Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 1er octobre 2016
Antananarivo | 09h56
 

Société

La lecture

Une passion difficile à transmettre

mardi 5 avril | Yvan Andriamanga

La rentrée après les vacances de pâques pour débuter le troisième trimestre s’est faite ce lundi 04 avril 2016 pour la plupart des établissements scolaires. C’est la dernière ligne droite pour passer au niveau supérieur. Tous les enseignants sont du même avis, le niveau des élèves n’est plus ce qu’il a été avant.

Le plus grand défaut des élèves d’aujourd’hui c’est qu’ils n’aiment pas lire alors que c’est la base même de l’apprentissage. En effet, lire nous enseigne les rudiments de la langue, elle rend son apprentissage plus aisé, nous procure une culture générale inestimable mais elle aide surtout à voyager à travers le temps et l’espace sans bouger de là où on est, donc à moindre coût. Voyager nous permet de renforcer nos expériences, les comparer avec celles d’autrui, voir la vie et les faits d’un nouvel œil et quoi de mieux si on peut le faire sans trop dépenser ? Il existe de nombreuses bibliothèques où l’on peut s’inscrire presque gratuitement comme les bibliothèques communales par exemple. De plus, grâce à des donateurs, elles ont toutes divers livres sur divers sujets. En outre, internet existe également, nous pouvons y trouver les livres en version numérique, car oui, internet ne renferme pas seulement facebook ou tweeter ou pinterest ou youtube, il y existe également des groupes de lectures et des plateformes de discussion – partage pour les livres lus.

Mais comment susciter l’intérêt des jeunes pour la lecture ? Une des solutions pourrait être les séances de lectures dès le plus jeune âge, en commençant par les contes traditionnelles et des contes ayant rapport avec leurs passions le soir avant de dormir. Les obliger à faire la lecture en classe pourrait aussi les aider. Leur faire lire des textes dès la primaire jusqu’au terminale.

3 commentaires

Vos commentaires

  • 5 avril à 08:46 | Noue (#2427)

    et comment faire pour que les jeunes s’y mettent à aimer lire ? Justement l’internet est là mais ce n’est pas à la portée de tout le monde vu le prix !

  • 5 avril à 09:06 | Gérard (#7761)

    « Tous les enseignants sont du même avis, le niveau des élèves n’est plus ce qu’il a été avant »nous dit on mais « Tous les élèves, ou plutôt leurs parents, sont du même avis, le niveau des enseignants n’est plus ce qu’il a été avant », le niveau intellectuel, le niveau pédagogique, mais surtout le niveau de motivation

    de grève en grève, comment poursuivre un cursus d’étude normal, du primaire au supérieur ?

  • 5 avril à 17:42 | tsimbamarina (#9480)

    Depuis que l’Amiral des eaux a fait du Service National son vecteur de développement Madagascar est descendu dans les abysses de la médiocrité et de la nullité. Comment pouvez vous croire qu’en ce temps , des bacheliers qui ont eu a peine 8 de moyenne ont prétendu donner des cours à des éléves de plus bas niveaux, alors que eu même ne maitrisé pas leur matière. Et puis il y a eu l’ égalité des provinces : même nombre pour les bons et les mauvais et puis et puis...ect. ET Maintenant c’est les enseignants FRAM avec le ministre de l’Education qui n’a que le soucis de ses Frères.... Me dites pas que l’on a une politique de l’enseignement vu le montant du budget alloué ... Allez voir dans les écoles privés et des American Scholl... Quand les enseignants donnent la moitié des cours pour obliger les éléves de venir à leur cours privés sur les mêmes bancs ily a un problème....gros comme ACEM par exemple. Bon Vive Madagascar Vaovao à défaut de force vaovao de Madagascar. Ho ela velona Madagasikara tsy Mandoalika

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 366