Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 15 juillet 2024
Antananarivo | 05h35
 

Culturel

Evénement • Exposition à Ankorondrano

« 30 et presque...tout le monde » réunis dans un seul endroit

mercredi 19 septembre 2007 |  312 visites 
Une grande complicité entre deux artistes, Ariry et Vonjiniaina.

« Ne faites pas de bruit, ne parlez pas : allez explorer une forêt, les yeux, le coeur, l’esprit, les songes... » Extrait du poème « Lire ». A partir d’aujourd’hui, une salle située en face de « Courts », à l’entrée de la zone Zital est à la disposition du public. 30 artistes y exposent pour le bonheur des amateurs d’art plastique.

Il est prouvé tous les jours que les vers et les tableaux causent un plaisir sensible, mais il n’ en est pas moins difficile d’ expliquer en quoi consiste ce plaisir qui ressemble souvent à de l’ affliction, et dont les symptomes sont quelquefois les mêmes que ceux des plus vives douleurs. L’ art de la poësie et l’ art de la peinture ne sont applaudis que lorsqu’ ils ont réussi à nous affliger. Les ecrivains qui raisonnent sur des matieres moins palpables, s’ il était permis de parler ainsi, errent souvent avec impunité.

Un artiste sous-traite pour ses pairs

Joël Andrianomearisoa croise les genres et les styles : il ne se veut ni couturier ni architecte, ni vidéaste, ni designer, ni artiste et pourtant il souscrit au travail de couturier, d’architecte, de vidéaste, de designer ou d’artiste. A travers son intuition, apparaît ce mouvement de fond qui traverse les expressions artistiques de notre époque, celui de faire là où on a envie de faire sans autre souci que de faire, laissant de côté la carrière spécialisée.

Avec le costume et le corps comme points de non retour pour habiller le présent. Un costume cousu, un tissu teint, une image de papier, un film numérique, une matière d’acier, de laine, de bois, de béton ou de coton filé, pour que défile au coeur de la société, le temps, son temps.

Joël Andrianomearisoa se permet de rêver en volume et en matière, un rêve régulier comme une équation mathématique.

A la fois intuitivement et intellectuellement, il coud le béton et burine le textile dans une présence de ses rêves découpés au cordeau pour les corps sensuels qui s’y glisseront. Des corps ondulants dans une architecture rigoureuse comme un Mies van der Rohe.

L’art et toutes les disciplines

Dessiner et coudre : remettre le corps au centre. Un corps, mille corps qui rêvent et qui rient, qui posent et s’exposent aux autres, sans aucune gène ni fausse pudeur. Joël coupe et découpe une géométrie de l’abstraction, pour une réalité de chair et d’esprit.

Le textile est là , l’image, le bois et le béton aussi, à plat comme un dessin à y glisser son corps et ses rêves. Les regards perdus dans la certitude de la séduction, de l’amour et de l’amitié.

Les têtes élégantes, fières ou déférentes, douces ou rudes, d’aujourd’hui comme d’il y a vingt ans ou cinquante ans ne gardent rien d’autre que la propre liberté de chacun dans le monde à être dans son temps, dans son humanité. Antananarivo, la ville capitale de Madagascar, avec ses mille visages et regards vit son devenir à son rythme comme à celui des autres villes du monde. La libération des pays comme des peuples passe par la libération des rêves de chacun, ce qui résulte à un partage du plaisir.

Plus le besoin est grand, plus le plaisir d’ y satisfaire est sensible. L’ âme a ses besoins comme le corps, et l’ un des plus grands besoins de l’ homme est celui d’ avoir l’ esprit occupé. L’ ennui qui suit bientôt l’ inaction de l’ âme, est un mal si douloureux pour l’ homme, qu’ il entreprend souvent les travaux les plus penibles afin de s’ épargner la peine d’ en être tourmenté.

Il est facile de concevoir comment les travaux du corps, même ceux qui semblent demander le moins d’ application, ne laissent pas d’ occuper l’ âme.

Mais « 30 et presque songes », c’est tout celà, un évènement qui laisse à réfléchir, qui donne une libération dès l’entrée. Et il suffit de suivre son intuition pour revivre ce rêve de Joel A.

Recueilli par Daddy R.

Publicité




Newsletter

[ Flux RSS ]

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS