31 | diego (#531)

    Bonjour,

    Les changements de régime, des ministres, des responsabilités politiques et des responsables politiques ne sont pas, par définition, des solutions.

    Autrement dit, les problèmes politiques, économiques et juridiques ne seront pas résolus avec des changements de régime, encore moins des changements d’hommes, en tout cas, pas en politique.

    On annonce des millions d’aides ce temps-ci. Il est tout à fait normal que tout le monde veut en profiter, me semble-t-il.

    Ces millions d’aides, annoncés, au milieu des processus électoraux, doivent être normalement dénoncés par les partis politiques et leurs leaders respectifs. C’est une propagande électorale, qui aide le régime et le parti politique de Rajoelina.

    Normalement, dans un pays, juridiquement fiable, et fonctionnele les citoyens ont le droit d’attendre l’intervention de la HCC, et elle a le devoir d’intervenir :

    - c’est que la CI et ces banques et organisation qui annoncent des millions d’aides à destination de Madagascar doivent être annoncés et fait, après les élections législatives, autrement dit, quand l’Assemblée Nationale aurait une majorité.

    Ou ces Institutions auraient l’intelligence de laisser le gouvernement malgache de faire l’annonce, après tout le président a déjà annoncé ses projets, comme si son pays avait des millions dans la caisse.

    Madagascar a des problèmes. C’est un pays en faillite. Les politiciens et les dirigeants refusent de le reconnaître.

    Pour résoudre un ou des problèmes quelques soient leurs natures, il faut présenter des solutions, et c’est le devoir des élus, de la classe politique, des élites, des politiciens et des leaders politiques et de gouvernement.

    Recevoir des millions d’aides n’est pas non plus la solution miracle pour le pays.

    • 7 mars à 17:41 | ETHAN (#9769) répond à diego

      Hello Diego, Je vous réponds ici, à propos d’hier … si vous le voulez bien.

      Il y a ceci en début de mon intervention :
      « « Madagasikara doit industrialiser structurellement les secteurs d’activités porteurs, afin d’inculquer une approche endogène de son development » ».

      = > Les 2 principaux mots de cette phrase sont ‘’STRUCTURELLEMENT’’ et ‘’ENDOGENE’’.
      Ces 2 mots suffisent à sous entendre que des près requis sont obligatoirement à mettre en œuvre et dans le temps … j’avais pas le temps de détailler …
      °° Donc selon l’état des lieux de Madagasikara à ce que je sache, la formation et l’éducation des Ressources Humaines de demain sont une priorité pour toute approche endogène d’un development. (et cela ne se fera pas du jour au lendemain). En matière de formation des jeunes Madagasikara a de quoi à faire dans des régions difficiles d’accès (que j’avais visitées en 2016).
      Il y a un fort déséquilibre entre Antananarivo et les autres régions dans ce domaine comme dans d’autres ...
      °° L’évolution du Paradigme qui relève d’une responsabilité citoyenne, afin que tout le monde converge vers l’intérêt général de ce Pays. (il y a du temps pour la concrétiser)
      °° Je ne vais pas tous les citer ici mais l’état de droit face à cette insécurité où anarchie et corruptions détruisent toute possibilité de réussite vers le chemin de l’iDH … économique et sociale. … …
      °° Toutes les infrastructures de l’énergie comme celles des routes doivent y contribuer …

      # Diego, les Institutions Fortes que vous clamiez depuis existent dans le UK, en Allemagne en France. Même si Ces Institutions (‘’fortes’’ comme vous les qualifiez) sont de véritable cerveau du Pays, mais c’est toujours le pouvoir politisé qui décide, quitte à être en contradiction aux réalités économiques et sociales. Des exemples à ce sujet en Europe ne manquent pas aujourd’hui même …

      Dans ma petite analyse, j’ai juste essayé de synthétiser rapidement des réalités macro économiques … mais je ne me suis pas trompé dans le contexte malagasy (à ce que je sache)

      Une remise à plat des fonctions même régaliennes est inéluctable et je suis en accord avec cela.
      Je comprends vos près requis en matière politique – droit – économie, mais il faudrait bien démarrer un jour ou l’autre … …

      Pourquoi C.A.R, Madagasikara a ses CONTEXTES, donc il faut des ACTIONS précises pour les mener aux RESULTATS attendus par tout un Peuple.

      Merci pour vos remarques …

    • 7 mars à 19:05 | Behantra (#9165) répond à diego

      Punch

      D’abord je ne t’ai pas sonné et ensuite si t’as bien lu ... mais comme j’ai l’impression de m’adresser à un béotien ... je tire la ’chasse’ punchtèpipi

  • 7 mars à 19:05 | vazaha (#9399)

    Je suis triste de constater que le niveau des étudiants dans les universités a beaucoup baissé pour plusieurs raisons qu’il n’est pas la peine d’enumerer.
    Il ne faut cependant se bloquer dans une telle situation. Le gouvernement a sa part de responsabilité pour redresser la situation.
    Aussi le Président doit avoir le courage de puiser dans tous les viviers pour composer ses collaborateurs dans les ministères et les organismes d’etat.
    Le tgv et mapar n’ont pas nécessairement tous les hommes et femmes qu’il faut pour un bon démarrage du régime. Voir du côté de la diaspora n’est donc pas un péché mortel pour compléter le dispositif à installer à Madagascar.

    • 7 mars à 20:15 | Behantra (#9165) répond à vazaha

      Vous êtes un fin stratège vazaha

      Et c’est vrai , et ceci n’engage que moi :

      N’avoir comme objéctif que le développement de Madagasikara , laisser de côté tout ce qui nous ’sépare’

      Cela suppose que des deux cotés on accepte de se mettre autour d’une table pour définir comment réaliser cet idéal

      vazaha , rien ne résiste au travail

  • 7 mars à 20:37 | diego (#531)

    Bonjour Ethan,

    Les situations que je comente et que j’ai avancées et que je continue à avancer ne sont pas des sujets à interprétations parce qu’elles sont actuellement les vraies situations dans lesquelles se trouvent le pays et dans lesquelles la population vit.

    À mon sens, il n’est pas très difficile d’analyser et de comprendre l’économie des pays pauvres, tout simplement parce que ces pays n’ont strictement pas des infrastructures, à tous les niveaux, pour se développer.

    Il n’est pas non plus difficile de comprendre que pour développer un pays, avant même l’idée de le développer, il faut avoir avant toutes autres choses, un État fort, fiable, fonctionnel, des Institutions solides, surtout les Institutions Judiciaires et très important, respecter la séparation des pouvoirs, l’Executif, Législatif et Judiciaire.

    Pourquoi aujourd’hui les pays démocratiques sont traversés par une crise Politique et non Constitutionnelle ? Parce que les peuples de ces pays ne remettent pas en cause les Constitutions de leurs pays, mais plutôt la crédibilités, la compétence et la volonté politique de leurs classes politiques et de leurs élus et leurs élites.

    Autrement dit, les peuples occidentaux pensent que leurs États et leurs Institutions ne leurs protègent pas suffisamment, en tout cas, pas assez économiquement et mais, vrai ou pas, protègent les riches et les grosses entreprises...et la Finance.....etc...

    Les occidentaux ont des filets sociaux assez solides et leurs niveaux de vie, n’ont pas connu une augmentation fulgurante ces dernières années, comme c’était le cas après la guerre, mais le dollar et l’euro sont les deux monnaies les plus fortes au monde.

    Pour conclure, les pays occidentaux sont devenus ce qu’ils sont devenus aujourd’hui, parce que leurs dirigeants successifs ont su bâtir des États et des Institutions forts et solides.

    Si les Africains ne décident de bâtir des États et des Institutions solides, fiables et fonctionnels, dans lesquels les Institutions Internationales et les Bailleurs des Fonds ont complètement confiance, l’Afrique et Madagascar resteront pauvres.

    Il n’y a que l’Etat et les Institutions qui peuvent conduire des grands travaux, parce qu’il n’y a qu’eux qui peuvent trouver des financements en millions, milliards, pour conduire ces travaux :

    - des infrastructures.....routes, énergie, hôpitaux, éducations....l’écologie, gestion des ressources du pays...protection des femmes, éducation des jeunes filles....etc....

    À mon sens, c’est à ce niveau que les discussions doivent être commencées et faites, pour pouvoir rapidement détecter les besoins urgent de la population et aborder sereinement l’avenir.

    Il y a de l’intelligence à revendre dans le pays mais il n’y a pratiquement pas d’Etat à Madagascar, par conséquent le pays s’appauvrit, plus d’autorité plus de gendarme comme on dit.

    Nb : le fiasco du Brexit nous dit que même dans un pays moderne comme l’Angleterre, les partis politiques et les dirigeants et élus peuvent être aussi incompétents et irresponsables.

  • 7 mars à 23:23 | lysnorine (#9752)

    Re punchline 7 mars 2019 à 18:45 répond à Behantra « c’est quoi un côtier » ?

    « @Behantra, t’es un GROS chez les GROS, en plus tu ajoutes l’element de langage, pour faire beau, " je suis côtier , je n’ai, blablabla..."vu que c’est toi qui le dis donc on va te croire ! mais passons...
    en cette année 2019, vu que t’es encore à ce stade : c’est quoi un côtier, c’est quoi un Merina, peux tu me le dire ? »

    « Behantra, 7 mars à 13:08 : Je suis un ’côtier’ , et je n’ai aucun complexe envers eux !! »

    Tsotra ny hevitry ny teny frantsay hoe « côtier » : mpamaritra (adjectif) anarana aloha, fa TSY anarana (substantif) tsy akory. Mpamaritra izay toe-javatra-rehetra manara-morontsiraka na akaiky azy.

    « côtier (adj.) : Relatif aux rivages de la mer ; qui se pratique, qui se trouve sur les côtes » [Larousse, https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/c%c3%b4tier/19625?q=c%c3%b4tier#19512] ;

    « côtier (adj.) : qui se rapporte aux bords de mer. ; synonyme : littoral ; Qui a RAPPORT aux côtes, qui HABITE les côtes. Douane côtière. Population côtière.... » [http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/c%C3%B4tier/fr-fr/#anchorLittre]

    Fampiasa teto Madagasikara kosa io « anarana » (substantif) « côtier » io, raha namolavola sy nampihatra ny « politique des races » i Galliéni, dia ny FIFAMPIFANDRAFESANA ny tompon-tany sy ny fandrahonana ny hampiadiana azy ireo. Nohamafisin’ny fanjakana faha-fanjanahan-tany rehetra nisesy teto Madagasikara izany, indrindra tamin’ny nampanorenany ny PADESM tamin’ny 1946 hanohitra ny fitakiana ny fiverenan’ny fahaleovantena.

    Isan’ny mbola andry lehibe fototry ny pôlitikan’i Frantsa eto Madagasikara io « politique des races » io . Nokolokoloin’ny zaza navelan’ny Kôlabô-n’ny fanjanahanan-tany sy ny taranany ihany taorian’ny fitsanganana ny Repoblika MALAGASY tamin’ny 14 Ôktôbra 1946, fa dia nomenana sy nahazo « aim-baovao » kosa taorian’ireny nananganana faingana « DIRECTOIRE MILITAIRE » ireny, ny alin’ny namonoana an’Itpkl. Ratsimandrava (11 Febroary 1975).

    Mbola soronina tsara foana ny afo andrehetan’ny ady an-trano rehefa ilaina ( ohatra : ny ady an-trano tsy nahomby narafitr’Ingahy Didier Ratsiraka tamin’ireny 2002 ireny, ny « fédéralisme-décentralisation », ny prôpagandy tamin’ny fifidianana farany teo nitorohana an’Ingahy Ravalomanana ho « rasista », sns., sns.).

    Momba ny hevitry ny teny Malagasy hoe « foko » dia nisy fanazavana toy izao manaraka izao, naposaka ray aman-dreny iray (tompon-tany Malagasy hihiriny), mpikaroka sady mpanoratra :

    « Ny toerana ivantanan’ny hanina ao anatintsika no atao hoe ’’FO’’. Tsy mba kibo akory no filazana io toerana io tao am-boalohany...

    « Ary satria ny ’’mamelona fo’’ no anton-draharahan’ireo razantsika ireo dia nanjary teny nenti-nilaza ny ’’mpiara mitady fivelomana’’ ny teny hoe ’’fo’’.

    « Nampiana ’’ko’’ izany ho enti-milaza ’’ahy’’. Io ’’ko’’ io nanampy, no entin’ilay miteny manamafy ny firaisanny amin’izay miara-mitady fivelomana aminy. Tsy hafa ireny fa ny afaka hiara-mitady ny hivelomana, toy ny fianakaviana iray, ny terak’olona iray, ny mpihavana akaiky, ary indrindra ny mpiray fiaviana. Olona mitovy fiteny.mitovy fomba amam-panao y mpiray fiaviana tamin’izany fotoana izany. Koa na nisy fianakaviana maro aza tanatin’ireo mpiray fiaviana ireo, dia afaka nifandray izy rehetra noho ny fomba aman-panao sy ny fiteny niraisana. Koa izany no naharaikitra nilazana azy ireny hoe ’’foko’’. Izany hoe ’’mpiray fitadiavana fivelomana’’ amiko...

    « Tsy nampisara-monina velively anefa ny fahasamihafana rehetra...ny olombelona, faran’izay vitsy sy malemy indrindra, dia nahita soa sesehana vokatry ny fiaraha-monina..

    « Niara nonina avokoa anefa ireny ’’foko’’ ireny. Tsy tan-jato taona fa tan’arivo taona no niarahana. Koa nifanambady, nifanatona, nifanakaiky tsikelikely tany na no volon-koditra, na ny fiteny, na ny fomba amam-panao, na ny fisakafo. Tsy foana tanteraka akory ny fahasamihafana. Nifanatona bebe kokoa hatrany ihany kos anefa noho ny tao am-piandohana. »
    [Paul Ramasindraibe, Fokonolona Fototry ny Firenena, Nouvelle Imprimerie des Arts, 1975, p. 10].

    Araka ny fahitanay amin’ny « Rakibolana », dia diso ny fiantsoana safo be mantsina amin’ny fiteny Malagasy ho « Tanindrana » ny hoe « Côtier » araka ny tombon-kasen’ ny « politique des races »-n’i Galliéni sy ny forongony taty aoriana : TANTSIRAKA angamba no izy :
    « an’INDRAN-TANY, adv. EN DEHORS de la province où l’on se trouve » (Malzac)
    « indrany, s. the SIDE, (Richardson)
    « indrana = SISINY, manolotra ny sisiny », Rajemisa (ao ambanin’ny lohateny hoe « Tanindrana »)
    TANIVO kosa angamba no fanondro ny tsy mponina eny amin’ny morontsiraka fa eo AFOVOAN-TANY [« any anivo : any afovoan-tany »], ka ahitana raha miainga avy any amin’ny farany Atsimo ka mianavaratra :
    BARA
    TANALA
    BETSILEO
    MERINA (’’HOVA’’)
    BEZANOZANO
    SIHANAKA
    TSIMIHETY

  • 8 mars à 00:23 | lysnorine (#9752)

    Re betoko 7 mars à 10:04 répond à vazaha ^

    « A propos de l’Université d’Ankatso ,est ce c’est aussi l’Université Charles De Gaulle ,car sur TVM la semaine dernière la journaliste disait que feu Ruffine Tsiranana avait fait ses études universitaires à l’Université Charles De Gaulle dont je n’ai jamais entendu parler
    A noter que le site où est bâti l’Université d’Ankatso appartient à la fondation Charles De Gaulle ,à moins que cela a changé de nom depuis la deuxième république »

    Oniversite FRANTSAY natao hoe Charles de Gaulle i Ankatso. Itpkl. Tsiranana no nangataka MANOKANA tamin’ny jeneraly de Gaulle ny mba hananganan’i Frantsa oniversite FRANTSAY koa eto Madagasikara izay tsy tao anatin’ny prôgrama frantsay velively. Noho ny nanànan’ny jeneraly de Gaulle fanajana manokana an’Itpkl. Tsiranana, dia nobaikony ny governemanta Frantsay hanangana oniversité aty Madagasikara koa (hasolo ny natao hoe Fondation de l’Enseignement Supérieur, izay manome diplaoma Frantsay ), fa tsy any Afrika irery ihany, izay hany tao anatin’ny prôgraman’ny « Coopération ». Dia natsangana i Ankatso sy ny cité universitaire ary ny « autoroute » miainga avy etsy amin’ny Route Circulaire, sns. Nanaraka avy eo ny nanamboarany Cité ipetrahan’ny mpampianatra Frantsay.
    Antitranterina tsara fa (1) mpampianatra manana ny mari-pahaizana takin’ny Oniversité any Frantsa ireo mpampianatra ireo, ary (2) nandray anjara KELY ihany ny Governemanta Malagasy tamin’ny fampandehanana ny oniversité. Tsy takona afenina, ary nampalahelo fa tsy vitsy ny Malagasy nialonalona azy ireo izay matoa tsy nahazo toerana tahaka ireo mpampianatra Frantsay ireo dia NOHO NY MBOLA TSY FAHAMPIAN’NY DIPLAOMANY. Tsy niankina velively tamin’ny Governemanta malagasy izany satria ONIVERSITE FRANTSAY izy io ary VOLA FRANTSAY no handoavana azy ireo [hatramin’ny Malagasy tsy mpampianatra nampiasainy].

    Koa nohararaotin-dRaMalagasy, tamin’ireny 1972 ireny, ny nandovàna ny toerana sy ny tombon-tsoa nananan’ny ankabezan’ireo mpampianatra Frantsay ireo avy amin’ny Governemantany. Kanefa fantatra fa TSY MAHATAKATRA izany velively ny Volam-panjakana Malagasy. Nahafantatra vitsivitsy tamin’ireo Malagasy ireo izahay.

    Singaninay eto fa nisy nalaza na lasa nalaza ny Frantsay nampianatra tamin’io Oniversité Charles de Gaulle io, ary anisan’ny mbola velona ankehitriny i Philippe HUGON, mpampianatra Ekônômia.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS