Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 24 novembre 2020
Antananarivo | 13h09
 

Economie

Emploi

Antsirabe : 134 jeunes à recruter pour le projet « Titre vert »

mardi 20 octobre | Mandimbisoa R.

Le projet « Titre vert », annoncé par Andry Rajoelina à Antsirabe, le 28 août dernier se concrétise. Le ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, vient de faire un appel à manifestation d’intérêt pour le recrutement de 134 jeunes œuvrant notamment dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage.

Ces jeunes entrepreneurs sont appelés à travailler sur un terrain d’une superficie d’environ 10 ha appartenant à l’Etat dans le district d’Antsirabe II, à Andranomanelatra, près de Fifamanor et, dans la commune d’Antsoantany. 92 jeunes seront pris dans cette phase de démarrage et 34 autres par la suite pour ce projet pilote "Titre vert" dans la région Vakinankaratra.

Les bénéficiaires du projet se verront octroyer le terrain et bénéficieront d’une maison moderne d’une capacité de cinq personnes, d’une formation technique de Fifamanor qui assurera les travaux de centre agribusiness et d’un prêt leur permettant d’assurer les travaux d’agriculture et d’élevage. Ils auront des objectifs à atteindre avec un quota de production et devront faire leur preuve avant de se voir acquérir définitivement le terrain qu’ils ont exploité.

Les intéressés auront jusqu’à la fin du mois d’octobre pour répondre à cet appel à candidatures lancé par le ministère de tutelle, en partenariat avec la région Vakinankaratra.

53 commentaires

Vos commentaires

  • 20 octobre à 09:37 | betoko (#413)

    Est ce que l’insuffisance alimentaire ne sera plus qu’un mauvais souvenir ? Reste à trouver les débouchés pour l’exportation par exemple
    Sur la route d’Antsirabe , combien de tonnes de carottes et de pomme de terre de bonne qualité sont entassées sans que personne ne vienne les acheter

    • 21 octobre à 12:04 | zorey974 (#7033) répond à betoko

      Avant de parler d’exportation faudrait déjà pouvoir nourrir les crèves la faim qui pullulent dans des lieux que vous ne fréquentez pas ou que vous feignez de ne pas voir quand vous vous baladez !
      Et ils sont nombreux, très très nombreux !

    • 21 octobre à 12:04 | zorey974 (#7033) répond à betoko

      Avant de parler d’exportation faudrait déjà pouvoir nourrir les crèves la faim qui pullulent dans des lieux que vous ne fréquentez pas ou que vous feignez de ne pas voir quand vous vous baladez !
      Et ils sont nombreux, très très nombreux !

  • 20 octobre à 10:05 | nez_gros (#10715)

    On recrute 134 jeunes, et on dépense de sommes enormes, pour de labels à l’européenne pompeux mais qui ne veut rien dire pour notre pays sous developpés ;

    au lieu de renforcer 15 millions d’agriculteurs, sans materiels , sans negrais, et sans debouchés pour leurs produits...

    On marche sur la tête gros,

    titre vert, pub, com, titre vert, comm, dj Comm, label titre vert

    • 20 octobre à 10:14 | betoko (#413) répond à nez_gros

      Le gouvernement est dans l’immobilisme il se fait engueuler , il agit c’est pire
      Faudrait savoir ce que vous voulez .Une chose plus on produit plus la population en profite , c’est le plus important et que la famine dans le sud ne sera plus qu’un mauvais souvenir

  • 20 octobre à 10:25 | rakoto-neutre (#8588)

    Ny tetikasa toy itony dia heveriko fa tokony hisy eran’ny faritra. Heveriko fa ny fambolena no kitro ifaharan’ny toekarenantsika firenena mahantra no miteraka asa maro ho an’ny vahoaka izay tantsaha ny 80% ; ka rariny raha tokony hatao laharana voalohany eo @ fampandrosoana.

    Mampalahelo fa tsy hain’ny tantsaha ny mampiaraka ny fambolena sy ny fiompiana fa dia ny hohanina ihany no kajiana. Rehefa te hirevy ny sasany dia amidy ny vary ao an-tsopitra, rehefa tonga anefa ny fotoam-pahavaratra dia zara fa mihinana. Ka mila mpanentana sy mpampianatra izy ireo. Taloha dia nisy sampandraharaha misahana ny fambolena sy fiompiana manampy sy manoro ny fomba fambolena sy fiompiana ary ny fitantanana an’ireo. Ka raha averina ireo dia mino aho fa tsy hisy intsony ny KERE ary hitombo ny hariarena faobe (PIB)

    • 20 octobre à 12:31 | Yet another Rabe (#4812) répond à rakoto-neutre

      Bonjour,

      Pour une fois, le DJ a des intentions intéressantes qu’il faudrait démultiplier sur tout le territoire là où déjà c’est relativement facile à réaliser.

      Et surtout pour que ces projets soient pérennes, il ne faudra pas oublier de créer toutes les infrastructures pour que la production agricole soit primo viable (accès à l’eau notamment) et secundo que la production puisse être facilement écouler à prix correct pour les producteurs (routes de bonne qualité pour que les intermédiaires ne se sucrent pas sur le dos des producteurs).

      Bref tout un écosystème à prévoir, budgéter et bien sûr à créer de manière transparente évidemment.

      Il ne s’agit pas de faire comme les hôpitaux manara-penitra sans budget de fonctionnement pratiquement que des murs avec quand il y a du matériel du personnel démotivé.

      Nampoina au 18-ème siècle avait tout compris "Rehefa voky ny vahoaka mandry ny tany sy ny fanjakana".

      Pas besoin de leadership :
      https://www.actutana.com/depeche/pourquoi-faire-du-leadership-de-haut-niveau/

      Cordialement
      YaR

    • 20 octobre à 13:15 | Vohitra (#7654) répond à rakoto-neutre

      @ rakoto-neutre,

      Ilaina foana manoloana ny zavamisy ny misintona lesona amin’ny lasa, mba hahafantarana izay tsy fanjariana sy sakana rehetra mitranga tany aloha, indrindra ny tsy fahaizana mandrafitra tetikasa entina ho fampandrosoana ny famokarana ara-pambolena sy fiompiana eto amin’ny Firenena, ary ny fahapotehana vokatry ny tsy fifehezana ny tontolo ara-haitao sy ara-piarahamonina amin’ny fampandrosoana ny tontolo ambanivohitra…

      Raha ny taona 80 no resahana, dia tetikasa toy izao no isany naha banky rompotra ny BTM fahizany ankoatry ny resaka politika, lasa MTB ilay banky izany hoe « Mpamokatra Tantsaha Banky »…maro no nahita faisana ny mpamokatra tany Vakinankaratra sy Menabe, mitovy amin’izao mihintsy ny tetikasa natao tany Belo Tsiribihina fahizany…tsy nanjary…

      Nandeha indray ny taona 90, norafetina ireo tetikasa antsoina hoe « Projet jeune Agriculteur » natao tany Bongolava, tsy hita izay fivoarana fa mitovy niha sahirana sahala amin’ireo tantsaha ihany ireto nomena tohana…

      Nandeha indray ny fanohanana ny tantsaha tamin’ny alalan’ny PSDR ny taona 2000, tsy misy tafarina ireo fikambanana nolazaina fa omanina hivadika ho mpandraharaha…

      Nalefa indray ireto karazana tetikasa toy ny MCA, Prosperer, Casef…nitovy ihany ny vokany, ny fanomezana fanampiana very, ny trosa mpanjakana nitombo, ny tantsaha tsy nivelatra, ny tontolo ambanivohitra nikorosy fahana…

      Fa inona no antony ?

       Io ambarako eo ambany io ny poizina vokatry ny agriculture contractuelle

       Tsy fanomanana ny tetikasa hiompana any amin’ny Fokonolona sy ny tsena anatiny ary ny fifehezana ny tontolo famoakarana

       Natao ho vilanibe fandrantoana vola miodina ho an’ny fetsy sy kapotsaka ny tontolo ambanivohitra, lasa ny mpanelanelana sy ny mpitao raharaha (prestataire de service) no nanakarena

       Tsy ireo tekinisianina efa za-draharaha sy matihanina amin’ny fampivelarana ny tontolo ambanivohitra sy ny famokarana no mandrafitra ny tetikasa iarahana amin’ireo mpamokatra, fa ireo voaibe mpijirika tombontsoa manokana lava tànana amin’ny politika

    • 20 octobre à 14:22 | rakoto-neutre (#8588) répond à rakoto-neutre

      Yet another Rabe, Vohitra

      Marina tsy iadun-kevitra ny voalazanareo fa eo @ fitantanana voalazako no tsy mety :
      - ny tsena hivarotana ny vokatra aloha : Ny mahalafo ny zavatra eto amin-tsika mantsy dia ry zareo mpanelanelana indrindra ny BE VOLA. Vidina mora @ mpamokatra ny entana avy eo amidy lafo, dia ry zareo no mahazo tombony kokoa nohon’ny mpamokatra.
      - ny vidim-bokatra tsara misy tombony, hampandeha haingana ny varotra
      - ny fitahirizam-bokatra, ahafahana mivarotra azy @ fotoana mahatsara vidy azy

      izaho tsy dia tekinisianina @ varotra sy fambolena fa maro no zavatra tokony ampahafantarina ny mpamokatra, omena fiofanana manokana ary ny fanomezana tosika ara-bola... sns

  • 20 octobre à 10:54 | Isandra (#7070)

    Ce que j’ai prévenu hier, après cette maladie, le gouvernement aura plus de temps pour s’occuper de réalisation des veliranos et résoudre les souffrances du peuple souverain.

    Tout cela ce que les opposants veulent perturber avec leur soi-disant rapport parlementaire(députés élu Ambatondrazaka et tana comptent faire des rapports à Mahajanga, où il y a aussi des députés élus,...), mais, korontana déguisé.

    • 21 octobre à 03:06 | Eric (#9949) répond à Isandra

      Tsy misy Velirano ho vita eo raha mbola tsy misy financement ankaotra ny BM sy FMI eh.

      Vola be ny finanacement ny IEM ary izay io mbola manahirana io.

      Raha mbola tsy hita ilay financement voalaza fa hanaovana ny IEM dia resaka fotsiny ny ambony,
      mitovy ny any Rajao sy Ra8 ihany no ho vita eo ary mety ho kely ara.

  • 20 octobre à 11:24 | betoko (#413)

    Je réitère ce que j’avais écrit voici quelques mois .Des opportunités s’ouvrent à nous si nous voulons exporter nos produits agricoles
    En profitant de cette pandémie , c’est d’exporter vers Djibouty nos fruits et légumes. , voir même de la viande de boeuf ou de porc
    A Djibouty , il y a la marine française, américaine et chinoise Tous ont besoin de consommer pas juste une tonnes mais des centaines par mois
    Pour quoi ne pas s’adresser à leur ambassade à Tana voir s’il y a des possibilités ?

    • 20 octobre à 12:00 | Oursvagabond (#9660) répond à betoko

      @betoko

      Vous souhaitez exporter fruits, légumes et viandes alors que des milliers de gasy n’ont rien à manger ! Et vous insistez en déclarant "En profitant de cette pandémie".

      Chapeau Monsieur.

    • 20 octobre à 12:27 | kartell (#8302) répond à betoko

      @ Betoko

      Visiblement, vous ignorez que l’armée américaine ne consomme que des produits venant exclusivement des Etats-Unis essentiellement pour des raisons de sécurité et de culture...
      Vos suppositions de petit épicier du marché noir tombe à l’eau et vous invitent à mieux formuler vos lubies de bras cassés d’autant qu’exporter des produits alimentaires qu’une majorité ne peut s’offrir, ici, démontre que vous faites passer l’intérêt mercantile avant le devoir impératif humanitaire qui semble, à peine vous effleurer sinon par pur opportunisme !....
      D’autant que ce n’est pas en vendant des carottes, des patates et autres légumes que le pays va sortir de la mouise dans laquelle il baigne et se noie depuis des décennies ....

    • 20 octobre à 15:14 | Jacques (#434) répond à betoko

      " En profitant de cette pandémie , c’est d’exporter vers Djibouty nos fruits et légumes. , voir même de la viande de boeuf ou de porc
      A Djibouty , il y a la marine française, américaine et chinoise Tous ont besoin de consommer pas juste une tonnes mais des centaines par mois "

      Ah, ce jomaka betoko-dadanaivo d’ambatomanga, on l’aurait forcément inventé s’il n’avait existé. Il nous sert d’abord un pays Djibouty qui s’écrit avec "y", ensuite une de ces idées à la noix dont il est le seul à trouver. Mais bon il n’est pas inutile ici au forum, on a besoin de rigoler un peu de temps en temps.

  • 20 octobre à 11:51 | Maxim (#5960)

    Un terrain de 10ha pour 134 jeunes, un petit calcul donne 750m2 par personne.
    Si 10ha pour une personne sans engin mécanique, le petit jeune vas travailler 24h pendant 365jours pour labourer le terrain.

    • 21 octobre à 12:09 | zorey974 (#7033) répond à Maxim

      C’est clair que c’est à l’échelle des problèmes du pays lol
      Ce genre d’initiative à la Réunion on appelle ça chantier d’insertion, autrement dit un pansement sur une jambe de bois

  • 20 octobre à 11:53 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Avant d’entreprendre quoi que ce soit, surtout qu’on est détenteur de l’autorité des choses publiques, il faut bien analyser la situation de départ et le contexte d’intervention, et d’éviter de croire que le peuple n’est qu’un mouton, oui, car le projet en question n’est rien d’autre qu’une tentative de moutonnerie pour attirer dans le piège des jeunes innocents…et le comble dans l’histoire, c’est que sont toujours les mêmes qui en est l’auteur, ces apprentis sorciers du développement du monde rural et agricole du pays…

    De prime abord, pourquoi en tout et pour tout, 1.340 hectares pour l’ensemble du projet avec des jeunes Malagasy, alors qu’avec les Emiratis dans le Sud Ouest, d’un seul tenant, ils avaient cédés 60.000 hectares ?

    Ensuite, ce projet de « titre vert » n’est dans sa forme et présentation actuelle, qu’une initiative amenant à coup sûr ces jeunes à des formes d’esclavage infernal sans issue et aboutissant à un suicide économique fatal dans u avenir proche…

    Le terme d’agribusiness sous cette présentation ne repose que sur ce qu’on appelle « agriculture contractuelle », une approche qui ne peut que ruiner au final les jeunes agriculteurs au profit des entrepreneurs dominant le marché en aval de la production…

    En voici le mécanisme odieux derrière : on donne le terrain et la maison d’habitation sur des conditionnalités préalables : un quota de production et un prêt pour assurer l’exploitation du terrain, avec des spéculations orientées par FIFAMANOR, un EPIC (organisme étatique) qui va travailler de concert avec des entrepreneurs qui vont s’occuper plus tard de la transformation et/ou l’exportation des produits selon les normes du marché, et ce marché est détenu en partenariat et exclusivement par des opérateurs économiques sans scrupules, ce sont eux qui vont imposer les normes qualitatives du marché, le prix au producteurs (les jeunes) ainsi que les quotas assignés à chacun d’eux.

    Les jeunes vont, après formation par FIFAMANOR, produire afin de satisfaire les opérateurs économique en aval, tant sur la qualité que sur la quantité à atteindre, et les jeune vont payer progressivement les intérêts annuels ainsi que le capital du prêt…dans la situation actuelle, le contexte pandémique ainsi que la fragilité du marché post-crise pandémique, au moindres changements des conditions ou des normes ou de politique sur le marché à l’export pour diverses raisons, il y aura une répercussion finale inattendue et parfois désagréable sur le prix au producteur, et ce sont les jeunes qui vont en supporter les conséquences, or, ils doivent payer les charges financières générées par les prêts contractés, que nous savons tous, dans la situation à Madagascar, restent prohibitifs dans la mesure où aucune spéculation agricole ne pourrait faire face à des taux d’intérêts au bas mot, variant de 8 à 14 % en modèle productif…aboutissant ainsi à soit à l’augmentation des charges d’exploitation pour produire de plus en plus afin de combler le déficit de trésorerie dans l’espérance d’une production maximale soit la contraction continuelle de nouveaux prêts afin de pouvoir faire face à ses besoins de trésorerie, donc dans les deux cas, des risques de décapitalisation progressive de l’exploitation à cause d’un surendettement et d’une surexploitation en deçà de la capacité initiale de l’exploitation…tout cela à cause de ce quota imposé et surtout l’absence de position favorable auprès du marché…

    Le schéma classique de l’endettement se fera comme suit : il n’y aura de prêt initial s’il n’y aura pas de marché en vue…et l’opérateur véreux se positionne pour l’achat à des prix indicatifs auprès de l’institution financière…et cette dernière accepte de contracter le prêt au jeune en question à condition qu’il y aura un contrat de livraison de produit entre le jeune producteur et l’opérateur véreux…ainsi la boucle est bouclée, le jeune producteur sera l’otage et restera à la merci et le bon vouloir de ‘opérateur sans scrupule…

    C’est le danger perpétuelle avec cette agriculture contractuelle, c’est de l’esclavagisme moderne sous couvert d’agribusiness, et qui est et sera toujours au détriment du producteur…

    Ce genre de pratique avait été à l’origine de l’existence de nombreux milliers de paysans Malagasy endettés qui avaient tout perdu avec, on peut en citer beaucoup dans les Régions Amoron’i Mania, Menabe, Diana, Atsinanana de 2005 à 2008 avec une agriculture contractuelle de ce genre dans le cadre du projet Millenium Challenge Account, avec les mêmes impéritie et incurie de ces mêmes apprentis affairistes sous couverts de spécialiste en marketing pullulant au sein de ce ministère de l’agriculture et élevage actuel…

    Bref, on ne cesse de le répéter encore et toujours, l’avenir de la production agricole Malagasy ainsi que le développement rural, c’est la promotion de l’agriculture familiale…mais ces voyous affairistes ne savent pas la faire, ils ne savent rien du monde rural Malagasy…ce ne sont que des opportunistes qui veulent encore ici se sucrer sur le dos de ces jeunes innocents !

    Prévenez vos familles et jeunes de dans votre famille de ce piège qui s’enfermera sur eux à jamais s’ils ne réfléchissent pas dans ce genre d’arnaque institutionnalisée par des voyous…

    • 20 octobre à 13:01 | Yet another Rabe (#4812) répond à Vohitra

      Bonjour Vohitra,

      Je n’ai pas pensé à la perversité de ce que vous avez décrit, j’ai cru que pour une fois DJ avait de bonnes intentions.

      Eh oui ce DJ dedaka n’est qu’un concentré de cette classe politique affairiste et vénale.

      Cordialement
      YaR

    • 20 octobre à 13:17 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Comme d’hab, quoi qu’on décide le conspirationniste trouve toujours la théorie de complot débordante à raconter. Vous y trouvez le mal partout, vous ne pourrez jamais avancer avec telle mentalité, c’est une maladie, le parano.

      En résumé, ce projet résout en même temps trois point majeurs d’un nouveau opérateur :

      - Le financement et l’investissement,
      - Lieu d’implantation,
      - Le marché,

      En plus de ça, ils suivront des formations, dont formation initiation comptable pour gérer leur entreprise.

      Lesquels sont souvent des blocages pour les jeunes qui ont des projets.

      Pour les jeunes n’écoutez pas ces vieux réacts qui souhaitent que nos terres soient exploitées et gérées d’une manière traditionnelle comme au temps de Radama.

    • 20 octobre à 13:25 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Bonjour YaR,

      Rappelez-vous quand le calife disait que dans la situation actuelle, la culture de l’Artemisia est plus rentable et plus économique en terme de revenu que la riziculture lorsqu’il avait lancé le tambavy...

      Un voyou reste un voyou tant qu’il reste dans le milieu...

    • 20 octobre à 13:29 | tiryco (#9153) répond à Vohitra

      en résumé un piége a c,,,s

  • 20 octobre à 13:06 | TINO (#10749)

    JUST DO IT !

  • 20 octobre à 13:07 | TINO (#10749)

    Asa fa tsy kabary ry zareo a ! Raiso ny angady !

  • 20 octobre à 13:35 | betoko (#413)

    Ousvagabon et Kartell
    Avec votre façon de raisonner jamais Madagascar s’en sortira
    Ousvagabon
    Venez à Madagascar et faites un tour à Antsirabe, vous verrez les quantités de carottes de pomme de terre de bonne qualité qui s’entassent au bord des routes Les producteurs n’attendent que les grossistes mais ils ne viennent pas
    Ce n’est pas seulement l’armée ou la marine américaine ou il y a aussi les français et les chinois
    Fa maninona noho tsy misaotra mihitsy nareo é
    Mitady tany malemy angamba vao hiasa tany ?
    Et un jour les Karana vont s’y mettre et veloma Ra Malagasy .Comment voulez vous que Madagascar puisse s’en sortir avec vos mentalité à la kon
    Il existe un transitoire avec le quel quelqu’un de motiver pourrait réaliser ce que je viens d’écrire
    Boloret
    Je vous ai donné tous les tuyaux à vous de les concrétiser

    • 20 octobre à 13:57 | arsonist (#10169) répond à betoko

      Il est c.on ce foza mâle jomaka ambatomanga dadanaivo-betoko qui croit avoir un esprit logique .
      Macron est allé aux îles éparses .
      Et il y a déclaré par deux fois que la France est sur ces îles .

      Le DJ bac-3 , prétendu pote des 400 coups revendiqué par cet abruti de jomaka ambatomanga fort en gueule mais faible en esprit , est-il jamais allé faire du dihy fitombenana dans ces îles éparses ?

      Peut-être une bonne dose de rongony lui donnerait-il enfin des couilles pour qu’il ose enfin débarquer sur ces îles éparses et dire en dansant du fitombenana que ces îles appartiennent aux Gasy !

    • 20 octobre à 13:58 | Oursvagabond (#9660) répond à betoko

      @betoko

      Je ne vous ai pas attendu pour connaître Antsirabe, et je crois savoir que les gens du sud sont nettement moins loin que Djibouti où vous aimeriez envoyer ces nourritures.
      Vous attendez quoi pour leur faire parvenir ?

    • 20 octobre à 14:24 | Maxim (#5960) répond à betoko

      Betoko,
      Vous êtes un vrai parasite.
      Saviez-vous à combien ils arrivent à vendre le kilo de carottes et à combien le spéculateur de votre espèces le revendre après ?
      Pourquoi vous n’avez pas fait comme d’habitude la comparaison de la vie de ces paysans avec des cultivateur en France / US ?

    • 21 octobre à 09:55 | vatomena (#8391) répond à betoko

      Il y a ceux qui maudissent l’emprise des karanes sur l’économie de Madagascar .. mais.. les memes appellent de leurs voeux les Emiratis à prendre possession de 60 000 hectares de bonnes terres

  • 20 octobre à 14:16 | Besorongola (#10635)

    LA DÉMOLITION À LONG TERME DE L’EMPIRE RAVALO CONTINUE !

    Un MPANDRARAHA quand il arrive au pouvoir ne cherche pas trop le bien-être de ses administrés mais aussi de démolir ses adversaires. Ce projet est lancé juste au moment où les paysans de Vakinankaratra se sont manifestés contre le fermeture de AAA, la société agro-alimentaire de Ravalomanana qui est le principale acheteur des produits agricoles dans cette région. Rajoelina n’est il pas entrain de former des centaines de petits FUTURS RAVALO pour concurrencer et affaiblir AAA et son fondateur ? Pourquoi à Antsirabe et en particulier à Andranomanelatra où se trouve l’usine du laitier ? Alors que dans d’autres régions il existe des milliers d’ha de terres cultivables et qui reste en friche ?
    il s’agirait surtout de calculs du régime actuel qui souhaite affaiblir au maximum le camp Ravalomanana à mon avis. Rajoelina est un calculateur hors paire en temps que MPANDRARAHA et tout ce qu’il fait à toujours une arrière pensée politique.

  • 20 octobre à 14:30 | betoko (#413)

    Erratum
    Fa maninona noho tsy mivaotra mihitsy nareo é
    Il existe une opportunité avec la quelle quel qu’un de motiver pourrait réaliser ce que je viens d’écrire

    • 20 octobre à 14:44 | arsonist (#10169) répond à betoko

      Ssss ! Hevitrin’ny mamon-drongony no mba entin’ity foza lahy dondrom-belona dadanaivo-betoko jomaka avy any Ambatomanga ity eto , dia hoe ...

      Hanondrana hanin-ko hanina any Djibouti hono lery !
      Dia manondrana tokoa anie izany e !
      Mamon-drongony mihitsy k’lé !

  • 20 octobre à 14:49 | betoko (#413)

    Maxim
    Tout commerçant devrait faire des bénéfices même les vendeurs des cacahuètes .N’oubliez pas qu’il y a les taxes , les transports , par camions + les bateaux etc
    Les producteurs me diront exemple 1 euros le kilos Ok je prends et ma revente c’est mon affaire Je gagne très bien je perds tant pis pour ma gueule Allez vous plaindre à tous les commerçants si vous voulez Le commerce c’est toujours en fonction de l’offre et de la demande
    Savez vous qu’ à l’ile de La Reunion des grandes surfaces importent des légumes venant de la France métropolitaine et pour quoi en France on importe d’Espagne , du Maroc même d’Israël certaines légumes , on trouve même des crevettes de Nosy Be ?

    • 20 octobre à 14:54 | arsonist (#10169) répond à betoko

      Entin’ny rongony dia milaza ny hanondrana hanin-ko hanina any Djibouti an !
      Foza mpiaraka mifoka rongony amin’ilay DJ mpampandihy fitombenana tokoa !

  • 20 octobre à 14:53 | betoko (#413)

    Arsonist
    Si on veut que Madagascar s’en sorte , il faut bouger , ne rien faire c’est de ses faire assister comme à l’ile de La Reunion et après ne venez pas vous plaindre

    • 20 octobre à 14:55 | arsonist (#10169) répond à betoko

      Ai-je demandé son avis à un minable junky ?

  • 20 octobre à 14:56 | Besorongola (#10635)

    BETOKO DIT :
    Venez à Madagascar et faites un tour à Antsirabe, vous verrez les quantités de carottes de pomme de terre de bonne qualité qui s’entassent au bord des routes Les producteurs n’attendent que les grossistes mais ils ne viennent pas....

    Et en guise de réponse, à Betoko, au lieu d’aider ces tantsaha à pouvoir écouler leurs produits Rajoelina prefere former des jeunes agriculteurs pour les concurrencer.

  • 20 octobre à 15:02 | Isandra (#7070)

    "En déplacement à Antsirabe, sa ville natale, Rajoelina Andry lance un projet novateur. Débordant d’idées révolutionnaires, il entend apporter une solution pérenne, à titre d’alternatif au problème du chômage causé par la pandémie de Covid-19, il met à la disposition des jeunes de la Région le « Titre vert ». Il s’agit d’un projet destiné à pallier les effets collatéraux négatifs du confinement dont la perte d’emploi. Les jeunes acquis à la cause pourront choisir entre l’élevage ou la culture ou bien les deux à la fois. D’emblée, le projet ambitionne d’offrir une belle opportunité aux jeunes désirant s’impliquer dans le développement du monde agricole.
    Madagasikara est un pays à vocation agricole. Soixante-quinze à quatre-vingt pour cent de la population vivent à la campagne et s’occupent des activités agricoles. Cependant, les vicissitudes de l’Histoire, les régimes politiques successifs allant de l’époque coloniale jusqu’à une période récente sapaient la base d’une agriculture robuste et prospère et hypothéquaient l’avenir de l’autosuffisance alimentaire de la population.
    Les colons qui s’installaient de force sur presque les meilleures terres agricoles avaient réduit les indigènes cultivateurs en simples « salariés « . Conséquences immédiates, refusant l’idée de servir les intérêts des vazaha dans leurs propres terrains, la Terre des Ancêtres, hérités des Aïeux, les paysans avaient abandonné leurs activités ancestrales et fui dans la forêt. Le Première République entreprenait des efforts visant à remédier la situation. Les produits agricoles ont vu leurs rendements améliorés. Comble de l’histoire, la Deuxième République replongea le monde agricole dans l’abîme de la turpitude en conséquence de quoi les Malagasy ne parviennent plus à produire, en particulier le riz, pour satisfaire les besoins locaux.
    Le projet présidentiel « Titre vert » a toutes les chances d’offrir à la disposition de la Nation, surtout aux jeunes, trois avantages majeurs. D’abord, l’initiative que le Président annonçait à Antsirabe va redonner à l’agriculture sa lettre de noblesse, oubliée depuis des lurettes. Le « Titre vert » va faire renaître le monde agricole de ses cendres. Une belle participation à la relance de l’économie nationale !
    Ensuite, le « Titre vert » remettra aux jeunes le goût de s’aventurer dans des activités entrepreneuriales dans le monde agricole pour devenir plus tard de vrais opérateurs économiques. A noter que l’agriculture est un avenir incontournable pour Madagasikara.
    Le troisième avantage, non négligeable pour le pays à travers le « Titre vert », réside dans le fait de pouvoir atteindre l’autosuffisance alimentaire. Un vœu pieux de tous les régimes, qui se sont succédé à Madagasikara, qu’aucun n’a pu concrétiser. Par le biais de ce plan révolutionnaire impliquant directement les jeunes, le pays aura la forte chance de parvenir à se suffire, alimentairement parlant, de lui-même. C’est une ambition profonde du jeune visionnaire et Chef d’Etat malagasy.
    Fallait-il le rappeler que le « Titre vert », l’ersatz providentiel pour combler les défaillances causées par la pandémie de Covid-19, s’inscrit dans la ligne droite du « Velirano » du Président afin, par la suite, de traduire en actes les engagements pris durant la campagne électorale. Le choix de Rajoelina à l’endroit d’Antsirabe, sa ville natale, capitale du Vakinankaratra et baptisée Région pilote, pour inaugurer le départ du « Titre vert » n’est pas le fruit du hasard. C’est une Région à fortes potentialités agricoles et ceci explique cela !" La verité.mg

    • 20 octobre à 16:58 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      à remarquer Isandra — Les’ riches terres "" abandonnées par les colons ont été reprises par le paysannat malgache. Curieusement ,les rendements agricoles ont baissé .La terre a moins donné.Le pays doit importer maintenant à l’heure de la soudure. Et l’exode rural amplifie chaque jour.

    • 20 octobre à 17:12 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Vatomena,

      C’est pourquoi, ces jeunes passent d’abord à la formation de chef d’entreprise agricole avant de commencer leur activités, afin que leur exploitation soit professionnelle, pour éviter de perpétuer cette manière traditionnelle, moins de rendement.

      En quelque sorte, c’est le même système que les réunionnais envoyés à votre époque, mais, la différence, ces jeunes sont envoyés chez les autres, mais, chez eux pour exploiter les terres de leurs ancêtres.

    • 20 octobre à 17:57 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Isandra,

      Le sol n est pas un objet inerte, c est une matiere vivante qui s exprime, ainsi, elle est devenue cette terre qui ne ment jamais, et reste expressive du moment qu on prend soin d elle...et les seuls qui avaient su le faire admirablement partout dans le monde, c etaient les ancetres, a l epoque ou il n y avait ni de Monsato ni Dupont De Nemours ni Syngeta...

      Aussi, cette terre etait sacree, respectee autrefois, et nourriciere...et n a jamais ete ingrate...

      Mais avec des ignares et incultes de votre espece, la terre meure progressivement pour devenir inerte car...vous manquez crucialement de connaissance pour la faire revivre...

    • 20 octobre à 17:58 | arsonist (#10169) répond à Isandra

      @ vatomena

      Les foza prétendent qu’ils vont faire comme ce qui avait été fait avec les Réunionnais jadis à Mada .
      Dont acte .

      Et cyniquement , comme à leur habitude , les foza ajoutent qu’à la différence près que , cette fois-ci , au terme de leur formation les jeunes fraîchement formés ne seront pas sur une terre étrangère mais rentreront chez eux .
      Dont acte .

      Vatomena , vous connaissez bien les réussites de l’ancienne SPAS de Babethville . Il est inutile de renseigner les foza sur ce sujet , parce qu’ils sont super-instruits en ce qui concerne l’Histoire ancienne et l’Histoire récente de Mada .
      Alors on verra ce qu’accouchera leur "initiative"à Antsirabe .
      Nous verrons les résultats d’un oeil critique .
      La barre avait été placée très haut par les Réunionnais de la SPAS de Babethville .

  • 20 octobre à 15:02 | arsonist (#10169)

    Le DJ et ses foza ne sont que des junkies qui délirent !
    Dans leurs délires ils disent vouloir
    conquérir les îles éparses
    exporter des nourritures à Djibouti .

  • 20 octobre à 15:34 | I MATORIANDRO (#6033)

    Ny fampivoarana ny tontolo ambanivohitra dia tena deraina mihintsy, fa saingy zao ; averiko foana fa :
    - RAHA VAO ASA NA HEVITRA AVOAKAN’NY COCOVD DIA MAMPIVERIN’ILALANA
    - KITOATOA
    - MANARA-KENTRINA
    - ...

    Samia velonaina

  • 20 octobre à 16:13 | diego (#531)

    Bonjour,

    Cela s’appelle « improvisation ».

    On peut improviser dans les spectacles, mais pas dans les domaines qui touchent l’économie.

    Quand on veut aborder un sujet sérieux et intéressant comme l’émergence économique du pays, c’est qu’on est intellectuellement capable de s’y frotter. Autrement dit, on sait de quoi on parle et on doit connaître tous les moyens qu’il faut disposer pour prendre le chemin pour y conduire le pays.

    Quand on dit, émergence économique du pays, on veut dire au niveau national. Autrement dit, les investissements doivent étatiques, massifs et dans des domaines très bien précis.

    Recrutement de 134 jeunes, « baolina antanimbary zany », cela satisfait les jeunes qui y participe.

    Pourquoi les économistes et les très bien faites qui entourent Rajoelina ne proposent pas un programme économique standard, autrement dit, ce que tous les économistes du monde ont appris tout au long de leurs formations, basant sur les investissements !

  • 20 octobre à 18:42 | diego (#531)

    Bonjour,

    Faisons abstraction de la pandémie, et des autres facteurs politiques dont un pays doit absolument détenir pour pouvoir prétendre mettre en place des programmes économiques pour conduire ledit pays vers une émergence économique.

    Concentrons sur l’équipe gouvernementale qu’un Chef d’Etat aurait mis en place pour conduire la politique de l’émergence économique pour le pays. Et confrontons cette équipe. Questionnons les compétences et les connaissances de cette équipe.

    Personne ne peut s’échapper et tourner le dos à ses compétences et à ses connaissances.

    Il est à mon sens, tout à fait normal que le pays exige de cette équipe des explications sur leurs politiques, les moyens dont elle dispose, sinon les manières dont elle adopterait pour obtenir les moyens.

    A partir de là, l’équipe peut nous guider et expliquer quelles sont les stratégies pour cette fameuse émergence économique ?

    Je n’ai jamais entendu Rajoelina ou le PM ou encore d’autres membres du Gouvernement, notamment le ministre de l’Economie, ou de Travail, ....etc.....parler de l’Economie aux Malgaches :

    - Expliquer aux Malgaches comment vont-ils s’y prendre pour conduire Madagascar vers une émergence économique !

    Autrement dit, expliquer tout bêtement comment produisons-nous ?

    Quand vous avez une équipe gouvernementale qui est complètement absente pour vous expliquer, faire la pédagogie, sur les ressources productive qui servent à produire les « biens » et « services » qui s’appellent les facteurs de production, elle est incompétente, ou pire, ignorante en économie.

    Quand on est dirigeant tompoko, on doit être impérativement capable de répondre aux deux grandes questions de l’économique que toutes et tous les économistes mondiaux se posent :

    - comment les choix des agents économiques déterminent-ils ce qui est produit, comment et pour qui ?

    - et quand la poursuite de l’intérêt individuel sert-elle l’intérêt social ?

    Je suis désolé mais le gouvernement malgache doit absolument répondre, autrement dit, doit savoir, qu’il y a une tension entre intérêt individuel et intérêt social.

    On parle de 134 emploi.....

    • 20 octobre à 19:07 | Vohitra (#7654) répond à diego

      Diego,

      La réponse à vos séries de questionnement se trouve en fait dans le fond de votre propre appréhension…

      Les deux individus en question ne sont pas des hommes d’Etat, ils ne sont que…des hommes de pouvoir…et qui n’avaient jamais évolué au sein d’aucun parti de gouvernement…mais à peine, ils sont présent dans une structure conçue et façonnée par le boulevard du populisme pour une prise de pouvoir…

      Quand on ne sait pas vraiment la destination finale du parcours, il est bien évident qu’ils ne savent pas la trajectoire adéquate pour y parvenir, et en conséquence, ils ne peuvent ni partager ni informer ni sur le sentier ni sur le chantier…

      Le parrain de l’hexagone, lui, il est suspecté d’association de malfaiteurs, non ?

  • 20 octobre à 22:02 | Ra-Jao (#282)

    Elite Agro LLC, le groupe Emirat qui a remporté l’appel à manifestation d’intérêts pour valoriser les 60 000 hectares de terres situées dans le district de Morombe.
    Le but c’est de substituer les 350 000 tonnes de notre importation annuelle et d’atteindre semble t-il l’autosuffisance en riz à la fin du mandat de Rajoelina, soit dans un peu plus de 2 ans.
    Les données sur le montant que cette société va investir pour valoriser ces terres sont jusqu’à aujourd’hui tenues sous silence. Mais cela importe peu car sa rentabilité (revenue/Investissement - sauf erreur de ma part) est estimée à 5000 à 6000 $ par ha, soit 6000 $ * 60000 = 360 M$ en vitesse de croisière. Comme le contrat avec cette société a été signé pour une durée de 30 ans, sois une rentabilité totale de 360 M$ * 30 = 10.8 milliard de $.
    Ces chiffres à votre appréciation : économie de sortie de nos devises pour acheter du riz ?
    Un autre chiffre, la fermeture de TIKO et AAA coute 900 emplois -combien de familles de nouveau dans la pauvreté - selon son Directeur et 8000 à 10000l de lait produit par des paysans sans débouchés dans l’immédiat. Je n’ai aucune information sur les pertes d’emplois suite à la fermeture de l’entreprise de Mbola, de Claudine RAZAIMAHASOA..., mais cela ne doit pas être négligeable non plus
    Et ironiquement, Rajoelina va créer 134 emplois et à Andranomanelatra, cherchez l’erreur.

    Ca n’a pas suffit à Andry d’avoir causé la famine de nombreuses familles en 2009 suite à sa prise de pouvoir non constitutionnel - pour ne pas dire son coup d’Etat que ses inconditionnels ne veulent pas entendre - mais il poursuit imperturbablement ses oeuvres maléfiques.

    • 21 octobre à 09:14 | lysnorine (#9752) répond à Ra-Jao

      Re Ra-Jao 20 octobre à 22:02

      « Elite Agro LLC, le groupe Emirat qui a remporté l’appel à manifestation d’intérêts pour valoriser les 60 000 hectares de terres situées dans le district de Morombe »

      Une ânerie économique, par excellence, qui procède de la politique de l’aliénation en réclame – tous azimuths, – des richesses de Madagascar !

      Un calcul élémentaire suffit pour mettre au jour cette aberration. Nous avons, récemment, indiqué qu’il est avisé de réactualiser la politique du régime de Tsiranana, à savoir l’orientation de la population urbaine, notamment des familles de jeunes, vers la production agricole, d‘abord et avant tout de riz. :

      # 4 octobre à 20:01 | lysnorine répond à Shalom ^
      Re Rainingory 3 octobre à 14:10 répond à Shalom
      « EXODE URBAIN hoy ny kiakan’i RAFANOMEZANTSOA JEAN NIRINA avy ao amin’ny Fitrama izay »
      Miombon-kevitra tanteraka amin’izany "EXODE URBAIN » izany izahay, ka tsy Antananarivo ihany fa ny tanàn-dehibe rehetra no hanaovana fanentanana ny mponina HIALA AMIN’NY TANAN-DEHIBE, hifindra monina – indrindra ny Tanora manana tokantrano, ka vonona hanao ASA FAMBOLENA sy FIOMPIANA.

      Efa nasehonay teto ny fivelaran-tany MIDADASIKA kanefa VITSY MPONINA na tsy misy mihitsy aza, azon’ny FIAKAVIANA MALAGASY vonona ny hifindra monina volena, TOY IZAY AMIDY AMINNY ARABO sy ny orin’asan’ny OLOM-PIRENEN-KAFA.

      HOMENA tany tsy latsaka noho ny 5 HEKTARA ireo fianakaviana Malagasy MIFINDRA MONINA ireo ka ny fambolena VARY no tena atao VOALOHAN-JAVATRA.

      Efa noresahina matetika teto ny momba ny « VOLY VARY MARO ANAKA » na SRI (Système de Riziculture Intensive/System of Rice Intensification) izay avy eto Madagasikara no niaviany tamin’ny...36 taona lasa (enina amby telopolo) ary ampiasain’ny tany maro ka NAMPIROBOROBO IZAITSIZY ny famokarany sy ny fanondranany vary any ivelany. Mihoatra noho ny dimapolo ny tany mampiasa ny SRI ary ao anatin’izany i India, Sinina, Vietnam, Filipina.

      Manentsin-tsofina sy manakipy maso lalandava ny mpitondra fanjakana sy ny mpanao fanjakana malagasy ny amin’izany, dia mitonatonana any amin’ny « riziculture irriguée » foana (sitrany ahay misy hanaovana « appel d’offres » hihinana kely ! ), ny « OGM », sns. sns. Mazava ny antony dia ny hiarovana ny tombon-tsoan’ny mpivarotra sy mpanafatra ZEZI-BAZAHA (engrais chimiques), famonoana AHI-DRATSY (herbicides), sy BIBY KELY (pesticides), ary MASOMBOLY isan-karazany, satria tsy mila mampiasa an’ireo ny SRI. Koa raha mba nifantoka tamin’ny SRI ny mpitondra sy mpanao fanjakana malagasy, dia efa hatry ny ela be no ho lasa...MPANONDRANA VARY i Madagasikara fa tsy MPANAFATRA mamelona ny KARANA sy i PAKISTAN. Tsahivina FA TSY TAMBO ISAINA NY KARAZAM-BARY VOA-JANAHARY maniry eto Madagasikara [ voatanisa, ohatra, ao amin’ny :« Riz et Riziculture, 1929 (vol.4, fasc.3), “Variétés de riz cultivées à Madagascar, susceptibles d’être exportées)]
      Raiki tampisaka amin’izany famporisihana ny fianakaviana hifindra monina izany, ny pôlitika FANAMPIANA azy ireo tahaka ny :
      . FAMATSIANA azy ireo VOLA ANY AM-PIANDOHANY,
      . FANAMBOARANA tsara izay toeran-konenany (AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE DANS LES ZONES RURALES toeram-pitsaboana, fiahian’ ny vehivavy manana anaka ka miandry vohoka sy ny zaza mena vava na « centre de protection maternelle et infantile et d’éducation sanitaire », sekoly ambaratonga voalohany, sns, sns.).
      . FANOFANANA azy ireo amin’ny fanaovana VOLY VARY MARO ANAKA - izay tokony hampiasana itony 27 tapitrisa dolara Amerikanina SAMBORINA any amin’ny B.A.D. itony hanatanterahana fotsiny tetik’asa NOVOLAVOLAINY hanasoa ny ORINASA AVY ANY IVELANY sy ny OLON-KAFA FIRENENA sari-monina eto Madagasikara. Azon’ny Fanjakana atao tsara no mamerina ny efa natao tamin’ny fitondran’Itpkl. Tsiranana, dia ny ny fananganana « FERME PILOTE na MODÈLE », –IRAY isaky ny faritra 22 ohatra – manao io VOLY VARY MARO ANAKA io.

      Il est à noter qu’il existe au moins un organisme non étatique qui a repris, voici déjà quelques décennies, sous l’impulsion du frère franciscain Jacques Tronchon, cette politique d’exode urbain pratiquée par le régime Tsiranana, par la création de l’A.S.A., Accueil des Sans Abris/ Ankohonana Sahirana Arenina. cf. https://www.asa-madagascar.org/IMG/pdf/fanilo_64.pdf
      (à suivre)

    • 21 octobre à 09:28 | lysnorine (#9752) répond à Ra-Jao

      Re Ra-Jao 20 octobre à 22:02
      « Elite Agro LLC, le groupe Emirat .... »
      Une ânerie économique, par excellence, qui procède de la politique de l’ALIÉNATION EN RÉCLAME – tous azimuths, – des richesses de Madagascar !... »
      (suite et fin)

      Si on admet l’hypothèse de 5 ha au moins à mettre à la disposition d’une FAMILLE de jeunes, les 60,000 ha cédées à « Elite Agro LLC » auraient pu revenir à 12,000 (DOUZE MILLE) familles Malagasy et toucher une population d’au moins 48,000 personnes en supposant 2 enfants par couple. Avec la mise en place d’une politique SOUTENUE de VULGARISATION DE LA TECHNIQUE DU S.R.I (Système de Culture Intensive) et faisant EXCLUSIVEMENT appel des semences naturelles locales, un RENDEMENT moyen MINIMUM de 6 T/ha DONNERAIT 360,000 tonnes qui remplaceraient les importations habituelles.

      « le riz importé a légèrement augmenté en volume (+2,5%) – atteignant un VOLUME RECORD DE 605 818 TONNES – et en valeur ENTRE 2017 ET 2018, passant de 244 à 252 MUSD (+3%)...Les importations de riz concentrent en 2018 près de LA MOITIÉ DE LA VALEUR DES IMPORTATIONS DE PRODUITS ALIMENTAIRES (47,6%), principalement en provenance du PAKISTAN (240 886 t) et L’INDE (207 915 t). » [« Le commerce exterieur de Madagascar », https://mg.ambafrance.org/Le-commerce-exterieur-de-Madagacar].

      Rappelons qu’à Madagascar, on avait par le passé enregistré les rendements suivants avec la technique du S.R.I. :

      1) 2001 : REPORT FROM FIELD VISIT TO FARMERS PRACTICING S.R.I. AROUND
      LAC ALAOTRA, MADAGASCAR - June 6, 2001 - Norman Uphoff
      http://sri.ciifad.cornell.edu/countries/madagascar/madritrjun01.pdf

      “I ask Roland how long he has been using SRI methods ? Three years. How did he learn about it ? From other farmers. Have his yields gone up or down over the three years ? He can’t remember what his yield was the first year, but it was good, he says. Last year he got 1,680 kg from 25 ares (one-quarter of a hectare). This amounts to about 6.5 TONS PER HECTARE. Before we can calculate THE YIELD FOR THIS YEAR, Noel informs us, looking at his log book, that it is 9.24 T/HA. What were Roland’s yields before he tried SRI ? About 3.2 t/ha. So he got A DOUBLING IN HIS SECOND YEAR, and ALMOST A TRIPLING IN THE THIRD.” (p.2).

      2) 2003 : « Système de riziculture intensive »

      https://sriafriquedelouest.files.wordpress.com/2014/06/sri.pdf

      « RALALASON
      « Mpamboly mpikatroka malaza, eto amin’ny firenena malagasy : 23,800 T / HA TAMIN’NY 2003 TAO SOATANANA, Apôstolin’ny Fifohazana leader international avec 23,800 t/ha en 2003 à soatanana Apôstôly »

      3) 2004 : L’ Express de Madagascar, n°2856 du vendredi 30 juillet 2004,

      « Concours rizicole 2004 »
      « Rasoanandrasana Charlotte a fêté, hier, son premier prix au concours agricole de la 1ère saison 2004. A 57 ans, elle est une productrice de riz débutante, pourrait-on dire. Après des années d’exploitation de type familiale et traditionnel qui ne donnait en tout et pour tout que 3 tonnes, Charlotte a adopté la TECHNIQUE DU SRI, le système de riziculture intensif. Elle l’exploite depuis maintenant deux ans sur sa RIZIERE DE 1 HA SISE A AMBODIPAKA DANS LA COMMUNE D’IVOLOINA, PROVINCE DE MAROANTSETRA. Cela lui a permis en 2003 d’obtenir 10,8 TONNES puis de transformer son deuxième essai pour cette saison 2004 avec une production de 13,5 tonnes »

      4) 2010 :Young SRI Farmer Wins 2010 ’Young Farmer Award’
      http://sri.ciifad.cornell.edu/countries/madagascar/MadagascarArchives.html

      Andrianjanahary Fanomezantsoa has been awarded the ‘Young Farmer’ prize given annually by the Caisse d’Epargne et Credit Agricole Mutuel (CECAM) for his success in using SRI methods. These have enabled him TO RAISE HIS AVERAGE PADDY YIELD FROM 4 T/HA TO 12 T/HA through careful use of these methods. With the prize, an interest-free loan of 20 million Malagasy francs (about $10,000), he reportedly plans to buy more land and expand his SRI operations and also to help assist in the spread of SRI methods to other regions.
      (etc.

      Pour terminer, suggérons que les Malagasy concepteurs de la politique du riz à Madagascar tirent quelques leçons de la lecture de l’article suivant, qui remonte à plus de ...20 ans :

      Isabelle Droy « QUE SONT LES GRENIERS À RIZ DEVENUS ? (MADAGASCAR) »
      January 1998
      Institute of Research for Develop.
      https://www.researchgate.net/publication/32969208_Que_sont_les_greniers_a_riz_devenus_Madagascar

    • 21 octobre à 14:18 | vazahagasy taratasy (#10911) répond à Ra-Jao

      Je me doutais bien que ces nouveaux projets n’allaient nous apporter que de nouveaux ennuis. En plus des motivations économiques qui ne sont pas claires, notre pays va perdre le dernier atout, la seule qualité qui a été préservée du fait qu’on est un des pays les moins industrialisés.

      On est pratiquement, comme les habitants reculés de la forêt de l’Amazonie, un des seuls à encore pratiquer l’agriculture bio. Un de mes plaisirs et celui de mes amis européens quand on venait en vacances à Madagascar était de manger de la nourriture bio. La viande, volaille, boeuf, cochon etc. ont une saveur toute particulière et les fruits et légumes un goût inégalable.

      Et voilà que, à l’heure où les pays riches se rendent compte des méfaits des engrais chimiques et des épandages, où toute la planète dépense des milliards pour revenir vers l’agriculture bio, nous on détruit le seul atout qu’on a et on fait l’inverse. On fonce droit dans l’impasse....

      Mais finalement, rien d’étonnant dans tout ça quand on a des dirigeants qui ont un niveau intellectuel qui laisse à désirer, on a un échantillon ici même avec les deux hurluberlus qui font la risée de ce forum. Leur seul réflexe est de copier, mais toujours en retard d’un demi-siècle.

      Pauvres de nous, déjà miséreux, on va encore tomber plus bas. La descente en enfer est loin de s’arrêter !!!

    • 21 octobre à 19:39 | lysnorine (#9752) répond à Ra-Jao

      « Une ânerie économique, par excellence, qui procède de la politique de l’ALIÉNATION EN RÉCLAME – tous azimuths, – des richesses de Madagascar ! »
      Re Ra-Jao 20 octobre à 22:02
      « Elite Agro LLC, le groupe Emirat .... »
      Rappel :

      « Projet des arabes au Bas-Mangoky, début des travaux »
      https://www.madamaxi.com/actualites-madagascar-projet-des-arabes-au-bas-mangoky-debut-des-travaux-actualites-1888.html
      18/03/2020

      Début des travaux préliminaires avant le mois de juin

      L’Etat compte aller jusqu’au bout dans son projet avec les arabes au Bas-Mangoky. Ils préparent non seulement le terrain mais également l’opinion.

      L’Etat ne lâche pas l’affaire. Loin de là, LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE, LUCIEN RANARIVELO, est même très confiant en annonçant le démarrage prochain des travaux préliminaires pour le projet agricole de la SOCIÉTÉ ÉMIRATIE ELITE AGRO LLC, qui s’étendra sur 60.000 hectares au Bas-Mangoky.

      Des travaux qui démarreront avant le mois de juin, a-t-il indiqué lors de la signature de L’ACCORD DE FINANCEMENT D’UN PROGRAMME DE FACILITATION DU COMMERCE avec la COMESA, hier.

      « Il y a une étape à suivre. Nous allons PRÉPARER LES DOSSIERS TECHNIQUES ET LE BUSINESS PLAN POUR CONDUIRE CE PROJET. Une unité de projet ainsi que des guichets fonciers (BIF) seront également installés dans les deux communes concernées, pour SÉCURISER LEURS TERRES. Plusieurs études et concertations seront lancées POUR QUE CE PROJET NE SE HEURTE PAS À LA RÉSISTANCE DE LA POPULATION LOCALE. Sans parler du renforcement des réseaux d’irrigation que les agriculteurs de cette localité vont bénéficier », a-t-il précisé.

      C’est seulement aujourd’hui donc que nos dirigeants pensent à suivre cette étape, alors que le communiqué du ministère de l’Agriculture AU MOIS DE JANVIER PARLAIT D’UNE APPLICATION IMMÉDIATE DU CONTENU DE L’ACCORD CADRE DE CE PROJET (décision du conseil des ministres) sans avoir informé et consulté les habitants potentiellement affectés, et avant d’avoir réalisé les études techniques et sociales sur les impacts du projet sur les communautés concernées.

      Une situation qui a indigné l’opinion publique, et a provoqué un levier de bouclier du CENTRE DE RECHERCHES ET D’APPUI POUR LES ALTERNATIVES DE DÉVELOPPEMENT - OCÉAN INDIEN (CRAD-OI) et LE COLLECTIF POUR LA DÉFENSE DES TERRES MALGACHES « TANY » CONTRE CE PROJET.

      Préparer le terrain pour les Arabes
      L’Etat est actuellement en train de PRÉPARER LE TERRAIN POUR LES ARABES qui, eux, envisagent d’effectuer d’abord une phase test du projet pendant un an pour voir si cela en vaut le coup.
      « Avec LE PEU D’INFORMATIONS DISPONIBLES, des questions se posent, notamment sur LE PRÉTENDU ESSAI D’UN AN sur ce projet. Si le groupe industriel commence à entreprendre les travaux rapides qu’il aurait promis, QUI OSERAIT PENSER QU’IL PARTIRA SI L’ESSAI S’AVÉRAIT NON CONCLUANT ? », se demandaient ces défenseurs des terres malgaches, dans un communiqué conjoint qu’ils ont publié.

      « Qu’en sera-t-il réellement de L’ÉNORME SURFACE DE TERRES DONT ON NE SAIT PAS ENCORE SI ELLES SERONT VRAIMENT PRÊTÉES OU DONNÉES À TITRE GRATUIT SANS AUCUNE CONTREPARTIE », ont-ils poursuivi.

      En tout cas, les parlementaires pro-régime se sont déjà lancés dans une large campagne de communication.

      Il y a ceux qui parlaient de cette initiative QUI RÉPOND AUX ATTENTES DES MALGACHES SUR L’AUTOSUFFISANCE ALIMENTAIRE irréalisée depuis une quarantaine d’années.

      D’autres défendaient ce projet d’une manière très fougueuse, allant jusqu’à déclarer hier que ce projet garantissant l’essor de l’économie malgache sera toujours critiqué par les OPPOSANTS QUI NE SAVENT FAIRE AUTRE CHOSE POUR MAINTENIR LEUR PRÉSENCE SUR LA SCÈNE POLITIQUE.

      Rado Andriamampandry
      Hoy ny Lalàm-panorenana momba ny fivarotana an’i Madagasikara Tanindrazan’ny Malagasy
      Andininy voalohany.- :
      .
      1.3 Tsy misy mihitsy mahazo manohintohina ny maha iray tsy anombinana ny tanin’ny Repoblika.
      1.4 Tsy azo amidy na atakalo ny tanim-pirenena.
      1.5 Ny fomba sy fepetra fivarotana sy fampanofana tany ho an’ny vahiny dia voafaritry ny lalàna.(izay ahazoan’ny Governementa mandamina sy manandratra ny PÔLITIKA FIVAROTAN-TANINDRAZANA mahasoa azy !)

      Article 1.3 Nul ne peut porter atteinte à l’intégrité territoriale de la République.
      Article 1.4 Le territoire national est inaliénable
      Article 1.5 Les modalités et les conditions relatives à la vente de terrain et au bail emphytéotique au profit des étrangers sont déterminées par la loi.

  • 21 octobre à 14:40 | vazahagasy taratasy (#10911)

    Je rajoute encore ceci car là je suis vraiment révoltée :

    Tous les malgaches que je connais y compris ceux qui viennent d’arriver, une fois l’excitation de la nouveauté et d’avoir tout à profusion, déchantent rapidement. Ils s’aperçoivent que l’abondance ne fait pas la qualité, se plaignent du goût de toute la nourriture européenne et vont acheter, moi comprise, chez le chinois qui importe de Madagascar ou d’autres pays encore préservés de l’agro business.

    Au lieu d’exploiter cette singularité qui peut faire de nous un pays recherché pour la qualité de nos produits, on va faire comme tout le monde, 50 ans en arrière pour bien démontrer nos incapacités d’innovation et justifier notre image de pauvres minables colonisés toujours derrière sa moman😖😤

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS