Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 19 octobre 2020
Antananarivo | 23h27
 

Société

Trafic de drogue

2 tonnes de cocaïne au large de Madagascar

mercredi 18 juillet 2007 | Alphonse M.

Tous les éléments des forces de l’ordre le long de la côte ouest malgache sont en état d’alerte maximal depuis hier soir. En effet, selon des renseignements précis parvenus aux autorités malgaches, un bateau, battant pavillon libérien en provenance du Pérou et transportant deux tonnes de cocaïne se trouve actuellement au large de Madagascar, plus précisement du côté de Mahajanga. D’après toujours nos sources, ces marchandises suspectes faisant route sur Madagascar seront transbordées en haute mer, non loin des côtes malgaches.

Cette information a été prise au serieux par les autorités malgaches. Du coup, des dispositifs militaro-civils permettant de protéger les côtes malgaches ont été déjà pris. Des patrouilles marines sont actuellement mobilisées pour mieux surveiller l’espace maritime national. Pour les hauts responsables de la région Boeny, toutes les brigades et les postes avancés longeant le littoral ouest sont mis en état d’alerte. Par ailleurs, les bateaux pêcheurs et les boutres sont également sensibilisés pour signaler à temps la gendarmerie nationale de mahajanga tous bateaux suspects naviguant dans les eaux territoriales malgaches. Du côté des autorités, des vedettes rapides sont désormais mises à la disposition des forces de l’ordre afin qu’elles interviennent le plus tôt possible en cas d’alerte.

5 000 km de côte...

L’arrivée de cette quantité de drogue dure dans le territoire national constitue un danger réel pour la population. Selon les statistiques publiés par les spécialistes, le nombre des jeunes drogués à Madagascar ne cesse d’augmenter ces derniers temps. Pire encore, ils commencent à s’habituer à des drogues dures en provenance des pays développés, mais non plus des simples chanvres indiens ou rongony.

Visiblement la tâche des forces de l’ordre semble délicate. Faute de moyens adéquats, la protection et la surveillance des 5 000 km de côte sont presque impossible. Il est grand temps de doter la marine malgache de matériels plus performants, pour pouvoir contrôler la circulation des bateaux dans notre zone. Faut-il signaler que les richesses halieutiques malgaches sont victimes des pêches illicites perpetrées par des bateaux pirates. Il y a quelques années, on a pu arraisonner ces bateaux pirates grâce à des vedettes rapides du service chargé de la surveillance de pêche. Attention danger !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS