Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 29 avril 2017
Antananarivo | 13h49
 

Energie

Energie solaire

Un projet de centrale solaire photovoltaïque lancé à Ambatolampy

mercredi 14 décembre 2016 | Bill

La cérémonie de pose de la première pierre des travaux de construction de la Centrale solaire photovoltaïque dans la localité d’Ambohipihaonana district d’Ambatolampy, a été présidé hier par le Chef de l’état, Hery Rajaonarimampianina.

La production de 20 MGW d’électricité de cette centrale solaire sera vendue, sur une base contractuelle, à la Jirama pour être injectée dans les réseaux interconnectés d’Antananarivo et d’Antsirabe. Les travaux initiés par la société Green Yellow dans le cadre d’un partenariat public-privé coûtent 25 millions de dollars et dureront 10 mois. Si les abonnés de la Jirama s’attendent dorénavant à ce que les tarifs de l’électricité tendent à la baisse, ils sont déçus car il n’en est pas question pour l’instant. Pour le président de la République, il s’agit de conduire une politique en faveur des bailleurs de fonds qui exigent la fin des subventions aux sociétés d’Etat comme la Jirama et par la même occasion accroître les capacités énergétiques pour répondre aux besoins des industries, très nombreuses à Antsirabe et à Antananarivo.

« Madagascar s’engage résolument dans la transition énergétique. Le coût actuel de l’électricité est trop cher, dont 70% sont d’origine thermique, et pour seulement 15% de la population », déclare le chef de l’Etat. Pour l’Etat, à travers la Jirama, cela provoque un immense manque à gagner, qui nécessite des subventions de l’ordre 300 milliards d’ariary, chaque année.

10 commentaires

Vos commentaires

  • 14 décembre 2016 à 11:13 | Eloim (#8244)

    La question qui se pose : est ce que cet engagement vers la transition énergétique influe sur le coût de la consommation (que ce soit une révision à la baisse ou à la hausse à la malgache) ?
    Pourtant, nos Dirigeants annoncent toujours la couleur qui sombre incessamment comme l’atmosphère continuellement morose que vit la majorité des malgaches.

    • 14 décembre 2016 à 13:27 | anhuro (#8513) répond à Eloim

      Faut pas se toucher ! , tant que le nombre d’ abonnés à l’électricité sera aussi bas le prix restera élevé et lorsque il y aura un maximum de clients , la réponse sera comme en France = nous devons provisionner pour plus tard !!!!!

  • 14 décembre 2016 à 11:38 | dominique (#9242)

    ils n’ont pas déjà piquer les panneaux solaires ??? comme dans beaucoup de villes aux particuliers ?? attendez ça va venir ...

  • 14 décembre 2016 à 11:55 | Titoy (#9616)

    Bonjour,
    Ce n’est que la première pierre, les panneaux ne sont pas encore là.
    La recolonisation arrive, Green Yellow est une filiale du Groupe Casino, c’est pas vahaza ?

    • 14 décembre 2016 à 13:11 | Isambilo (#4541) répond à Titoy

      Bien sûr avec Jumbo.
      Naouri était irecteur e cabinet e Beregovoy. Un carnet d’adresses long

  • 14 décembre 2016 à 12:56 | Jipo (#4988)

    La zirama deviendrait un intermédiaire, voir un négociant en électricité, au regard de ses bénéfices, je me demande comment va-t-elle pouvoir se « payer » des KW, à moins que les racketteurs qui la pillent s’ accaparent une fois de plus ses revenus, avec tous les justificatifs qui ne sont plus à énumérer, à commencer / la participation de l’ état et sa cohorte de sangsues ...

  • 14 décembre 2016 à 14:56 | diego (#531)

    Bonjour,

    En moins de six mois, il pensait résoudre le délestage ! Et au passage prendre les Malgaches et ceux voulaient le croire pour des C....

    Les Bailleurs des Fonds n’imposent rien. Madagascar est un pays souverain, si les dirigeants acceptent de faire dicter par des Institutions étrangères ce que ce pays a perdu cette souveraineté.

    Et ce n’est avec le président qu’on négocie le développement, mais avec les Institutions Malgaches.

  • 14 décembre 2016 à 17:43 | VVSII (#7949)

    Fiat lux et facta est lux – Gagabe, un jour, Gagabe toujours.

    Bien le bonjour. A toutes et tous. Et bonne Saint-Valentin. Surtout aux couples mixtes. Je sais, je suis en avance de deux mois. Mais aujourd’hui, j’ai la compassion à fleur de peau. Je riz rouge, pensant à tous ces vieux blonds aux yeux bleus que nous dupons si facilement. Imaginez : Vous débarquez randonner dans le Masoala. Vous vous en retournez à charge d’âme, une belle kebla, regard bridé, kilométrage indéfini, à tel point qu’elle désosserait n’importe quel contrôle technique, et, mieux vaut tard, trois vieux moutards en bandoulière. De géniteurs inconnus évidemment. En tout cas pas avant le mariage pour tous. Suite à l’adoption, il sera temps et de bon ton de souscrire à la décime offrant droit d’usage voire de cuissage.

    Sans omettre papa que tous appellent Jo et qui veut faire taxi, maman qui a déjà prévenu le ministre du coin, protestant à ses heures perdues, les huit frères qui pour l’aîné, Jo Junior, veut faire taxi, deux voitures dans la famille ce n’est pas de trop, et les sept autres, chacun son épi-bar, pour enfin instaurer le premier monopole à Maroansetra et battre les chinois, à moins que ce ne soit Antsirabe, combien même trouduc du monde, Ravalomanana n’a qu’à bien se tenir. Pas besoin de faire Aix, ça sonne comme X, pour comprendre l’économie. Leur problème, ils ne savent pas lire et écrire !

    Et les 4 sœurs, me demanderez-vous. Elles n’en peuvent plus du ravitoto et se mettraient bien au cassoulet, les huîtres ne présentant pas d’organe valable, tandis que la saucisse… Ages requis entre 18 et 85 ans et pourvus d’au moins cent dents. A vous d’organiser la rencontre avec de vieux cousins d’Amérique, la fraîcheur n’étant pas un critère sélectif, les râteliers sont acceptés. Conseiller matrimonial à 66 balais, elle n’est pas belle la vie ?

    Reste le vieux tonton, 42 ans, hollandais qui s’ignore puisque lui c’est sans dent. Ce n’est pas grave, il trépassera bientôt. Bien qu’une petite 4L pour faire brelan de taxi et hurler tapis en attendant la faucheuse, pourquoi pas. Après tout, trois voitures dans la famille, ce n’est définitivement pas du luxe.

    C’est là que vous pesez votre chance... sans prendre votre perte. Vous n’êtes pas tombé sur une famille nombreuse. Ouf ! Surement que d’ici votre retour, pépé et mémé auront ressuscité. Il faudra alors taper dans les droits d’auteur. A minima, car revenus de l’enfer, salaire de la peur, miracle de la mort, je te jure que c’est vrai, vazaha !
    Que vivent l’Amour, Mada, le regroupement familial. Aux chiottes, la Marine nationale. Et… sincères condoléances.

    A cliché, cliché et demi. Revenons donc au sujet du jour.

    Et pourtant, ils nous avaient vanté la validité économique de Tsimororo. Autant en terme quantitatif que qualitatif. Seulement voilà, la réalité des cours mondiaux aura très vite rattrapé les beaux discours. C’est d’ailleurs assez étrange, au constat d’un sol si riche, que nous ne fassions pas parti de l’OPEP.

    Avec un baril à 40$, la production malgache est mort-née, sauf à minimiser à outrance les coûts d’exploitation et ainsi agir sur le seul poste possible : le salariat. Et donc rémunérer les ouvriers à un niveau indigne.

    Ne voilà-t-il pas qu’ils lorgnent sur le solaire. Qui, extrêmement cher, n’intéresse aujourd’hui que les pays riches. A grande échelle, j’entends. C’est donc vers une électricité trop coûteuse pour les 90% d’une population en dessous du seuil de pauvreté que nous nous dirigeons. Encore une fois, la condition et les considérations de la masse sont oubliées. A date, envisager autre chose que le thermique à Madagascar, à la limite l’hydroélectrique, équivaut à un manque de vision pathétique.

    Certes, ça va faire bondir les inconditionnels du réchauffement climatique et de l’écologie politique. Sauf qu’ici, l’urgence ce n’est pas demain mais bien aujourd’hui. Il faudra aussi m’expliquer, combien de litres de diesel avalent les bateaux et camions, livrant panneaux solaires et éoliennes sur site. De fine champagne à particules fines. Sans compter la production des cellules photovoltaïques. Mieux, il conviendra d’exposer les vertus des moyens de stockage de l’énergie : ces fameuses batteries ô combien biologiques. Bref, me convaincre d’un bilan carbone honorable. Ce n’est pas gagné !

    Une fois de plus, la préoccupation majeure reste de s’aligner sur la CI et les accords de Paris 2015. Comme si, à population égale, Madagascar polluait autant que la Chine. L’exemple venant d’en haut, j’ai aussi hâte de constater la future politique énergétique américaine. A 1,5$ les 3,8 litres de sans plomb, je n’ai aucun doute quant à leurs choix à venir.

    Et pourtant, avec une population essentiellement agricole, nous pourrions cultiver notre électricité… Manifestement nous préférons encore et toujours nous faire dauber par l’étranger et ses rétro-commissions… Je vais pour ma part continuer à fabriquer mes bougies, en attendant la belle centrale nucléaire que la France réussira à nous fourguer avant 2050.

    • 14 décembre 2016 à 23:47 | Titoy (#9616) répond à VVSII

      @VVSII,
      Merci pour le post.

    • 15 décembre 2016 à 00:42 | Jipo (#4988) répond à VVSII

      Magaga anao !
      Déchainé ⚡️...
      Faut pas jouer avec les prises électriques pendant les délestages, moins encore y laisser les doigts pour savoir quand ils remettent le courant 💡.
      I remember one more 😊.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 222