Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 13 avril 2021
Antananarivo | 16h47
 

Société

Lutte contre le trafic humain

10 mois de mobilisation avec « Fitia »

mercredi 10 octobre 2007 | Felana

Les femmes, les adolescents et les enfants sont souvent les victimes du trafic des personnes. Le programme « Fitia » du DRV, ou Concertation et Coordination des Associations et Ong, et de « Femme de Madagascar » qui sera lancé demain consiste à sensibiliser pour cette lutte. Toamasina, Nosy-Be, Toliara verront dans un premier temps la mise en œuvre de ce programme.

« Fitia » qui durera jusqu’en Août 2008, vise à élever le niveau de conscience et de connaissance du public sur la nécessité d’une lutte contre le trafic humain. Et également à offrir des appuis psycho-sociaux, médicaux et juridiques pour les victimes du trafic en améliorant les services sociaux dans ce programme. Sa réalisation s’étend sur dix mois et il sera exécuté à travers la mobilisation des artistes et des médias, nationaux et locaux. C’est ce qui ressort de la rencontre entre la DRV et la presse hier à Antsakaviro.

Une réalité à Madagascar

L’exploitation par le travail, le travail domestique, l’exploitation sexuelle, le mariage précoce ou arrangé, l’adoption illicite, la mendicité et le trafic d’organe, ce sont les diverses formes du trafic des personnes qui se manifestent à Madagascar. De ce fait, les résultats attendus de ce programme sont la dénonciation des trafiquants et celle des mécanismes du trafic, le renforcement de l’engagement des poursuites et celui des investigations contre le trafic, la réintégration des victimes au sein de la communauté.

A ceux-ci s’ajoutent le renforcement de l’esprit de solidarité parmi la population, l’augmentation de la connaissance des victimes, de leur famille et de leur groupe dans les zones à haut risque. Ce programme s’attend aussi à un appui psycho-social approprié et confidentiel, à des soins médicaux immédiats aux victimes.

La Fédération des Associations Femmes et Développement, le Centre
« Bel Avenir », le CDD Toliara et le CRS sont donc les partenaires de la mise en œuvre de ce programme. Mais il lance aussi un appel à l’endroit des pouvoirs publics, les partenaires au développement et la société civile.Le trafic des personnes n’est plus un mythe à Madagascar c’est une réalité.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS