Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 19 janvier 2018
Antananarivo | 03h35
 

Répondre à un commentaire

5 décembre 2017 à 16:55 | akam (#7944)

- Acheter du riz et nourrir la population reclament un equilibre financier qui prennent en compte l’argent qui a servi a l’achat du riz a l’etranger et celui correspondant au solde (si on peut parler ainsi) mensuel du salarie gasy de base. Il apparait clairement que l’argent obtenu par l’etat au titre de la charite subit un mouvement a sens unique. In fine, les bas de laine des operateurs. Seuls transacteurs qui peuvent accumuler les paiements et gerer a leur guise le stock de riz importe, distribue au nez et a la barbe de l’etat. Un etat defaillant qui ne contrôle ni les importations et ni les reserves de riz importe. En bref… ni le cout du riz impose a la population.
- Il est clair qu’ils se passent uniquement que des echanges a Mada ! Ces services sont comparables a ceux effectues par des banques. Operation privee ou l’etat n’a rien a y faire ! C’est lamentable car un bon ministre du commerce doit gerer cela afin de renflouer les caisses de l’etat. Gerer cela selon le systeme keynesien est une bonne maniere pour equilibrer l’argent des consommateurs avec celui des operateurs. Comme l’etat est totalement defaillant, il faut toujours suivre la direction des echanges ! « ca va plutot des operateurs vers les consommateurs ». Une sens unique ! car l’ etat ne fait pas son boulot de regulateur des marches !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 110