Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 27 juin 2022
Antananarivo | 11h15
 

Divers

IFC - Banque Mondiale

50 millions de dollars pour Celtel Madagascar

jeudi 23 août 2007 | Alphonse M.

La Banque Mondiale, par le biais de l’IFC (« International Finance Corporation ») ; sa branche en charge de la promotion du secteur privé, a accordé un prêt de 50 millions de dollars pour Celtel Madagascar. La directrice générale de Celtel Madagascar, Emilienne Macauley, a tenu à préciser que ce fonds sera entièrement affecté au développement des infrastructures des télécommunications à Madagascar. En clair, cette enveloppe financière sera utilisée pour l’extension et l’amélioration du réseau Celtel dans l’ensemble du territoire national. Faut-il rappeler qu’en juin 2006, le nouveau patron de cet opérateur mobile, qui n’est autre que Mme Macauley a lancé un défi d’atteindre un taux de couverture de 80% de la totalité de la population malgache d’ici la fin de l’année prochaine. En 2014, le taux de pénétration téléphonique à Madagascar connaîtra, selon les estimations, une augmentation de 4 à 14 téléphones pour 100 personnes. D’ici 2008, le groupe Celtel projette d’investir 100 millions de dollars à Madagascar afin de réaliser c’est qu’il a promis aux clients : extension du réseau à travers le territoire national, amélioration de la capacité et la performance du réseau ainsi que la facilitation de l’accès de la population malgache à un réseau de qualité. Désormais, l’axe Antananarivo - Toamasina est presque couvert à 100%, devait indiquer Mme Macauley.

Quant au « Country manager de l’IFC », Henri Rabarijaona, il a tenu à souligner, au cours de son allocution lors de la signature de cet accord d’hier, au siège de la Banque Mondiale à Anosy, que le secteur télécommunication est très important pour l’IFC depuis une vingtaine d’années. A noter que cette Institution financière mobilise 320 millions de dollars pour l’ensemble de Celtel en RDC (Congo), à Madagascar, au Malawi, en Sierra Léonne et en Ouganda. Il s’agit du plus gros investissement individuel, jamais réalisé en Afrique subsaharien, a-t-il ajouté. L’objectif de l’IFC, selon son représentant à Madagascar, est d’accompagner ses partenaires pour qu’ils puissent travailler avec des PME et par ricochet de créer des emplois. A ce rythme, la concurrence est lancée entre les opérateurs mobiles et ceci au profit des usagers.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS