Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 13 décembre 2019
Antananarivo | 07h56
 

Economie

Gestion des ressources pétrolières

Appui de la Norvège

vendredi 4 mai 2007 | Lanto

La première production de pétrole à Madagascar est attendue à la fin de cette année, pour le gisement de Tsimororo exploité par la société Madagascar Oil. Aussi, une bonne préparation quant à la gestion des ressources pétrolières est requise afin d’éviter les mêmes fléaux qu’ont connu certains pays africains. Entre autres, la prolifération de la corruption et la guerre civile. Le secteur pétrolier devrait, en fait, contribuer au développement du pays.

Encore inexpérimenté dans ce domaine, le gouvernement malgache a sollicité l’appui technique et financier de la Norvège, étant donné que cette dernière a su en tirer profit, à l’avantage de l’ensemble de la population. Dans ce sens, un conseil de gestion de ressources a été instauré il y a deux ans et actuellement le fonds de pétrole atteint plus de 200 milliards de dollars US.

Si la lettre de requête d’assistance technique et financière du secteur pétrolier amont malgache a été signée par le Président de la République, le 18 mars 2005, l’ambassadeur de la Norvège, Hans Fredrik Lehne et le ministre des Finances et du Budget, Andriamparany Radavidson Benjamin ont procédé hier à la signature de l’accord de coopération.

11 millions d’ariary

D’un montant de 36 Couronnes Norvégiennes soit l’équivalent de près de 11 millions d’ariary ou 6 millions de dollars US , portant sur une durée de cinq ans, le programme « Management of Oil ans Gas in Madagascar » comprend plusieurs volets dont le développement des politiques et stratégies pétrolières, la révision et le développement de cadre légal et fiscal devant régir le secteur pétrolier amont, maîtrise de l’évaluation des ressources, la formation intensive du personnel ainsi que l’élaboration et l’organisation des programmes de promotion pétrolière.

Dix compagnies oeuvrent dans le secteur pétrolier malgache dont le groupe Exxon Mobile, British gas, South Korean Corporation, le consortium britannique Amicoh.
Mais la plupart sont en phase d’exploration.

En ce qui concerne le contrat avec Madagascar Oil, il était prévu que 52% de la production reviennent à l’Etat malgache, mais compte tenu de la hausse du prix du pétrole, une négociation de ce taux peut être ramené à 65% selon le DG de l’OMNIS, Razaka Elysée.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS