Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 29 septembre 2016
Antananarivo | 05h37
 

Société

Organisation des marchés d’Antananarivo

Une histoire sans fin

mardi 18 novembre 2014 | Léa Ratsiazo
JPEG - 32.1 ko

Pour la énième fois ce 17 novembre, la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a tenté de mettre de l’ordre dans les marchés d’Antananarivo, notamment au niveau des marchands qui envahissent trottoirs et avenues. Mais en vain. Dès que les agents de la CUA tournent le dos, les marchands reprennent place et c’est le jeu du chat et des souris toute la journée, toute l’année. D’autant qu’en cette période de préparation de fêtes de fin d’année, le nombre des marchands aux abords des trottoirs et squattant les chaussées explose.

Les autorités successives qui ont géré la ville d’Antananarivo, qu’elles soient élues ou désignées, ont toutes essayé d’apporter des solutions pour assainir les marchés aussi bien dans le centre ville que dans les quartiers, mais rien n’y fait. Ce n’est pas faute d’avoir construit des infrastructures et encouragé les marchands à se conformer aux règlements. Ni la carotte ni le bâton n’a d’effet sur les marchands, inciviques et entêtés.

JPEG - 938.2 ko

Les marchés construits trouvent rarement des occupants comme à Anosizato ou même à Analakely (petite vitesse) car les marchands préfèrent squatter trottoirs et chaussées sous prétexte qu’ils ne peuvent rien vendre s’ils entrent dans l’enceinte des marchés. On a beau leur expliquer que les clients les suivront automatiquement s’ils entrent tous dans l’enceinte, mais en vain. « Nous n’avons pas de travail, c’est notre gagne-pain, mettez-vous d’accord les riches et les dirigeants pour nous trouver d’autres sources de revenus et on s’entendra », lance une vendeuse de rue, insolente.

Il est clair que la CUA n’arrivera pas à trouver une solution à court et moyen terme à ce problème de gestion de marchés ; il faut s’attendre à des embouteillages monstres toute la journée et tous les jours dans les semaines à venir car le nombre des marchands qui suit la courbe du taux de chômage et les perspectives de profits à court terme dans le commerce de rue ne cesse aussi d’augmenter.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 18 novembre 2014 à 10:26 | betoko (#413)

    Ce n’est pas seulement à Analakely que la CUA doive sévir mais dans tout TANA où partout des vendeurs de fruits et légumes vendent leur produit

    • 18 novembre 2014 à 12:05 | leclercq (#4410) répond à betoko

      Bonjour
      Sévir , pourquoi sévir systématiquement ???

  • 18 novembre 2014 à 12:33 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Comment-peut-on organiser==quelque chose==avec des « INFORMELS » ??
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

  • 18 novembre 2014 à 13:05 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Informel : terme impropre

    D’ailleurs illustré un peu plus haut par le verbe sévir

    Et ceci souligne l’inadéquation du système que Madagasikara a adopté depuis plus de cinquante ans envers les malagasy

    A savoir que TOUS LES PLANS établis par les ’élites’ pour CADRER les malagasy
    ne concernaient pas du tout ces 90°/° de malagasy qui survivent dans la vrai FORMEL

    D’autant plus navrant que les , soit disant , écoles qui dispensent des études dites SUPERIEURES chez nous forment nos jeunes à se mouler mentalement
    à des méthodes strictement externes aux structures sociales malagasy

    Voilà , un des contenus du contenant que les malagasy ont et subissent continuellement

    Et la question qui se pose est la suivante

    Faut t’il encore et toujours continuer dans cette optique ou alors

    CHANGER RADICALENENT de paradigme ???

    • 18 novembre 2014 à 14:51 | mandrozeza (#5123) répond à Rakotoasitera Fidy

      Et quel serait votre paradigme ?
      Pour ma part, je crois qu’il faut envisager un gigantesque marché à l’extérieur de Tana avec liaison automatique (quasi-gratuite) par une navette aérienne
      (étant donné la configuration des collines et leur surpeuplement qui rendent impossible toute opération immobilière de grande ampleur)

  • 18 novembre 2014 à 16:14 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Vous avez là un exemplaire type de ces soit disant intellos qui traitent par mépris et arrogance les 90°/° des malagasy

    • 18 novembre 2014 à 21:36 | mandrozeza (#5123) répond à Rakotoasitera Fidy

      Vous n’avez pas répondu, si ce n’est par l’insulte (mais je ne suis pas sûr d’être concerné).
      Je répète donc ma question : quel serait votre paradigme ? (mot employé dans votre commentaire antérieur, entre nous plus prometteur que le dernier)

  • 18 novembre 2014 à 18:12 | Jipo (#4988)

    Mieux vaut etre un dahalo, qu’ essayer de survire honnêtement , pour cela on vous donne terrain graines et argent, quant aux autres : dehors !

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 104