Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 18 juillet 2024
Antananarivo | 17h40
 

Divers

Alphabétisation

ASAMA d’Alasora réussit à 99%

samedi 15 décembre 2007 |  630 visites  | Volana R.

La réussite de l’alphabétisation dépend, en grande partie, du partenariat avec le privé. Hier, la BFV-SG, en partenariat avec le PNUD, a renouvelé son financement d’appui aux deux écoles ASAMA de Mahajanga et d’Antananarivo, plus précisément à Alasora. Le projet a été signé le 22 septembre 2006, et est concrétisé, souligne le PDG de la banque, Marcel Lenguin. Et lui d’ajouter : « Les maladies graves et épidémies se soignent. Pourquoi pas l’analphabétisme ? » Le représentant résidant du PNUD, Xavier Leus, a, quant à lui, expliqué que l’accès de l’éducation aux jeunes défavorisés constitue une facette du respect des Droits de l’Homme. « D’ailleurs, dit-il, cet événement coïncide avec l’année du 60è anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’homme, jusqu’en décembre 2008 ».

Quid de l’ASAMA ?

Initiée en 2002 par le PNUD avec l’UNESCO, en collaboration avec le ministère de la Population d’alors, la politique de l’alphabétisation des jeunes défavorisés de 12 à 17 ans, repose sur des associations de bonne volonté. Seulement, le financement restait un problème. Le partenariat public-privé devenait incontournable, la BFV est ainsi un des acteurs.

« Alasora a été choisi après des concours au sein de tous les centres existants, explique Mme Jacky, enseignante et animatrice du centre. S’il ne tenait qu’à tous les enfants de la commune, on aurait plus de 100 effectifs tous les ans. Mais pour de meilleurs résultats, on ne reçoit que 20 à 30 élèves pour chaque année scolaire ». Le président, Jean Bruno Rabemananjara ajoute que ces enfants avaient soit abandonné l’école, soit n’y ont jamais mis les pieds auparavant, pour une raison ou une autre.

En tout cas, ASAMA procure un enseignement intensif et accéléré de 10 mois, pour que finalement, l’élève passe son CEPE à la fin de l’année. Pour Alasora, 21 élèves sur 22 en 2004/2005, et 20 sur 21 en 2006/2007 ont réussi avec succès. Les enfants de la première génération sont actuellement en classe de 5e, ASAMA Alasora les soutient toujours, en matériels, frais de scolarité et vêtements. Une cantine scolaire (déjeuner) entre dans le financement de la BFV, avec un projet de 11.180.130 Ariary.

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS