Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 13 décembre 2019
Antananarivo | 07h42
 

Politique

Opposants

130 ans de prison

mardi 22 juillet 2008 | Eugène R.

130 ans de prison. Telle est la somme des condamnations reçues des opposants, des militaires ainsi que des anciens alliés politique du régime actuel. Ventillé, ce total donne 10 ans pour l’amiral Didier Ratsiraka, 10 ans pour l’ancien Premier ministre Tantely Andrianarivo, 15 ans au total pour l’ancien vice-Premier ministre Pierrot Rajaonarivelo, 5 ans pour l’ancien gouverneur de la province autonome de Toliara Maharante Jean De Dieu, 5 ans pour l’ancien ministre de l’Intérieur Jean Jacques Rasolondraibe, 5 ans pour l’ancien gouverneur de la province autonome d’Antsiranana Gara Jean Robert, 5 ans pour l’ancien sénateur Ampy Augustin Portos (actuellement au Mozambique) et 5 ans pour l’ancienne députée Soaline. Cela fait au total 60 ans. Deux autres exilés n’ont pas encore fait l’objet de condamnation judiciaire dans le cadre des événements de 2002, à savoir l’ancien ministre de la Pêche, Houssein Abdallah et l’ancienne secrétaire générale de la commune urbaine d’Antananarivo, Lalatiana Ravololomanana.

Graciés

Parmi ceux qui ont choisi de rester ou ont été empêchés de sortir du territoire national, il y a ceux qui ont été graciés. A citer par exemple l’ancien gouverneur de Mahajanga, Razafindehibe Etienne Hilaire (5 ans de condamnation), l’ancien gouverneur de Fianarantsoa, Emilson (5 ans de condamnation), l’ancien ministre des Sports, le capitaine de Frégate, Ndrianasolo et les deux anciens députés d’Antsirabe, Ratoabolamanana Merci (5 ans de condamnation) et Denis-Be Rakotomahafaly (5 ans de condamnation). Tandis que l’ancien gouverneur de la province autonome de Toamasina, Lahady Samuel, a refusé la grâce que le président Marc Ravalomanana lui a accordé. Pour le cas du colonel Balbine, il a pu purger sa peine en prison. Quant au colonel Coutiti, il est en train de purger sa peine de 15 ans à la prison de Tsiafahy. Le cas de l’ancien secrétaire d’Etat à la Sécurité Publique, Azaly Ben Marofo a été un peu particulier car arrêté dès son débarquement en provenance des Comores à l’aéroport d’Ivato, il a été emprisonné à Antanimora. Plusieurs mois après, il a été libéré sans avoir été condamné. Ce qui donne au total 35 ans de prison. S’agissant des « anciens alliés » politiques de Ravalomanana Marc, notamment Voninahitsy Jean Eugène, Rakotoniaina Pety et le Gal Randrianafidisoa, à eux trois, ils cumulent 35 ans d’emprisonnement ferme. Additionnés, le tout fait 130 ans d’enfermement pour tout ce beau monde. Dans ce décompte qui est loin d’être exhaustif, les peines de certains militaires n’ont pas été prises en compte.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS