Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 9 décembre 2022
Antananarivo | 23h32
 

Société

Projet de loi sur les entreprises franches

Anti-emploi et anti-investissement

mardi 20 novembre 2007 | Lanto

Mécontentement chez les travailleurs. Le projet de loi sur les entreprises franches est anti-emploi et anti-investissement selon les représentants de la Conférence des Travailleurs de Madagascar ou CTM . L’augmentation de la durée de travail à 45 heures par semaine, la baisse du nombre des jours de congé à 15 ainsi que le travail de nuit des femmes ne favorisent pas la création d’emplois et le travail des femmes. En effet, avec ces mesures si le patronat doit employer cinquante personnes, il ne va pas avoir recours qu’à 40 personnes pour un volume d’activité quelconque. Madagascar a ratifié une quarantaine de conventions internationales sur le travail y compris le travail de nuit des femmes. L’approbation de ce projet de loi est un recul sur les réalisations.

Environ 3200 employés à Antananarivo ont signé la pétition contre ce projet de loi. De plus, la CTM a envoyé une contre-proposition à l’Organisation Internationale du Travail à Genève et a sollicité que cette dernière suive de près cette affaire. Par ailleurs, la CTM a déjà enclenché le dialogue officiel avec l’Etat qu’il a choisi comme interlocuteur. Une rencontre avec a eu lieu avec un responsable auprès de l’ancien ministère de l’Economie, de l’Industrialisation et du Commerce et du ministre, du secrétaire général et du directeur du ministère du travail. La suspension de ce projet de loi a été l’argument avancé par ce dernier au cours de l’entrevue. Mais jusqu’ici les négociations n’ont abouti à rien. Le syndicat attend vainement la décision finale. Et la lutte continue. Au cas où la situation persisterait, la Conférence des travailleurs malgache entamera les procédures administratives de différends collectifs contre l’Etat malgache. La manière dont le projet a été élaboré fut dénoncé. Les employés n’ont pas été représentés lors de son élaboration. La présence des entités tripartites n’est pas respectée. Les membres du CTM désapprouvent cette mesure discriminatoire à l’endroit des travailleurs des entreprises franches et ceux qui sont regis par le code de travail.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS