Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 29 février 2024
Antananarivo | 19h39
 

Région

Toamasina

300 maisons seront rasées

mardi 8 avril 2008 | Gilbert R.
Les engins faisant les travaux.

La rue d’Ivoloina aura quatre voies, mais trois cent (300) cases de la rive Est en pâtiront. La rue Ivoloina, c’est celle qui relie l’aéroport d’Ambalamanasa à la Grande Résidence via Salazamay, Morafeno, Tanamakoa, la Maison de Retraite. Dans le plan directeur d’urbanisme initial, elle a quatre voies, deux allants et deux venants sur une emprise totale de 25 m, soit 12,50 m d’un côté et de l’autre à partir d’une bande de terre centrale. C’est ce projet initial qui va être réalisé dans le cadre du programme de réhabilitation des 8 premiers km lancé avec l’aide de l’Etat. La levée topographique est déjà faite.

D’après les précisions qui nous ont été fournies par un responsable, qui confirme ces informations, quelque 300 cases de la rive Est seront enlevées et déplacées ailleurs pour permettre la réalisation du projet du plan d’urbanisme. Nombre d’entre elles sont d’ailleurs des constructions illicites. Elles se situent entre le bâtiment de l’ex-direction régionale de la Solima au pont de Tanamakoa (pont du district). Mais aucune expropriation ne concernera la rive Sud. L’emprise de 12,50 m serait déjà respectée de ce côté.

  • Expropriation à visage humain

Toujours selon le responsable, les futurs expropriés, qui ne sont pourtant pas encore notifiés à la fin de la semaine dernière, seront transférés ailleurs, cet espace de recasement restant à localiser. Mais l’expropriation, poursuit notre interlocuteur, « aura un visage humain » (sic) et chaque famille concernée devra gagner au change. Faisant pour nous le point des travaux de réhabilitation des rues municipales, le responsable a rappelé que le programme de 8 km concerne en fait 8,200 km avec la rue Rakotoson Jean de la gare routière au carrefour de Morarano (2 km), le boulevard Andovoranto (2,2 km) et le boulevard Ralaimongo (4 km). La fin des chantiers est prévue à la fin mai 2008. Pour le moment, c’est la réhabilitation de la rue Jean Rakotoson qui est terminée.

============================
- À propos des ponts de la RN 5 : Ligne de crédit insuffisante, mais…

Pont Flottant Tanambao Nosibe.

L’appel d’offres, ouvert conformément au Code des Marchés Publics, a déjà été lancé le 28 février 2007. Il y a eu un adjudicataire. Mais il n’y a pas eu de suite depuis. C’est un responsable de l’autorité locale, qui nous explique qu’il y a un problème de financement.
Les disponibilités se sont révélées trop courtes par rapport au coût réel des travaux. Le coût augmente au fur et à mesure du recul de l’exécution. Alors la décision est prise de passer quand même à l’exécution à concurrence des fonds disponibles en attendant d’éventuels ajustements. Les chantiers démarreront donc incessamment.

Tout le monde sait que c’est donc-là la énième fois de l’annonce du démarrage des travaux de réhabilitation des ponts de la RN 5. Même le DG de la BADEA, bailleur de fonds principal, est déjà passé reconnaître le terrain et reconfirmer son appui. Son financement concerne cinq ponts à remplacer par des ouvrages définitifs. Ce sont le pont Kambana (PK 12 à partir de Toamasina), le pont d’Ambodiatafana, le pont flottant, le pont de Fasandiana ou pont Ifontsy Nord et Sud au PK 31+100, et un autre au PK 31+500. Le pont de Fasandiana, qui date de 1953, est actuellement dans un état pitoyable. Il sera priorisé avec le pont flottant de Tanambao Nosibe.

============================
- « Journée Mondiale de l’Eau » : C’était à Brickaville le 3 avril dernier

« La Journée Mondiale de l’Eau » (JME), c’était le 22 mars. Mais pour des raisons d’organisation interne, la Région Atsinanana l’a célébrée le jeudi 3 avril dernier à Brickaville. A Brickaville parce que ce district, ont souligné les officiels en l’occurrence le directeur interrégional des Mines, le député, le SG de la Région, et le coordinateur de HIP(Hygien Improvment Project) Atsinanana, souffre de graves déficits, notamment en matière d’eau potable. Cinq (5) des dix sept (17) communes seulement ont de l’eau potable. Et partout, les eaux des puits, qui sont largement utilisées, sont polluées par les infiltrations d’eau focalisées provenant des WC proches. D’où la prolifération de diarrhées dont meurt 1 enfant sur 5 dans la région Atsinanana, et de bilharziose. Le défi est donc si important au niveau du district de Brickaville qu’un consensus entre les parties engagées dans la bataille
de l’eau potable a décidé la création d’un
« Comité Wash Brickaville ». Le district, le représentant du ministère de la santé, les communes et les ONGs engagés dans ce créneau en font partie.

Le HIP (Hygien Improvment Project) Atsinanana, financé par l’USAID, joue un rôle stratégique en appuis technique, institutionnel et surtout financier. L’ONG des « Frères de Saint Gabriel », spécialiste de la promotion des latrines normalisées, a annoncé qu’elle s’associe à l’action du « Comité Wash Brickaville » pour y apporter l’appui de sa compétence.

============================
- Port de Toamasina : Enlèvement des marchandises

Le port ouvre 24 h/24 h à partir du 7 avril. C’est une mesure réclamée par les professionnels du transport routier des marchandises depuis longtemps. Elle a été adoptée par la réunion, le vendredi 4 avril 2008, des trois entités concernées par les démarches exigibles pour enlever ou déposer au port des marchandises à l’import-export, ce sont la SPAT, gestionnaire du port, la MICTSL, concessionnaire du service conteneur, et la Douanes, agent fiscal des transactions. Le but de cet aménagement d’horaire des services est clair : accélérer l’avancement des dossiers.

D’ailleurs, un document d’instruction sera distribué, dès l’entrée dans la ville de Toamasina, à Barikadimy, aux camionneurs qui viennent pour l’enlèvement de marchandises. Et sur le boulevard de l’Ivondro, qui conduit au portail du port, le stationnement des camions et tracteurs sera strictement réglementé, notamment sur la portion du boulevard allant du terre-plein de Maersk au portail du port. Seuls les camions et tracteurs en possession des papiers nécessaires pour être autorisés à charger font la queue sur la rive droite de cette portion. Faire la queue pour avancer petit à petit vers le port, mais pas y stationner et y séjourner pour la nuit. La voie de gauche est réservée à la circulation. Les agents des forces de l’ordre renforceront les agents des groupements professionnels pour faire la police et, éventuellement, sévir contre les contrevenants.

Publicité




Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS