Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 7 décembre 2016
Antananarivo | 23h05
 

Société

Fusillade Anjozorobe

« Une machination politique » selon le Chef de l’Etat

lundi 7 mars | Mirana Rabakoniaina

Le Chef de l’Etat ainsi que le commandant de la circonscription inter-régionale de la gendarmerie d’Antananarivo, le général Florens Rakotomahanina, se relayent pour innocenter le fils du président cité par les exploitants miniers d’Anjozorobe dans la fusillade du 21 février dernier. Les explications un peu confuses et contradictoires s’entremêlent dans cette histoire. Les versions changent au fil du temps. Au début, le fils du président était présent (http://www.rfi.fr/afrique/20160305-fusillade-21-fevrier-madagascar-pas-victime-gendarmerie-matthieu-rakotoarimanana), il est assisté par un huissier et des gendarmes, il y avait des tirs en l’air mais pas de victimes. Deuxième version, le fils du Chef de l’Etat n’était pas présent à Anjozorobe, il y avait des gendarmes, des tirs en l’air et pas de victimes. Autres versions, le fils du président n’était pas présent, les gendarmes non plus, on ne sait pas qui a tiré, il n’y a pas de victimes. Mais une chose est sûre, la famille du disparu a porté plainte officiellement selon la Procureure de la République.

En tout cas pour le Chef de l’Etat, il s’agit d’une machination politique pour atteindre le père. Il affirme exiger des sanctions contre ceux qui enfreignent la loi. Notons que l’enquête sur ce dossier n’est pas encore terminée.

134 commentaires

Vos commentaires

  • 7 mars à 09:15 | elena (#3066)

    À votre avis, qui va t-on croire , M. le PRM ?
    Respectons la vie privée du PRM, dites vous ? Respectez d’abord celle de la population !

    • 7 mars à 10:13 | Noue (#2427) répond à elena

      à personne puisqu’ils sont tous mouillés dedans !

      la moindre des choses aussi c’est de rendre hommage aux victimes bandes de lâches !

    • 7 mars à 11:35 | Dadabe (#9116) répond à elena

      Bonjour Elena !
      Un père défend son fils... Hum, hum... Un président tente de faire croire à un coup monté... Classique. Présomption d’innocence ? A coup sûr, oui, il faut la respecter, tout comme la vie des personnes privées. Reste à savoir si un président est une personne privée... Ouah, le débat ! Je sens qu’on en a pour la journée (heureux ceux qui ont la connexion gratuite à internet). Bref, il fait beau pour l’instant au-dessus d’Antsirabe et je sens que je vais me dégourdir un peu les jambes avec mes deux petites puces préférées. Bonne journée à vous !

    • 7 mars à 12:08 | Isandra (#7070) répond à Dadabe

      Et n’oubliez pas les huîtres au passage,...vous en avez besoin,...vu votre,...

    • 7 mars à 12:52 | toky (#8231) répond à elena

      C’est la première fois de ma vie que je vois un simple citoyen d’Androy (en colère ! c’est pas du cinéma ça) qui ose lancer un défi en public contre le PRM et son régime ( je crois que c’est un régime en voie de disparition qui n’a plus sa légitimité ; ni raison d’être). Tout le monde l’a vu. Si son fils était honnête dans cette affaire, la réponse ne serait pas comme ça : genre arrestation immédiate de la personne qui a osé dénoncer l’affaire, .... Pourquoi il a fait appel à un général terroriste pour le blanchir pour faire peur et taire à tout ce qui ose bouger ????? Je vois que son heure à sonner !

    • 7 mars à 13:17 | toky (#8231) répond à toky

      Mais à toute honnêteté, surtout si j’étais à la place de ce PRM qui est envoie de disparition et en quête permanence de côte de popularité, mes décisions seraient comme suit :
      - je dirai aux magistrats d’emprisonner mon fils : afin de montrer à la population et à tous les corrompus voire la communauté internationale que je blague pas, un signale fort pour que le pays deviendra un état de droit.
      - je ne laisserai pas les lèches-bottes s’en mêlent dans cette affaire (car pour certains c’est une occasion en or pour se rapprocher du cercle de pouvoir).
      - je ferais tout pour calmer la colère de ces Antandroy qui ont déjà encaissé pas mal de problème depuis l’opération fahalemena
      Encore une fois, c’est une occasion en or pour le PRM mais il l’a laissé filer. Dieu le Père a sacrifié son fils innocent pour sauver l’humanité, pourquoi il ne serait pas capable de faire pareil à son fils pour sauver Madagascar et les malagasy au bord de la faillite ?????
      Mais ha ha ha maniry nify ny akoho zay vao tonga ny fitiavan-tanindrazana amin’ny mpitondra gasy !

    • 7 mars à 14:09 | elena (#3066) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabe,
      Ce PRM réagit à la vitesse d’un aye-aye, apparemment il n’a toujours pas compris pourquoi personne ne l’aime. Si seulement, il pouvait en prendre conscience ! Il ne s’est pas encore rendu compte que sa parole est maintenant et à jamais sujet à caution.!!!

    • 7 mars à 14:10 | Dadabe (#9116) répond à Isandra

      Et ça se croit drôle... Pitoyable.
      Au fait, changez de culotte avant de la baisser devant RA8. Au cas où... Votre « opportunisme » politique est celui d’une catin pas très respectueuse qui s’offre au plus offrant. Belle mentalité !
      PS - Quitte à être nulle et ridicule, pourquoi ne participez-vous pas aux vrais sujets, histoire de prouver à chacun que vous n’avez aucune idée, aucune pensée personnelle, aucune connaissance autre que celle que vous offre Wikipédia mais que vous ne comprenez pas très bien ? Un peu lâche en plus d’être une pu...te ? Bravo !

    • 7 mars à 14:12 | Dadabe (#9116) répond à elena

      La référence au aye-aye me plaît beaucoup. D’autant qu’il s’agit d’une espèce en voie d’extinction...

    • 7 mars à 14:16 | Dadabe (#9116) répond à toky

      D’accord avec vous : que la main du père soit ferme et que la justice passe. Mais, auparavant, que savons-nous de la culpabilité du fils ? Ne mettons pas les zébus avant la charrette... A moins que vous ne disposiez d’informations qui m’échappent pour l’instant. Et bonne journée !

    • 7 mars à 15:05 | toky (#8231) répond à Dadabe

      je suis d’accord avec vous, mais il devra montrer que lui et sa famille sont justiciables comme tout le monde non ? c’est à dire qu’ il devra laisser son fils entre les mains de justice : en garde à vue .....Dans cette affaire, vu ce qui se passe tous les jours dans ce pays, même si son fils est clean (certains journaux comme Madagate diffuse les méfaits de ce dernier qui pèse lourd dans l’opinion publique), il est déjà étiqueté donc ça sert à rien de faire une fuite en avant ! S’il est vraiment président, qu’il n’entre pas dans cette affaire car on dit très souvent : ny fanjakana tsy ananann-kavana !

    • 7 mars à 17:23 | Behantra (#9165) répond à Dadabe

      Et pan !!

      T’es vraiment une p.u.te la nandra ..

    • 7 mars à 17:29 | Behantra (#9165) répond à Dadabe

      Entièrement d’accord avec vous deux ... Aie , Aie , Aie !!

    • 7 mars à 18:23 | Dadabe (#9116) répond à toky

      Nous sommes d’accord. Je fais court car il y a un délestage de la Jirama en ce moment (mes batteries s’usent vite !)

    • 7 mars à 19:12 | Isandra (#7070) répond à Dadabe

      Certain utilise le post-scriptum à tout va,...je me demande s’il sait exactement sa signification.

      Avec sa générosité d’insultes, on voit bien que c’est un homme très très bien élevé, comme il se vante,... :)

    • 7 mars à 20:03 | elena (#3066) répond à Behantra

      Oups ! Ouille,ouille ! Grossière erreur de ma part, je me suis trompée de nom de bestiole : c’était bien à l’aï (paresseux) auquel je pensais, et non à l’aye aye de nos forêts, bien malgache. Si celui ci a une réputation maléfique, parce que c’est un lemurien nocturne et franchement pas beau, au moins ce n’est pas de sa faute.
      Par contre les humains maléfiques et nuisibles eux, sont bien responsables de leurs turpitudes.

  • 7 mars à 09:21 | Gildanovich (#9127)

    Qui est cet homme ? C’est Mathieu, le collecteur d’impôts. C’est dans une mauvaise nouvelle apparue dans les journaux que j’ai connu ce nom. Comment se fait-il qu’il est le seul à pointer du doigt ? J’ai beaucoup d’ennemis mais je crois qu’il y a encore d’autres personnes plus que moi.
    Tsy mila mirehareha leroa ary tsy mila bevava fa tsy zakan’olombelona.

    • 7 mars à 17:45 | Behantra (#9165) répond à Gildanovich

      A ce propos , hélas , le fils prodigue cité dans la bible est utilisé à tort et à travers par les politiciens

      D’autant plus dommage que Hery qui se dit diacre n’échappe pas à la contreverse

      Mais , l’autre , le grand k.on Florens a encore perdu l’occasion de fermer sa p’tite gueule

  • 7 mars à 09:28 | harmelle (#5862)

    Tu t’imagines le niveau des préoccupations politiques dans un des pays les plus déshérites au monde ou des enfants littéralement meurent de faim et de soif au quotidien ? Tellement honte que j’ai envie de rendre mon tablier d’être humain - :((

  • 7 mars à 09:35 | betoko (#413)

    Qui a donné l’ordre à l’armée de venir sur ce site et de tirer en l’air pour faire fuir ceux qui s ’y sont trouvé après le départ de l’huissier et des éléments de la gendarmerie ?
    Pour savoir si Mathieu y était il suffit de vérifier ses appels téléphoniques les relais sont faits pour cela
    Selon le journal Midi Madagascar Hery Rajao et son fils Mathieu ne s’entendent pas car papa n’a pas été invité à ses fiançailles au Colbert
    Dallas ton univers impitoyable mdr

    • 7 mars à 10:15 | Gérard (#7761) répond à betoko

      Ce qui est rigolo, dans ces scandales à répétition, ce sont les lignes de défense à géométrie variable :

      - J’y étais pas
      - j’y étais mais j’ai rien fait
      - j’y était mais pour faire le bien
      - et puis vous n êtes tous que d’odieux calomniateurs

      Mathieu, fils de président et Lala Rasendrahasina , ministre du culte, ont ils fréquenté la même école, ont ils les mêmes conseillers ?

    • 7 mars à 10:18 | olivier (#7062) répond à Gérard

      5) çépamafôte

      n’oubliez pas l’essentiel SVP

    • 7 mars à 11:02 | Cylab (#9448) répond à betoko

      Cette conférence de presse présidentielle pour une affaire qui est du ressort de la justice discrédite la séparation des pouvoirs.

    • 7 mars à 11:16 | Eloim (#8244) répond à Cylab

      Séparation du pouvoir, dites-vous ? A quoi sa sert ? Un PRM est le Président de tous, le Chef de TOUS. Vous espérez avoir une séparation du pouvoir sous son influence : le trafic d’influence est là pour réparer les choses « abîmées ».
      Cette conférence de presse influe déjà comment se déroule-t-on cette affaire au tribunal ? Et quel verdict devra-être prononcé ? N’est-ce pas lui (le PRM) le Chef suprême de la Magistrature ?
      Un PRM qui tient une conférence de presse de cette envergure veut dire qu’on a affaire à une « AFFAIRE D’ETAT » et non pas une affaire de vie privée ou des faits divers qu’on a l’habitude de lire dans les journaux.

    • 7 mars à 12:16 | Cylab (#9448) répond à Eloim

      « Pas de fumée sans feu », si le PRM monte au créneau, c’est qu’il y a quand même du vrai dans les faits qui sont racontés dans les médias. Si le trafic d’influence est là pour arranger les « choses », à quoi sert de faire une conférence de presse dont personne ne croira au contenu ? Pour éteindre le feu de peur que ça se transforme en incendie.

    • 7 mars à 12:40 | Menalahy (#9072) répond à Gérard

      Le Syndrome Piquemal est arrivé à Madagasikara !

    • 7 mars à 12:43 | Isandra (#7070) répond à Cylab

      « Pour éteindre le feu de peur que ça se transforme en incendie. »

      Au contraire, ces conférences de presse pourraient raviver le feu, car elles poussent les journalistes à approfondir davantage leur investigations comme dans les affaires de kidnapping et Lala Rasendra,...que nous savons tous les suites,...

    • 7 mars à 12:46 | Menalahy (#9072) répond à Cylab

      Ce qui est étonnant, à la lecture de son discours, c’est qu’on dirait que tout fonctionne à la perfection à Madagasikara, que d’énormes efforts ont été déployés et seront encore déployés pour sortir le pays de l’ornière.

      Ce n’est pas ce que j’ai pu constater lors de mon séjour au pays du moramora. Je rentre en France découragé car tous les efforts de coopération entrepris sont dans l’impasse et il faut tout reprendre à zéro, ou presque.

      Mais je dois me tromper ou peut-être est-ce ma mauvaise foi. Rassurez-moi.

    • 7 mars à 13:14 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      dont nous savons tous les suites,...

    • 7 mars à 13:19 | Cylab (#9448) répond à Menalahy

      C’est ce que je dirais l’art de faire croire à tout le monde qu’on est un gentil et que tous les autres ne veulent que du mal.

    • 7 mars à 13:20 | Belakana (#7721) répond à Menalahy

      Bonjour Menalahy,

      Une seule solution (commençons par le début) à tous ces problèmes qui perdurent au pays. Je ne suis pas député, mais j’ai une proposition à soumettre aux forumistes qui est la suivante :

      « Tout candidat à l’élection présidentielle de Madagascar ne doit avoir que la Nationalité Malgache. S’il a la double nationalité (française, américaine ou autre...), il se doit avant de faire campagne de se défaire de cette autre nationalité avec déclaration sur l’honneur de sa renonciation à la nationalité autre que Malgache. Cela doit être inscrit dans la Constitution Malgache. La suppression de cette double nationalité devrait être aussi appliquée aux membres du gouvernement, aux députés, aux sénateurs, aux magistrats, aux hauts fonctionnaires et à tous les officiers supérieurs. »

      Il faudra diffuser cette proposition sur tous les réseaux sociaux existants jusqu’à atteindre la population Malgache et tous les dirigeants actuels. Ma question est simple : faut-il créer un site pour faire signer une pétition afin qu’elle puisse parvenir à l’exécutif et au législatif ?

      Bonne journée Menalahy

    • 7 mars à 13:39 | Menalahy (#9072) répond à Cylab

      Bonjour Cylab,

      Ils nous prennent pour des billes. C’est intolérable.

    • 7 mars à 13:48 | Menalahy (#9072) répond à Belakana

      Bonjour Belakana,

      1) Je ne vois pas trop le lien entre la double nationalité et le sujet dont nous discutons.

      2) Étant moi-même binational mais me considérant comme patriote, je ne vais pas prendre position, pour le moment, car il y aurait conflit d’intérêt.

      Si vous pensez que l’élimination des binationaux des affaires de l’État malagasy va être bénéfique, faîtes-en un slogan électoral.

      Toutefois, vous risquerez de vous couper d’une grande partie de Malagasy binationaux qui n’ont pas l’impression de trahir leur pays d’origine en n’acceptant pas votre suggestion.

    • 7 mars à 14:00 | Cylab (#9448) répond à Belakana

      Manuel Valls, premier ministre français à la double nationalité espagnole et française. Est ce que ça a posé problème lors de sa nomination ?

    • 7 mars à 14:01 | Eloim (#8244) répond à Menalahy

      Des questions sur les APATRIDES n’ont pas encore été résolues à Dago comme ici en France. Cette proposition mérite une mure réflexion, compte tenue de la portée de telle considération dans la nouvelle structure sociétale dotée d’exclusion.

    • 7 mars à 14:10 | FINENGO (#7901) répond à Belakana

      Bonjour Belakana,

      Madagascar
      l’article 42 titre 3 chapitre 1 de l’ordonnance N° 60 - 064 du 22 juillet 1960 « Perd la nationalité Malgache, le Malgache majeur qui acquiert volontairement une nationalité étrangère » n’est pas rigoureusement appliqué On estime notamment à environ 12 000 à 13 000 le nombre de Malgaches résidents à Madagascar et qui possèdent la double nationalité Française et Malgache, le nombre de personnes bénéficiant de la double nationalité et résidents en France est inconnu mais pourrait approcher les 50000.

      Bonne Journée !!!!

    • 7 mars à 14:19 | Belakana (#7721) répond à Menalahy

      Rebonjour Menalahy,

      Je vais m’expliquer autrement. Je n’ai rien contre les binationaux, ils sont aussi patriotes que moi. Ce que je voulais exprimer dans ma proposition c’est ceci : pratiquement, tous les dirigeants malgaches ont la double nationalité, ce qui les protège en cas de corruption, de « sales affaires », etc... Résulta des courses : ils peuvent quitter le pays sans être jugés et jouir de leurs avoirs indûment acquis. Vous avouerez que le cas est fréquent.

      Rien n’empêche les binationaux exilés de rentrer au pays et d’occuper des postes à responsabilités, leur envie de sortir ce pays de la misère doit être leur seul objectif. Ils n’auront plus besoin de leur nationalité « étrangère » qui sert à ces dirigeants précédents et actuels à se réfugier sous d’autres contrées lorsqu’ils ont commis des actions répréhensibles. Cet abandon de l’autre nationalité sera vu d’un bon œil des électeurs.

      Enfin, je vous cite : « Je ne vois pas trop le lien entre la double nationalité et le sujet dont nous discutons. » Mais si Menalahy, il est en train de préparer sa sortie car la maison brûle et devinez par où est la sortie ? Ira-t-il au Canada ou en France ?

    • 7 mars à 14:28 | Dadabe (#9116) répond à FINENGO

      Bonjour Finengo,
      C’est peut-être la loi qu’il faut changer, plutôt que d’exclure des Malgaches de la communauté malgache, d’ici et d’ailleurs. Non ?
      D’autant qu’il s’agit d’une loi de 1960. De l’eau a coulé sous les ponts, depuis...

    • 7 mars à 14:52 | FINENGO (#7901) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabe,
      Je suis entièrement de votre avis. Mais comme disait Belakana à qui je ne pourrais pas non plus donner tort dans sa manière de voir les choses, car pour Beaucoup et surtout ceux qui sont au Pouvoir ici à Madagascar, la double nationalité, leur ouvre des Portes d’évasion à près avoir saccagé le Pays. Alors faudra t-il un jour interdire aux Binationaux d’avoir des hautes responsabilités au sein du Pouvoir au Pays ??? La question est très brulante, car dit Binationaux ne veut pas dire systématiquement des Profiteurs, ni des dépravés.
      Mais je pense que le minimum, serait de bien cadré les fonctions autorisées aux Binationaux de façon à éviter les conflits d’intérêts et d’éventuels échappatoires aux Mauvais serviteurs de la Nation. Bien sure ce n’est que mon Point de vu, qui n’est nullement pas parole d’évangile.

      Bonne Journée.!!

    • 7 mars à 15:08 | vatomena (#7547) répond à Cylab

      La nomination de Valls en France a été celle du prince pas du peuple. . C’est depuis peu que l’ensemble des français sait que Valls a opté pour la nationalité française à 22 ans .Du reste il n’est pas le seul à etre au gouvernement un Français -quelquechose.Ce gouvernement de mixtes a perdu toute popularité en France

    • 7 mars à 15:13 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Menalahy

      Bon retour sur le forum : A voir votre réaction, vous n’avez plus beaucoup de temps à consacrer au forum n’est-ce pas ?

    • 7 mars à 15:13 | Belakana (#7721) répond à Cylab

      Bonjour Cylab. Croyez-vous que si Manuel Valls commettait des malversations (style Cahuzac), il pourrait se réfugier en Espagne sans être jugé en France ?
      Ce n’est pas du tout comparable avec les dirigeants malgaches qui peuvent se réfugier en France, en AFS ou ailleurs. N’est-ce pas ?

    • 7 mars à 15:16 | Menalahy (#9072) répond à Eloim

      Bonjour Eloïm,

      La question de la déchéance de nationalité en France est un écran de fumée si vous analysez le texte proposé par le gouvernement français :

      - 1) est-ce que des personnes qui déchirent leur CNI sont/seront sensibles à cette déchéance alors que d’elles-mêmes, elles se sont exclues de la communauté nationale ?

      - 2) la convention de l’ONU sur les apatrides ne permettra pas à la France d’aller jusqu’au bout de cette déchéance, même si la France n’a pas encore ratifié cette convention,

      - 3) seuls les binationaux seront concernés par cette déchéance de la nationalité. Toutefois, pour pouvoir expulser ce personnes, il est nécessaire que le « pays d »origine" accepte de les recevoir sur son sol. Ce que des pays comme le Maroc refusent de faire. Le problème est donc insoluble.

    • 7 mars à 15:24 | Menalahy (#9072) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Salam aleikoum,

      Merci pour votre accueil de bienvenu.

      Le temps me manque un peu et je viens juste de me remettre de mon séjour un peu chaotique. De plus, je suis déçu par le niveau des articles (contenus, rédactions par les "nouveaux journalistes de MT. com et interventions des forumeurs). Où sont passés Léa Ratsiazo et le grand éditorialiste qu’est Ndimby ?

      Mais ne vous inquiétez pas, je n’ai pas abandonné le forum pour autant.

      Bien à vous.

    • 7 mars à 15:37 | Menalahy (#9072) répond à Belakana

      Belakana,

      Je vous comprends mieux après votre explication justifiée par la fuite de ces corrompus à l’étranger.

      Toutefois, vous devriez aussi penser que ces corrompus ne sont plus à l’abri de la justice internationale. Les derniers procès d’anciens dirigeants africains devraient leur servir de leçon même si ce n’est pas pour demain que cela leur arrivera.

      De plus, je me permets de vous signaler que lorsque je suis en mission à Madagasikara, je suis une interface utile/nécessaire pour que les deux entités (française et malagasy) puissent accorder leurs violons car les exigences des uns ne correspondent pas toujours aux attentes des autres.

      Ce n’est pas une position facile à assumer mais sans cette interface, il n’y a pas de dialogue possible entre les deux parties.

    • 7 mars à 15:53 | Menalahy (#9072) répond à vatomena

      La question de la double nationalité est un faux problème que les souverainistes et les identitaires agitent pour diviser et pour cacher les vrais problèmes.

      Si une personne, quelle que soit sa nationalité, commet un délit ou un crime dans un pays quelconque, cette personne est jugée selon les lois de ce pays. Son appartenance à une autre nationalité ne la protège que d’éventuelles exactions.

      Belakana se contredit en donnant l’exemple de Manuel Valls. D’un côté, Belakana prêche la suppression de la binationalité par peur d’une immunité indue. D’autre part, il prouve que cette binationalité ne protège pas d’une action juridique.

    • 7 mars à 16:04 | Menalahy (#9072) répond à Cylab

      Cylab,

      La question de la double nationalité ne se pose pas de la même façon en France et à Madagasikara.

      Pour les Malagasy, être binational sous-entend double langage, voire trahison de l’une ou l’autre Patrie.

      En France et dans les pays occidentaux, cette suspicion n’existe pas car le binational est loyal envers le pays qu’il sert. Tout en étant fidèle, au moins culturellement, envers son pays d’origine.

      Madame Vallaud-Belkacem utilise-t-elle sa double nationalité franco-marocaine pour favoriser l’Islam ou le Maroc dans l’exercice de ses fonctions ?

      Idem pour Manuel Valls vis-à-vis de l’Espagne.

      Quant à Vatomena qui ose écrire que Manuel Valls n’est pas issu des urnes, c’est un peu méprisant pour François Hollande, élu au suffrage universel, qui l’a nommé à ce poste. D’autant plus que c’est une prérogative du Président de la République Française.

    • 7 mars à 16:06 | Cylab (#9448) répond à Belakana

      Comme pour les familles Ben Ali - Trabelsi (Tunisie) leurs biens seraient gelés ou saisies.

    • 7 mars à 16:20 | Belakana (#7721) répond à Menalahy

      Menalahy, je vous cite : « Si une personne, quelle que soit sa nationalité, commet un délit ou un crime dans un pays quelconque, cette personne est jugée selon les lois de ce pays. Son appartenance à une autre nationalité ne la protège que d’éventuelles exactions. » Sauf qu’à Madagascar, ce n’est pas le cas. Toute personne ayant commis un délit ou des malversations à Madagascar peuvent sortir libre du pays sans être inquiétée. Ce qui n’est pas le cas de Manuel Valls (homme intègre de surcroît), aussi je ne vois pas où est la contradiction ? J’ai cité Manuel Valls car Cylab en a fait état. On ne peut pas comparer la justice française à celle de Madagascar.

      Je vais plus loin : si pour les prochaines élections présidentielles, cette proposition devrait être appliquée, croyez-vous vraiment que les DJ, Hery, Ratsiraka et autres vont se porter candidats ?? La double nationalité est leur seul bouclier afin de consolider et assurer leur avenir (lire : après avoir dilapidé le pays)

    • 7 mars à 16:22 | Albatros (#234) répond à Menalahy

      Bonjour Menalahy,

      « Johnny Hallyday, Gérard Depardieu, Bernard Arnaud, Ziad Takieddine, Didier Ratsiraka, etc...etc... autant d’exemples de ce que je déteste dans la « double nationalité »..... de confort. »

      Doit-on vous ajouter à la liste ?!.

    • 7 mars à 16:28 | Eloim (#8244) répond à Menalahy

      Je ne veux en aucun cas toucher mots sur la loi de déchéance de la Nationalité car ceci montre un fois de plus la précarité du régime Hollande face aux menaces des Djihadistes naturalisés français de souche. Des cas concrets ont été débattus chez nos voisins ici à Drancy, donc partout ailleurs ce fera tache d’huile.

    • 7 mars à 16:36 | FINENGO (#7901) répond à Menalahy

      Bonjour Menalahy,
      Vous dites. Je cite : « La question de la double nationalité est un faux problème que les souverainistes et les identitaires agitent pour diviser et pour cacher les vrais problèmes. »

      Je ne suis pas pas entièrement de votre avis, malgré que dans ce que vous dites il y a une part de vérité, mais qui ne reflète pas le vrai danger dans le contexte purement Politique.
      Au même titre que l’adoption, un enfant adopté est sensé de savoir ses origines, mais personne, même pas un Etat, ne pourra l’obligé d’éprouver de l’amour pour ses vrais géniteurs. Le choix lui est personnel et irrévocable.

      Idem pour l’épouse légale et la maîtresse, le favoritisme de l’homme en vers sa Maîtresse est bien connu de la société, or ce phénomène se perpétue, jusqu’à aboutir à des conflits conjugaux.

      Quand Belakana évoque l’impunité indue, je conçois qu’il a une part de vérité incontestable, dans la Mesure que ça s’est produit plus d’une fois au sein de la Gouvernance du Pays (Madagascar) le Cas de Ratsiraka, Ravalomanana, et de Rajoelina, sans compter leurs entourages. Alors si au Sein d’un Etat les Binationaux ne pourront pas prétendre à certaines fonctions dans les hauts sphères, je pense que ceci pourrait limiter les abus incontrôlables de certaines personnalités qui s’estiment intouchables par le fait d’être Binationaux et la protection qui leur sont octroyé de l’extérieur. Et c’est du déjà vu.

      Comme j’ai dit à Dadabe, ce n’est qu’un point de vu, qui n’a rien d’une parole d’évangile.
      Bonne Journée..!!!!

    • 7 mars à 16:44 | Menalahy (#9072) répond à Albatros

      Bonjour Albatros,

      A notre naissance, nous héritons, en principe, d’une nationalité : celle de nos parents.

      Mais la situation peut évoluer et permettre l’acquisition d’une autre nationalité.

      Cette nouvelle nationalité ne s’exerce de plein droit que dans le pays où on l’a acquis et non dans les deux pays.

      Étant moi-même binational, je n’exerce ma nationalité française qu’en France. Sans cette nationalité française, je n’aurais pas eu accès, à diplômes et à compétences égaux, aux fonctions que j’occupe actuellement. Je considère que c’est une injustice sociale car j’ai usé mes fonds de culotte sur les mêmes bancs que les Français de souche et que parfois, ils n’arrivent pas à mon niveau, toute fausse modestie mise à part.

      Vous pointez à juste titre ceux qui ont une double nationalité pour des raisons fiscales.

      N’oubliez pas qu’il y a des personnes qui ont pris une nationalité supplémentaire pour d’autres raisons. Ne mettez pas tout le monde dans le même sac.

    • 7 mars à 16:46 | Belakana (#7721) répond à Menalahy

      Menalahy,

      En tant qu’interface, avez-vous au moins été entendu et écouté ? Je vous le souhaite. A maintes reprises, lors de mes séjours à Madagascar, j’ai pu m’entretenir avec ces « gens » censés gouverner le pays mais le courant ne passait pas. Pour eux, le matériel passait avant l’intérêt du pays. Lorsque vous avez devant vous des personnes avides du pouvoir, vous pouvez toujours argumenter ce que vous voulez, c’est comme si vous vous adressez à un mur. Et là, j’en reviens au bouclier référencé dans un de mes posts.
      Autres réponses émanant de personnes comme vous et moi :« koa izao ary no izy, koa akory atao ? ». Dia miandry sisa no hatao. Miandry inona ?

      Fehiny :pourquoi les pro MAPAR, HVM et TIM ne réagissent-ils pas sur cette question de binationalité de leur poulain respectif ?

    • 7 mars à 16:55 | Menalahy (#9072) répond à Eloim

      Vous évoquez des problèmes qui méritent de plus amples débats mais ce forum est inadapté pour cela.

      Ce que je reproche à Hollande, ce sont ses erreurs de communication et de stratégie.

      - 1) Le projet de loi sur la travail n’aurait pas connu le tollé actuel si Madame El Khomri n’avait pas, très maladroitement, brandi la menace du 49-3 : signe de la faiblesse de ses arguments.

      - 2) un tel projet de loi aurait été mieux accepté en début de mandat d’autant plus que c’est une réforme nécessaire mais qui met du temps à produire des effets.

      Quant aux djihadistes, qu’ils soient issus de l’immigration ou de la population autochtone, c’est un problème de société et de civilisation. Pour faire un raccourci.

    • 7 mars à 17:11 | liliquilit (#7755) répond à Belakana

      Bonjour Belakana,
      Votre proposition d’ouvrir au débat la question de la double nationalité est tout à fait pertinente. Cela me paraît assez évident qu’un candidat à la présidentielle doit avoir une seule nationalité, celle de son pays, pour les autres fonctions électives (parlementaires), le PM et membres du gouvernement, cela se discute. L’ étendre à tous les hauts fonctionnaires et du dirigeants du pays, cela me paraît un peu excessif. Quoiqu’il en soit, il serait intéressant que les Malgaches débattent de la question.

    • 7 mars à 17:19 | Menalahy (#9072) répond à Belakana

      Ma position n’est pas facile à tenir car les autorités malagasy ne sont pas capables de voir l’intérêt général. J’ai la nette impression qu ceux qui nous gouvernent ne voient pas plus loin que le bout de leur nez et restent dans la position confortable de ceux qui regardent les autres travailler à leur place tout en s’attribuant les mérites des actions.

      Il y a aussi ce fatalisme du « akory hatao » que j’ai compris comme une demande de plus de subvention au lieu de s’adapter à la situation pour aller un peu plus loin.

      Après 55 ans d’indépendance, ils en sont encore à attendre des solutions clés en mains alors que la situation de Madagascar nécessite un « copier-adapter » et non un « copier-coller ».

    • 7 mars à 17:27 | Menalahy (#9072) répond à Belakana

      Ce dont j’ai parlé est inscrit dans les lois malagasy, copiées-collées des lois françaises.

      Mais vous avez tout à fait raison que ce n’est pas le cas à Madagasikara. Pourquoi ? Parce que l’État de Droit n’existe pas.

      Un grand toilettage de nos lois sur la nationalité devrait être une des tâches du prochian gouvernement car si vous lisez le Code de la Nationalité Malagasy, vous vous apercevrez des articles contradictoires sans compter de la non-application dans les faits de certains articles.

      A se demander si les législateurs ont relu leur copie. Ou Pas.

    • 7 mars à 17:37 | Albatros (#234) répond à Menalahy

      Ne vous inquiétez pas Menalahy, je ne mets pas tout le monde dans le même sac !!!.

      Si je regrette, comme vous, qu’en France un étranger puisse avoir plus de mal qu’un français à obtenir certains postes (ce qui est aussi le cas pour les femmes !), ce n’est pas toujours vrai.
      Et cela ne justifie pas la double nationalité.

      Certains dirigeants de grosses boites françaises n’ont pas la nationalité française et cela ne les empêche pas d’exercer leur « talent », si ils en ont.
      La même situation peut se produire à Madagascar. CF : le cas d’Air Madagascar. Si un « étranger » peut sauver cette compagnie, pourquoi pas !.
      Avec toutefois le regret de voir qu’une entreprise nationale (avec des fonds publics !) soit obligée de faire appel à un « étranger » pour résoudre ses problèmes.

      Il en est tout autrement en ce qui concerne les postes « politiques » qui engagent la/les Nation(s) !.
      Exemples :
      - Comment un Président Franco-Malgache peut-il traiter « sereinement » le cas des Iles Eparses ?.
      - Comment un Président Malgacho-Français peut-il accepter de voir une société détruire une partie du sous-sol malgache pour récupérer des roches qui vont servir à bâtir la Nouvelle Route du Littoral à la Réunion ?.
      - etc.... etc....

      En ce qui concerne « l’injustice sociale » dont vous parlez, je suppose que vous êtes conscient qu’elle s’applique aussi pour le français, mono-national, qui voudra occuper un poste dans une entreprise malgache. Même si il est « au dessus » du niveau des malgaches qui postulent au même poste.

      Cordialement

    • 7 mars à 17:38 | Menalahy (#9072) répond à FINENGO

      Bonjour Finengo,

      Loin de moi l’idée d’imposer mes points de vue sur ce forum, je n’ai jamais eu une telle attitude, comme vous devez le savoir.

      Cette question de la double nationalité est une boite de Pandore qu’il ne faut ouvrir qu’avec précaution. Surtout en cette période où l’esprit de Schengen est en péril.

      Ce n’est pas la binationalité qui devrait être mise en cause mais l’application des lois et l’instauration d’un véritable État de Droit.

      Personne, en France, ne soupçonne les membres binationaux du gouvernement français de double jeu envers l’un ou l’autre pays. Parce que l’État de Droit existe en France.

      Le problème se pose à Madagasikara car la double nationalité est utilisée comme un parachute qui permet d’échapper aux lois malagasy.

    • 7 mars à 17:39 | Belakana (#7721) répond à Menalahy

      Menalahy,

      Nous y sommes lorsque vous écriviez : « La question de la double nationalité ne se pose pas de la même façon en France et à Madagasikara. » Je suis parfaitement d’accord avec vous. A Madagascar, les dirigeants s’en servent (de la double nationalité) comme bouclier et arme de guerre. Ils se sentent protégés, immunisés de tout. Donnez-nous le pognon de la CI, mais surtout n’allez pas contrôler l’usage.
      Je dis tout simplement : que cette proposition soit appliquée et nous verrons aux prochaines élections présidentielles si les DJ, HERY, RATSIRAKA et autres vont concourir.

    • 7 mars à 17:39 | Behantra (#9165) répond à Eloim

      Bravo Eloim

      Et je me demande si ce k.onnard de Hery et de son perroquet Florens se rendent bien compte que leur intervention signifie , comme vous le dites si bien : AFFAIRE D’ETAT ?????

    • 7 mars à 17:45 | Albatros (#234) répond à Menalahy

      Pourtant il y en a des solutions Menalahy :

      Voir « Ady Gasy » de Lova Nantenaina.

      http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=231019.html

    • 7 mars à 17:47 | Menalahy (#9072) répond à Albatros

      Il faut distinguer deux situations professionnelles : le privé ou la fonction publique.

      Si j’ai parlé d’injustice sociale, c’est par rapport aux étrangers qui n’ont pas le même statut/salaire que leurs collègues ayant la nationalité française.

      Je n’aurais pas les mêmes fonctions et le même statut si je n’avais pas opté pou la nationalité française. Le fait d’avoir été major de ma promotion et/ou le soutien de mes supérieurs hiérarchiques n’auraient eu aucun effet.

      La question de la double nationalité pour un entrepreneur ne se pose que par rapport à la fiscalité.

      Le problème est plus délicat quand il s’agit de postes au plus haut niveau de l’État car la suspicion de trahison ou de double jeu se pose.

      Toutefois, il faut modérer un peu cette suspicion avec l’exemple des Japonais qui sont devenus des citoyens à part entière dans les pays d’Amérique du Sud.

    • 7 mars à 17:52 | Menalahy (#9072) répond à Albatros

      C’est ce que j’ai appelé « copier-adapter ».

      Les Malagasy ont un esprit de bidouilleurs et un esprit d’entreprise.

      L’État ne fait rien pour développer ces deux qualités. C’est ce qui est regrettable.

    • 7 mars à 17:52 | liliquilit (#7755) répond à Menalahy

      Vous avez raison Menalahy, Madagascar compte de nombreux ressortissants brillants, intègres, dont le niveau de compétence est élevé, le problème c’est que ces ressortissants exercent à l’étranger et la plupart sont binationaux. Un des gros problèmes de Madagascar c’est la fuite des cerveaux. Ceux qui ont la chance de pouvoir faire leurs études à l’étranger préfèrent y mener leur carrière, fonder une famille, se fondre dans la masse. Sans vouloir être méchante (un peu quand même...) ce sont les médiocres qui restent à Madagascar et gouvernent ce pays. Certains Malgaches de l’étranger, par patriotisme, décident de rentrer au pays, mais généralement, ils échouent à réformer le système et se font même broyer par le système.
      La question d’écarter les bi-nationaux de certaines fonctions est légitime et mérite d’être posée. Notamment pour la fonction présidentielle pour des raisons évidentes de conflits d’intérêts. On voit mal, par exemple, un Pdt malgache défendre la question des iles éparses à la tribune de l’ONU si celui-ci a par ailleurs la nationalité française... Mais pour de très nombreux postes, plus techniques, je trouverai dommage que Madagascar se prive de cadres bi-nationaux de très haut niveau qui ne demandent qu’à servir leur pays.

    • 7 mars à 17:54 | Behantra (#9165) répond à Albatros

      Vous m’avez devancé Albatros

    • 7 mars à 17:57 | liliquilit (#7755) répond à Eloim

      La question des apatrides est en train d’être résolue puisque le projet de texte portant Code de la nationalité est actuellement à l’examen à l’AN. Désormais, les apatrides ou enfants d’apatrides nés à Madagascar auront automatiquement la nationalité malgache, et ce ne sera que justice...

    • 7 mars à 17:57 | Belakana (#7721) répond à liliquilit

      Bonjour Liliquilit,
      Hiérarchisons les solutions du problème : commençons par la nationalité unique des candidats aux prochaines élections présidentielles, le reste suivra.

      Bonne journée

    • 7 mars à 18:03 | Menalahy (#9072) répond à Belakana

      Le sujet est brûlant et, en d’autres temps, comme en Octobre, lors des discussions sur les Îles Éparses, nous pourrions nous enflammer. Mais nous sommes entre forumeurs adultes et tout se passe bien.

      Si certaines hautes fonctions éminemment sensibles ne devaient être accessibles qu’à des mono-nationaux, je n’y verrais pas d’inconvénient à condition que d’autres postes dans la Fonction Publique soient tout de même accessibles aux binationaux.

    • 7 mars à 18:10 | Behantra (#9165) répond à liliquilit

      Je vais vous dire Lili

      Quand j’étais encore en activité on m’a proposé d’ètre l’adjoint et
      coordonnateur d’un ministre malagasy

      Quel ne fut mon étonnement lorsque j’ai reçu une ’invitation’ d’un directeur de cabinet d’un ministre des affaires étrangères françaises

      Celui ci m’a carrément demandé de placer des français en fin de carrière dans mon ’équipe’ en stipulant

      Monsieur :vous étes français donc vous avez l’obligation de veiller à ce que ce personnes finissent
      leur carrière dans de bonnes conditions

      Je tiens à vous rassurer Lili , j’ai refusé le poste proposé ... mais je me suis rendu compte que tous les postes à responsabilité à Madagasikara étaient avalisés par la France

    • 7 mars à 18:16 | Menalahy (#9072) répond à liliquilit

      Bonjour Liliquilit,

      Vouloir rentrer au pays pour participer à l’effort de redressement national est au-dessus de mes moyens et de mes forces, pour le moment. Des forumeurs, dont moi-même, avons témoigné, ici même, de nos difficultés à trouver notre place.

      Comme je l’ai écrit, je ne vois pas de mal à ce que certains postes sensibles soient réservés à des mono-nationaux tout en permettant aux binationaux d’accéder à d’autres postes de la Haute Fonction Publique.

      Madagasikara a besoin de tous ses enfants et c’est le moment d’inciter les uns et les autres à apporter son anjara-biriky et non à créer des divisions stériles.

    • 7 mars à 18:28 | Albatros (#234) répond à Behantra

      Bonjour Behantra,

      Permettez moi de citer ce proverbe malgache tiré de ce film :

      « Il n’y a rien de plus résistant qu’un rocher, mais comme il ne dit rien, les oiseaux lui chient dessus ».

      Pour moi le Peuple malgache est très résistant, mais aussi et malheureusement très silencieux....

      et les « oiseaux en costard-cravates » lui ...............

    • 7 mars à 18:33 | Dadabe (#9116) répond à FINENGO

      La question est surtout celle d’une Justice impartiale et sévère, réellement indépendante. Dès lors, les gros criquets devront rendre des comptes où qu’ils soient (c’est une question d’accords entre pays, avec ou sans extradition). En France un binational franco-malgache ayant commis des délits à Madagascar peut être poursuivi en France. Encore faut-il que la justice malgache saisisse la justice française... That’s the problem.

    • 7 mars à 18:40 | liliquilit (#7755) répond à Menalahy

      La question de la binationalité est un vrai problème au contraire car la France et les pays ayant signé les conventions internationales sur l’extradition ne peuvent extrader leurs ressortissants vers d’autres pays pour qu’ils y soient jugés.
      C’est ainsi que Compraoré, qui s’est réfugié en Côte d’Ivoire ne peut-être extradé vers le Burkina Faso pour y être jugé, car la Côte d’Ivoire vient de lui octroyer la nationalité ivoirienne...
      Tout comme Rajoelina, qui s’est récemment réfugié en France et vient d’acquérir la nationalité française, si l’Etat malgache engageait des poursuites contre lui, la France ne pourrait l’extrader s’il se trouve sur le territoire français...
      Là on touche la haute politique, mais ce principe s’applique aussi à tous les binationaux qui peuvent échapper à la justice de leur pays par le biais des conventions d’extradition.

    • 7 mars à 18:45 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      je ne crois pas que souverainistes et identitaires soient dans une opération de division et de cache des problèmes quand ils mettent en cause la double nationalité . ils seraient plutôt dans une opération de vérité et de clarté.Il est certain qu’on préferera toujours savoir avec qui on a à faire dans la vie quotidienne

    • 7 mars à 19:03 | liliquilit (#7755) répond à Behantra

      Bonjour Behantra,

      Je vous crois sur parole, et votre témoignage illustre parfaitement le conflit d’intérêt qui peut se poser pour les bi-nationaux nommés à des postes politiques stratégiques, en France comme à Madagascar d’ailleurs. Cela s’est passé en quelle année ? Car depuis, les choses ont beaucoup changé, les postes d’assistants techniques français ont beaucoup diminué, la plupart ne sont plus fonctionnaires et il devient difficile pour les politiques de placer leurs copains à certains postes.

    • 7 mars à 19:05 | FINENGO (#7901) répond à Dadabe

      Oui Dadabe, votre manière de voir les choses me semble justifier.
      Quand vous dites qu’en France un Binational Franco-Malgache peut-être poursuivi en France. Encore faut-il que la justice Malgache saisisse la Justice Française, là-dessus je n’ai aucun doute. Mais les connivences entre les deux juridictions et les deux Etats, font zone d’ombre à la vraie réalité malheureusement.
      Bonne soirée...!!!

    • 7 mars à 19:19 | liliquilit (#7755) répond à Menalahy

      Tout dépend de ce que vous entendez par fonction publique, vous n’avez pas les mêmes obligations d’allégeance si vous êtes fonctionnaire ou contractuel, il y a des secteurs et des postes plus ou moins sensibles...

    • 7 mars à 20:18 | Turping (#1235) répond à liliquilit

      Liliquit ,
      - L’histoire de bi-nationalité ,sauf pour ceux qui s’incrustent éternellement en France n’a pas d’intérêt de réciprocité .
      - Beaucoup de malgaches ont fui ce pays à cause de la politique menée depuis l’indépendance octroyée sous dépendance (fuite de cerveau contrairement à ce qui se passe au silicon valley),la complicité de la françafrique à travers les multinationales,ce qui démontre aussi le non avancement .
      - La France est un pays de droit ,du droit de l’Homme et n’est pas prête à renoncer pour recevoir les dictateurs de l’Afrique ,et les autres pays où la démocratie n’existe réellement.
      - Sachez aussi que certains bi-nationaux ont renoncé de prendre la France comme un icône ,sauf pour la sécurité sociale ,la santé ,....quelques-uns ,milliardaires ou multi-mullionnaires en ariary s’en sortent beaucoup mieux à Madagascar qu’en France avec des projets bien ficelés ( minoritaires ).C’est aussi ,une émancipation pour créer de richesses sous forme d’ONG , sans trop mouiller dans les politiques ,c’est dommage !

    • 7 mars à 20:19 | liliquilit (#7755) répond à Albatros

      Pour répondre à Menalahy,
      Lorsque l’on fait ses études à l’étranger, c’est pour acquérir des compétences qui bénéficieront à terme à son pays d’origine. Les étudiants étrangers et notamment africains ne sont, sauf circonstance particulière (mariage, vie familiale..), pas destinés à rester en France, y travailler et encore moins à obtenir la nationalité française. Alors demander la nationalité française pour avoir la même chance à l’embauche que des Français de souche me laisse pensive... Etre français, c’est adhérer aux principes et valeurs de la République, se sentir citoyen français à part entière et servir son pays.
      Aussi, je suis d’accord avec Albatros qui pense les difficultés à l’embauche ne justifient pas une demande de nationalité. D’ailleurs, est-ce que les étudiants étrangers à Madagascar obtiennent la nationalité malgache ? non. Les conjoints de malgache ? non. Et pour compléter les propos d’Albatros, la discrimination à l’embauche est beaucoup plus forte à Madagascar qu’en France car pour obtenir un permis de travail à Madagascar, il faut justifier de compétences (diplômes, expérience professionnelle) que n’ont pas les locaux...

    • 7 mars à 20:51 | liliquilit (#7755) répond à Turping

      Bonsoir Turping,
      Je suis d’accord avec vous sur à peu près tous les points. Je tire mon chapeau aux Malgaches qui, après de longues années passées en France, ont décidé de revenir à Madagascar par patriotisme. Ce n’est pas facile pour eux car leurs compatriotes sur place, par jalousie, parcequ’ils ne veulent pas partager le gâteau ou réformer le système, ne leur mettent que des bâtons dans les roues. Paradoxalement, les Malgaches d’origine karana qui font leurs études à l’étranger participent plus au développement de leur pays car ils reviennent investir à Madagascar et bénéficient d’un fort soutien de leur communauté. Là est toute la différence...

    • 9 mars à 17:26 | Tanora Gasy (#9463) répond à liliquilit

      Hoy i liliquilit : ce sont les médiocres qui restent à Madagascar et gouvernent ce pays. Certains Malgaches de l’étranger, par patriotisme, décident de rentrer au pays, mais généralement, ils échouent à réformer le système et se font même broyer par le système.

      Aza mba be vava ry liliquilit fa ze zanakin’ny maitaita sy ny efa manana havana any ivelany no matetika lasa mianatra any fa aza manaratsy ny Tanora tsy mba afaka nanana maitaita ianao.e
      Efa hitampoko hitampirenena fa htr@ 1ère République de izay no niainana teto ka ny maitaita zany hoe taranaky ny mpanao politika maloto sy efa taranaky ny PADESM tany taloha efa lasa tany ivelany (lafrantsa) efa ela no afaka mianatra any refa nanazo le nationalité frantsay hahaha aza mampihomehy.

      Misaora an’Andriamanitra ianareo izay matikambo fa any ampita ireo fa noho ny :
      - Famadihana tanindrazana nataon’ireo razambe nareo izay PADESM ;
      - Fananana Ray amandreny nanao politika maloto teto ka nahazoana harena amin’ny tsy rariny no nahazoanareo nisitraka ny hianatra any ampita ;

      Aza mandatsa ny Tanora Gasy Kely tsy mba nanana izany vintandratsinareo izany.

      Lazaiko fa vitandrasy satria fananana azo tamy tsy rariny sy famadihana tanindrazana no nhatonga anareo tany.
      Tssssssss aza mampihomehy ianao ry liliquilit ohatrin’ny pseudo-nao koa.

      Refa tsy azonao io teny gasy mazava io de maka mpandika teny hahahaha

    • 9 mars à 22:07 | Tanora Gasy (#9463) répond à Tanora Gasy

      Valio amy teny gasy ny famakafakana nataoko eo ambony io ry rajakombazaha isany

  • 7 mars à 10:11 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    « Une machination politique » politique selon le chef de l’état.
    Ils sont très fort ces hommes qui nous gouvernent, un PM qui ne trempait pas, ne trempe pas et ne tremperait jamais dans les affaires de bois de rose et voilà notre PRM qui justifie tout par la machination politique.
    C’est ce qu’on appelle une réaction primaire pour se faire amende honorable car les bois de rose se transforment en espèce sonnante et trébuchante et aucun dirigeant ne peut se prévaloir d’être clean en tant que responsable. Il en est de même de la « machination politique », une explication toute faite pour se dérober d’éventuelle responsabilité car personne n’oserait contredire la parole d’un président de la république, chef de tout et de tous.

    • 7 mars à 10:47 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Sans oublier que les forces du désordre sont la championne toute catégorie des faux rapports :
      - Affaire des quartiers mobile assassinés à Mananjary.
      - ...
      - Et dernièrement la justice populaire à Maroantsetra faisant suite à un vol de bovidé.

    • 7 mars à 12:51 | Menalahy (#9072) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Les crises de paranoïa chronique sur de prétendus mouvements de renversement n’ayant pas marché, on utilise la tactique de l’atteinte ad hominem pour justifier l’injustifiable.

      Remarquons que c’est la méthode adoptée par les politiciens actuellement : Ravalomanana n’a-t-il pas utilisé cet argument pour défendre bec et ongles le pasteur libidineux ?

    • 7 mars à 16:12 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Menalahy

      Nos dirigeants actuels sauraient-ils retenir les leçons laissés par Feu Pierre Bérégovoy, l’ancien PM Français ?

      Voici un résumé de sa prise de responsabilité en tant que PM de François Mitterrand.

      Pierre Bérégovoy et la corruption

      Nommé Premier ministre, Pierre Bérégovoy se présente comme le chantre de la lutte contre la corruption affairiste et politique. Lors du discours de politique générale du 8 avril 1992, qu’il prononce devant l’Assemblée nationale après la formation de son gouvernement, il déclare notamment :
      « [...] Urgence, enfin, dans la lutte contre la corruption. [...] Avec le garde des sceaux, M. Michel Vauzelle, je veux publiquement apporter mon soutien aux juges qui poursuivent la fraude, sans autre passion que le droit. On soupçonne certains hommes publics de s’être enrichis personnellement de manière illégale. S’ils sont innocents, ils doivent être disculpés ; s’ils sont coupables, ils doivent être châtiés ; dans tous les cas, la justice doit passer. [...] J’apporte également mon soutien aux policiers qui travaillent consciencieusement sous le contrôle des juges pour traquer les corrupteurs. [...] Toutes les procédures seront conduites à leur terme, dès lors qu’elles révèleront des actes frauduleux commis à des fins d’enrichissement personnel. [...] S’il est des dossiers qui traînent, croyez-moi, ils ne traîneront plus. [...] Croyez-vous que je prendrais la responsabilité de tels propos devant la représentation nationale — que je respecte — et devant l’opinion publique, si je n’avais pas l’intention d’honorer tous les engagements que je prends devant vous »
      Répondant aux invectives de certains députés, le Premier ministre déclare tout en brandissant un papier :
      « Comme je suis un Premier ministre nouveau et un homme politique précautionneux, j’ai ici une liste de personnalités dont je pourrais éventuellement vous parler. Je m’en garderai bien ! [...] S’il existe encore des élus qui, à quelque niveau que ce soit et à quelque parti qu’ils appartiennent, ne respectent pas les nouvelles règles de financement de l’activité politique, qu’ils le sachent : le gouvernement sera impitoyable »
      Cet incident sera immédiatement repris et commenté par la presse qui, spéculant sur la fameuse liste, conclura au dérapage. Cela déclenche la première polémique qu’il devra affronter.

      à suivre...

    • 7 mars à 16:15 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      ...suite

      Pierre Bérégovoy est, cependant, bien vite rattrapé par le cas de Samir Traboulsi, un financier libanais, ami de la famille qui, depuis 1989, se débat avec la justice dans l’affaire Pechiney-Triangle, un délit d’initié qui semblait mettre en cause également les milieux politiques. Alain Boublil, son directeur de cabinet, est également impliqué et contraint de démissionner. Dès l’instant où Bérégovoy avait été renommé ministre des Finances en 1991, on sait maintenant[Livre 1] que, selon ses propres dires, il avait été littéralement harcelé par l’homme d’affaires qui, ne voulant pas être inculpé par le juge Edith Boizette qui instruisait l’affaire, semblait être en mesure de faire pression sur son ami. Ainsi, au moment où Samir Traboulsi est renvoyé devant un tribunal correctionnel en janvier 1993, il semble qu’il ait averti le Premier ministre qu’il dévoilerait que l’affaire dans laquelle il est incriminé aurait débuté lors du dîner d’anniversaire de mariage du couple Bérégovoy qui s’est tenu le 13 novembre 1988 au restaurant « Chez Edgar » (à Paris)
      Dans le même temps, éclate l’affaire du prêt Pelat, révélée par Le Canard enchaîné, le 3 février 1993. Il s’agit d’un prêt d’un million de francs, sans intérêt, que Pierre Bérégovoy avait reçu en 1986 de Roger-Patrice Pelat, ami intime de Mitterrand, pour l’achat d’un appartement dans le 16e arrondissement, à Paris. Or cet ami, lui-même impliqué dans l’affaire Péchiney, se retrouve au centre d’une autre affaire de corruption, concernant l’entreprise de travaux publics Heulin, du Mans, qui constituera elle-même le point de départ de l’affaire Urba
      En outre, pour ce prêt passé devant notaire et qualifié de légal par la Chancellerie, Pierre Bérégovoy n’aurait remboursé que partiellement la somme due, dont une partie prétendument « sous forme d’objets d’art et de meubles dont on ne connaît ni la nature, ni la valeur »[Presse 2]. Interrogé par Le Canard enchaîné, Pierre Bérégovoy, après avoir rappelé qu’il avait« jusqu’à 1995 pour rembourser », déclare qu’« après le décès de [Roger] Patrice Pelat, le solde a été réglé par anticipation » mais l’enquête judiciaire n’en atteste pas et révèle l’ampleur des relations en cause.
      Ainsi le juge Thierry Jean-Pierre, qui instruit cette affaire complexe, découvre non seulement le prêt Pelat, mais aussi les nombreuses libéralités accordées à la famille Bérégovoy : ainsi la prise en charge financière par Roger-Patrice Pelat de vacances du couple Bérégovoy, entre 1982 et 1989 ; les versements d’argent effectués à Lise Bérégovoy, l’une des filles du Premier ministre, pour qui Pelat se portait également caution auprès des banques pour des emprunts répétés ou encore des billets d’avion gracieusement offerts à la jeune femme. Le juge Jean-Pierre met également en lumière la persistance de découverts bancaires jugés « faramineux[Livre 1] » accordés par la SDBO, la filiale du Crédit lyonnais, aux membres de la famille Bérégovoy. Apparaît ainsi un découvert de 199 737,20 F au mois d’avril 1993. Puis, de nouveau, on trouve la trace de prêts d’argent aux membres de la famille Bérégovoy, notamment à sa fille Lise, de cadeaux à son épouse Gilberte, ainsi que des aides ponctuelles consenties à Pierre Bérégovoy entre 1986 et 1988[Livre 1].

      à suivre...

    • 7 mars à 16:20 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Toute histoire a une fin et voici la sienne :

      Aucune action judiciaire n’est engagée contre lui et rien ne dit qu’il y avait matière mais, à la veille d’une défaite électorale annoncée, le Premier ministre, qui se voulait exemplaire au point de prendre la tête d’une croisade contre la corruption, apparaît politiquement miné par ces affaires.
      Un mois après avoir quitté Matignon, Pierre Bérégovoy est découvert, par son chauffeur et garde du corps, inanimé près de Nevers le 1er mai 1993, sur la berge du canal de la Jonction, le ministre ayant demandé aux deux hommes de le laisser seul pour se promener sur le chemin de halage[8]. L’enquête déterminera qu’il s’est suicidé.
      Retrouvé gravement blessé à 18 h 15, il a été victime d’un traumatisme crânien causé par un tir de revolver sur sa tempe droite. Les pompiers de Nevers, prévenus par téléphone à 18 h 18, arrivent sur place vers 18 h 22. D’abord transporté à l’hôpital de Nevers, le médecin prononce son décès à 22 h 15 dans l’hélicoptère chargé de l’emmener à l’hôpital du Val-de-Grâce[9].
      Ses obsèques ont lieu le 4 mai à Nevers, en présence du président de la République et d’autres personnalités politiques françaises[Presse 3]. Il repose dans le cimetière Jean Gautherin de Nevers[10] sous une dalle de pierre brute sur laquelle est inscrit : « Parti ? Vers où ? Parti de mon regard, c’est tout »[11].
      L’enquête de police a conclu, de manière formelle, au suicide de Pierre Bérégovoy au moyen de l’arme de service de son officier de sécurité.
      Le Nouvel Observateur, dans son édition du 1er mai 2008[Presse 3], indique :
      « L’enquête de police a conclu à un suicide. Ses proches le décrivaient comme dépressif depuis la défaite de la gauche aux législatives de mars 1993 et la polémique à propos de l’achat d’un appartement à Paris grâce à un prêt à 0 % consenti par Roger-Patrice Pelat, un proche de François Mitterrand. »
      De son côté, Le Monde signale dans son édition datée du 4 mai 1993[Presse 4] :
      « [...] Pour toute décision importante, Pierre Bérégovoy réfléchissait longtemps avant de prendre une option et, une fois son choix arrêté, il s’y tenait et allait jusqu’au bout. Tel semble aussi avoir été le cas pour sa décision de mettre fin à ses jours. C’est la conclusion unanime à laquelle sont arrivés, dimanche, les proches collaborateurs de l’ancien Premier ministre, qui l’ont accompagné, pendant dix ans, à la municipalité de Nevers. »

      François Mitterrand, président de la République en exercice, a déclaré lors des obsèques de Pierre Bérégovoy :
      « [...] Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme et finalement sa vie, au prix d’un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de notre République, celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous. L’émotion, la tristesse, la douleur qui vont loin dans la conscience populaire depuis l’annonce de ce qui s’est passé samedi [...] lanceront-elles le signal à partir duquel de nouvelles façons de s’affronter — tout en se respectant — donneront un autre sens à la vie politique ? Je le souhaite, je le demande et je rends juges les Français du grave avertissement que porte en elle la mort voulue de Pierre Bérégovoy. »

      Michel Charasse est allé dans le même sens :
      « Je serais juge ou journaliste, je ne dormirais pas bien ce soir. [...] Il a été accablé par une injustice personnelle insupportable. Depuis deux mois, il suivait un chemin de croix épouvantable[Presse

    • 7 mars à 16:27 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Madagascar n’est certes pas la France mais à force de parler à tort et à travers, l’histoire retiendra toujours des enseignements pour la postérité d’autant plus que les écrits restent contrairement aux paroles qui peuvent d’envoler.
      Merci à Wikipédia de nous avoir permis de retenir de telles leçons de responsabilité, d’honneur et d’humilité.

    • 7 mars à 16:35 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Lire ...s’envoler.

    • 7 mars à 19:49 | Turping (#1235) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Finalement ,Pierre Beregovoy s’était flingué en tirant une balle dans la tête le jour du 1er Mai 1993 pour démontrer une partie de son innocence ,car il avait fait bénéficier aussi de faveur à ses amis ,....
      - C’est vrai que trop de charges ,de chefs d’inculpations derrière lui ,....comme la plupart des Hommes politiques français .Sarkozy en est un exemple vivant avec l’affaire Bygmalion,financement occulte de la campagne présidentielle par Liliane Bettencourt ,la milliardaire ,puis Kaddhafi éliminé ,assassiné ,...
      - La différence même si le copinage existe toujours entre les politicards français de tendance droite ,gauche ,la justice fait quand même son boulot.

  • 7 mars à 10:27 | Eloim (#8244)

    Salama daholo,
    Mba manontany tena aho lehireto e, fa mba de nanao ahoana loatra re ity filohan’ny Malagasy rehetra ity no dia nanao valan-dresaka momba ny fianany manokana tahaka io ?
    Dia mitovy lenta amin’ny fitondrana firenena ve ny zava-miseho amin’ny fiaim-piainam-pianakaviany mahakasika ny zanany lahy. Raha ny fantatra mantsy dia tsy miray monina ry zareo. Manana ny anton’asany rahateo ny zanany sady efa feno taona sy mahaleontena amin’ny fiainana koa.
    Tsy tokony ny mpisolo vava na olon-kafa ve no tokony hiteny amin’ny toe-draharaha tahaka itony fa tsy tokony ho ny filoha akory. Tsy raharaham-pitondrana rahateo io lazaina fa mahavoakasika an-janany io.
    Amin’ny ankamaroan’ny olona dia efa fisalovanana sahady ny raharaham-pitsarana io valan-dresaka nataon’ny filoha io raha toa ka efa misy fitoriana any amin’ny fitsarana. Noho izany dia am-poizina fa araka ny voalazany koa ny didy mety hivoaka amin’izany.
    Fantaro koa fa ny Zandary ao Analamanga no nanao ny fanadihadiana ary nilaza am-pahibemaso sahady ny tsy fisian’ny porofo momba ny vonoan’olona sy ny fandraisan’anjaran’ny zanaky ny filoha tamin’io raharaha io.
    Ny manahirana amin’ity raharaha ity koa dia ny fidiran’ny resaka foko izay manasarotra ny raharaha raha toa ka misy teny tsy voahevitra manasoketa fahatany sy maniratsira ny fihavian’ny olona tafiditra amin’izao raharaha izao. Dia ho voizina ve ny adim-poko ? Ka hitondra inona eto amin’ny firenena ny fivoizana korontana izay manampy trotraka indray ny fahasahiranana efa lalimpiaka ? Dia tsy hisy mihitsy ny fandrosoana ao anatin’izany rehetra izany. Fifampihantsiana hatrany mantsy no miseho lany eo amin’ny fitantanam-panjakana, izay hahitana vahavoazana raha tsy ny voalohany dia ny faharoa hatrany. Dia ho hita eo ny tohiny.

    • 7 mars à 11:39 | bebera (#8478) répond à Eloim

      Ny zavatra mahavariana dia ity : nahoana no efa ho herinandro taty aoriana vao nanao valandresaka tamin’ny mpanao gazety ny PRM fa tsy ny andro nivoahan’ny zava-nitranga tany Anjozorobe iny ?
      Ary maninona koa no tsy ny zanany no namaly fa ny rainy nefa efa lehilahy lehibe io zanany io na tsy teto an-toerana aza ?
      Fanontaniana apetraka daholo izany ka miandry izay ho tohiny.

    • 7 mars à 12:01 | Isandra (#7070) répond à bebera

      Satria vao nanomana izay hotenenina, ary koa namafa izay azo nofafana,...

    • 7 mars à 12:56 | Menalahy (#9072) répond à Eloim

      Le Président joue au pompier pour éteindre l’incendie car il y a trop d’affaires malodorantes qui impliquent son entourage immédiat. Comme cela commence à faire tâche d’huile dans l’opinion publique, il hausse le ton.

      Mais il a tort car il ne produira qu’un effet Streisand. L’affaire Lala Rasendrahasina en est l’illustration récente.

    • 7 mars à 14:39 | Dadabe (#9116) répond à Menalahy

      Bonjour Menalahy !
      Voilà un bon bout de temps que je n’avais eu le plaisir de vous lire... Je vous salue depuis Antsirabe où je séjourne depuis quelques semaines déjà après un très bref séjour à Morondava où la mer et la plage sont bien trop « maloto » pour moi (et les autres !).
      Au fait, qu’est-ce que le « syndrome Piquemal » ? Je vois le rapport avec Calais et la chasse aux migrants mais, avec Mada et son président, je m’interroge. Bonne journée et peut-être à ce soir si l’orage n’éclate pas !

    • 7 mars à 15:14 | Eloim (#8244) répond à Menalahy

      Ce qui m’a fait tiquer quant à l’attitude du PRM d’organiser une telle conférence de presse c’est que cette affaire fait partie d’un fait divers alors que le PRM a voulu surdimensionner cette banalité comme une affaire de la plus haute importance au pays.
      Est-ce que quelqu’un a déjà posé la question QUAND est-ce qu’un PRM ORGANISE une conférence de presse de telle envergure ? Que cela relève de la plus haute importance comme déclaration ou de nouvelles faisant foi d’engager l’Etat ou concernant toute la population malgache ?
      Alors, à vrai dire il se porte en « défensive » tendant à influencer la tenue ou le déroulement du procès, car des requêtes à l’encontre de son fils ont été intentées auprès de la cour dont aucune précision sur un tel lieu n’a été révélée.
      Certains forumists ont voulu relever la notion de séparation de pouvoir dans cette affaire mais en toutes connaissances des choses, qui plus est lui-même le Chef Suprême de la Magistrature, alors que faire ? Une question sans réponse ? ou c’est déjà la réponse à une telle question ? Enigme !

    • 7 mars à 16:13 | Menalahy (#9072) répond à Dadabe

      Bonjour Dadabe,

      Je rentre d’une mission à Madagasikara et je ne pouvais pas participer au forum avec des journées de 10-12 heures.

      Ce que j’appelle « syndrome Piquemal » c’est le changement de versions dans une même affaire.

      Ce général de mes deux a bien hurlé des propos enflammés et incendiaires avec le porte-voix des forces de l’ordre.

      Mais quand il a tâté de la garde à vue, il a perdu ses cojones et il a prétendu qu’il voulait aller à une autre manifestation : il s’est trompé de manifestation quoi.

      Comme ce cher pasteur qui s’est trompé de lieu d’évangélisation et de trou...

      Ou ce Président qui donne une autre version de faits largement répandus dans les journaux.

    • 7 mars à 16:23 | Menalahy (#9072) répond à Eloim

      A la décharge du Président bien-aimé, il n’a pas organisé une conférence de presse : il a profité de la venue des maires du Vakinankaratra pour faire son auto-congratulation habituelle et pour défendre l’honneur (perdue ? ) de sa famille attaquée (injustement ? ) dans des affaires de prévarication et d’abus de position dominante.

      Selon l’adage « qui s’excuse, s’accuse », il est en train de créer ce qu’on appelle « effet Streisand » (à voir sur Google pour ceux qui ne savent pas ce que c’est.

      A mon avis, cette affaire va se terminer en eau de boudin comme l’affaire des 3 millions d’euros.

      Avec ça, nous pouvons toujours nous plaindre d’ingérence dans nos affaires intérieures quand des ambassadeurs ou des entités internationales nous mettent notre nez dans notre KK.

    • 7 mars à 18:39 | Dadabe (#9116) répond à Menalahy

      Bonsoir Menalahy,
      Merci pour cette réponse. Depuis un bon mois je ne suis l’actualité française que du bout du nez... Échanges très intéressants, aujourd’hui (je viens de parcourir les divers écrits après un après-midi assez occupé. A plus tard !

    • 7 mars à 18:55 | vatomena (#7547) répond à Menalahy

      Supposition — Ce Piquemal est un français dans la légion étrangère . Il n’est pas un étranger .Comme tout officier dans l’armée française il n’a pas droit à la parole . Il est homme d’obéissance . Il appartient à « la grande muette » ;Le vieux réflexe d’obéissance l’a rattrapé .Il s’est dédit . Il a fait amende honorable ; Ce n’est pas glorieux .

    • 7 mars à 19:27 | FINENGO (#7901) répond à vatomena

      Bonsoir Vatomena,
      On pourra tout dire au sujet du Général Piquemal.
      Il n’est pas un étranger quoiqu’il a servit à la Légion étrangère.
      Le droit de réserve et l’obéissance n’est valable que pendant l’exercice de ses fonctions.
      Etant à la retraite, sa sous-mission au droit de réserve et l’obéissance n’a plus effet, il a le droit de parole comme tout citoyens lambda, et il assume toutes les conséquences de ses gestes et de ses faits, par rapport aux lois de la République. Et je le dis en ayant une bonne connaissance du Milieu. Ce n’est pas le Premier Général de France qui aurait clamé haut et fort ce qui lui semble critiquable et inconcevable. Que ceci soit critiquable ou voir intolérable pour certains, c’est à chacun d’avoir son jugement qui n’engagerait lui-même.

      Bonne soirée..!!!

    • 7 mars à 20:22 | DIPLOMAT (#846) répond à Menalahy

      Ce que vous écrivez ici est absolument inexact. Vous jouez le jeu d’une presse aux ordres. Bête et lobotomisée.

      Le général de corps d’armée Mr Piquemal a souhaité manifester pacifiquement afin de dénoncer l’ innommable qui perdure depuis 10 ans , dans l’indifférence des autorités de la situation des habitants de Calais qui subissent une invasion de 4000 immigrants (chiffres officiels mais il y en a probablement le double) des environs de la ville.
      Cette manifestation n’avait pas obtenu l’autorisation de la préfecture .
      Je rappelle ici que le Général manifestait en civile , mais qu’il n’est pas à la retraite, malgré son âge de 75 ans .

      Afin de mieux cerner le personnage et ne pas tomber dans la caricature voici le parcours de ce Génaral :

      Agé de 75 ans, il a occupé de hautes fonctions : membre du cabinet militaire de trois premiers ministres socialistes au début des années 1990 (Michel Rocard, Edith Cresson et Pierre Bérégovoy), il a dirigé la Légion étrangère entre 1994 et 1999 avant de prendre pendant dix ans la présidence de l’Union nationale des parachutistes (UNP), jusqu’en 2014.

      En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/02/08/le-general-piquemal-pourfendeur-de-la-decadence-de-la-france_4861543_3224.html#72Kgey3hP8JhHujo.99

      Ensuite vous écrivez qu’il a hurlé des propos incendiaires à l’égard des forces de l’ordre :

      C’est complètement faux : Il avait demander au militaire de respecter l’hymne nationale en se mettant au garde à vous , comme tout le monde pendant ce chant patriotique . Je laisse à chacun le droit de se faire une opinion en regardant le film de l’arrestation.

      https://www.youtube.com/watch?v=Jy0n_pEyB_E

      Et de recevoir le soutien d’autres généraux en particulier le général Bruno Dary, ancien commandant de la Légion étrangère comme Piquemal, et lui affirme son soutien. Il cite Antoine de Saint-Exupéry : « Puisque je suis l’un d’eux, je ne renierai jamais les miens quoi qu’ils fassent : je ne parlerai jamais contre eux devant autrui ; quoi que je pense alors sur eux, je ne servirai jamais de témoin à charge ! » Il salue un « homme de caractère et de convictions » qui « traduit une exaspération réelle dans le pays ». « Son arrestation est un geste maladroit, ambigu et inopportun », conclut-il.

      Et de conclure sur cette article d’AGORAVOX où d’ailleurs intervient d’ailleurs régulièrement un brillant journaliste : Sylvain Rakotoarison

      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-scandaleuse-arrestation-du-177421

      La France marche sur le tête : Voici un pays qui est INCAPABLE d’arrêter 6000 migrants en situation irrégulière sur son territoire , qui occupent en toute illégalité les environs d’une ville , en attendant de se rendre un jour en Angleterre, et voici donc une France qui préfère arrêter un citoyen , Général de surcroît parce qu’il a pris un porte voix pour dire ce qu’il pense de la situation ...

      Cette situation est une honte. Honte de recevoir des immigrés et de ne pas pouvoir les recevoir dignement , Honte d’arrêter un général qui dénonce cette situation .

      La vérité est qu’un jour ou l’autre tôt ou tard, cela finira très mal, et les seuls fautifs seront les gouvernements successifs qui ont pêché par MANQUE DE COURAGE ET DE FERMETE.

    • 7 mars à 20:33 | vatomena (#7547) répond à FINENGO

      Il n’a pas été glorieux dans cette occasion. Est ce qu’il terni son grade et sa carrière ?C’est à ses pairs de le dire...
      Bonne soirée aussi

    • 7 mars à 21:10 | FINENGO (#7901) répond à vatomena

      Re Bonsoir Vatomena,
      Je peux vous le dire et vous le garantir et vous affirmer que le Milieu Militaire lui porte tous soutiens, y compris ceux qui sont encore en activité..
      Bonne soirée !!!!

  • 7 mars à 11:23 | Isandra (#7070)

    Qui dit la vérité parole contre parole,...?

    Le Commandant de l’Emmoreg, le Général Florens Rakotomahanina a déclaré que « D’après les résultats du recoupement effectué sur place, le fils du président Hery Rajaonarimampianina, Matthieu Rakotoarimanana n’était pas présent au gisement de pierres précieuses de la Commune de Marotsipohy à Anjozorobe dans la journée du 22 février »

    Tandis qu’on peut lire sur l’extrait d’un article de LGDI :

    "Pour rappel, le 21 février dernier, maître Randrianasolo Rodolphe accompagné de Mathieu fils de Hery Rajaonarimampianina, d’une équipe de gendarmes et d’une équipe de militaires sont venus à la carrière de cristal d’Ankaraoka Anjozorobe, muni d’un papier ordonnant les mineurs de quitter les lieux. Après le refus de ces derniers, qui étaient là légalement selon la loi, le maître a insisté en précisant qu’ils sont venus sous l’ordre direct du président de la république.
    ..........................
    Cette histoire témoigne bien de l’abus de pouvoir et des vols flagrants qui règnent dans ce pays. Les activités illicites des hauts dirigeants ont coûté la vie à un homme. Les témoins de la scène tiennent à préciser que les gendarmes n’ont rien à voir avec cette fusillade. Ils ont refusé de tirer sur des gens non armée et le fils de Rajaonarimampianina a affirmé « Ne faites rien si vous n’osez pas car j’ai déjà mes soldats. » et ce sont eux qui ont tiré. »"

    L’énigme pourrait s’éclairer sur ces dernières phrases,...pourquoi les gendarmes n’ont pas vu la suite de l’événement, parce qu’ils sont parti et n’y sont retourné que lendemain.

  • 7 mars à 12:46 | liliquilit (#7755)

    Actuellement, le petit microcosme politico-médiatique malagasy est mobilisé par les prochaines nominations aux postes diplomatiques qui devraient assurer une retraite en or aux heureux bénéficiaires et une rente non négligeable à leurs proches. Une autre opportunité de se recaser serait de provoquer un remaniement ministériel, il est temps de changer les équipes, « à notre tour de manger » hurlent les chacals... D’où la pression maximale exercée sur la Présidence, les opérations de déstabilisation, les polémiques sans fin relayées par la presse... Et pendant que ce petit monde règle ses comptes, se noie dans les futilités, les vrais problèmes du pays sont passés sous silence... Pathétique !

  • 7 mars à 12:56 | DIPLOMAT (#846)

    La justice devrait d’urgence convoquer pour une audition, les gendarmes , les employés, les témoins directs, l’huissier et enfin examiner les alibis du fils du Président.

    Mais comme notre justice est archi-indépendante, mais corruptible , il ne ressortira rien de cette affaire, car JAMAIS un juge n’oserait mettre en évidence la culpabilité du fils du 1er magistrat du pays. Fô pas deconner.
    Faux témoignage donc en perspective, manipulations, intimidations, et fausses déclarations seront donc au programme.
    Après tout, il y aura toujours UN ou DEUS abrutis du type Betoko, qui vous diront au bout que la procèdure a été respecté !

    Au fait de procèdure Betoko : Le régiment CAPSAT, a t-il jouer un rôle dans la prise de pouvoir de Mr Rajoelina ??

    • 7 mars à 13:29 | Cylab (#9448) répond à DIPLOMAT

      Il ressortira de cette audience que ce sont des artificiers de la carrière qui ont fait péter la roche, que les gendarmes ont été alertés et sont venus pour constater les dégâts et homme porté disparu. Le huissier lui était de passage pour un autre constat et s’était arrêté par curiosité...

    • 7 mars à 14:19 | DIPLOMAT (#846) répond à Cylab

      Et beh voilà ! Le scénario est tout trouvé ;)

      Je me pose même la question de savoir, si par hasard ce ne serait pas les mineurs qui en tirant sur la gendarmerie n’aurait pas vu l’un d’entre eux se jeter sur une balle, qui avait ricoché sur une pierre !

    • 7 mars à 14:32 | Dadabe (#9116) répond à DIPLOMAT

      Bonjour Diplomat,
      Hypothèse audacieuse, comme souvent, mais intéressante. Faudrait nommer une commission d’enquête avec des notes de frais « ad libitum » et le renfort de gros 4x4x V8. Selon toute vraisemblance, la vérité sortira toute nue (ce qui, avouons-le, est également assez audacieux).

    • 7 mars à 15:11 | Cylab (#9448) répond à Dadabe

      Une commission d’enquête avec un parti pris d’avance ? Ce serait de l’argent parti en fumée aux frais du contribuables.

    • 7 mars à 15:29 | olivier (#7062) répond à DIPLOMAT

      MDR

      Le cesar du scénario tropical est décerné à DIPLOMAT !

      merci pour ce moment LOL

    • 7 mars à 15:38 | DIPLOMAT (#846) répond à Dadabe

      Le soucis avec la commission d’enquête même indépendante (car j’ y avais pensé), c’est qu’on ne peut pas entendre les témoins tans que l’affaire n’a pas été jugé ! Sauf à ce limiter à un champ purement fonctionnel loin des faits qui ont donné lieu à une poursuite.
      Ainsi l’affaire Cahuzac qui a vu apparaître une commission d’enquête parlementaire n’avait pas pour but de prouver la culpabilité de Mr Cahuzac qui n’a toujours pas été jugé (le bougre) , mais pour mettre en évidence les dysfonctionnements de l’administration et éventuellement de l’exécutif !
      Ainsi , la commission d’enquête avait souhaité entendre le 1er Ministre Mr JM Ayrault afin de faire la lumière sur une fameuse réunion informelle impliquant le Président, Mr Moscovici, et Monsieur Cahuzac. Bien que Monsieur Moscovici ait bien reconnu les faits , Monsieur CAHUZAC avait fait valoir « un trou de mémoire » , quant à Mr AYRAULT, la majorité parlementaire ayant refusé qu’il aille témoigner et enfin Hollande en tant que Président ne peut être entendu, sauf s’il le demande (ce qu’il s’est bien gardé de faire) .

    • 7 mars à 15:46 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à DIPLOMAT

      Bonjour,

      Votre question se pose après ou avant la démission du chef suprême des armées de l’époque ?
      Si c’était avant sa démission, il serait le mieux placé pour y répondre mais pas notre ami Betoko.
      Si c’était après sa démission et sa passation de pouvoir aux plus hauts gradés de l’armée, il faudrait poser la question à ces derniers.

      Je me permets d’enlever ce fardeau qui vous taraude tous les jours sur ce forum.

    • 7 mars à 17:18 | DIPLOMAT (#846) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Très bien ,
      Primo : vous n’êtes pas obligé de me lire ...
      Secundo : selon vous , seul le Président Rav8, chef suprême des armées, peut le dire . Vous vous n’avez donc pas d’opinion sur le rôle du CAPSAT ? Vous n’avez rien vu, rien entendu ! C’est cela ?

    • 7 mars à 18:35 | Dadabe (#9116) répond à Cylab

      Je plaisantais, of course.

    • 7 mars à 18:51 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à DIPLOMAT

      Il y avait pire (coup de feu suivi de mort et blessures d’hommes) durant la transition avec les affaires du camp de la gendarmerie de Fort DUCHESNE et de la BANI Ivato mais le chef suprême des armées avait pris sa responsabilité et tout est rentré dans l’ordre sans sa démission.

    • 7 mars à 19:24 | DIPLOMAT (#846) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Je vois ...
      Vous souhaitez vous mêlez de mes affaires avec Betoko, qui nie le coup d’état de 2009, d’où ma question sur le rôle du CAPSAT afin de lui faire prendre conscience de son ineptie, et vous vous me parlez d’autre chose encore ... avec FIGN et le BANI ... Quelle rapport avec le coup d’état ?

      Et dire que vous vous présentez comme le type le plus clairvoyant sur la religion et le mysticisme en faisant du prosélytisme islamique sur ce site ... ce n’est pas gagné.

  • 7 mars à 13:37 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    Avec la situation floue et incongrue sur le sujet, les prophètes et autres voyantes, qui pullulent actuellement à Madagascar, vont apporter leur versions des faits tout en annonçant l’apparition imminente de miracles à la pelle.

    Mais d’autres versions pourraient aussi voir le jour : ...c’était pas le fils qui y était présent mais le petit-fils, et il n’y avait pas de coup de feu mais un coup de foudre, et les mineurs ne sont pas des malagasy mais des comoriens de passage, c’est pourquoi le président comorien était venu sur place, et les enquêtes menées d’une main de maître ont conclu que ce ne sont même pas des comoriens mais des lolovokatra...

    Et entre temps, la dame vêtue de robe noire perchée du haut de ses pouvoirs de jugement reste muette, et continue toujours avec sérénité de vaquer à ses occupations.... en louant ses services au plus offrant...

    • 7 mars à 21:01 | Turping (#1235) répond à Vohitra

      L’incongruence,l’ami dans cette affaire l’ami c’est que la justice si elle existe est instrumentalisée par le pouvoir .Avec le pouvoir de l’absolutisme ,le pouvoir a la mainmise sur les institutions bidons,les militaires ,....on essaie de cacher la vérité.
      - N’en déplaise à ceux qui ont la vision idolâtrique pour ou contre untel,....ce fait nous démontre un rituel à la malgache ,de mentalité néo-colonisée y compris chez la souche diasporique ,une mutation génétique pour ne pas dire p.ourriture sans généraliser ,mettre tout le monde dans le même sac (les francs maçons existent partout).
      - La congruence ,en faisant allusions mathématiquement à la division euclidienne existe .Aristote et Platon parlaient également de la JUSTICE pour que celle-ci soit faite pour éclaircir la situation .La problématique vient de là avec le pouvoir de ’absolutisme où l’affaire de l’état devient une affaire personnelle.
      - 

  • 7 mars à 16:24 | diego (#531)

    Bonjour,

    Et voilà ce que cela donne quand un pays n’est pas gouverné. Les bruits courent vite. Le président devrait le savoir pour prévenir sa famille des risques, car d’une manière générale :

    - c’est toujours le père qu’on cherche à atteindre. C’est vieux comme Hérode.

    Encore et toujours, si le président avait su mettre en place, dès le lendemain de son élection, un gouvernement d’Union National, dont l’une des priorités, aurait été de mettre en ordre les Institutions du pays, et de remettre l’ensemble des pouvoirs publics au centre de gravité de la vie politique :

    - nous ne serions peut-être pas là aujourd’hui.

    Le président perd du temps inutile, il n’a pas été élu pour défendre son fils, cela peut se comprendre, mais pour défendre les intérêts de la Nation, redémarrer l’économie et mettre de l’ordre à la tête de l’État :

    - ce qui n’est absolument pas le cas ce jour !

  • 7 mars à 17:49 | diego (#531)

    Bonjour Ibalitakely,

    Je vous réponds ici......et je tiens à vous dire que j’ai trouvé bien ce que vous avez écrit hier, même si votre réponse a été un peu impromptu, voir méprisant, pas très sympa, je n’en plains pas......je le constate c’est tout, et je ne suis pas en sucre. Mais vous savez, Antsiranana est compétent et je connais bien mes affaires et je peux expliquer en long et en large ce que j’avance TOMPOKO, côté réglementation et connaissance aéronefs, je suis à jour......pas de place pour une improvisation dans mon monde !!!

    Qu’est-ce que je vous ai écrit hier, « À mon sens, vous êtes la seule personne qui touche de près aux problèmes auxquels Air Mad et d’autres compagnies sous contrôle de l’État malgache doivent faire face à Madagascar ! » voilà. J’ai trouvé que vous avez dit des choses justes !!!!

    Et vous m’avez répondu ceci « Dis pas n’importe quoi Antsiranana, les extinteurs à poudre et à dioxyde de carbone sont depuis très bien lgtps prohibés en aviation, pour ce dernier par ex une fuite d’une bouteille CO2 n’est point détectable entraînant l’asphyxie des personnes à bord, et il y a des mandatory AD ou airworthiness directives relatant tout cela. »

    Parce que j’ai donné un exemple dans lequel une compagnie aérienne pourrait ne pas respecter des normes et des recommandations de l’ICAO ou OACI dont la punition pourrait allant d’un petit rappel ou interdiction, qui pourrait devenir une casse tête administratif et lourde un cauchemar financier pour les petite et moyenne compagnies.

    J’ai pris comme exemple l’Équipement de secours en incendie. J’ai dit et je répète, il existe 4 classes de feux :

    - classe A, feux des matériaux solides, bois, carton, tissus, etc...

    - classe B, feux de liquides inflammables, hydrocarbures, solvant, acétone, graisses, huiles, peintures...etc...

    - classe C, feux de gaz comme le méthane, propane, butane, hydrogène, acétylène....

    - classe D, feux de métaux, feux dits spéciaux ou particuliers impliquant des matériaux comme le sodium, magnésium, aluminium, uranium, lithium, etc...

    Pour justifier ce que nous avançons, toucher quelques mots sur les matériaux qui constituent les cellules et systèmes des avions :

    - ce sont des alliages légers et des matériaux composites, à base d’aluminium, silicium, magnésium, titan, zinc, manganèse, cuivre et nickel.....

    D’où la présence des principaux agents extincteurs utilisés en aéronautiques comme :

    - les extincteurs à H2O, à dioxyde de carbone CO2, à composants halogénés, Halon, Extincteurs BCF et les extincteurs à poudre....pour lutter contre l’incendie à bord.

    Je reçois deux à trois fois par an de formation dans sens pour suivre l’évolution au même titre que l’évolution de formation en équipage plus exactement les facteurs humains.

    Il faut connaitre la toxicité de ces produits contre l’incendie, c’est une évidence, il faut savoir comment l’utiliser. Et bien évidemment, tout comme mes collègues et la majorité des pilotes en services en occident par exemple, on est sensibilisé sur les changements :

    - nous savons, nous sommes avertis que les extincteurs CO2, peuvent être utilisés sur tous types de feux, et ils contiennent de gaz carboniques sous pression....et le principe de l’extinction s’effectue par refroidissement du foyer....bon ces extinctions ont tendance à être retirés dans les aéronefs au profit des extincteurs BCF ( Bromo Chloro Fluorométhane ) très efficace contre les feux classe B et C et peuvent éteindre tous types d’incendie....l’agent extincteur est de l’Halon 1211 ou 1301 efficace pour les feux de classe A, B et C.....

    D’une manière générale, les problèmes d’Air Mad, comme je ne cesse de le répéter, n’ont rien avoir avec la compétence et les expériences des personnels navigants et les équipages et ils ne se trouvent pas au sol non plus. Mais bien politique, à Iavoloha donc et dans le bureau de la classe dirigeante de la compagnie :

    - je n’aborde presque jamais le niveau et les compétences des pilotes. Et pourquoi et sur quoi se base-t-on et de quel droit se doute—on des compétences des équipages et des personnels Malgaches ?

    D’une manière générale, un B737 ou 767 ou A340, ATR et les autres, se pilotent pareil à New York, Paris, à Tokyo, Shanghai ou à Tananarivo, Tamatave ou Antsiranana.

    Voyez-vous, il faut bien lire avant de lancer dans la nature « Dis pas n’importe quoi Antsiranana, les extinteurs à poudre et à dioxyde de carbone sont depuis très bien lgtps prohibés en aviation, pour ce dernier par ex une fuite d’une bouteille CO2 n’est point détectable entraînant l’asphyxie des personnes à bord, et il y a des mandatory AD ou airworthiness directives relatant tout cela. »

    Je ne viens pas à Madagascar ou à Tananarivo pour mettre à jour mes connaissances, surtout pas en aviation :

    - un pays dans lequel les politiciens, les hommes de lois, les élites et la classe dirigeantes ont encore du mal à définir un coup d’État, ne sachant pas dans quelles République ils sont, et que dire de l’utilisation de NOTAM transformer en arme politique...pas très serieux et peu professionel venant de l’Admnistration de l’Aviation Civile du pays.

    • 7 mars à 18:05 | diego (#531) répond à diego

      Et pour éviter de raconter n’importe quoi. En ce qui concerne les extincteurs à mains. Les avions sont équipés en permanence :

      - d’un extincteur au poste de pilotage, qu’on vérifie bien qu’il est bien là et en état de marche, cela fait partie de check liste, donc très important ;

      - d’un nombre d’extincteurs en cabine au moins égal au nombres d’extincteurs réglementaires (à connaitre par coeur.......cf.arrêté du 5 novembre 1987 puis a/c d’avril 1998 réglementation JAR-OPS ).

      Pour les gros porteurs, 747, 767 ou 340 par exemple, le nombre d’extincteurs est en général supérieur au minimum réglementaire....ils sont repartis en cabine à proximité des zones où le risque de feu existe, offices, toilettes, zone cargo.....

  • 7 mars à 18:28 | jangobo (#8776)

    Rajao semble être un bon père de famille mais montre qu’il est un mauvais président.

    Il sort, bec et armes pour protéger sa progéniture alors qu’il se désintéresse des doléances de ces citoyens, en rappelant en exemple les îles perdues.

    Et s’il croit qu’il peut faire confiance aux paroles d’un général capsule qui n’a pas hésité à considérer l’arrestation de Jean Pierre comme légale, il se trompe largement.

    Menalamba,

    Je ne crois pas que la nationalité est seulement considérée lorsqu’on se trouve dans le pays de tutelle. Si c’était vrai, la France n’aurait pas intervenu à Madagascar en 2009 pour protéger le fomenteur d’un coup d’état ; la France a mis ses pieds dans le plat pour protéger un de ses ressortissants qui était considéré comme futur marionnette-président.

    Je suis entièrement d’accord avec un forumiste pour que celui qui se lance dans les affaires de l’Etat devrait délaisser son autre nationalité, en raison d’un conflit d’intérêt.

  • 7 mars à 19:10 | diego (#531)

    Bonjour,

    Diriger un pays ne s’improvise pas. Ce n’est pas une fois qu’on arrive à la tête du pays qu’on prend connaissance et apprendre les affaires, mais bien avant et d’une manière générale, c’est dans les partis politiques qu’on doit s’y préparer.

    L’ordre ne pousse pas tout seul comme les mauvaises herbes, il faut une certaine savoir faire pour l’ implanter durablement dans le paysage politique, surtout dans un pays pauvre et financièrement en faillite comme Madagascar.

  • 7 mars à 19:12 | Turping (#1235)

    Trop de discussions stériles dans cette affaire .Le PRM mélange peut-être ses affaires personnelles ,ses entourages à la justice.
    - Si la justice et les investigations existent pour éclaircir cette affaire ,les règles de transparence doivent exister dans l’impartialité.Est-il toujours le cas si on veut parler de la séparation des pouvoirs ? exécutif ,législatif et judiciaire ?

  • 7 mars à 21:31 | diego (#531)

    Bonjour,

    Et voilà pourquoi, il faut se doter des processus électoraux fiables et solides avant de Mitonatinana plonger le pays dans des élections pièges à C....depuis trois ans !

    Il faut apprendre à bien penser et s’exercer à imaginer les conséquences de ses propres gestes avant de les mettre en pratique :

    - il est trop tard et difficile de faire marche arrière quand les processus inverses sont enclenchés !!!

    Au jour d’aujourd’hui et pour l’avenir, s’il pouvait avoir des changements, il serait très douloureux politiquement et économiquement pour le pays. Et sans mentionner qu’au passage, quelque soit le chemin que le pays va prendre, le pouvoir a beaucoup perdu de son autonomie et de sa liberté de manœuvres :

    - et bien dans quel état sont l’État et les Institutions du pays ? L’ensemble des pouvoirs publics ? Et l’Armée ? Dont tout regime agite des qu’il est en mauvaise posture, mais que le président n’hésite à ignorer les prérogatives, ahhhh quatre vedettes rapides pour luter contre les voles....et la Marine Malgache elle sert à quoi devrait-on demander à ce président ?

    Le pouvoir marche sur la tête depuis trois ans, cela étonne aujourd’hui ?
    Ben, on parle de tous , mais personne ne sait, n’ose dire dans quelle République sommes-nous, quelle Constitution ? Et on demande justice et de l’ordre ?

  • 7 mars à 22:46 | liliquilit (#7755)

    Un communiqué de presse de la Présidence accompagné d’une plainte en diffamation contre les journaux qui publient n’importe quoi auraient suffit pour mettre fin à ces polémiques stériles.
    Comme le souligne Diego, le président perd du temps inutile, il n’a pas été élu pour défendre son fils mais pour défendre les intérêts de la Nation, redémarrer l’économie et mettre de l’ordre à la tête de l’État. Il s’est engagé sur des dossiers importants tels la lutte contre la corruption, le développement économique, la lutte contre l’insécurité et doit rendre compte sur ces dossiers, et non sur les frasques de son fils qui est majeur et vacciné. De nombreuses rumeurs circulent sur son fils, certaines ont peut-être un fond de vérité mais d’autres ont été montées de toute pièce (on l’a vu avec le Café de la Gare..) et n’ont d’autre but que de déstabiliser la fonction présidentielle. La question que je me pose est si le PDR est tombé bêtement dans le piège de cette machination politico-médiatique ou s’il ne s’en sert pas pour détourner l’opinion publique des vrais problèmes qui se posent à ce pays....

    • 8 mars à 01:29 | diego (#531) répond à liliquilit

      Bonjour liliquilit,

      C’est tout simplement très étonnant !!

      Mais pour autant, il était prévisible qu’un homme sorti vainqueur d’une élection présidentielle dont on sait les conditions dans lesquelles elle a été organisée ne sortirait pas renforcer et n’obtiendrait pas une légitimité aux yeux de la population et il est constaté que c’est aussi le cas aux yeux du pays et des Bailleurs des Fonds..

      Je continue à penser, même si j’étais contre et je le suis toujours, l’organisation des élections que j’appelle piège à C....que le président est légitime...il doit être à nos yeux et aux yeux de la CI, des Bailleurs des Fonds.

      Mais j’ai dit aussi que la première chose dont le président, vêtu de sa légitimité, aurait dû s’occuper c’est, en ordre de priorité :

      - un, restaurer rapidement les autorités de l’État et imposer la stabilité politique sur tous les territoires ;

      - deux, mettre en place un gouvernement d’Union National. Tout le monde le voulait. Ce gouvernement pourrait aider le pays à se réconcilier justement.

      En obtenant ces deux choses assez rapidement, le pouvoir du président aurait été incontestable. Cela l’aurait permis de rester bien au-dessus de la mêlé de la politique politicienne :

      - Veiller à la cohésion sociale, l’identité du pays et les grands travaux, etc...là, il aurait bien des marges de manoeuvre et de parler égal à égal avec les Bailleurs des Fonds.

      Je vous promets que la Confiance aurait été vite au rendez-vous :

      - c’est que les gens attendent, par conséquent les affaires et l’économie redémarraient en temps record.

      Il faut croire que ce n’est pas l’objectif du régime, dommage !

      À l’allure où vont les choses, tout risque de finir en queue de poisson !!!

    • 8 mars à 15:39 | kartell (#8302) répond à diego

      Bonjour diego,

      Vous posez trop de conditions pour envisager un retour à l’état de droit qui n’est qu’une copie conforme du mirage : plus on croit s’en approcher, plus il recule !….
      Le pays est pris en otage par une classe politique« affaires » et les élections, fussent-elles, régulières n’aboutiront qu’à un remake d’aujourd’hui et d’hier….
      La toute puissante présidentielle est proche de celle d’un pouvoir absolu, d’une main-mise de fer sur toutes les institutions !.
      Les bailleurs de fonds ne sont pas dupes, ils savent que rien ne changera dans ce pays parce que c’est toute la couche supérieure de la société qui « marionnétise » le pouvoir malgré une alternance factice offerte, en principe, tous les 5 ans….
      Les cris du forum ne sont pas ceux de la rue et à plus forte raison, ceux de la brousse !
      Nous discutons en vase clos, entre nous, sans que cela ait une quelconque influence sur quoi que ce soit….
      Sinon, il il a bien longtemps que les oreilles du pouvoir, à chaque post vilipendeur, auraient mis un terme à nos élucubrations « bon chic, bon genre »….
      Combien de fois, nous nous sommes répétés à dire et à faire les mêmes remarques, les mêmes dénonciations sans que cela ait eu le moindre écho dans la conduite de chauffard du pouvoir !…
      Dans cette affaire comme dans les précédentes, le pschitt présidentiel aura raison de toute autre insinuation désobligeante à son égard et nous assistons, encore une fois, à la récidive de ce merveilleux adage : les chiens aboient, la caravane présidentielle passe !.

    • 8 mars à 16:06 | diego (#531) répond à kartell

      Bonjour,

      C’est vrai !

      Mais il est surtout vrai qu’à l’allure où le pays va et diriger, Madagascar est condamné à la pauvreté :

      - et je vous dis qu’un peuple pauvre est comme un prisonnier, un peuple emprisonné ne devient jamais tendre.

      Tôt ou tard, ce peuple va se révolter. L’histoire ne se répète jamais, contrairement aux idées reçues et c’est le Big problème. Personne ne sait quand où est-ce que l’explosion va avoir lieu ?

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 220