Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 26 mai 2018
Antananarivo | 12h38
 

Interview

Interview

Alphonse Maka : « Le dialogue malgacho-malgache est un acquis »

mercredi 9 mai

Alphonse Maka , président du Conseil pour le Fampihavanana Malagasy (CFM) fait le point sur les démarches engagées par cette structure étatique dans le cadre de la réconciliation nationale, plus particulièrement la résolution de la crise politique actuelle.

Madagascar-Tribune.com
 : Les députés de l’opposition vous reprochent un manque de neutralité, parce qu’ils vous ont retrouvé récemment aux côtés du Président de la République à Toamasina ?

Alphonse Maka : Je l’ai déjà expliqué à plusieurs reprises que ma présence à Toamasina dernièrement s’inscrivait dans le cadre d’une mission du Conseil pour le Fampihavanana Malagasy (CFM) en province. Après une tournée dans le Sud-est de Madagascar, à Manakara et à Mananjary, nous nous sommes rendus à Toamasina. J’avais assisté à la fête des natifs de Toliara, étant invité du directeur général du Port de Toamasina, lui est un natif de Toliara. C’est là que j’ai rencontré le président de la République. Au niveau de l’aéroport, il y avait certes une manifestation politique du HVM, mais au niveau du Port, l’événement été purement économique. Tout cela pour vous dire que le fait d’être présent avec le Président de la République à ce moment-là n’a rien à voir avec la politique.

MT.com : A vous entendre, le CFM travaille… discrètement. Mais concrètement, par rapport à la situation actuelle, qu’avez-vous fait ? Quelle démarche vous avez déjà entreprise dans ce sens ?

A.M : Le CFM a bien travaillé, mais nous avons choisi de ne pas en faire un tapage médiatique. En tant que structure étatique, nous avons rencontré ceux qui ont eu l’initiative de réconcilier les acteurs de la crise politique actuelle. Nous avons rencontré le FFKM, les chefs traditionnels et les organisations de la société civile. Cela afin de rassembler les forces et de coordonner les actions sous la coordination de cette structure légale qu’est le CFM, pour parvenir à un résultat efficace dans le cadre de la résolution de la crise actuelle. Car, l’objectif est d’aboutir à un dialogue malgacho-malgache.

MT.com : Ensemble, avez-vous alors quelque chose de prévue allant dans ce sens ?

A.M : Dans le cadre de noss actions, nous avons déjà rencontré la Communauté internationale. A maintes reprises, nous avons rencontré le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, les anciens présidents Marc Ravalomanana et Didier Ratsiraka. Nous avons discuté avec les 73 députés. Nous avons également parlé avec l’équipe d’Andry Rajoelina. Il y a eu également une rencontre avec les forces de l’ordre. Enfin, tout ce beau monde est d’accord sur la tenue d’un dialogue entre les Malgaches, rien que les Malgaches. Ce dialogue malgacho-malgache est un acquis.

MT.com : Comment et quand ?

A.M : Nous sommes en plein préparation de ce dialogue. Vous en serez informé.

MT.com : Un dialogue malgacho-malgache signifierait pourtant l’exclusion de la communauté internationale…

A.M : Nous avons discuté avec la communauté internationale. Nous avons rencontré le représentant de l’Union européenne, celui de l’Union africaine, du PNUD et également le Nonce apostolique…. Nous avons déjà abordé le sujet avec les chancelleries : les Etats-Unis, la France… La position de la communauté internationale se résume en trois points. D’abord, elle encourage, elle a bien dit encourager, l’initiative malgache de médiation. Ensuite, elle souhaite qu’on reste dans le cadre constitutionnel. Pour elle, c’est une condition sine qua non pour pouvoir accompagner les décisions prises à l’issue de ce dialogue. Ainsi, la communauté internationale a fait savoir qu’elle sera là comme un observateur engagé.

MT.com : La position ferme des 73 députés exigeant la démission du président Hery Rajaonarimampianina ne constitue-t-il pas un écueil qui compliquerait les tâches dans le cadre de cette médiation, voire dialogue ?

A.M  : Nous avons pour mission de faciliter le dialogue entre les protagonistes, les acteurs politiques. C’est à eux de décider et de proposer des sujets à discuter. Si les 73 députés ont cette proposition, ils peuvent le présenter et en parler autour de la table de négociation. Il pourrait y avoir plusieurs propositions, mais c’est à eux d’en discuter et de prendre les décisions. Pour nous, il faut tout simplement dialoguer. C’est la seule issue pour s’en sortir.

MT.com : Le fait que vous êtes nommés par les dirigeants actuels par décret ne signifie-t-il pas que le Président de la République reste votre patron ?

A.M  : Le CFM est jaloux de son indépendance. Je l’ai dit et je le redis, le Président de la République n’est pas notre patron.

Propos recueillis par Vavah Rakotoarivonjy

3 commentaires

Vos commentaires

  • 9 mai à 08:51 | Boris BEKAMISY (#4810)

    MAKA Alphonse essaie de se rattraper face à son UNE BOURBE MONUMENTALE affcihée à Tamatave ! Mais personne n’est dupe , il est DECEVANT LUI AUSSI comme tous les Politicardsvendrana rehetra eto amin’ny Firenena, nihevitra azy iny mba olona MANANA NY MAHAIZY AZY aho satria mpamaky ny lahatsoratrany angazety ! Kinanjo.

    Mbola CFM fotsiny aza ry MAKA ALPHONSE de efa difotra ao anaty POLITIKA POLITISIANA MAMOHETRA MASISO toy izany , fa Raha izany angamba no tao anaty Governemanta de aoka fotsiny fa ALEO ALVITRA mihaino an’i Claudine RAZIAMAMONJY sy RIVOMAINTY toy izay mihaino ny LELANY

    Asa IZA ihany ny mba ho olo_marina sy misaina no TIA TANAINDRAZANA mahatakatra ny DIKANTENY HOE POLITIKA eto amin’ity FIRENENA ity, de ho tsy maintsy HADALANA/VOYOU toy izao fotsiny ve ny hieverana ny POLITIKA

    Malahelo anao aho ry Fireneko !
    Boris BEKAMISY

  • 9 mai à 11:38 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    alfonse s’ enfonce dans le flou le plus artistique, quant à la CI comme observateur « engagé » ; ça veut dire quoi exactement : le contraire d’ impartial ?

  • 9 mai à 11:49 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090)

    Faut reconnaître que sans l’armée ,les beaux messieurs clanistes de l’ethnie dominante ,font beaucoup moins les malins et les fiers à bras !
    Des couilles molles en sommes !

Publicité


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 413