Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 20 juillet 2024
Antananarivo | 06h06
 

Environnement

Dégradation de l’Environnement

8 tonnes de terres/Ha perdues par an

samedi 8 décembre 2007 |  516 visites  | Volana R.

Gérer l’eau, c’est aussi gérer le patrimoine. En 40 ans, Madagascar a connu une disparition de sa couverture forestière de l’ordre de 75%. Entre 1997 et 2000, cette couverture a diminué de 1,2% en moyenne, soit à peu près 44.450 hectares par an. Enfin, il a été enregistré une perte en terre de l’ordre de 8 tonnes de terres par hectare par an.

Madagascar est classé parmi les plus favorisés en ressources en eau. Mais la Grande île fait également partie des pays où la dégradation de l’environnement est une des plus rapides et des plus spectaculaires. Sans contexte, elle est due en grande partie aux actions de l’homme.À preuve, la disparition rapide des forêts, l’érosion des sols, le déclin de la productivité des terrains cultivés et le risque de tarissement de l’eau qui se traduit par la diminution de l’eau stockée dans les lacs, les rivières, les sources, les nappes souterraines, notamment en zones rurales. Les coutumes et les habitudes étayent encore plus ces manifestations avec les défrichements excessifs et les cultures sur brûlis.

Tous responsables

La gestion de l’eau, jusqu’ici, n’a pas fait l’objet d’aucune approche vraiment structurée, alors que les changements climatiques avancent à grands pas. Avant-hier, ANDEA (Autorité nationale de l’eau et de l’assainissement) a organisé un atelier, réunissant tous les chefs de région et de communes, des ministères concernés ainsi que des bailleurs de fonds, afin de définir et de clarifier les rôles et responsabilités de toutes les parties prenantes, selon le slogan : « l’eau est l’affaire de tous » Cependant, hormis le délestage qui demande plus d’eau en matière d’énergie, Madagascar détient actuellement un contrat dûment signé, relatif à la vente de l’eau de Mananara-Est à un pays étranger. L’argent récolté servirait à mettre en place les infrastructures pour alimenter le Sud-Ouest de la Grande île. Aucun écho en ce moment, puisque le signataire n’a pas encore donné signe (de vie) par rapport au début des travaux.

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS