Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 20 octobre 2020
Antananarivo | 22h20
 

Tourisme

Tourisme

Air Austral annonce la reprise des ses vols vers Nosy Be

mercredi 7 octobre | Mandimbisoa R.

Un nouveau souffle pour les opérateurs touristiques de Nosy-Be. Après plusieurs mois de paralysie, cette destination très prisée à Madagascar est de nouveau accessible au tourisme depuis le 1er octobre.

Après l’autorisation de réouverture des vols internationaux et la reprise des activités touristiques dans la ville, les compagnies aériennes qui desservent l’île sont de retour. Après Ethiopian Airlines, Air Austral a annoncé hier une reprise progressive des liaisons de et vers l’île aux Parfums. Les premiers vols sont prévus à partir de la semaine prochaine.

Il s’agit d’une reprise par étape, programmée au moyen d’un Boeing 737-800 d’une capacité de 162 places que la compagnie déploiera entre La Réunion et Nosy Be. Dans un premier temps deux vols aller-retour Réunion-Nosy Be en correspondance des vols aller-retour Paris-La Réunion, seront proposés les vendredis 16 et 23 octobre prochain. En fonction de l’évolution de la situation, la compagnie pourra mettre en place dès le début de l’hiver IATA 2020, soit dès le début du mois de novembre, un programme plus étoffé, précise un communiqué de la compagnie aérienne réunionnaise.

Les conditions de déplacements de et vers Nosy Be restent règlementées. Les déplacements seront, dans un premier temps, limités à Nosy Be et aux archipels qui lui sont rattachés. Le protocole établi prévoit des mesures qui devront être rigoureusement appliquées par les passagers dont la présentation d’un résultat négatif 72 heures avant l’embarquement, réalisation d’un contre-test à l’arrivée, isolement minimum de 48 h dans l’attente des résultats du test.

75 commentaires

Vos commentaires

  • 7 octobre à 08:50 | Noue (#2427)

    - Avec un test négatif et à refaire le test en arrivant.

    - Avec un billet A/R et repartir obligatoirement quand la date du visa expire.

    • 7 octobre à 09:43 | gaston (#8335) répond à Noue

      - Avec un test négatif et à refaire le test en arrivant. cette phrase ne veut rien dire !!

      - Avec un billet A/R et repartir obligatoirement quand la date du visa expire.

      Parce que tu crois que les touristes venant à Nosy Bé veulent y rester !! Je ne pense pas, c’est juste pour les vacances, eux au moins vous apportent des devises. C’est pas les mêmes populations qui arrivent de l’archipel des comores où de Madagascar pour venir accoucher à Mayotte et grossir le flot incessant de migrants, et eux sans visa !!!

    • 10 octobre à 00:57 | ALBAN (#11106) répond à Noue

      Exiger un test à l’arrivée, en d’autres termes, c’est considérer que la médecine française serait incompétente, l’hôpital que si moque de la charité. Mais imposer un test au retour trois jours avant le retour vers la Réunion ou la France, c’est avouer à demi-mot que Madagasacar est frappé de plein fouet par la pandémie. A 100 000 ariary, prix du test PCR facturé à l’arrivée de l’aéroport de Nosy-Bé, soit la moitié du smic local, il est certain que Madagascar ne peut pas avoir officiellement de malades. Ayez au moins la décence et l’honnêteté de fermer vos frontières comme l’a fait l’Etat Thaïlandais au lieu de vendre de la poudre aux yeux. Il est certain qu’avec ce type de politique, vous n’aurez que des désaxés sur votre île. Qui se risquerait à faire 16 heures de vol pour se faire recaler à l’arrivée, mis à part un malade psychique. Revoyez votre copie ou fermez vos frontières. Un peu de courage.

  • 7 octobre à 09:53 | FINENGO (#7901)

    L’appât du gain, prime sur la santé de la Population et du Peuple.
    Les dépravé du Tourisme sont en oeuvre.

    • 7 octobre à 10:21 | Vohitra (#7654) répond à FINENGO

      Bonjour Finengo,

      C’est tellement vrai ce que vous venez de dire, hélas ! Mais une hypothèse à ne pas écarter aussi, le point de départ pour le trafic de l’or provenant de DIANA...

    • 7 octobre à 10:48 | kartell (#8302) répond à FINENGO

      Bonjour FINENGO,

      Merci de conserver toute votre énergie pour décrypter une actualité qui nécessite une lecture attentive d’entre les lignes tant elle est édulcorée et ripolinée à souhait !....
      Ah ! ce tourisme à Nosy-Be, symbole emblématique que le plus important reste ce qui se dissimule derrière ces non-dits....
      On peut penser qu’il y avait urgence à réouvrir les portes de cet « eldorado de la farfouille » et d’ailleurs le pouvoir ne sait pas tromper, c’était son urgence absolue !...
      Bon courage.

  • 7 octobre à 10:10 | Isandra (#7070)

    Ca fait des jaloux, cette reprise vers la normale.

    Les autorités auraient dû inscrire dans le protocole, la prise obligatoire de CVO + gélule, prévention dès l’arrivée à l’aéroport.

    • 7 octobre à 10:39 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Pendant que sous d’autres cieux la situation se complique.

    • 7 octobre à 12:21 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      C’est le bonheur ..Les "crevettes ’’ de Nosy Be pourront reprendre en toute légitimité leur commerce du sexxe . Pendant leurs ébats ,se seront elles masquées .Il y aura grande prise de risques .....

    • 7 octobre à 13:04 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      Des crevettes ? Pourquoi pas du fozabe ? Une production entierement locale a titre de tosika fameno et vatsy tsinjo, au benefice et service des touristes aventuriers...

    • 8 octobre à 12:22 | lanja (#4980) répond à Isandra

      Vous n’êtes pas capable d’imposer à tous les malgaches vos CV organics fozaorana , et vous proposez de l’imposer aux autres, mais soignez vous, sérieux !

  • 7 octobre à 10:54 | betoko (#413)

    Sur le même sujet à lire dans le journal en ligne www zinfos974. com
    Air Austral , reprend les vols vers/ depuis Madagascar

  • 7 octobre à 11:12 | betoko (#413)

    Finengo , Vohitra et Kertell
    Pour quoi vous ne diffusez pas des publicités contre la venue des touristes à Madagascar ?
    Avant hier j ai regardé un reportage sur le tourisme à Saint Domingue , du tourisme de lux , il y a toujours des bons côtés comme des mauvais côtés mais cela n’empêche pas les touristes de venir passer quelques jours
    Pour vous l’essentiel C’est de tout critiquer quoi qu’on fasse

    • 7 octobre à 11:19 | Isandra (#7070) répond à betoko

      Betoko,

      Ne vous étonnez plus de ces gens, la haine de Rajoelina est plus forte qu’eux, du coup, ils ne souhaitent que de malheur pour notre pays,...

  • 7 octobre à 11:35 | betoko (#413)

    A propos de critique , hier soir j’ai regardé le documentaire sur la "decolonisation" de la France , dont le titre est "décolonisation, du sang et des larmes " Doc de Pascal Blanchard et de David Korn-Brzoza , J’ai appris beacoup de choses dont la majorité des français ignorent sur la colonisation et la décolonisation
    Comme disait un des intervenants je n’ai rien contre la France et les français , mais j’en voulais aux politiciens français

    • 7 octobre à 12:15 | vatomena (#8391) répond à betoko

      Curiosité Betoko . .Ce dont les socialistes de l’époque qui avec Jules Ferry en tete ont lançé le grand mouvement de colonialisme à la française sous le prétexte qu"il fallait éveiller à la civilisation et au monde moderne les peuples tenus comme arriérés. Ce sont d’autres socialistes qui plus tard se feront à grands cris décolonisateurs et immigrationnistes. Sont ils ’fous ’’ ces français ?

    • 7 octobre à 12:24 | vatomena (#8391) répond à betoko

      Isandra — L’amour de Rajoelina est il devenu une vertu cardinale pour tous les malgaches . Non ,il y a des rebelles à cet amour

    • 7 octobre à 12:48 | Isandra (#7070) répond à betoko

      Vatomena,

      Il ne faut pas s’habituer à la logique de binaire Vatomena, si vous n’aimez pas quelqu’un, vous n’êtes forcément pas obliger de l’haïr,...

    • 7 octobre à 14:01 | vazahagasy taratasy (#10911) répond à betoko

      Apparemment Betoko, vous habitez dans une région française sans décalage horaire puisque vous avez regardé cette émission hier soir...

      Encore un de vos nombreux mensonges. Personne ne vous oblige à dire où vous habitez mais vous vous evertuez à déclarer que ce n’est pas en métropole.

    • 8 octobre à 09:28 | lysnorine (#9752) répond à betoko

      Re betoko 7 octobre à 11:35

      « A propos de critique , hier soir j’ai regardé le documentaire sur la "decolonisation" de la France , dont le titre est "décolonisation, du sang et des larmes " Doc de Pascal Blanchard et de David Korn-Brzoza , J’AI APPRIS BEACOUP DE CHOSES... »

      Je n’ai pas regardé ce documentaire. Mais il a probablement évoqué quelque peu la « rébellion » déclenchée le 29 mars 1947 qui, sans aucun doute, a pesé considérablement sur l’évolution de Madagascar et la mentalité de ses habitants au cours des décennies suivantes. Aussi la génération actuelle et à venir a-t-elle le droit de mieux connaître les tenants et aboutissants de cette histoire. Dans ce but, nous reproduisons un certain nombre d’articles de l’époque, tirés principalement du journal « La Défense », l’hebdomadaire du Secours Populaire Français.

      1. L’ATTAQUE DU CAMP DE MORAMANGA
      ET LES AVEUX DE LA PRESSE COLONIALISTE
      La Défense
      21e année — n 176 — semaine du 14 mai au 20 mai 1948

      « TOUT CE QUI BOUGE EST LARDÉ A COUPS DE BAÏONNETTES »
      Dans la nuit du 29 mars, le camp militaire de Moramanga était attaqué par les rebelles. Très étendu, établi à l’origine pour une division, alors qu’il ne renfermait plus que CINQ CENTS HOMMES, construit en matériaux de fortune : bois et chaume, ce camp était extrêmement vulnérable.
      De plus, la surprise fut complète.
      L’ABSENCE DE PRÉCAUTIONS NE SERAIT-ELLE PAS EN RAPPORT AVEC LA PRÉSENCE AU CAMP DE M. SALICETTI, DE LA D.G.E.R., DONT ON NE SAURA JAMAIS CE QU’IL EST ALLÉ Y FAIRE UNE HEURE AVANT L’ATTAQUE, PUISQUE TOUS SES INTERLOCUTEURS DE LA SOIRÉE Y ONT TROUVÉ LA MORT ? En effet, pas un seul Français n’en réchappa et un certain nombre de Sénégalais furent également tués. Leurs compagnons, rendus furieux par cette attaque à l’improviste, se répandirent dans le village de Moramanga, tuant et massacrant sans distinction hommes et femmes, enfants et vieillards.

      Et voici ce qu’écrivait L’HEBDOMADAIRE GAULLISTE « LA BATAILLE » dans son numéro du 16 avril 1947 à propos de ces représailles sanglantes :

      « Les Sénégalais, A LA VOIX DE L’UNIQUE OFFICIER SURVIVANT (souligné par nous) sautent sur leurs armes et se ruent sur le village malgache voisin... Furieux... ils passent à la baïonnette dans la nuit tout ce qui leur tombe sous la main : hommes, femmes et enfants... Et... les Sénégalais mettent le feu au village. »

      Du même journal, même numéro :
      « On a transformé l’avion personnel du gouverneur général en avion de bombardement. On a fait un trou dans le plancher, et il se ballade au-dessus des villages... en laissant tomber COMME DE PETITES CROTTES des bombes incendiaires de 10 kilos. »
      Du JOURNAL DE MADAGASCAR, ORGANE COLONIALISTE DE LA GRANDE ILE :

      « ...Pendant que nos six voitures filent sur Manakara, il se passe du tragique chez nous. Quatre cents hommes, de l’un et l’autre parti, sont venus se réfugier dans nos bâtiments. Un détachement de soldats s’y rend. Tous les hommes sont sommés de sortir de leurs, cachettes et emmenés dans le jardin du district. Là, le triage se fait : P.A.D. E.S.M. d’un côté, M.D.R.M. de l’autre. Et parmi ces derniers, TOUS LES CHEFS DE FILE SONT FUSILLÉS SUR-LE-CHAMP. »
      De FRANCE-SOIR, DU 8 MAI 1947 :
      « Les représailles sont effrayantes. Des prisonniers malgaches sont chargés en avion et lâchés vivants au-dessus des villages, comme des BOMBES DEMONSTRATIVES. A d’autres endroits, des rebelles, enfermés dans des cases, sont brûlés vifs... TOUT CE QUI BOUGE EST LARDE A COUPS DE BAIONNETTES.

      Momba ny D.G.E.R. na Direction Générale des Etudes et Recherches,
      Sampan-draharaham-panjakana manokana amin’ny fitsikiloana (« Services spéciaux ») nodiasan’ny S.D.E.C.E na Service de Documentation Extérieure et de Contre-Espionnage niantomboka tamin’ny Desambra 1945, izay teo ambany fahefan’ny lehiben’ny Governemanta (« Président du Conseil », RAMADIER, socialiste S.F.I.O., tamin’ny 1947). Avy amin’io izany no niavian’i Marcel BARON izay notendren’’i Marius MOUTET (socialiste S.F.I.O.) ho aty Madagasikara avy hatrany vantany vao nametraka ny volavolan-dalàna mitaky ny fiverenan’ny maha-Fanjakana mahaleo tena an’i Madagasikara indray ny depiote Ravoahangy sy Raseta tamin’ny 21 Martsa 1946 (tamin’ny 1ère Constituante).

      2. Un grand reportage de Pierre BOITEAU à Madagascar
      L’ORIGINE DES TROUBLES DE MADAGASCAR RÉVÉLÉE PAR UN TÉMOIN.

      La Défense, Hebdomadaire du Secours Populaire Français.
      20e Année – N° 133. – Semaine du 11 au 17 juillet 1947

      [...]
      D. G. E. R. et services secrets étrangers

      Au beau temps du gaullisme s’était organise, à Madagascar comme ailleurs, un des rouages de la célèbre D.G.E.R. dont les agents, sous la direction du COMMANDANT DESANGES travaillaient la main dans la main avec l’Intelligence Service britannique. Dès JANVIER 1946, ces messieurs INVENTAIENT DE TOUTE PIÈCE UN PREMIER COMPLOT POLICIER en vue de « faire réfléchir » le gouvernement et de le ramener à la politique de force qui était la leur.

      Sans doute ces services, dotés de crédits fastueux et qui occupaient PLUSIEURS IMMEUBLES À TANANARIVE, furent-ils par la suite officiellement supprimés, mais leurs serviteurs n’en restaient pas moins dans le pays, camouflés dans diverses administrations et JUSQUE DANS LE SEIN DE LA SÛRETÉ GÉNÉRALE. A quelles activités souterraines se livrèrent-ils ? Nul ne peut le dire, mais il faudrait être singulièrement naïf pour s’imaginer qu’elles aient pu servir la France.
      En tout cas, c’est au moins une, COÏNCIDENCE TROUBLANTE de constater que L’UN D’ENTRE EUX : SALICETTI, SOI-DISANT AGENT FORESTIER, ÉTAIT AU CAMP MILITAIRE DE MORAMANGA LE 29 MARS 1947 À 10 HEURES DU SOIR, SOIT UNE HEURE AVANT L’ATTAQUE DU CAMP PAR LES REBELLES ET QU’IL EST LE SEUL EUROPÉEN À AVOIR ÉCHAPPÉ À CETTE ATTAQUE.
      (à suivre)

    • 8 octobre à 09:37 | lysnorine (#9752) répond à betoko

      Re betoko 7 octobre à 11:35
      « la "decolonisation"... J’’ai appris beacoup de choses... »
      (suite1)
      3. LE DRAME DE MADAGASCAR
      in LA VÉRITÉ SUR L’AFFAIRE MALGACHE
      Documents Populaires N°4, Numéro spécial, Janvier 1948.

      C’est, je crois, M. Mario ROQUES, membre de l’Institut et président du Comité franco-malgache, qui a qualifié la tragique affaire de Madagascar « D’AFFAIRE DREYFUS CONTRE TOUT (À L’ÉCHELLE D’UN) PEUPLE » ! [...]
      Ainsi qu’on le verra plus loin en poursuivant l’étude des témoignages recueillis, les principales « preuves » ont été extorquées par des procédés de torture qui s’inspirent de ceux en vigueur dans les États totalitaires...
      Par ailleurs, l’allégation qu’un complot militaire avait été ourdi par le bureau politique du M.D.R.M. ne parait reposer sur aucun élément sérieux. Au contraire, certains indices existent d’une possible provocation. POURQUOI, PAR EXEMPLE, A-T-ON FAIT DISPARAÎTRE CE SÉNÉGALAIS QUI S’ÉTAIT DISPOSÉ À RÉVÉLER QUE LA FAMEUSE ATTAQUE DU CAMP DE MORAMANGA, QUI FUT À L’ORIGINE DES TROUBLES, AVAIT ÉTÉ DIRIGÉE ET ENCADRÉE PAR DES « FIDÈLES » DE CERTAINS COLONS ?...
      Jean ROUS

      4. UN TÉMOIN OCULAIRE RACONTE
      D’HORRIBLES SCÈNES DE REPRÉSAILLES COLLECTIVES
      Les Malgaches servent de cibles vivantes aux exercices de tir
      La Défense
      21e année – n 176 – semaine du 14 mai au 20 mai 1948.

      Le 5 mai arrivaient à Moramanga, venant d’AMBATONDRAZAKA, trois wagons dans lesquels étaient entassés 186 hommes arrêtés dans la région. Parmi eux, des médecins, des fonctionnaires, des commerçants, des cultivateurs, TOUS MILITANTS DU M. D. R. M. 
      Depuis leur arrestation, ils n’avaient pas mangé. A l’arrivée à Moramanga, après avoir subi force coups de crosse et de nerfs de bœuf, trois d’entre eux étaient morts de faim, et leur cadavre entrait DÉJÀ EN DÉCOMPOSITION, lorsque l’un des détenus, le docteur Ravoloariseheno [RAVELOARISEHENO], le signala à l’inspecteur LANGLE, par la petite fenêtre d’aération du wagon.

      — Qu’est-ce que tu attends pour les manger ? répliqua l’inspecteur d’un ton haineux.

      Massacres dans la nuit

      Vers 23 h. 30, un silence lourd et ténébreux pesait sur la ville. Plusieurs Européens circulaient sur le quai, armés de .mitraillettes, de pistolets et de grenades, Parmi ces hommes, on remarquait l’inspecteur des Chemins de fer. LANGLE ; VAUCLIN, CHEF DE GARE DE MORAMANGA ; GROSMAIRE, CHEF DE DÉPÔT ; POTIN ET PAYET, CONDUCTEURS DES P. T. T.
      Deux ou trois minutes après la fin de leur conciliabule, le silence fut rompu par une succession ininterrompue de coups de mitraillette, de mousqueton, d’explosions de grenades. Des cris et des râles d’hommes massacrés s’élevaient au milieu de ce bruit d’enfer.
      Le crime consommé, tout rentra dans le silence de la nuit. Une odeur de chair se mêlait à celle de la poudre.
      Les criminels, qui avaient tiré depuis la clairière qui sépare la gare du groupe de bâtiments électrogènes et du grand bâtiment adossé à la gare, se réunirent ensuite pour se féliciter d’avoir exécuté héroïquement leur devoir et se séparèrent peu après en poussant des cris de victoire...
      Pillage organisé
      Le mercredi 7 juillet, après avoir « assisté » à ce glorieux massacre des détenus sans défense d’Ambatondrazaka, MM. Potin et Payet — les deux conducteurs des P. T. T. — ASSISTÉS DE ONZE SURVEILLANTS INDIGÈNES et de quarante-cinq Sénégalais, se dirigèrent par le train sur Perinet, pour relever les lignes. Une fois arrivés, les deux blancs donnèrent aux Sénégalais l’ordre de défoncer le magasin du Chinois à coups de hache, et de charger un wagon de marchandises pillées (vaisselle, épices, cigarettes, etc...). Ils n’oublièrent pas de faire main basse sur la caisse. Puis, satisfaits, ils firent brûler le bâtiment.
      Le Chinois se sauva et se réfugia à Tananarive. Convoqué à la Sûreté générale, IL FUT SOMMÉ DE DÉCLARER QUE LE PILLAGE ET L’INCENDIE DE SON MAGASIN ÉTAIENT L’ŒUVRE DES REBELLES. LE CHINOIS NE SE LAISSA D’AILLEURS PAS INTIMIDER ET IL RÉTABLIT LA VÉRITÉ.
      A FARAFANGANA, une quarantaine d’hommes furent fusillés sans jugement, SUR L’ORDRE DU CHEF DE DISTRICT, sur un talus près de la prison. Parmi eux, le docteur Rakoto et ses deux neveux ; le commerçant Ramanamisata, le pasteur de la mission norvégienne Rametosela et son fils Monjy, tailleur. Une perquisition fut opérée chez le pasteur ; on apprit qu’il ne s’était jamais occupé de politique. Tous les otages sont enterres à Amboanio.
      A MANAKARA, les détenus ont été FAUCHÉS À COUPS DE MITRAILLEUSE DANS LA PRISON MÊME et quand LEURS FEMMES vinrent leur apporter à manger, elles SUBIRENT LE MÊME SORT.

      On « se perfectionne au tir »

      A Madagascar on apprend à tirer au fusil sur ces cibles vivantes malgaches.
      Significative est l’histoire de ce jeune MÉCANICIEN DU NOM DE REILHAC, qui n’avait jamais fait de service militaire, et à qui l’on avait donné un fusil « sur la demande de Coquillay, chef de dépôt de Tananarive ». Ce jeune homme « se perfectionnait au tir » Et voici comment :
      Le 13 juin 1947, voyageant sur la locomotive n 78, train pilote du T. C. E. il tira sur la femme du cantonnier du service des voies et bâtiments du T.C.E., entre les points kilométriques 98 et 99. La femme mourut sur le coup. Un jeune bouvier de 13 ans subit le même sort au kilomètre 100.
      Le 14 juin, le même Reilhac tua net un vieillard portant un fagot de bois au kilomètre 140 du T.C.E., une femme en train de sarcler au kilomètre 178, un enfant de dix ans à l’entrée de la gare de Rogez. Le même jour encore, il tira sur une femme portant un bambou plein d’eau au kilomètre 220.
      Il décida qu’il allait tuer encore cinq mécanos du Diesel et un nombre important de mécanos de locomotives plus tard. Il a tenté d’intimider ainsi plusieurs mécanos, témoins oculaires de ses crimes...

      (à suivre)

    • 8 octobre à 09:50 | lysnorine (#9752) répond à betoko

      Re betoko 7 octobre à 11:35
      « documentaire sur la "decolonisation"... J’’ai appris beacoup de choses... »
      (suite 2)
      5. DEUX MALGACHES FUSILLÉS SANS RAISON
      La Défense, Hebdomadaire du Secours Populaire Français.
      21e année, n° 160, semaine du 23 au 29 janvier 1948

      Voici l’aveu de l’administration
      On ne rappellera jamais assez en France TOUTES LES HORREURS QUI SE SONT DÉROULÉES à Madagascar, APRÈS LES ÉVÉNEMENTS DU 29 MARS.
      QUELQUES DIZAINES DE COLONS EUROPÉENS — 90 environ, selon les estimations officielles — atrocement massacrés : tel est l’argument qu’invoquent à chaque fois les colonialistes pour justifier tout ce qui a suivi. A quoi il est facile de répondre que nous sommes les tout premiers à déplorer la mort de ces victimes innocentes, et à réclamer le châtiment des assassins, c’est-à-dire de CEUX QUI ONT ORGANISÉ LA TUERIE. ENCORE FAUDRAIT-IL RECHERCHER ET CONNAÎTRE CEUX-CI. (On s’apercevrait peut-être alors que certains qui crient très fort : « A l’assassin » ont bien mauvaise conscience.)
      Mais les « REPRÉSAILLES COLLECTIVES » qui ont frappé d’autres innocents, Malgaches ceux-Ià ont été effectuées sur une échelle et à un rythme véritablement « INDUSTRIELS ». Impossible de passer sous silence ces ASSASSINATS MASSIFS, impossible de ne pas élever la voix pour condamner les quelques Français qui ont montré au peuple malgache ce visage de sang, de raffinement dans la cruauté et d’injustice.
      Tous les gens de cœur ont ressenti d’ailleurs le même dégoût devant ces scènes d’atrocité. N’est-ce pas UN FONCTIONNAIRE DES CHEMINS DE FER, D’OPINIONS TRÈS RÉACTIONNAIRES POURTANT, qui écrivait à M. de Coppet

      « Ce qu’un FRANÇAIS, ANCIEN COMBATTANT 14-18. aurait préféré ne pas voir :

      PRISONNIERS : Pas de triage sérieux SÉPARANT LES REBELLES DU TROUPEAU ARRÊTÉ sur le champ d’aviation et à TANAMBOA. Dans ceux-ci il y avait un petit nombre d’innocents, d’autres qui avaient suivi le mouvement, parfois même en curieux.
      Tous furent entassés dans le BÂTIMENT BASSET, 500 À 600, PENDANT TROIS JOURS ET TROIS NUITS, couchés à plat ventre. Dès qu’un homme bougeait, des rafales partaient, tuant dans le tas 10, 20, 30 ou 40 personnes à la fois. 150 environ furent ainsi tuées. Ce carnage restera dans la mémoire des indigènes pendant des siècles.
      ... J’ai pu faire sortir, le deuxième jour, de ce lieu de massacre, le chef de gare de FICHTER et ses trois fils, ainsi que l’aiguilleur de cette gare. Ce dernier fut abattu quelques heures après par un exalté, EN PRÉSENCE DU R. P. DÉGUISÉ...

      INTERROGATOIRES : J’ai assisté aux interrogatoires de trois inculpés. Je n’ai pu rester plus de cinq minutes présent à chaque interrogatoire. L’inculpé est mis nu jusqu’à la ceinture. DEUX EUROPÉENS, AVEC CHACUN UN NERF DE BŒUF. FRAPPENT À TOUR DE BRAS JUSQU’À CE QU’IL AVOUE LUI PROMETTANT LA VIE SAUVE EN CAS D’AVEUX, ET POUR SE TERMINER LE SOIR, PAR UN COUP DE FEU PRÈS DE LA FOSSE COMMUNE. Je n’aurais jamais cru que des Français arrivent à des cruautés dignes de la Gestapo. »

      Que dire encore de la tragique histoire de ces deux AGENTS DES CHEMINS DE FER, RAKOTOVAO RAPHAEL ET RASAMIMANARA., chef de gare de MANAMPATRANA, disparus à jamais un jour d’avril entre Fianarantsoa et Manakara ? Leur famille a multiplié les démarches pour savoir ce qu’ils étaient devenus.
      Et voici dans toute son horrible concision, la note confidentielle qui met fin aux recherches :
      Le représentant du directeur des Chemins de fer F.C.E. écrit à M. l’Administrateur des Colonies, chef de district de Fianarantsoa (« note n° 31 CF, référence à vos n° 2994 et 2995 AP/CF du 7 courant ») :

      « J’ai l’honneur de vous faire connaître que LES DEUX AGENTS ONT ÉTÉ FUSILLÉS À SAHASINAKA POUR DES RAISONS QUE J’IGNORE. Le commissaire spécial a un dossier d’enquête qui pourrait probablement vous éclairer. »

      Et voilà le piètre cas que l’on fait de la vie humaine à Madagascar. On reconnaît officiellement que deux hommes ont été fusillés sans aucun motif. [...]

      6. LES VRAIS ANTIFRANÇAIS
      La Défense : organe de la Section française du Secours rouge international
      21e ANNEE. — N° 176. — Semaine du 14 au 20 Mai 1948.
      HEBDOMADAIRE DU SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS
      [encadré p.2]

      « TANA-JOURNAL » est l’organe de sabotage de l’influence française à Madagascar.

      Ce journal est dirigé par M. HENRI FRAISE, REPRÉSENTANT DU COMMERCE AMÉRICAIN dans l’Ile. M. Henri Fraise est également un des signataires du FAMEUX TÉLÉGRAMME ADRESSÉ À MUSSOLINI LE 8 MAI 1936 : « Mussolini-Rome. Enthousiasmés par victoire rapide et complète en Afrique Orientale, tenons à vous adresser ainsi qu’à vos troupes victorieuses témoignages notre sincère admiration. »
      « Tana-Journal » écrivait dans son numéro du 16 avril 1947 :
      « Non ! ce n’est pas la France qui tranchera ! C’EST À NOUS À RÉGLER LA QUESTION SUR PLACE. Soyons vigilants et nous ne serons pas roulés.
      Mais c’est « La Défense » que l’on fait saisir parce qu’elle a le tort de dénoncer les agents secrets étrangers, les véritables antifrançais, ceux dont « TANA-JOURNAL » est l’organe.
      (à suivre)

    • 8 octobre à 10:07 | lysnorine (#9752) répond à betoko

      Re betoko 7 octobre à 11:35
      « documentaire sur la "decolonisation"... J’’ai appris beacoup de choses... »
      (suite 3)
      7. UN DOSSIER VIDE
      par Pierre BOITEAU,
      Secrétaire général de l’Union des Syndicats (C.G.T.) de Madagascar.
      La Défense, 21e ANNEE. – N° 176. – Semaine du 14 au 20 Mai 1948.

      Lorsque éclatèrent les événements du 30 mars 1947, l’immense majorité des Français présents à Madagascar, préparés par des préjugés raciaux soigneusement entretenus et par une longue et perfide campagne de la presse colonialiste, s’écrièrent comme un seul homme : C’EST LE M.D.R.M.. C’EST LE PARTI DES DÉPUTÉS MALGACHES QUI EST LE COUPABLE. Du dernier commis au gouverneur général, du colon marécageux au grand directeur de compagnie, l’UNANIMITÉ était touchante.
      IL N’Y AVAIT PAS NATURELLEMENT LA MOINDRE OMBRE DE PREUVE. Qu’importe, M. Baron et ses tortionnaires, guidés et conseillés par LES HOMMES DE LA D.G.E.R. et les espions des services étrangers allaient en fabriquer à tours de bras.
      Des « aveux spontanés » à la vérité
      On empoigne donc un malheureux jeune homme de vingt ans : RAKOTOVAO MARTIN, secrétaire salarié M.D.R.M., et après d’horribles tortures — il dut être hospitalisé à la fin de « l’interrogatoire » — on extorque une déclaration selon laquelle LA RÉUNION DU 27 MARS DU BUREAU POLITIQUE ET DES ÉLUS DU M.D.R.M. AVAIT DÉCIDÉ DE LANCER L’ORDRE DE RÉBELLION.
      Sans doute des aveux officiels- reconnaissent-ils que bien avant cette réunion de mystérieux émissaires avaient parcouru le pays pour donner l’ordre de révolte, SOI-DISANT AU NOM DU M.D.R.M. ON SAIT QUE DES COLONS FAISAIENT FAIRE DANS LEURS ATELIERS DES SAGAIES MARQUÉES AUX INITIALES DE CE PARTI. On sait que HASKARIS, L’HOMME DES SERVICES SECRETS AMÉRICAINS, écrivait à ses correspondants de Madagascar « Avant tout envoi de notre part IL FAUDRA ORGANISER L’ATTAQUE DE CERTAINS POSTES MILITAIRES AFIN DE JUSTIFIER LA POSSESSION D’ARMES ET DE MUNITIONS SANS ATTIRER SUR NOUS LA SUSPICION. » On sait que des armes avaient été effectivement débarquées, que des émissaires étaient dans la Grande Ile lors de la rébellion et ne l’ont quittée qu’en juillet 1947. Mais tout cela n’est que broutilles ; ce qu’il faut, c’est abattre le M.D.R.M.

      Et avant tout il faut s’emparer des parlementaires et des élus du peuple malgache. Lors de la réunion du 27 mars RAKOTO FRANÇOIS EST VENU DE FIANARANTSOA rendre compte des menées souterraines DES SOI-DISANT ENVOYÉS DU M.D.R.M. Le député Rabemananjara et les responsables présente rédigent un télégramme d’appel au calme signé des noms des trois députés et adressé à toutes les sections.
      Le facteur connaissait le « code »
      Voilà l’occasion rêvée pour les compromettre. Alors on s’empare d’un malheureux AGENT DES P.T.T. qui n’en peut mais, dans le lointain village de VOHIPENO ; on l’amène en avion à Tananarive APRÈS L’AVOIR CONSCIENCIEUSEMENT MENACÉ ET ROSSÉ ; il est soumis aux tortures habituelles chez M. Baron avec le gracieux concours de sa secrétaire, Mme PULVÉNIS, DES SERVICES SECRETS ÉTRANGERS, et il signe une déclaration D’APRÈS LAQUELLE LE TÉLÉGRAMME DES DÉPUTÉS EST RÉDIGÉ EN CODE ET CONSTITUE EN FAIT L’APPEL À LA RÉVOLTE.
      COMMENT UN PAUVRE DIABLE QUI N’AVAIT AUCUNE RESPONSABILITÉ DANS LE PARTI POUVAIT-IL DÉTENIR LES SECRETS DU COMITÉ CENTRAL ? C’est UN MYSTÈRE auquel ne s’arrêtent pas les objectifs enquêteurs de Tananarive. POURQUOI LE MÊME TÉLÉGRAMME ENVOYÉ DANS TOUTE L’ÎLE AURAIT-IL ÉTÉ COMPRIS PARTOUT AVEC SON SENS CLAIR, SAUF EN CERTAINS POINTS OÙ ÉCLATE PRÉCISÉMENT LA RÉBELLION ? AUTRE MYSTÈRE.
      Union = rebellion !
      Mais il y a plus : ce fameux télégramme est signé Raseta quand celui-ci est à Paris, à quelque 12.000 km. de là. Qu’à cela ne tienne on exhume son dernier télégramme qui se termine par le mot « union » et l’on fait déclarer à un nouveau pauvre diable, avec les méthodes accoutumées, que DANS UN AUTRE CODE DONT IL A BIEN ENTENDU LE SECRET, LE MOT UNION VEUT DIRE REBELLION ! Donc c’est Raseta qui ignorait tout de l’affaire (ses déclarations au Parlement le montrent assez) qui devient le grand coupable, l’instigateur de la révolte.
      Les responsabilités
      Que les Français de Madagascar aient pu admettre sans sourciller une pareille thèse, ils n’y étaient malheureusement que trop portés. Ils avaient vu massacrer certains des leurs au cours de la provocation, leurs intérêts leur paraissaient directement menacés. Ce ne sont pas des choses qui disposent à l’objectivité. S’ils n’avaient eu que ce tort et S’ÉTAIENT ABSTENUS DES ABOMINABLES REPRÉSAILLES qui ont ensanglanté l’Ile, ils apparaîtraient fort excusables.
      Mais qu’il se soit trouvé UN HAUT COMMISSAIRE DE LA RÉPUBLIQUE [De COPPET, PROTESTANT, socialiste S.F.I.O.] pour transmettre tel quel ce MONTAGE POLICIER en le présentant comme l’expression de la « vérité » ; qu’il se soit trouvé un ministre « socialiste » pour lui donner le sceau de son autorité ; qu’un parlement français ait entériné de pareilles affirmations gratuites sans les soumettre au crible de la critique, en dépit des avertissements et de la lutte courageuse du parti communiste et des représentants des peuples d’outre-mer ; voilà qui dépasse la mesure !...

      QUOI DES DIZAINES DE MILLIERS D’HOMMES SONT DÉJÀ MORTS, 20.000 AU MOINS CROUPISSENT DANS LES PRISONS, SONT ASTREINTS À DE DURS TRAVAUX ET TRAITÉS COMME DES CHIENS, LA PLUPART SANS QU’AUCUN MANDAT DE DÉPÔT RÉGULIER AIT ÉTÉ ÉMIS CONTRE EUX ; EN BROUSSE LES EXÉCUTIONS SOMMAIRES CONTINUENT ; ...

      Je ne suis pas près d’oublier, pour ma part, que C’EST À MADAGASCAR QUE J’AI, POUR LA PREMIÈRE FOIS, SENTI LE ROUGE DE LA HONTE MONTER À MON VISAGE PARCE QUE J’ÉTAIS FRANÇAIS, DEVANT L’ATTITUDE DE CEUX QUE JE REGRETTE D’ÊTRE OBLIGÉ D’APPELER MES COMPATRIOTES.[...]

      Pierre BOITEAU,

    • 8 octobre à 10:17 | lysnorine (#9752) répond à betoko

      Re betoko 7 octobre à 11:35
      « documentaire sur la "decolonisation"... J’’ai appris beacoup de choses... »
      (suite 4)

      8. L’ Affaire de Madagascar
      Exemple des TORTURES rapportés d’après les débats du procès dit des parlementaires malgaches
      "Une Semaine dans le Monde" du 18 septembre 1948

      [Sekretera misahana ny fitantanan-draharahan’ny MDRM (secrétaire administratif) Itompokolahy Rakotovao Martin. Voaheloka ho faty tamin’ny 4 Ôktôbra 1948 dia nogadraina tany am-pitan-dranomasina. Tafaverina teto an-tanindrazana tamin’ny Jona 1960, taorianan’ny fanambarana ny fiverenan’ny fahaleovantenan’i Madagasikara tamin’ny 26 Jona 1960. Toy izao no fitantarany ny nataon’i "France civilisée, pays des droits de l’Homme" taminy.]

      A l’audience du 9 août (1948), l’accusé Rakotovao Martin décrit la manière dont lui furent suggérés ses aveux :

      "M. Baron (chef de la Sûreté à Madagascar) me dit :
      ’Puisque tu n’as pas voulu accepter ce que je viens de dire, je vais te faire passer à la salle de réflexion (...)’.

      Je passai dans la pièce attenante. La salle de réflexion en question était déjà remplie d’eau et, de plus, il y avait aussi un bidon rempli d’eau sale pour ne pas dire plus. M. Baron me dit :
      ’Voilà le moyen qui t’apprendra à accepter ce que je viens de te dire de déclarer.’

      Un Sénégalais reçut l’ordre de M. Baron de me ’faire passer comme les autres’. Il me fit mettre à genoux, les poignets écartés, puis il prit une tenaille en bois et pressa mes deux mains ; puis, à genoux et mes deux mains pressées, il a mis ses pieds sur ma nuque et m’a plongé la tête dans le bidon. Voyant que j’allais m’évanouir, il a relevé mon pied pour me laisser reprendre l’air. Et ceci s’est répété jusqu’à ce que je sois complètement exténué. Il a alors dit :
      ’Emmenez-le et donnez-lui des coups"

      Le Sénégalais s’est donc servi du nerf de bœuf ; mais M. Baron est entré dans la salle de torture et il a personnellement participé à la flagellation. Cela a duré, je crois, quinze minutes, au bout desquelles j’ai déclaré que je ne pouvais plus supporter, car malgré ma jeunesse, c’était insupportable. Alors il a dit :

      ’Il faut donc admettre ce que je viens de te dire !’- ’Non ! monsieur le Directeur, ce n’est pas vrai.’

      A ce moment-là, il m’a fait passer dans la chambre de torture, a appelé un autre Sénégalais, puisqu’un seul ne suffisait pas, et il a donné l’ordre de me pendre les pieds en l’air et de jeter mon corps dans le bidon jusqu’à la poitrine. Et ils recommencèrent ainsi plusieurs fois. A la fin, j’ai dit : ’C’est trop même ! Laissez-moi m’adresser à M. Baron", et j’ai dit à celui-ci : "Je demande au moins des traitements dignes de la France, monsieur le Directeur". Et il me répondit :

      ’Voilà les traitements de la France !’

      N’en pouvant plus, je lui dis : ’J’accepte donc la première partie de votre déclaration’. M. Baron me répondit :

      ’Non, je ne veux pas la première partie, mais tout’
      - ’Je mentirai donc ?’
      - ’Mensonge ou pas mensonge, il faut que tu acceptes ce que je te dis.’

      Vers minuit, une personne assise à côté de son bureau, portant de grosses lunettes blanches, et me voyant comme pour me réconforter, mais avec un ton ironique : dans l’état où j’étais, sans même paraître le voir, me dit :
      ’Tu es encore jeune, petit, ne te fais pas esquinter pour rien. Pour sauver ta peau accepte ce que vient de te dire M. Baron. Tu dois charger les parlementaires Ravoahangy, Rabemananjara.’
      - ’Je n’accepte pas.’

      Immédiatement, M. Baron dit :
      ’Faites-lui subir un autre genre de torture.’

      A ce moment on m’amène dans la salle attenante, où il y avait un petit escalier en ciment. Mes deux bras liés derrière, les deux Sénégalais ont tiré en l’air mes deux pieds et me firent monter et descendre de cette façon le petit escalier. Cela commençait à devenir insupportable et, même si j’avais eu assez de force, c’était intenable.

      J’ai dit aux Sénégalais : ’Dites-donc à votre chef que j’accepte ce qu’il va me faire dire.’...

      (à suivre)

    • 8 octobre à 10:27 | lysnorine (#9752) répond à betoko

      Re betoko 7 octobre à 11:35
      « documentaire sur la "decolonisation"... J’’ai appris beacoup de choses... »
      (suite 5 et fin)

      9. LETTRE DE M. GAYE, PLANTEUR-ÉLEVEUR À BEROROHA,
      pour préciser son témoignage à l’audience du vendredi 24 septembre 1948 à la demande de l’Avocat général Rolland.

      Monsieur l’Avocat général,

      Comme suite à notre conversation À L’ISSUE DE MA DÉPOSITION EN TANT QUE TÉMOIN devant la Cour criminelle de Tananarive dans le « procès de la rébellion », j’ai l’honneur de vous donner, par la présente, quelques précisions sur CE QUE J’AI VU À LA SÛRETÉ GÉNÉRALE de Tananarive, durant le mois d’avril 1947.

      Au cours de la PREMIÈRE QUINZAINE DE CE MOIS D’AVRIL 1947, je me suis présenté à la Sûreté Générale à plusieurs reprises. Je voulais savoir à quelle date il me serait possible de rejoindre Tuléar et mes concessions.

      A chaque fois, les personnes que je demandais à voir (en particulier le chef de la Sûreté Baron), me faisait attendre dans l’antichambre avant d’être reçu. La Sûreté, à cette époque, ressemblait à une véritable usine. Des gens de toutes sortes entraient et sortaient continuellement. Si bien qu’on m’oubliait complètement, que je stationnais ainsi dans un couloir anti-chambre pendant des après-midi entières.

      C’est ainsi que j’ai été TÉMOIN DES BRUTALITÉS que mes sentiments humanitaires n’arrivent pas à qualifier. J’ai vu des séances de COUPS DE CRAVACHE (NERF DE BŒUF, DE COUPS DE POING, COUPS DE PIED DANS TOUTES LES PARTIES DU CORPS DES MALGACHES COMPLÈTEMENT ASSOMMÉS. En général, c’étaient des Sénégalais qui frappaient ainsi ; mais un jour, j’ai assisté à une séance menée par un Européen et qui s’acharnait sur un Malgache. Celui-ci, complètement évanoui, a été traîné par les pieds dans le bureau attenant à celui du chef de la Sûreté en passant par l’antichambre. J’ai vu que L’EUROPÉEN ÉTAIT L’ADJOINT DU CHEF DE LA SÛRETÉ.
      Il m’est impossible de citer exactement le nombre de Malgaches que j’ai vu passer devant moi (on ne faisait même plus attention à ma présence, j’attendais d’être reçu par le chef de la Sûreté), ayant le visage complètement méconnaissable : bosses, contusions, yeux pochés et congestionnés à tel point qu’on pouvait les comparer à des tomates mûres, lèvres boursouflées et fendues ; en un mot des MASQUES ENSANGLANTÉS.
      Plusieurs fois, j’ai vu des suppliciés titubant et venant de la cour qui se trouve derrière les bureaux. Ils étaient conduits et soutenus par un inspecteur sénégalais en bras de chemise. Ils avaient le regard hagard et affolé, les mains attachées derrière le dos. Etonné de voir leur face et les cheveux trempés, ainsi que leur chemise, j’ai demandé à un agent sénégalais qui passait près de moi pourquoi ils étaient mouillés ; celui-ci me répondit en riant ; « Ça, baptême dans bidon pour causer. »
      J’ai entendu également, à travers la porte d’un des bureaux attenant à celui du chef de la Sûreté, DES CRIS, DES APPELS AU SECOURS ET LE MARTELLEMENT DE COUPS SOURDS ET RÉGULIERS COMME UNE PENDULE. J’ai vu sortir de cette porte une jeune femme européenne, couvrant son visage de ses mains comme pour en chasser une vision horrifiante en disant : « C’est horrible. Je n’arrive pas à m’y faire. J’en suis malade ». J’AI SU PAR LA SUITE QUE CETTE DAME ÉTAIT LA SECRÉTAIRE DE LA SÛRETÉ.
      J’ai eu, à plusieurs reprises, l’envie d’intervenir pour faire cesser les horreurs que je voyais. Je ne l’ai pas fait, craignant que mon geste soit mal interprété, car j’avais nettement le sentiment de me trouver dans une maison de fous.
      Voici en résumé les quelques précisions dont je me souviens parfaitement.
      Veuillez agréer, Monsieur l’Avocat général, l’expression de ma haute considération.

      M. Gaye, depuis sa COURAGEUSE déposition, a été l’objet de continuelles brimades policières.

      Boiteau, Boudry, Espiard, De Lorme, « L’Affaire de Madagascar » (brochure éditée par le Comité de défense et d’action pour la vérité et la justice dans l’affaire de Madagascar), pp. 17,18.

  • 7 octobre à 12:01 | Shalom (#2831)

    S’il est vrai que le tourisme doit reprendre alors qu’on annonce 31 cas importés, où est l’erreur ?
    S’il est vrai que le tourisme reprenne, pourquoi l’urgence sanitaire n’est toujours pas levée ?

    Que ceux qui ont l’intelligence analysent et que les idiots acceptent sans réfléchir.

    • 7 octobre à 13:09 | lé kopé (#10607) répond à Shalom

      Le tourisme à Madagascar est un mal nécessaire car il peut rapporter des devises au Pays très rapidement . Mais un tourisme mal maîtrisé, est une plaie béante , car il ne fait qu’accentuer les difficultés de la population en faisant monter les enchères (prix des PPN), mais surtout en favorisant les dépravations y afférentes . Ceux qui ont pu sillonné les plages d’Ambatoloaka ont fait l’amère constatation d’un endroit, qui n’a rien à envier à Sodome et Gomorrhe , des villes démoniaques citées dans la Bible et le Coran . Pour tirer profit de cette manne financière , il me semblerait que des mesures d’accompagnement soient les bases d’un développement durable dans nos contrées . Dans ce sens ,l’Education de la population , la Santé, la Sécurité , les infrastructures routières et hôtelières devraient être les conditions minimum pour arriver à concrétiser ce rêve . Quand on pense que l’année dernière , sans le Covid , on n’a enregistré que 250 mille touristes , les décideurs devraient revoir leurs copies plusieurs fois .Ceux qui aiment comparer Madagascar dans tous les domaines devraient bien se tenir , car dans l’Hexagone , on enregistre 89 Millions de touristes l’année dernière . Viennent ensuite dans le classement les USA ,82 M, la Chine , L’Espagne ... En Afrique ,c’est le Maroc qui détient le Palme d’or avec ses
      9,3 Millions de visiteurs , en deuxième position vient l’Afrique du Sud avec 8,1 Millions d’entrées et ainsi de suite .Pour parler de nos plus proches voisins , l’Ile Maurice nous snobe avec ses 1,3 Millions d’entrants ,et le Kenya avec ses 1,5 Millions de voyageurs .Quand au Vietnam , un Pays qui a vécu des Guerres , il caracole à 15 Millions de vacanciers .Voilà un petit aperçu de notre situation , et du manque à gagner que nous devons combler . Mais peut être que nous allons nous rattraper avec nos médicaments préventifs et curatifs , puisque notre usine Pharmalagasy est maintenant opérationnelle ? Je le souhaite de tout cœur , car personne ne souhaite du mal à sa patrie . Malheureusement , jusqu’à maintenant , aucun régime n’ a été à la hauteur , par manque d’intégrité ,et ne se souciant que de ses intérêts personnels .Rien qu’à voir les policiers corrompus (pléonasme) à Ivato , se trimballant avec les passeports de leurs corrupteurs ,(car il n’y a pas de corruption sans corrupteurs), la route est encore longue ...

  • 7 octobre à 12:05 | betoko (#413)

    Îsandra
    La haine d’Andry Rajoelina, peut être que sans haine , leur vie aurait beaucoup changé .et encore .

  • 7 octobre à 12:24 | arsonist (#10169)

    Have you noticed ?

    Yesterday lysnorine posted in this forum a text whose this following is the link

    https://www.madagascar-tribune.com/Senatoriales-peu-de-candidatures-recues.html
    6 octobre à 19:57 | lysnorine (#9752) répond à Vohitra

    lysnorine exhibited in a few extracts from wickedly degrading criticisms against pretended nature of Merina natives by vile ancient colonialists .

    And you can compare the contents of those extracts with the conviction , which the besileo foza female isandra is always showing in this forum , about us who are Merina natives .

    • 7 octobre à 17:51 | vatomena (#8391) répond à arsonist

      Betoko ----Durant l’occupation allemande les français ont souffert plus que les révoltés de la cote est en 1947. et durant 5 ans !Ils ont connu fusillades , déportations vers des camps de la mort, ,bombardements.,rationnement alimentaire. Tout est relatif. Allemands et Français semblent avoir classé cette période tragique pour les deux nations.
      Les souffrances subies ont éveillé les esprits . si les gouvernements français se perdaient dans des guerres coloniales ruineuses et hors d’age le peuple de France ne suivait pas .Ces guerres étaient impopulaires . Comme la vieille colonisation elle ruinait les français. Les soldats revenant blessés d’indochine étaient conspués et giflés par les dockers de Marseille.!

  • 7 octobre à 12:37 | betoko (#413)

    Vatomena
    Votre opinion sur l’émission sur France 2 d’hier soir dont le titre est Décolonisation , du sang et des larmes ?

    • 7 octobre à 13:14 | vorona (#8254) répond à betoko

      Bien sûr il ne faut rien oublier, mais il faut laisser l’histoire dans les manuels d’histoire ! Comme dit dans l’émission, les jeunes générations, si elles n’ont pas un aïeul directement impacté, et à moins de se procurer un des nombreux livres sur le sujet, elles ne connaissent que quelque bribes de ces événements qui se sont passés il y a maintenant 70 ans. Comme pour le racisme, l’esclavage ou la colonisation ce n’est pas en les stigmatisant et en les obligeant à culpabiliser que ça va changer les choses, mais cela risque au contraire de faire exactement l’effet inverse à celui attendu ! Un exemple c’est le changement d’image de "Banania" et d’ "Uncle Bens" dont la grande majorité des gens ne voyait pas autre chose qu’un chocolat ou du riz, mais que certain ont mis en exergue (ce qui à fait une campagne pub pour les produits) le mauvais côté de l’image que plus personne ne remarquait.

  • 7 octobre à 13:04 | Shalom (#2831)

    J’attends vivement l’émission : Madagascar 2009, du sans, des larmes et descente en enfer des malagasy.

    • 7 octobre à 13:41 | betoko (#413) répond à Shalom

      Et ce qui s’est passé en 2002 à lire ou à relire dans La Gazette de la grande ile avec ce titre
      Réconciliation nationale , d’abord reconnaître ses crimes

  • 7 octobre à 13:55 | betoko (#413)

    Pour quoi les pro Ra8 et surtout l’intéressé avec leur grande gueule ne portent pas plainte contre le journal La Gazette de la grande ile pour publication mensongère et diffamation s’ils estiment que ces faits ne sont que des mensonges ? Est ce par peur de connaître la vérité ou que ce journal publie d’autres faits qui pourraient nuire à Ra8 ?

    • 7 octobre à 14:12 | Ra-Jao (#282) répond à betoko

      Bekoto,
      J’ai répondu à vos propos hier.
      Je suggère que l’Etat de droit que nous nous vantons prenne ses responsabilités puisque les fins limiers de la gazette de la Dgi ont toutes les pièces à conviction pour inculper Ra8. Qu’attend l"emmoreg pour arrêter Ra8, à défaut de pouvoir arrêter les dahalos, les braqueurs et assassins qui sévissent aujourd’hui partout dans notre pays.

    • 7 octobre à 15:03 | Maestro (#7313) répond à betoko

      @ Bekoto

      Pkoi porter plainte ? Parce qu’il y a une Justice digne de ce nom chez vous ? Laissez moi Rire ! C’est plutôt l’anarchie sous Bac qui règne à Mcar.

    • 7 octobre à 15:03 | Maestro (#7313) répond à betoko

      @ Bekoto

      Pkoi porter plainte ? Parce qu’il y a une Justice digne de ce nom chez vous ? Laissez moi Rire ! C’est plutôt l’anarchie sous Bac qui règne à Mcar.

    • 7 octobre à 18:59 | anhuro (#10667) répond à betoko

      Betoko, une question svp et merci d’y répondre, étiez vous à Tana lors des saloperies que vous évoquez🤔 ?, merci de nous éclairer 😎.
      Pour info, j’étais à Tana depuis 97 et peux vous en parler car des pourritures faites par des salauds de chaques côtés, beaucoup de ces actes m’étaient connus par des films mais, voir la réalité est traumatisante (52ans) à l’époque et je suis resté tout de même, jamais personne n’est venu me parler colonisation (de tous les pays) car ma réponse a tj été, ce que les anciens ont fait je ne dois pas en subir les conséquences, sortez vous d’abord les doigts ! et ne vous cachez derrière le beau "boulot " de Père Pedro et rares autres, beaucoup vous aident surtout pour amasser le max de VOLA, planter des arbres, apporter du riz en brousse, importer des produits qui s’avèrent ou impropres ou entrés en fraude.. Ect, vous connaissez depuis la France !!? qui vous a accepté, ! moi Français ne de parents Français depuis plusieurs siècles,.
      Je ne vis plus en France et pas dans d’anciennes
      " colonies " !!!
      J’espère qu’un jour Madagascar 🇲🇬sortira de la merde 😴ou elle s’est mise grâce surtout ! à pratiquement TOUS ses hommes politiques et autres que je n’ai pas besoin de vous présenter.
      Pour cela le "Palmarès" des fortunes africaines est instructif.
      Veloma ou Velomo ??

  • 7 octobre à 13:58 | dominique (#9242)

    Attention a l’arrivée !!! C’est déjà l’arnaque organisée a des hôtels de leurs choix avec des prix de dingue ; pas besoin de demander les dessous de tables pour faire partie de ces hôtels !!!! plus test PCR a la tête du client 150 a 200.000 Ary plus des taxis qui trempent dans cette magouille a des tarif a vous faire pâlir ....a 10 fois le tarif normal .... ça y est une bonne magouille d’arnaque est déjà nouvellement arrivée et déjà organisée ... Mais j’ai bien peur que les clients a ces conditions restent très rares !!! Quand a Air Madagascar c’est le Ko Ko Ko !! complet ou quoi ...

    • 7 octobre à 15:20 | lé kopé (#10607) répond à dominique

      Je l’ai mentionné plus haut que les conditions ne sont pas remplies pour développer le secteur touristique dans notre Pays .Quand vous subissez le" racket "dès votre descente d’avion , et tout au long de votre séjour , vous n’avez qu’une hâte , c’est de retrouver les Pays civilisés ou les droits sont respectés .Le seul endroit où j’ai senti ce Malaise était à Belem , au Brésil ,où l’on vous fait "poirauter" à l’aéroport avant de passer la douane, mais sans donner aucun passe droit.Dans les autres Pays , je n’ai jamais ressenti ce gêne , même si les Américains sont aussi pointilleux ...Bref , donnons aux touristes des conditions correctes , avant de tirer des plans sur la comète , à savoir , l’Education, la Santé , la Sécurité , les infrastructures routières et hôtelières.Mais toute cette structure est d’abord nécessaire pour la population ,elle même .Alors au boulot !!!

    • 7 octobre à 16:43 | dominique (#9242) répond à dominique

      M..LE KOPE ....je connais très bien l’aéroport Ivato suite a de très nombreux vols et j’ai très rarement vu ou connu une corruption comme ça partout dans le monde ! Alors déjà en temps (normal) c’est la corruption partout et j’en passe et des meilleurs , alors là !!!!!! ça va être le bouquet complet !!!! Pour moi destination a éviter fortement pour les touristes !!! juste un constat ..

  • 7 octobre à 14:16 | betoko (#413)

    Vatomena
    Vous vous êtes trompé en ce qui concerne le Maroc , revoyez l’émission sur you tube et dire que La France avait perdu beacoup d’argent avec ces colonies qu’à gagner
    Revoyez le début de l’émission et heureusement que c’est une télévision française d’État qui l’avait diffusé , si c’était une télévision étrangère je vois d’ici les critiques
    Si cette émission était diffusé il y a 20 ou 30 ans , certainement elle serait censurée et les auteurs mis en prison ou assassiné

    • 7 octobre à 16:05 | lé kopé (#10607) répond à betoko

      Comme d’habitude , vous avez "zappé "l’essentiel , car comme l’a bien mentionné le reportage , le peuple Français ne doit pas être confondu avec ses dirigeants , et que même si c’est le Pays des droits de l’homme , ils se sont comportés dans les colonies , comme les Nazis sur leur territoire. L’auteur a même tiré sa conclusion en ces termes :"Une civilisation qui ruse avec ses principes , est une civilisation moribonde ". Qu’en est il de notre Pays avec ceux que vous soutenez ? Le "Soatoavina Malagasy est jeté aux orties , pour faire place aux Bling Bling venus d’ailleurs . Les photos de nos compatriotes du Sud , affamés comme du temps du "Biafra", sont des preuves tangibles de notre désarroi . Mais on ne parlera pas des choses qui fâchent , comme le détournement des fonds pour le Pipe-Line , ou des sommes d’argent déversées par l’UNICEF ,et la Banque Mondiale pour endiguer ce Fléau . L’ancienne Ministre de l’Expert Comptable a quand à elle bien géré ce dossier ( Journaliste Emérite de TVPLUS, au service des plus démunis).Durant son mandat , on n’a pas eu vent d’une quelconque défaillance dans ce domaine. .Cela prouve que les dysfonctionnements proviennent de la nouvelle équipe dirigeante ,et avec les responsabilités qui leur incombent ... Encore une dérive de plus ? Rassurez vous , tous les dirigeants successifs ont eu leurs lots de malversations .Le responsable des micro-hydrauliques du temps du Flibustier a lui aussi trempé dans la soupe , et pour ne pas se faire épinglé , il a carrément mis fin à la vie d’un jeune Ingénieur Betsileo (Emilson) , et de son chauffeur , pour échapper à ses méfaits .

    • 7 octobre à 16:25 | Vohitra (#7654) répond à betoko

      Dis Le kope, il fut un temps au cours de la periode de terrible regne du flibustier, la Microhydraulique avait ete dirige par un certain...Colonel Ralaikoa Samson si je ne me trompe...

    • 7 octobre à 17:32 | vatomena (#8391) répond à betoko

      Ps Betoko ---- les trois députés malgaches du Mdrm ont eté accusés et convaincus d’avoir fomenté le massacre du 27 mars 1947.Ils ont été condamnés à mort mais jamais exécutés. Ils seront libérés quelques années plus tard et retrouveront une vie active et enrichissante.Les morts de 1947 eux ,resteront des morts.C’est plus tard qu’il apparaitra que nos députés à l’assemblée nationale française n’avaient pas fixé l’heure ni le jour de la rébellion.

    • 7 octobre à 17:51 | Vohitra (#7654) répond à betoko

      Vatomena,

      A cette epoque, c etait ce que les patriotes Malagasy avaient ignore completement, le seul language que la France arrive a entendre et comprendre, c etait une bombe et ses deflagrations...

      Pour liberer un pays, une negociation et la quete d une entente cordiale ne mene nulle part...

    • 7 octobre à 18:55 | vatomena (#8391) répond à betoko

      Vohitra—Rappel : la révolte de 1947 a été tres limitée ,conscrite seulement à une partie de la cote est. Le peuple des autres provinces n’a pas suivi .Le peuple dans sa majorité etait il pusillanime ou fidèle à l’administration coloniale . Sans un soulèvement national la rébellion ne pouvait vaincre Abandonnée de tous ,elle a été réduite en quelques mois .Le rebelle de 1947 ,ce n’était pas un soldat du Viet Minh ou du FLN algérien.

    • 7 octobre à 19:22 | vatomena (#8391) répond à betoko

      Le Kope — Je signalerai que c’est dans les écoles et dans les universités que les africains et malgaches ont appris la philosophie des ’droits de l’homme ’’. Le dressage avait commencé avec le fameux ’’ nos ancetres les gaulois ’ psalmodié dans toutes les écoles de la Coloniale. Les Aimé Césaire ,les Houphouet Boigny ,les Rabemanenjara,les Senghor sont issus de cette formation.Ils avaient bien appris la leçon sur la Liberté.
      Je ne sais si le forumiste Betoko ,à la double nationalité ,a reçu une instruction ,une éducation du temps de la Coloniale ou de l’indépendance

  • 7 octobre à 15:55 | diego (#531)

    Bonjour,

    Madagascar a cette chance, espérons que cela dure, d’être momentanément épargné par la pandémie.

    Le pouvoir, Rajoelina et son gouvernement, peut à juste titre être fier. Et il est tout à fait normal que le Président obtienne une bonne note de sa gestion d’une crise sanitaire mondiale.

    Mais nous sommes encore au beau milieu d’une pandémie !

    Il faut prendre bien note de ce qui se passe autour de nous. Le virus est toujours actif et il suffit d’une petite erreur et il se propage. Et les autorités sont bien obligés de reprendre tout à zéro......

    Aujourd’hui, il faut être patient. Toutes les entreprises touristiques, des transports aériennes, hôtelières, les industries automobiles, aériennes et les PME qui y sont rattachées sont encore pratiquement à l’arrêt pour plusieurs mois. Il n’y a que l’Etat et plus tard les vaccins qui vont définitivement mettre fin à l’agonie de ces secteurs économiques indispensables pour pratiquement tous les pays.

    La mondialisation est pratiquement stoppée depuis plus de six mois.

    Prudence donc, on n’est pas sortie d’affaire.

    Le gouvernement doit plutôt travailler fort pour trouver « ny hevitra matipaika sy matanjaka » comment affronter la récession économique qui est là.

    Les PIB des pays industrialisés vont connaître un recul assez inquiétant et le chômage va substantiellement augmenter. On parle des pays où l’économie n’est pas souterraine. Et les financements des Institutions économiques mondiales risquent de connaître quelques challenges, en tout cas, les pays pauvres risquent de connaître plusieurs difficultés, notamment baisse des aides.....etc....

    On sait que dans les pays sous-développés, la pandémie a obligé plusieurs chefs d’Etat d’avouer, que la majorité de la population dans leurs pays vit d’une économie informelle. Une situation qui explique tout simplement un des plus grands problèmes qui constituent un handicap pour réformer rapidement afin de pouvoir enclencher le développement dans ces pays.

    Le tourisme est momentanément à l’arrêt, et partout.

    Il n’est pas prudent de redémarrer ce secteur au milieu d’une pandémie !

    • 7 octobre à 19:08 | anhuro (#10667) répond à diego

      Tiens ! ,Isandra est "pause" ?? aujourd’hui !.
      La contribution à la "gloire" du chef a été rétribuée !
      Et une THB pour arroser.

  • 7 octobre à 16:21 | Besorongola (#10635)

    Après l’Afrique du Sud Ewa Air annonce la reprise des Mayotte-Madagascar tout comme Air Austral pour les vols Réunion-Madagascar.
    Toutes les compagnies se bousculent pour desservir Nosy Be mais où est-ce qu’il en est d’Air Madagascar ?

    • 7 octobre à 16:55 | dominique (#9242) répond à Besorongola

      Air Madagascar : il est en règlement de comptes avec Air France avec une addition de dettes sur un leasing impayé et imposé par le tribunal !! de la modique somme de 46 Millions de Dollars ! ET comme a l’habitude du pays c’est pas de leurs fautes ! c’est les autres !! et je ne compte même pas les dettes diverses c’est une montagne ou presque !!! et en plus le président fait le coq et met les bâtons dans les roues de tout cela et n’y connaissant strictement rien en la matière ... il y a pour cause si tous les directeurs et associes ont claquer la porte et vite fait !! mais c’est encore de leurs fautes a EUX !!! c’est pas nous on est blanc comme neige .... bon courage pour la suite pour le moment interdite de vols avec des passages vers la France ; suite au prochain épisode ..

    • 7 octobre à 19:22 | lé kopé (#10607) répond à Besorongola

      Vohitra ,
      Je ne voudrai nommer personne car certains sont DCD depuis . La seule chose que je peux dire , c’est qu’un Betsileo a tué des Betsileo , et cela est complètement regrettable ,quelque soit l’origine ethnique . Cette Histoire a laissé un froid entre les deux familles bien connues de la région ,ou surtout ses descendants ...jusqu’à nos jours .

  • 7 octobre à 17:08 | betoko (#413)

    Ra-jao et Maestro
    On dirait que vous ne connaissez pas la loi chez nous .Comme ex président de la republique, seul la HCJ â le droit d’arrêter Ra8
    Dominique
    La dernière fois que vous étiez à Tana c’était quand ? Actuellement ce n’est plus la même chose , la lutte contre la corruption est partout , à lire dans le journal Midi-Madagascar de ce jour , un ministre et des fonctionnaires inculpés pour corruption

    • 7 octobre à 18:06 | Besorongola (#10635) répond à betoko

      un ministre et des fonctionnaires inculpés pour corruption.

      Ce sont des gens dans ce régime ou des ex ?

    • 7 octobre à 18:17 | Vohitra (#7654) répond à betoko

      Betoko dadanaivo,

      Dans la quête de compassion à cause de votre handicap physique, ne profite pas de la situation pour vous engager dans des actes de pires mensonges à profusion quand même !
      C’est la corruption qui est maintenant devenue une chose banale car on peut la percevoir et constater de visu au quotidien sa présence partout…c’est dans la pratique quotidienne finalement, c’est le contraire qui aurait étonné eu égard au fait que les chantres et parrains de la pratique sont désormais aux commandes…les caïds et truands notoires, compagnons de route d’un calife tropical, ne peuvent plus s’en passer dorénavant, c’est une stratégie de dépeçage qui marche toujours pour eux à tous les coups depuis 2009…

    • 7 octobre à 18:44 | Vohitra (#7654) répond à betoko

      Avant même l’arrivée de la crise pandémique au pays, la population se trouve déjà dans sa grande majorité confrontée à une pauvreté incommensurable pour au moins 77.6 % de sa totalité, et au cours et après cinq mois de confinement, beaucoup de sociétés avaient fini par fermer définitivement et actuellement, des chômages de masse sont constatés partout…et n’oublie pas cet état de fait : au moins 35 % de notre PIB est produit par le secteur primaire, et dans ce dernier, 94 % sont issus du secteur informel…et dépourvu de protection sociale…et dans le secteur informel, la règle de survie est le respect des tendances, et des pratiques usuelles, bien entendu, ici, on parle de corruption active et passive, dont les précurseurs ne sont autres que des agents de l’administration et des élus…

      Hier soir, j’étais tellement écœuré de voir à la petite lucarne un responsable de la lutte contre corruption à Madagascar affirmer...après tant d’hésitation, que pour des raisons de sécurité, le peuple Malagasy ne mérite pas encore d’avoir les privilèges de connaître les patrimoines de leurs élus et dirigeants ainsi que des politiciens...c’est vraiment LAMENTABLE comme mentalité de la part de ces responsables, ils prennent les Malagasy pour des c...ons

    • 7 octobre à 18:48 | dominique (#9242) répond à betoko

      M.. j’étais a Madagascar en Décembre 2019 et retour Mars 2020 et bien croyez moi ou pas c’était exactement la même chose que dix ans avant !!!!! plus une corruption supplémentaire au bureau de police pour obtenir le 3eme mois de séjour (délivré avant a l’aéroport) si tu veux récupérer le passe port dans les temps ; car si tu refuse tu peux courir dans les aller retour taxi ville longtemps !!!!! eux t’attendent assis au bureau de la ville et il te manque toujours un papier fantôme !!!!???! Partout et a L’Aéroport Ivato c’est la médaille d’or de la corruption ! oui ..ça vous met directement dans l’ambiance du pays

    • 7 octobre à 20:21 | Ra-Jao (#282) répond à betoko

      Bekoto,
      Peu importe mon ignorance sur le système judiciaire malagasy. Que l’instance appropriée l’arrete !

  • 7 octobre à 18:05 | Shalom (#2831)

    Merci à Vohitra d’avoir "nitsirika" le sujet d’or avec le tourisme à Nosy-be.
    L’histoire est dans sa continuité.

    DJ T9 venait d’être élu.
    Il rend visite avec son épouse à la région d’Ambilobe soi disant pour la promotion de l’éthanol dont nous ne voyons pas un brin de cheveux à ce jour.
    Dans les archives de l’IOGA (Institut Observatoire Géophysique d’Antananarivo), il est mentionné que cette région est aurifère.
    Nous sommes en situation d’urgence sanitaire, tout est possible pour vous taxer de fauteur de trouble et atteinte à la sureté de l’état.
    On ouvre le tourisme à Nosy-Be à quelques encablures d’Ambilobe, est-ce une urgence ? Nosy-Be étant le plus grand aéroport international de la région.
    Madagascar produit des tonnes d’or par an et que l’état n’enregistre que moins de 20 kg officiellement.

    Que ceux qui sont sages et intelligents réfléchissent REELLEMENT et ne se laissent pas berner par un mec de la classe T9.

  • 7 octobre à 18:35 | Isandra (#7070)

    Andry Rajoelina dans le Sud : L’art d’affronter plusieurs crises/

    Soramandry à la Kartell

    "En dehors de la crise sanitaire mondiale qui notamment affectée les pays riches, Madagascar n’en a pas fini avec ses anciens démons, dont la famine et la pauvreté dues à priori à l’enclavement de certaines régions à fort potentiel économique. Pendant son voyage dans le Sud de l’île, le président de la république a démontré une façon d’affronter plusieurs crises en même temps, qui relève de l’art. En effet, il n’a pas manqué d’élaborer une stratégie englobant tous les angles pouvant être traités et les a catégorisés, selon leur priorité, dans un programme de court, moyen et long terme. Il a même fait le défi de ne plus jamais faire de la politique s’il ne parvient pas à restaurer la Route Nationale 13. Cette route reliant Ihosy à Fort-Dauphin figure parmi les plus délabrées de Madagasar, pourtant elle relie des villes et des villages à fort potentiel économique. C’est également à cause de l’état de cette route que le phénomène Dahalo dans le Sud, notamment à Amboasary Atsimo et à Ambovombe Androy, ne cesse de gagner du terrain. Les projets qui visent à régler les problèmes de Madagascar à long terme sont déjà en place et la majorité d’entre eux sont en phase de réalisation. Cependant, les mauvaises langues s’attardent sur les projets à court terme qui visent en priorité à régler les problèmes imprévus. Madagascar est donc un pays qui a subi la pandémie de Covid-19 avec d’autres crises, encore plus dévastatrices. Les chiffres montrent que plusieurs autres maladies tuent plus que la Covid-19 dans l’île. La famine tue également tout au long de l’année. A côté de Madagascar, les pays dits développés comme la France ou les Etat-Unis d’Amérique, passent pour des petits joueurs à cause de leur dirigeant qui ne pensent qu’à leur prochain mandat. En effet, Donald Trump, le président américain, se moquait de la pandémie. Actuellement, il en est victime, mais n’agit pas en conséquence. La priorité pour lui est la préparation de la cinquante-neuvième élection présidentielle américaine qui aura lieu le 3 novembre prochain. Emmanuel Macron quant à lui, ne pense qu’à trouver un moyen de berner le monde pour s’emparer des îles éparses de Madagascar. Une nouvelle façon de conquérir parce que la France n’a rien à offrir à sa population. Sans les pays pauvres qu’ils essaient tant bien que mal de coloniser de façon moderne, les dirigeants Européens auraient du mal à maintenir le statut de pays développé que la France commence à perdre. Ces dirigeants de pays riches devraient apprendre des leçons en regardant comment Madagascar affronte plusieurs crises à la fois. La pandémie de Covid-19 a fait agenouiller ces pays à cause de leurs dirigeants trop stupides." LGDI

    • 7 octobre à 21:33 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      Isandra ___ La France ne s’empare pas des iles éparses .La France est installée depuis des dizaines d’années dans ces iles éparses ,des iles où depuis mémoire d’hommes on n’a jamais vu un malgache y vivre , installé et y travaillant.
      Ps : La France s’était ruiné avec ses colonies tandis que l’Allemagne prospérait affranchie de toutes responsabilités en Afrique. Quand la France bitumait une piste de Madagascar ,l’Allemagne traçait des autoroutes chez elle. La leçon n’a pas servi à la France .Aujourd’hui elle se ruine en accueillant chez elle 300 000 ou 400 000 migrants par an auxquels elle accorde toutes les aides sociales attribuées autrefois aux seuls nationaux .Meme les clandestins profitent de la générosité française. Pour eux tous les soins sont gratuits. et cela coute pas moins d’un milliard par an .Ils sont fous ces français !!!

    • 8 octobre à 11:06 | kartell (#8302) répond à Isandra

      @ Isandra

      Ouh,là là, votre vision des choses devrait vous conduire à une myopie conduisant à la cécité d’autant que ce commentaire politicien relève davantage de la propaganda de bourjanes que d’une analyse digne d’un journaliste indépendant !...
      Un certain nombre d’inexactitudes et d’affirmations erronées contenues dans cet hymne à la gloire rend ce texte incongru tant l’exagération du flagorneur est constante et crescendo...
      La caricature omniprésente prend aussi une telle enflure qu’elle ne donne même pas l’envie d’y répondre ..
      Il serait sans doute préférable de vous laisser vous bercer d’illusions, celles qui feront que lorsque le vent tournera, votre opportunisme qui ne sommeille plus en vous, vous poussera irrésistiblement à renier ce que vous idolâtrez aujourd’hui pour faire comme les autres, croire à nouveau que le prochain homme providentiel serait enfin a le bon !...

    • 8 octobre à 12:20 | vatomena (#8391) répond à Isandra

      Isandra —Le macron là n’a pas à berner le monde pour s’emparer des iles éparses .Dans les iles ,il est chez lui .Il les a reçus en héritage.La constitution française n’autorise pas le président à se débarrasser d’une terre française . De Gaulle l’a fait pour L’Algérie mais en passant par la voie référendaire .Dites moi ,Qui dans les iles a voter pour une Indépendance ?

  • 7 octobre à 18:41 | Isandra (#7070)

    L’extrait du discours Madame Charlotte Faty NDiaye, Représentante résidente de l’Organisation mondiale de la Santé à Madagascar depuis 2016, rapporté par Madagate :

    "Monsieur le Président, pour cette dynamique de renouveau que vous mettez en place, dans le secteur de la production pharmaceutique locale, et qui a été, pendant longtemps, délaissée au détriment de l’importation de médicaments.

    (...)Pour terminer mon propos, je voudrais, au nom de Madame le Directeur régional de l’OMS, le Docteur Moeti, et de Monsieur le Directeur général de l’OMS, le Docteur Tedros, vous réitérer nos vives félicitations pour votre Leadership dans la lutte contre cette pandémie mondiale."

    • 7 octobre à 18:47 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Bien sur, les andafys jaloux, haineux ne seront pas et n’admettront pas qu’un Président qu’ils nomment Bac- , mérite de tels éloges.

    • 7 octobre à 18:55 | Vohitra (#7654) répond à Isandra

      L’OMS qui n’est plus qu’un instrument aux mains de l’empire du milieu depuis...

      Et cette dame n’ a pas du tout honte...changer de discours selon les saisons...elle n’a qu’à ramasser les restes de tisane dans les ordures du grand continent africain...elle n’ a qu’à s’agenouiller devant Bill Gates et se faire vacciner en s’activant...

      Evidemment, c’est une disciple de la dame Fatma Samoura durant la transition ...

    • 7 octobre à 19:49 | Besorongola (#10635) répond à Isandra

      AZA BE DEDAKA EO FA MBOLA NISY NAHAVITA TSARA LAVITRA NOHO NAREO

      Santé publique
      HISTORIQUE !
      La poliomyélite éradiquée à Madagascar
      lundi 25 juin 2018 | Vavah Rakotoarivonjy
      Une bonne nouvelle en matière de santé publique. Le 21 juin dernier à Abuja, Nigeria, la Commission régionale de certification de l’éradication de la poliomyélite en Afrique a déclaré que la Grande île est officiellement « Polio Free », pays libéré de la poliomyélite.

      La cérémonie officielle, déclarant Madagascar « Pays Libre de la Poliomyélite », s’est déroulée dans l’après-midi de ce 24 juin, au Palais d’Etat d’Iavoloha, en présence, notamment, du Pr. Charlotte Ndiaye, Représentante de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Madagascar, et du ministre de la Santé publique Harinirina Yoël Honora Rantomalala.

      Dans un communiqué de la présidence, le président Rajaonarimampianina a déclaré que « c’est une grande victoire ». « Il s’agit du fruit d’un travail acharné, une collaboration effective de l’ensemble du système de santé ». « Nous nous réjouissons tous d’une telle réussite, a-t-il déclaré, compte tenu de l’ampleur du travail effectué ». Le Chef de l’État n’a pas non plus manqué de saluer le dévouement dont ont fait preuve les milliers d’agents de santé engagés dans la guerre contre la polio. « C’est un noble service qu’ils ont rendu à la Nation », a-t-il souligné.

      Les partenaires de l’Initiative mondiale d’Éradication de la Poliomyélite dans le pays, à savoir l’OMS, la Polio Global Initiative, l’UNICEF, l’USAID, GAVI et Rotary International, ont félicité la Grande île pour cette avancée considérable en la matière et l’ont encouragé à poursuivre les efforts pour atteindre l’objectif mondial d’éradication, tout en remerciant les Comités Polio de Madagascar pour leur implication.

      Madagascar a présenté une première documentation auprès de cette institution en 2010, mais les conditions requises n’ont pas été remplies. Le pays est alors obligé de revoir toutes les procédures et les recommandations et de renforcer les stratégies pendant des années. Des cas de polio ont été encore recensés dans quelques régions. Le ministère de la Santé a multiplié les efforts pour que chaque enfant malgache soit vacciné dans toutes les régions. En 2017, Madagascar a été sélectionné à nouveau, pour présenter une documentation complète afin d’obtenir cette précieuse certification.

      L’un des facteurs décisifs de la réussite de cette lutte contre ce fléau a été la détermination à réduire à zéro le nombre de cas de polio depuis décembre 2016. Une étape très importante est donc franchie en matière de santé publique dans le pays, mais il reste encore beaucoup à faire pour éradiquer des maladies que de nombreux pays au monde ne connaissent plus actuellement, à savoir la peste qui a causé des centaines de décès dans la Grande île l’année dernière.

  • 7 octobre à 18:52 | dominique (#9242)

    Arrête de te chouter aux gélules de potion magix ça te rend complètement dingo

  • 7 octobre à 20:46 | Ra-Jao (#282)

    J’ai bien envie d’applaudir avec Isandra suite au discours de cette représentante de l’oms, mais il y a bien longtemps que je suis vaccine contre les discours creux du diplomatiquement correct.
    Selon ses dires, notre système de santé économiserait nos devises car la production locale de ce laboratoire va se substituer a l’importation de medicaments ? Mais, se substituer a l’importation de quel médicament, alors qu’il produit sous forme de gélules sa potion magique contre covid 19.

    • 7 octobre à 21:08 | Vohitra (#7654) répond à Ra-Jao

      Bonsoir Ra-jao,

      En fait, tous les equipements et materiels dans la boite sont d origine chinoise livres cle en main, et que la production d artemisinine est courante que ce soit en Chine ou en Inde...et diplomatiquement parlant, il se trouve que c est un peu hors de propos de critiquer un appui de l oncle Xi comme le cas du jour, la Chine qui est le plus grand bailleurs de l OMS...

  • 7 octobre à 21:32 | Ra-Jao (#282)

    Bonsoir Vohitra,
    Suite à ces informations que vous apportez, je confirme à Isandra que les propos élogieux de cette représentante de l’oms vis à vis de Rajoelina est un langage diplomatiquement correct. On verra par la suite qu’est ce ce laboratoire pharmaceutique apportera à notre peuple. Pour l’instant, il y a beaucoup d’effet d’annonce, des mesurettes, la chasse aux ennemis poltiques, mais aucune tendance qui nous rend optimiste.

    • 7 octobre à 22:09 | Vohitra (#7654) répond à Ra-Jao

      C est toujours dans le droit fil de l infantilisation volontaire du peuple, on ne raisonne ni en termes d emplois crees ni en croissance generee par la boite ni des impacts en matiere fiscale...mais on joue sur la magie des mots et la vue d un batiment relooke...tout en entretenant des mysteres enrobes d opacite absolue sur les contributions et roles de l Etat dans la creation de la boite...on dirait une societe faisant partie du domaine protege de nos...Corleone et Lucky Luciano...avec la permission de Bonnie et Clyde, sous les yeux bienveillants d Al Capone...

  • 7 octobre à 23:08 | Ra-Jao (#282)

    Vohitra,
    C’est ce que je crains fort : c’est un projet pour l’intérêt privé, de Corleone comme vous dites.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS