Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 20 janvier 2018
Antananarivo | 05h26
 

Répondre à un commentaire

27 novembre 2017 à 21:53 | zanadralambo (#7305)

Bonsoir, dadabe. C’est effarant de lire tous ces aigris qui vous en veulent. Un vazaha qui aime Mada, en ce moment, il n’y en a pas des masses sur ce forum, alors décourager les bonnes volontés, c’est d’un affligeant. Moi, je dis à ces inconscients, vous ne l’aimez pas, tant pis, mais n’en dégoûtez pas les autres. Ce qui me chagrine le plus, c’est que les mêmes qui tapent à qui mieux mieux sur Dadabe sont étrangement silencieux devant les outrances racistes des 2 malades qui crachent quotidiennement sur les Malgaches. Je comprends encore moins la fofolle de service qui appelle au secours le pire de ces « colons » qu’elle n’arrête pas de fustiger.

En tout cas, merci pour le bulletin de ce matin, je suis certain que je ne suis pas le seul à qui vous avez fait plaisir. Au fait, comment se passe l’intégration de votre petite famille au Canada ? Le froid d’Antsirabe n’ a rien à voir avec l’hiver de là-bas. J’ai donc dégusté votre bulletin matinal pendant ma pause déjeuner, il a accompagné le ravitoto que je me suis concocté hier soir. Vous connaissez sûrement : votre amie vous y a fait goûter, autrement ce serait un crime de lèse majesté. Je reconnais que c’est un plat assez rustre pour un palais occidental. Mes garçons habitués à la cantine depuis leurs aventure scolaire ne sont pas trop fans de cuisine malgache (je reconnais, volontiers, que la cuisine française est la meilleure du monde, je la mets juste devant la chinoise), ils me disent pourtant, chaque fois que je fais du ravitoto sy hena kisoa, que c’est une « tuerie ». En bon Malgache qui se respecte, j’accompagne ce plat avec du riz, évidemment, et du achard de tomates assaisonné d’ une bonne pincée de gingembre et d’ail rapés . Question cuisine, je me débrouille pas trop mal, c’est moi le « chauffeur » attitré, comme on dit chez nous.

Je reviens sur quelques sujets que vous avez abordés dans votre post. Vatomena, d’abord, un zanatany comme on n’en fait plus beaucoup. J’aimais bien son côté nostalgique qui réveillait les souvenirs de l’enfance heureuse que j’ai vécue, époque que les moins de 50 ans ne peuvent pas connaître. Mais je constate, je le lui ai souvent reproché, qu’il dérape de plus en plus, ses dérives révisionnistes, voire négationnistes, m’horripilent au plus haut point. Pour ne pas polémiquer inutilement, j’ai fait le choix délibéré de le zapper la plupart du temps. La promiscuité des 2 autres malades racistes ne l’a pas arrangé. Passons….
Les maîtres fram, ensuite. J’ai dénoncé, plus d’une fois, leur incompétence. Aucune pédagogie, une formation sur le tas…j’ai assisté, une fois, incognito, à une classe dans mon avaradrano natal. Effarant, consternant. Des à peu près en français, des fautes impardonnables en calcul, aucun charisme…tout dans l’improvisation…et c’est avec des gugusses pareils qu’on forme nos enfants, l’avenir de ce pays. Nom d’un chien, il y a des maîtres fram qui devraient tout simplement s’assoir sur le banc, devant des élèves qui pourraient leur faire ce cours qu’ils sont censés, eux, leur dispenser !!! C’est là que j’ai mesuré l’abîme culturel où nous a mené la mégalomanie d’un officier de marine revanchard . Quel gâchis ! C’est à la perte de ces repères qu’ il prétendait encenser, pourtant, qu’ il a finalement œuvré, avec la complicité des nationalistes. Que de temps perdu, je doute qu’on le rattrape jamais.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 119