Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 4 décembre 2016
Antananarivo | 22h55
 

Economie

Prix du carburant à la pompe

Vérité des prix imperceptible

vendredi 27 novembre 2015 | Bill

30 ariary ou 20 ariary de plus ou de moins c’est quoi dans le prix du litre de carburant ? C’est insignifiant comme « vérité des prix » ; c’est l’équivalent des pièces de monnaies que des automobilistes donnent aux mendiants ou à ces individus –hommes et femmes, qui comblent les nids de poule ou les trous près des passages à niveau qui ponctuent le boulevard de l’Europe. Pour l’écolier issu de famille « aisée » ce n’est même pas le prix de son goûter. A la rigueur, c’est l’équivalent d’une pièce de bonbon que le commerçant vous rend comme monnaie quand il ne veut pas vous donner des pièces de monnaie. Pour le chauffeur de taxi, c’est imperceptible comme résultat de la libéralisation du prix des produits pétroliers affiché à la pompe. Une réduction de 100 à 200 ariary le litre de l’essence serait plus significative et correspondrait à la baisse du prix du baril depuis plusieurs mois. De plus les prix affichés par les stations des quatre compagnies distributrices de carburant ne diffèrent guère les uns des autres, c’est partout les mêmes à quelque ariary près. Quand on sait ce que vaut l’ariary sur le marché, même les caisses de la Jirama ne vous rendent plus des pièces de monnaie comme dans le temps.

Le litre de l’essence a baissé de 30 ariary tandis que le gasoil a augmenté de 20 ariary. Aussitôt le conducteur de bus saisit l’occasion pour réclamer que les compensations ou les subventions soient revues à la hausse sinon une augmentation de prix du ticket peut être inévitable. Or le gouvernement a adopté la vérité des prix et ne peut plus accorder des subventions d’aucune sorte. Le ministre de l’Energie et des hydrocarbures ajoute par la même occasion que les prix du carburant sont dorénavant susceptibles de changer tous les mois.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 27 novembre 2015 à 10:14 | betoko (#413)

    Quelque chose d’incompréhensible , pour quoi le prix de l’essence baisse et celui du gaz oil augmente , pourtant ça coûte plus cher de raffiner de l’essence que le gaz oil ?
    Une chose que je viens de remarquer cette semaine , le prix d’une bouteille de gaz est le même aussi bien chez Total que chez Galana à 77 000 Ar . Il y a quelques mois de cela chez Galana la même bouteille de gaz coûtait 90 000 Ar Qui je dois remercier ?

    • 27 novembre 2015 à 10:15 | hrrys (#5836) répond à betoko

      vous savez bien ce que l’on attend par entente

    • 27 novembre 2015 à 16:11 | sanois (#8546) répond à betoko

      le gaz ( butane le plus souvent) a m/car est un sous produit de raffinage du petrloe
      si le prix a baisse c’est que le baril a baisse et les prix de raffinage sont restes constant (a peu pres)
      dans la meme mesure les carburants auraient du baisser...

      MAIS :

      l essentiel du prix des carburants est le montant des taxes ( ici je ne sais pas exactement)

      toutefois en france les taxes representent 60 pour cent du prix de vente au public le reste etant le prix du brut ,le prix du transport ,la marge de revendeur gros et petit distributeur et pecadilles.( douane ? connait pas )

      ET

      l approvisionnement ici coute sensiblement le meme prix qu en europe (qui n a pas de petrole)

      Donc, pour le gaz..... personne a remercier .......... les achats sont au meme prix pour les importateurs et le gouvernement a l air de ne pas mettre son nez la dedans. les revendeurs se tiennent le coude et ne veulent pas voir le marche s effondrer alors il y a eu répercussion du prix d achat sur le prix de vente

      Le rapport de la taxe sur les carburant est tres important pour les pays non petroliers

      du 25 pour cent des revenus de l etat france ... ailleurs ?

  • 27 novembre 2015 à 10:55 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    C’est juste pour copier et coller ce qui se passe en France sans se soucier de sa répercussion éventuelle sur la subvention à accorder à la Jirama (ses coûts de production partent encore à la hausse).

    • 27 novembre 2015 à 11:16 | Robby (#9217) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Ces opérateurs pétroliers pensent que tous les malgaches sont dupes ! Imaginez la variation du prix du pétrole sur le marché mondial pour cette année 2015 plus de 100$ en baisse jusqu’à 40 ou même 35$ le baril (+50%), et vous nous dites actuellement que voilà une bonne nouvelle de la part d’eux pour preuve que la concurrence est là ! Faites le calcul et vous voyez le cumul de vos bénéfices, y aura t-il une compagnie pétrolière déficitaire pour la fin d’exercice 2015 ? vous connaissez la réponse !
      C’est la triste réalité à Mcar, comme le cas de la Jirama, cumul des délestages évalué à quelques jours sans électricité mais rien de change sur la facture, c’est du vol, qui paye tout çà ? toujours les pauvres !!!

  • 27 novembre 2015 à 12:03 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Sans oublier la dévaluation de l’Ariary par rapport au dollars Américains de près de 50% (avant 1USD équivalait à 2200Ar, actuellement il est 3262Ar pour 1USD), devises de référence sur le marché international des produits pétroliers : Même si le prix du baril de pétrole a enregistré une baisse de 50% sur le marché international, la dévaluation de l’Ariary de près de 50% également a réduit à néant les bénéfices éventuels des compagnies pétrolières qui achètent en dollars Américains et qui vendent en Ariary (des pertes de change conséquentes).
    Pour un baril qui se vendait à 100Usd avec 1usd à 2200Ar, il faut aux compagnies pétrolières dépenser 100x 2200= 220 000Ar pour l’achat d’un baril.
    Avec un 1USD à 3262 Ar et un baril à 40USD, les compagnies pétrolières dépensent 40x3262=130 480Ar pour l’achat d’un baril.
    Donc un bénéfice brut apparent par baril de 220 000Ar -130 480Ar=89 520Ar
    Il faut également tenir compte des écarts éventuels entre les prix affichés du marché (une tendance seulement) et les prix d’achats réels qui dépendent de beaucoup de facteurs (mode de contrat, les frets et assurances, les sources d’approvisionnement, le raffinage etc..).

    Avec un prix du marché de 40USD le baril pour le brut, le prix de revient des compagnies pétrolières en tenant compte de tous les paramètres cités ci-dessus pourrait revenir au double au minimum (80 USD le baril raffiné et livré à Mada).

    • 27 novembre 2015 à 12:09 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Dans le jargon du commerce international, on parle de prix CAF/CIF (Coûts Assurance et Frêt) au lieu du prix FOB(FREE ON BOARD).

    • 27 novembre 2015 à 12:24 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Suite aux recrudescences des agissements des pirates Somaliens, les coûts de transport et les assurances pour les super tankers ont fortement augmenté ces dernières années compte tenu des risques sur la voie maritime de notre région.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 170