Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 28 juin 2022
Antananarivo | 00h08
 

Economie

Amnistie fiscale

0,3% seulement des recettes affectées

jeudi 2 août 2007 | Alphonse M.

La décision du chef de l’Etat d’octroyer une amnistie fiscale aux entreprises et sociétés locales a suscité beaucoup de réactions, non seulement au sein des hommes d’affaires mais aussi dans le monde politique. Les avis sont partagés concernant cette mesure présidentielle visant à alléger les charges des opérateurs. Certains analystes ont avancé qu’elle pourrait affecter les relations entre la Grande Ile et les bailleurs de fonds traditionnels dont les Institutions de Bretton Woods.

Interrogé sur l’impact de l’aministie fiscale au niveau de l’économie nationale, le « Country manager » de la Banque Mondiale pour Madagascar, Robert Blake, a déclaré à la presse qu’elle n’a pas affecté que de 0,3% seulement les recettes globales du pays. Autrement dit, l’impact de ce type d’amnistie est très faible voire insignifiant sur le budget national, a reconnu le numéro un de la Banque Mondiale à Madagascar. Et ceci, a-t-il ajouté, après l’évaluation faite, en collaboration avec le Fonds Monétaire International. Le représentant de la Banque Mondiale a jugé ce chiffre comme raisonnable par rapport aux recettes fiscales et douanières.

A rappeler que le président de la République Ravalomanana Marc, lors de sa rencontre avec les sénateurs au palais d’Etat d’Iavoloha, a tenu des propos menaçants à l’encontre des bailleurs de fonds au cas où ces derniers auraient l’intention de s’opposer à son « projet ». Mais cette déclaration du président de la République, rapportée textuellement par les médias locaux, a créé une polémique. Le locataire d’Iavoloha a taxé les journalistes d’interpréter d’une autre manière ses propos et d’attiser la haine entre les bailleurs de fonds et le gouvernement malgache.
Bizarre !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS