Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 septembre 2022
Antananarivo | 18h31
 

Economie

Budget de l’Etat malgache

45% supportés par les aides extérieures

jeudi 15 novembre 2007 | Alphonse M.
Les bailleurs sont indispensables pour l’économie malgache.

Comme tous les pays en développement, Madagascar est encore tributaire des aides extérieures. A preuve, 45% de son budget dépendent des bailleurs de fonds extérieurs. Ainsi, la mission conjointe d’appui budgétaire du mois d’octobre dernier a formulé quelques recommandations.

A quelques jours de la séance plénière des députés portant sur la loi des Finances 2008, la mission conjointe d’appui budgétaire a rendu public les résultats de ses travaux, hier au ministère des Finances. 45% du budget de l’Etat malgache sont encore supportés par des partenaires extérieurs dont la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International, l’Union Européenne, la Banque Africaine de Développement (BAD), la France, l’Allemagne... 72% du PIP (Programme d’Investissement Public) sont financés par les bailleurs de fonds extérieurs. Autrement dit, l’économie malgache, quels que soient les discours des dirigeants, est encore tributaire des aides extérieures.

Ainsi, depuis la signature du Cadre de Partenariat le 8 juin 2005, les bailleurs de fonds s’impliquent davantage dans la gestion des finances publiques tout en alignant les objectifs des partenaires avec le MAP (Madagascar Action Plan).

Cette mission conjointe regroupant non seulement des bailleurs de fonds, mais aussi des Parlementaires, des membres de la Cour des Comptes ainsi que des représentants des divers ministères, qui a tenu son cinquième rencontre du 11 au 18 octobre derniers à Antananarivo, a examiné l’état d’avancement du Plan d’Action Prioritaire en cours, et a établi un bilan de la mise en œuvre du MAP et de ses politiques sectorielles. Cette rencontre a été également une occasion pour la Mission de comprendre et de trouver des solutions ensemble avec le gouvernement malgache sur les goulots d’étranglement à la bonne exécution du budget.

Des recommandations...

La mission a constaté des changements institutionnels positifs, une évolution prometteuse de la procédure budgétaire (élaboration de la loi des finances plus précoce et plus participative), la volonté d’une mobilisation accrue des ressources nationales et une volonté politique d’aller de l’avant vers la décentralisation. Toutefois, des faiblesses sont encore constatées concernant la chaîne de dépense, notamment au niveau des contrôles interne et externe, et surtout des dépenses engagées. Notons que des émissaires ont été également envoyés à Mahajanga et à Antsiranana afin de constater de visu les réalités sur le terrain.

A cet effet, la mission conjointe a émis des recommandations. A citer, entre autres, l’amélioration du dialogue entre les différents acteurs du processus budgétaire, la simplification de la chaîne de dépense en appliquant les dispositions du budget de programme de la loi organique portant loi des finances, la mise en place de tous les dispositifs d’accompagnement de la décentralisation/déconcentration budgétaire et fiscale... Aux yeux des bailleurs de fonds, l’économie malgache a atteint un taux de croissance de 6% tandis que le taux d’inflation est en-dessous de 10%. Les bailleurs de fonds affichent un bel optimisme quant à l’avenir de l’économie de la Grande île. En revanche, la majorité de la population attend avec impatience l’impact de ce taux de croissance sur son niveau de vie. Visiblement, la Mission évite les sujets qui fâchent.

===================

- Aides budgétaires

Banque Mondiale : 120 millions de dollars
Union Européenne : 93 millions d’euros
BAD : 35 millions d’Unité de Compte
France : 22 millions d’euros (2002 - 2007)

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS