Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 27 octobre 2020
Antananarivo | 01h29
 

Environnement

Rapport planète vivante 2020

« 68% des populations d’animaux dans le monde en déclin » selon WWF

vendredi 11 septembre | Mandimbisoa R.

Le rapport planète vivante 2020 du WWF, publié jeudi, révèle que 68% des populations d’animaux, observés dans le cadre d’une étude menée par plus de 125 experts et scientifiques dans le monde, sont en déclin. Par ailleurs, la plupart des océans ont été pollués et plus de 85% de la superficie des zones humides du monde ont disparu. Il indique également que la destruction des écosystèmes a mis un million d’espèce en danger, parce qu’ils sont menacés d’extinction.

Ce rapport rappelle qu’en juillet, l’UICN annonçait que 31 % de toutes les espèces de lémuriens de Madagascar sont aujourd’hui en danger critique d’extinction, lorsqu’un rapport scientifique du WWF de 2019 montrait déjà que 53% des aires protégées terrestres de Madagascar sont très vulnérables au changement climatique. La raison principale est la perte des habitats due à la déforestation. Il rappelle par ailleurs que selon le global forest watch, « la déforestation sous toutes ses formes a détruit 254.000 hectares de forêts en 2019 » dans le pays.

Dans un communiqué relatif à la publication de ce rapport, WWF Madagascar précise que le « Le gouvernement de notre pays a déjà une vision claire : Reverdir Madagascar ». « Mais l’Etat à lui seul ne peut pas tout faire, il faut une mobilisation de tout un chacun pour sauver la nature », souligne-t-elle. Ainsi, l’émergence de Madagascar ne se fera pas si notre capital naturel est détruit. Et la biodiversité détruite doit être reconstituée pour soutenir une économie durable.

« L’accès à l’énergie est une manifestation du développement d’un pays, et c’est un service fourni par les forêts, donc par la nature. L’accès à l’eau dont nous dépendons pour notre alimentation est aussi menacé si la nature est détruite. Et les ressources naturelles endémiques à Madagascar sont sources de devises pour le secteur tourisme, qui contribue beaucoup à l’économie du pays. Il n’y a pas de développement possible sans la nature » affirme Tiana Ramahaleo du WWF.

5 commentaires

Vos commentaires

  • 11 septembre à 11:36 | betoko (#413)

    Il est très difficile d’éduquer la population malagasy sur la déforestation et surtout concernant la culture du tavy , selon certains il n’y rien de répréhensible à brûler la forêt car cela venait des coutumes de leurs ancêtres

  • 11 septembre à 11:45 | tanguy37 (#7699)

    au lieu de vous preoccuper de la foret et dela nature,ne serait-il pas plus urgent de vous occuper des humains qui meurts de maladie ,malnutrision,mauvaise ou non education

    • 11 septembre à 12:11 | betoko (#413) répond à tanguy37

      Mais c’est le cas en ce moment , à lire dans www.moov.mg : Usine alimentaire C’est la fin de la malnutrition dans le sud et s’il vous arrive de visionner sur YouTube les infos de certaines stations de télé privées , nombreux sont les écoles et les facs en construction dans toute l’ile

    • 12 septembre à 21:48 | Patrick le lyonnais (#1439) répond à tanguy37

      Les 2 ne sont pas incompatibles. J’ai récemment vu un documentaire sur une région africaine (je ne sais plus si c’était en Tanzanie ou ailleurs, peu importe) où une réserve a été créée. Dans un premier temps, les habitants étaient réticents car ils vivaient beaucoup du braconnage. Après quelques temps, ils se sont rendus compte que cette réserve leur apportait plus en emplois et en argent avec le tourisme. Depuis les villageois ne jurent que par leur réserve.

  • 11 septembre à 13:31 | Vohitra (#7654)

    Indray andro, dia nisy dinika natao niarahana tamin’ny vovonana iray izay nahitana tomponandraikitra misahana ny fikajiana sy fiarovana ny tontolo iainana teto amin’ny Firenena, dia nisy adihevitra nipoitra mikasika ireo karazambiby miavaka tsy fahita afatsy eto amin’ny Firenena Malagasy…

    Doa nipetraka ny fanontaniana hoe : « ahoana tokoa no mahatonga ireo valanjava-boahary any ampita, izay hahitana ireo karazambiby rehetra mampiavaka manokana an’i Madagasikara ? »…

    Dia hoy ilay olona iray tomponandraikitra niteny mora hoe « tsy aleo ve mba ho lasa any ampita any ny sasany amin’ireo biby ireo, ny antony dia, raha izao zavamisy eto amin’ny Firenena izao, dia ahiana tokoa fa ho tapitra ho ringana izy rehetra ireo afaka 30 na 50 taona any… », sitrany mba hisy ho hitan’ny taranaka fara mandimby ho avy ny fisiany fahiny teto amintsika…

    Mahazendana sy mahatsikaiky tokoa ilay filazana, ary mahatonga ny tena hiteny hoe « dia efa tena ratsy sy mahakivy tokoa izao zavamisy atrehina eto amin’ny Firenena ankehitriny izao… »

    Ahoana tokoa ary moa no tsy ho ringana miandalana ireto karazambiby harena sarobidy mampiavaka ny Nosintsika ireto noho ny antony manaraka ireto :

    1. Famatsiambola avy any ivelany avokoa no tena betsaka amin’ireo ampiasaina entina hiarovana ny atiala voajanahary fonenan’ireo biby ireo, ka rehefa tsy misy ny fanampiana avy any ivelany, dia tsy voaaro sy tsy voafehy mihintsy ny fandrobana sy fikitihina ireo atiala ireo

    2. Eo ihany koa ny zavamisy jerempotsiny tsy hahitana fandraisana andraikitra mivantana sy henjana mikasika ny fanimbana ny atiala misy : firy moa ireo valanjavaboahary izay misy fanaovana fambolena midadasika ao anatiny, na koa misy fitrandrahana angovo arina sy kitay ao anatiny ? Ilay depiote « Leva » aza moa dia tafatsoaka ny fonja nihazonana azy ary tsy hita hatramin’izao nefa izy io dia isany amin’ireo nanao fambolena midadasika tao amin’ny atiala maina Kirindy tany amin’ny Faritra Menabe ohatra…

    3. Eo ihany koa ny toetsaina sakaizan’ny kolikoly : na mbola afaka 100 taona aza dia tsy ho voakosoka ao amin’ny tantara ny fitrandrahana andramena nataon’ny tomponandraikitra politika sasany, ka nahazoany harena miavosa tsy hita pesipesenina, ary herena noentina nisehatra amin’ny lafiny politika indray avy eo nifehezana ny fahefana…koa iza amin’ireo mpanao politika ankehitriny, na ho avy, no tsy hanana eritreritra ny mbola hanohy izany rahampitso ?

    4. Eo ihany koa ny fisian’ireo harena ankibontany sy vatosoa sarobidy efa tsinjo sy hita taratra ao ambanin’ireny atiala voajanahary ireny, izay isany tena mahaliana sy manintona, indrindra ireo mpandraharaha vahiny sasany mihevitra ny hampiasa vola eto amintsika…nefa io fitrandrahana io no tena tian’izy ireo imasoana…tsaroantsika rehetra angamba ilay fikasana saika hanao làlana midadasika tsara tarehy hanohy an’Antananarivo mankany Toamasina ary mandalo any Andilamena sy tonga hatrany Ambatondrazaka, izay amin’iny RN 3 ankehitriny io…ary mandalo hamakivaky ny atiala Zahamena izay mitahiry harena betsaka tokoa ao ambaniny…

    Fa ity no tena isany voamarika : maro sy mitangorona amin’ireo toerana hahitana sy misy atiala voajanahary mbola midadasika ireo mpiasampanjakana misahana ny rano sy ala…efa mazava ny anton’izany…Fa maninona tokoa izy ireo raha afindra toerana ny maro amin’izy ireo mba hanazary sy hamboly hazo eny amin’ireny toerana midadasika efa ngazana sy ringitra ireny ny ala eo aminy ?

    Mba firy izao ny taha tamin’ny fahombiazana tamin’ilay fihetsiketsehana lehibe namboly hazo teny Tampoketsa Ankazobe ireny izay nampiasaina zanakazo mbola tsizarizary sy marefo ary tsy nisy lamina sy fitsipika ara-tekinika matotra akory namokarana azy ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS