Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 1er octobre 2016
Antananarivo | 09h56
 

Economie

Madagascar-FMI

Vers un Programme de réformes économiques

jeudi 13 novembre 2014

Une mission du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par George Tsibouris, s’est rendue à Madagascar du 29 octobre au 11 novembre 2014 pour consultation (recueil des données économiques et financières). Les discussions avec les autorités malgaches ont porté sur les développements économiques récents, la mise en œuvre des politiques économiques, et les perspectives de réformes économiques et structurelles. Il s’agissait essentiellement de discuter sur un programme de réformes à moyen terme qui pourrait être soutenu par un accord de Facilité élargie de crédit (FEC).

La FEC

La facilité élargie de crédit (FEC) remplace la facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance (FRPC). La FEC est caractérisée par des plafonds d’accès plus élevés, des conditions de financement plus concessionnelles, une plus grande souplesse dans la conception des programmes qu’elle appuie, et une conditionnalité à la fois plus simple et mieux ciblée. Le taux d’intérêt des financements accordés au titre de la FEC est de 0% avec un différé de cinq ans et demi et une échéance maximale de dix ans. Le FMI revoit tous les deux ans les taux d’intérêt de toutes les facilités concessionnelles. Les discussions se sont concentrées sur les développements économiques récents, la mise en œuvre des politiques économiques, et les perspectives de réformes économiques et structurelles.

D’après George Tsibouris, « Des premiers signes de reprise économique sont visibles, avec une croissance à 3 pour cent et une inflation sous les 7 pour cent en 2014… ». Le chef de délégation du FMI n’a cependant pas oublié de noter, qu’à moyen terme, il faut sécuriser une croissance forte, durable, pro-pauvres afin d’inverser l’évolution négative des indicateurs de développement. Dans cette perspective, il faut se pencher sur les infrastructures essentielles, engager des réformes pour améliorer le climat des affaires, ce qui comprend la gouvernance, et une relance des politiques de développement social. Répondre aux besoins en matière du développement de Madagascar et préserver sa stabilité macroéconomique requiert un élargissement de l’assiette fiscale, une amélioration de la qualité et de la composition des dépenses publiques, et un renforcement des institutions anti-corruption.

La mission du FMI salue les démarches récentes des autorités pour apurer les arriérés budgétaires intérieurs et les encourage à poursuivre leur plan de réduction progressive des subventions au carburant et à assurer la viabilité financière des entreprises publiques.

Monnaie et finance

Les réformes du secteur monétaire et financier devraient, d’après la mission conduite par George Tsibouris, inclure le renforcement de l’assise financière de la Banque centrale et l’amélioration de sa surveillance et son indépendance. « Il est important de garantir que le marché des changes soit suffisamment liquide et reflète la réalité du marché. Dans ce contexte, la Banque centrale doit reconstituer ses réserves internationales », déclare G. Tsibouris. Il estime que : « Le programme de réformes du gouvernement, attendu dans le Plan national de développement (PND), va établir un cadre pour une croissance robuste et une réduction de la pauvreté à moyen terme. Il est important que ce cadre se traduise par des priorités spécifiques et des actions permettant d’atteindre les objectifs à moyen terme du gouvernement. »

Les discussions sur un programme de réformes économiques à moyen terme qui pourrait être soutenu par un accord FEC vont se poursuivre dans la période à venir – sans doute au mois de janvier 2015. A noter que le projet de loi des finances 2015 est actuellement discuté au Parlement.

Recueillis par Valis

19 commentaires

Vos commentaires

  • 13 novembre 2014 à 10:33 | Isambilo (#4541)

    Une croissance de 3% de quoi ? Tient-elle compte de l’inflation à 7% (Kolo a du mélanger croissance et inflation)
    Surveiller une Banque Centrale indépendante ? Il y a contradiction dans les termes utilisés.
    Des prêts à 0% mais révisables, en référence à quels indices ? Le FMI devait être absent au moment de la crise financière et immobilière de 2007-2008.

  • 13 novembre 2014 à 10:42 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Du MIC-MAC en perspectives.
    Appliquer ce qu’on a d’abord mais les organisations internationales trouvent toujours les moyens pour « CHAMBOULER »,sinon,leurs agents seront au chômage.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

  • 13 novembre 2014 à 11:24 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalamo alaikoum

    Le FMI joue toujours son rôle de gendarme financier du monde et ses interventions se limitent à l’aide à la balance de paiement donc c’est pour permettre à un pays endetté de faire face à ses échéanciers (cas de la Grèce et beaucoup d’autres pays d’Amérique latine qui se sont affranchis de leurs interventions pour des raisons évidentes, il est plus au service des créanciers que des débiteurs).

    • 13 novembre 2014 à 11:58 | Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Ou il est ce PND ???

      Faire face à ses échéanciers !!!

      Ah bon , pourtant j’ai lu et enregistré que Madagasikara n’est pas du tout endetté

      Que les experts spécialistes de la HAT ont tout fait pour que ça ’balance’ pendant ces cinq ans fantastiques

      Donc c’est encore du pipeau , des mensonges .. qui continuent

      Au fait ange , ton chéri djiste , il est ou actuellement ????

    • 13 novembre 2014 à 12:18 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Rakotoasitera Fidy

      Il anime des soirées à Dubaï en attendant 2018 car le régime actuel fait déjà sa propagande.
      Concernant le PND à l’image de la RN, ils sont célèbres comme l’assiette des grenouilles (vilian-tsahona ka malaza tsy ihinanana e !).

      Tout est prioritaire pour le présent régime et il lui est difficile de l’organiser pour en faire un programme réaliste et réalisable.

  • 13 novembre 2014 à 12:56 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Procédures de déblocages.
    Le financement est généralement fourni aux termes d’un accord.
    Ces accords sont utilisés pour tous les financements supérieurs à 500 000 USD accordés aux Etats.
    Un Etat recevant un prêt est désigné comme l’emprunteur,et un Etat recevant un don est désigné comme le bénéficiaire.
    Lors qu’un prêt ou un (-des-) don (-s-) sont approuvés (-ou l’un ou l’autre-),le FONDS ouvre un compte de prêt ou un (-plusieurs-) compte (-s-) de don (-ou l’ensemble des comptes-)
    Une lettre est adressée à l’emprunteur (-et/ou au bénéficiaire-) par le Fonds ,au moment de la signature du prêt,ou le plus tôt possible==après==cette signature.
    La lettre communique des informations importantes concernant ==l’ensemble==du financement,les dispositions juridiques,les procédures de décaissements et leur applicabilité.

    Principes fondamentaux et administration du Financement ;
    Le FONDS prend des dispositions pour s’assurer que les ressources provenant de tout financement==sont utilisées==exclusivement aux fins auxquelles le dit financement a été accordé,compte dûment tenu des considérations d’économie,d’efficacité et de justice sociale.
    Les condtions générales stipulent que :
    - si l’Emprunteur (-le Bénéficiaire-) sollicite un retrait du compte de prêt et/ou du compte du don pour un montant destiné à financer des dépenses autorisées,le FONDS paet,==avant==de procéder à son transfert au crédit de l’Emprunteur/du Bénéficiaire,lui demande de fournir des pièces justificatives attestant que les retraits déjà effectués ont effectivement servis à financer les dépenses autorisées....

    - « QUE CHACUN ASSUME SA RESPONSABILITE ».Point barre !

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

    • 13 novembre 2014 à 17:11 | ramaso (#7441) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Merci pour votre post bien detaille Mr BASILE concernant l´emprunteur et le beneficiaire,mais je doute bcp a ce qu´a dit le DG DU TRESOR qui dit que les PROCEDURES retardent le deblocage des aides financieres exterieures,je ne crois pas,le FMI-LA BM-LE BAD-L´UE ne vont pas debloquer ces aides financieres facilement avec le desordre politique,social et la corruption !le regime DU PRM HERY ne doit pas rever et surtout a ne pas attendre ces aides financieres,qu´on brandit que ca va arranger l´economie de MADA,LA BANQUE CENTRALE ne dispose que de 2MOIS DE RESERVE de DEVISES et apres ? Ca donne froid au dos pour les futurs investisseurs ce GVNT a bcp de chats a fouetter !

    • 13 novembre 2014 à 17:14 | ramaso (#7441) répond à ramaso

      ps le DG DU TRESOR C´EST ORLONDO ROBIMANANA

    • 14 novembre 2014 à 04:46 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      lire :
      - le FONDS peut==avant==de procéder à son tran sfert au crédit de l’emprunteur/du Bénéficiaire,lui demander de fournir des pièces justificatives ...

  • 13 novembre 2014 à 13:00 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    1 Euro=3 219,29 MGA
    1 USD=2 584,08 MGA

  • 13 novembre 2014 à 13:54 | Turping (#1235)

    Soyons brefs et pragmatiques sur ce sujet/
    - Le FMI génère des intérêts quelque soit le mode de remboursement.
    - Le gouvernement n’a pas de programme PND valable pour dresser le cap.
    - Le déficit public n’est pas maîtrisé .
    - Les dépenses de l’état pour les Ambassades à l’étranger représentent les 40% du budget total.Des dépenses abusives en dehors les dépenses liées aux avantages des députés (en gros sans rien faire y compris au sein du gouvernement).
    - On parle plutôt des déficits qui s’alourdissent au lieu de parler des dévéloppements économiques jusqu’à ce qu’il ne reste plus rien sur le sol malgache car tout est trafiqué au profit des groupuscules d’individus et ceux qui se battent pour s’enrichir illégalement en toute impunité.

    • 13 novembre 2014 à 14:25 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      Turping,
      Nos Ambassadeurs ne sont pas les mieux payés au Monde.
      D’autre part l’archive de la Nation n’a aucun fondement,non signé et plutôt des « RUMEURS ».
      Pour l’histoire du FBI à N.Y,c’est une « autre histoire »,je ne souhaite pas la développer.
      Cordialement,
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 13 novembre 2014 à 14:49 | Turping (#1235) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile,
      - Si ,nos ambassadeurs sont aussi mieux payés que leurs homologues européens avec des forces économiques incomparables ,c’est scandaleux !
      - A titre exemplaire ,si en moyenne, un agent diplomatique touche 4 000 dollars américains par mois, alors qu’un fonctionnaire local gagne en moyenne 400 000 ariary, alors le salaire d’un agent diplomatique pourrait servir à payer plus de 30 fonctionnaires par mois ,avec les gabégies ,la corruption qui s’étend extra-territorialement ,il n’y a de quoi à se poser les questions alors que les caisses de l’état sont vides avec les tendances à quémander de l’argent à gauche à droite sans PND alors que les déficits publics ,les ingérences sont d’actualités sur tous les domaines.

    • 13 novembre 2014 à 21:29 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      Turping,
      Je ne veux pas être méchant.Nos fonctionnaires (-haut fonctionnaire-) sont moins payés que les français,par exemple,mais ils sont dans l’opulence (-abondance de biens-).
      C’est une remarque personnelle.

  • 13 novembre 2014 à 14:21 | valoha (#7124)

    Ny FMI, BAD, Banque Europeenne, ...Ireo no tena fositra mitondra ny fahantrana amin’ny tany toa an’ i Gasikara. Mampindrana vola « manampy », hono, no filaza aza, kanefa ao ambadika mifono famonoana an-kolaka ny firenena an-dalam-pandrosoana.
    Ny vahaolana haingana ho antsika dia ny mihainga amin’ny akora fototra misy eto, na dia eo ihany aza ny tsy maintsy indramana vola ; manova ny rafi-pitantanana sy ny firehan-kevitra entina mitondra ny sampan-draharaha misy eto amin’ Ny Nosy.
    Izany hoe miala ifotony manome andraikitra feno ny Fokontany sy ny Fokonolona mba hiara-misalahy itantana, ho masi-mandidy eo @ raharaha misy rehetra entina ampandroso ny fiarahamonina misy azy avy, mifarimbona, mifanapatapaka, ary miara-mifanara-maso sy mizara ny sarotra sy ny mora rehetra.
    Avy any no miala ny fahefana rehetra manerana ny Faritra 22. Koa raha misy harena ho trandrahana, ohatra, amina Faritra iray dia tompon’andraikitra feno amin’io ny Fokontany sy ny Fokonolona misy eo @ io toerana io. Manomana tetikasa miaraka hanangana rafitr’asa fampandrosoana(sekoly, toho-drano, fitsaboana, masomboly, sns...) ary miara-mizara ny vokatra azo avy amin’ny fitrandrahana ny harena misy eo an-toerana, na miara-manapaka fiaraha-miasa entina mitrandraka ny harena misy sy ny fiarovana ny harena mba handry fahalemena am-pamokarana ny mponina misy ao aminy avy. Manampy manolo hevitra sy manao ny tetika miaraka ny manam-pahaizana Malagasy izay maro no tsy an’asa izao !
    Tsy ho didy kofehy lehibe midina avy any ambony mihintsy, izay efa nitondrana teto hatr’izay, no hampandroso antsika. Isika isany no tsara mahatsapa sy manatanteraka fa tompony sy mandidy miaraka ny raharaha misy avy isan-toerana.
    Tsy ny FMI velively no hanapaka sy handidy ny tokony atao sy ho tanterahana eto Gasikara, ary tsy tokony mametraka tsindry androahana mpiasa, ohatra !
    Mila ny firaisan-kinan’ny vahaoaka Malagasy ny fanovana rafitra sy Lalampanorenana, izay tsy maintsy atao malaky manaraka ny toetr’andro mbaho fampandrosoana marina sy fijerena, fibamjinana ny tany iombonana sy ny taranaka ho avy, fa tsy fijerena tsangan’olo na tombontsoan’olo raiky ! Raha mbola izao rafitra misy, izay napetraky ny mpanjanaka izao, no hiainana dia fahantrana lalim-paka no izorana sy iafaran’ny Malagasy !
    Diso avokoa na ny foto-kevitra entina mitantana, na ny tanjona, na ny stratejy entina manantanteraka ny fitsinjarana ny fahefana. Noho izany sarotra no ilaza fa programa entina hampandrosoana sy hanovana ny tantana ara-toe-karena ahomby izao kasahina izao. Sariny fotsiny ihany raha tsy miala ifotony miaraka amin’ny kolon-tsaina Malagasy sy ny Fokonolona !

    • 13 novembre 2014 à 14:38 | Turping (#1235) répond à valoha

      Valoha ?
      - Ny tena anisan’ny olana voalohany araky ny voalazanao dia ny tsy fisian’ny drafitr’asa ,ny programa sy ny fiaraha mitantana .
      - Ireo fitantanana voalaza anefa dia mipetraka eo am-pelatanan’ireo mpanao politika izay mitady ny tombontsoany sy izay hamenoana ny paosiny fotsiny @ ankamaroany .
      - Efa hita sy voalza teto fa na ny volam-panjakana aza dia lany mandeha any amin’izay tsy izy , ny 40% ny volam-pa,jakana ,dia lany any @ ambasady ivelany izay tsy vitan’ny mahazo volabe ny mpiasa tsirairay avo 30 heny fa miaraka @ fanodikondinana ,tsy any ivelany ihany io fa ny eo an-toerana koa .
      - Ny harena an-kibon’ny tany voatrandraka ,tsy misy mandeha @ izay laoniny fa toa tombon-tsoan’ny vahiny sy ireo mpanao bizna ara politika no tena mifehy ny lalàna rehetra.
      - Ny vola anefa tadiavina atsy sy aroa anefa toa tena tsy misy izay tena natokana na ho atokana @ fanajariana ny toe-karena sy ny fivoaran’ny farim-pananan’ny vahoaka ,eo ny tena lesoka lehibe satria na ny PND (plan national du dévéloppement) toa resaka an-kombaka fotsiny.
      - Ny resaka FMI ,BAD ,BM,sns...ny mpamatsy vola na dia maka fepetra maivana izay tsy anariany ny volany eny am-baravarakely aza dia miaro ny tombon-tsoany ,satria karazana banky daholo ireo ,izay hampiteraka zana-bola no tena katainy fa tsy ny fampiasana sy fanarahi-maso ny fampiasana ny vola .
      - Ka eo izany ny olana satria ilay resaka fokontany na fokonolona ,tsy drafitr’asa mipetraka amin’izao fotoana izao .
      - Ny kolokolo ,ny fanodinkodinana maro isan-karazany koa etsy an-daniny ,dia olana goavana mipetraka tsy voavaha izay sakana tsy hampisy fampandrosoana mihitsy.Eo isika izao !

    • 13 novembre 2014 à 17:05 | valoha (#7124) répond à Turping

      Koa rehefa fitantanana iraisana, ifarimbonana, iaraha-manara-maso dia ho foana ho azy miandalana ny kolikoly, tsy mangara ! Ary hipotra sy ho teraka avy hatrany ny rafitra vaovao izay andrandrain’ny maro an’isa ! Ho foana ny famenoana paosy, ny fijerena ny tombontsoa manokana - io no antony goavana tokony hangalan’ny Fokontany sy ny Fokonolona ny fahefana feno, ny fitantanana.
      Manomboka eo no miara-miova ny fijery, ny firehan-kevitra ho lasa tena Malagasy manerana ny Nosy. Io no hampiova sy hanintsy ny Lalampanorenana ho demokratika, hanaraka tanteraka ny tombontsoan’ny maro sy ny fiarahamonina. Miala any ambany, ra namana Turping, no mandidy sy mametra ny andraikitry ny sampam-pitantanana rehetra hanaraka ny tombontsoan’ny Faritra 22. Ary ny fitondrana voafidy sy voajoro avy amin’ny Lalampanorenana Demokratika vaovao, izay iaraha-mitantana, no ibaiko ny fiaraha-miasa @ ny FMI sy ireo mpamatsy vola vahiny isan-karazany mba hitsinjovana ny Tany sy ny vahoakany.
      Izany hoe tsy Filoha iray intsony, na ny PM iray no hanapaka fa ny rafitra vao sy Lalampanorenana niaraha-nanangana !
      Isika tsirairay avy miara-mirona no masi-mandidy eto fa tsy ny vahiny eto an-toerana na vahiny avy any ivelany mpampidram-bola amin’izay fotoana izay !

    • 13 novembre 2014 à 17:49 | Turping (#1235) répond à valoha

      Namana Valoha ,
      - Efa mazava tsara ny amin’iny ,fa raha tsy miainga @ ambaratongany ambany hatrany @ fara-tampony ny fitondrana isam-paritany dia resa be ny ambiny.
      - Ny resaka « fokonolona » hatramin’izao ,tsy mbola nahita olona na fitondrana sahy nijoro nametraka an’io drafitr’asa ,fomba fiasana io aho ankoatran’i Tompokolahy Ratsimandrava « ministry ny ati-tany » t@ fahavelony ,dia moa izy nisy namono iny.
      - Ny fokontany t@ andron’i Ratsiraka hatramin’izao misy ,fa tsy mitantana ny raharam-bahoaka sy ny zava-misy eo an-toerana tsirairay avy (fanaovana lalana , ny famatsiana ,ny fampianarana ,sns...) ankoatran’ny fanaovana kara-panondro ,.... .
      - Io izany resaka « décentralisation » tsy an-kombaka am-bava ,fa mila ampiharina .

      Ilay rafitra vaovao voalaza io izany no mbola tsy teraka e ! eo am-panantenana ny fiovana .

    • 13 novembre 2014 à 21:32 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      Turping,
      Les Malgaches n’ont rien à voir avec la mort du colonel RATSIMANDRAVA.
      Certes, il y a quelques exécutants des basses oeuvres mais ils ne sont pas le « CERVEAU ».

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 349