Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 14 août 2020
Antananarivo | 14h14
 

Société

Médecine traditionnelle

Alerte aux faux tradipraticiens !

samedi 9 août 2008 | Manou
Ramamonjisoa Maurice du "Toby Lovasoa".
( Photo : Manou)

Secteur d’activités presque méconnu des nationaux quoiqu’utilisé par une frange de la population, la médecine traditionnelle malagasy a fait parler d’elle ces derniers temps suite à la diabolisation des travaux de recherches relatives au vih/sida effectués par des scientifiques locaux sur des plantes médicinales .

Pratique millénaire

"Pour les Malagasy, cette médecine d’un genre particulier a été héritée des ancêtres et toujours transmise de génération en génération. Ainsi donc, le savoir-faire restait l’apanage d’une catégorie de personnes détentrices des connaissances en la matière avant sa démocratisation datant seulement de quelques décennies", selon Ramamonjisoa Maurice, tradipraticien chevronné opérant au Toby Lovasoa sis à Ankadilalampotsy-Ankaraobato, dans la banlieue sud d’Antananarivo.

Ce scientifique qui s’est versé par vocation dans la médecine traditionnelle tient à préciser malgré cette "démocratisation" qu’il faut des conditions minimales pour maîtriser cette science...

color="#FF0000" size="2">Des charlatans

Mais suite aux divers aléas de la vie actuelle, cette médecine traditionnelle est devenue si lucrative qu’elle a engendré la présence de faux pratiquants dans son sillage. L’art tend à être confondu à de l’arnaque, déplore toujours Ramamonjisoa Maurice, et des mesures s’imposent pour préserver la crédibilité de cette spécificité qui pourrait être source de richesses culturelles et de valeurs originales pour Madagascar. Dans la localité d’Antananarivo-Atsimondrano, des charlatans font des ravages sur les patients, a-t-il révélé, rendant la population allergique aux méthodes traditionnelles de soins.

Annonces

Filazana manjo

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS