Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 5 décembre 2016
Antananarivo | 15h16
 

Point de vue

« Valorisation énergétique des déchets »

Une entreprise canadienne à la tête d’un projet d’infrastructure historique à Madagascar

mercredi 4 février 2015

Bien que beaucoup de gens dans le monde occidental seraient en mesure de citer une ligne ou deux de « Madagascar », la série de films d’animation extrêmement populaire de DreamWorks qui a rapporté près de 1 milliard de dollars dans le monde, bien peu d’entre eux seraient en mesure de pointer la nation insulaire sur une carte, encore moins de vous dire qu’il s’agit de la 4e plus grande île au monde et qu’elle abrite une population de 22 millions d’habitants. Mais cela pourrait bientôt changer.

Madagascar se lance dans un projet de « valorisation énergétique des déchets » susceptible de changer la donne, un projet qui s’est fait attendre trop longtemps selon plusieurs analystes. À l’heure actuelle, seulement 15 pour cent des gens ont accès à l’électricité. Des pannes de courant régulières ont durement touché l’économie du pays, frappant les petites entreprises assez durement. La frustration a débouché sur des violences à la fin de décembre à Toamasina, principal port maritime de Madagascar, alors que les protestations relatives aux coupures d’électricité prolongées et récurrentes dans le pays se sont intensifiées. Les affrontements entre les manifestants et la police auraient fait un mort et cinq blessés. Ces manifestations n’étaient que le plus récent épisode d’une crise énergétique qui paralyse le pays depuis 2009. En 2013, le pays a commencé à travailler de concert avec Eco8 inc., une entreprise canadienne prospère offrant des solutions énergétiques renouvelables, afin d’élaborer une stratégie qui fournirait une énergie renouvelable fiable et constante pour aider à améliorer la qualité de vie du peuple malgache.

L’énergie et la pollution

Eco8 a présenté une solution de valorisation énergétique des déchets novatrice qu’ils appellent « Let There Be Light » qui répondra à deux préoccupations majeures du gouvernement malgache : l’énergie et la pollution (déchets). Ces deux problèmes ont contribué à une récente épidémie de peste qui a tué 57 personnes depuis le mois d’août et qui pourrait s’aggraver étant donné que la tempête tropicale Chedza a déplacé de nombreuses personnes et plusieurs rats, augmentant le risque de nouvelles épidémies transmises par les rongeurs. Le gouvernement s’emploie à distribuer des antibiotiques gratuits, mais la problématique des déchets et de l’énergie continuera d’être une source de problèmes et d’éventuelles crises sanitaires si elle n’est pas traitée.

Le président « valorisation énergétique des déchets », voit cela comme une approche de type « faire d’une pierre deux coups » : « Dès les premiers instants que nous nous sommes entretenus avec le gouvernement malgache, il a été très clairement souligné qu’il s’agissait là des deux enjeux fondamentaux en matière de santé et de prospérité de la population malgache. Nous avons donc adapté une solution particulière pour pouvoir répondre à leurs besoins. »

Le modèle intègre la technologie de solutions d’énergie renouvelable la plus perfectionnée qui soit à un programme de gestion des déchets de classe mondiale. Pour ce faire, Eco8 s’est adressée à certaines des plus grandes sociétés d’aménagement en infrastructure au monde, notamment le bureau d’étude technique et esthétique mondial Stantec Engineering Inc. L’associé de Stantec, Kenny Smith, reconnaît le caractère unique de ce type de projet : « Nous avons participé à certains projets d’infrastructure très novateurs au fil des ans et Let There Be Light figure au sommet, avec certains des projets les plus déterminants auxquels nous avons pris part. Nous sommes très heureux parce que nous croyons beaucoup à un engagement à long terme avec les personnes et les endroits auprès de qui nous nous investissons et savons que ce projet permettra d’améliorer des vies et de bâtir des collectivités saines et prospères pour les générations à venir. »

Eco8 a également affecté au projet une équipe solaire/éolienne travaillant à partir du Canada des plus efficaces qui apporte une capacité de miniréseau rentable afin de s’assurer que les zones rurales puissent également bénéficier d’une énergie renouvelable et fiable. Ces zones sont souvent les plus touchées par les pannes d’électricité et c’est là où les émeutes de décembre ont commencé.

Mais comme M. Edwards s’empresse de le souligner, rien de tout cela n’aurait été possible sans la conviction du président de Madagascar, M. Hery Rajaonarimampianina : « Beaucoup de politiciens font de grandes promesses lorsqu’ils briguent les suffrages et Madagascar ne fait pas exception. Mais ce gouvernement a dit qu’il allait se concentrer sur cet enjeu des plus importants et il le fait. »

Le caractère historique de cette démarche fait énormément parler de lui sur la scène internationale et un film est même en préparation, dans lequel sera documenté le projet depuis la toute première pelletée de terre jusqu’à la mise sous tension de l’interrupteur, qui annoncera une nouvelle ère pour le peuple malgache.

M. Edwards sait qu’il y a beaucoup de travail à faire, mais il comprend également l’importance accrue du projet : « Nous sommes une entreprise qui élabore des solutions partout dans le monde et nous le faisons depuis des années. Il est rare cependant de faire partie de quelque chose qui, vous en êtes convaincu, améliorera des vies de façon exponentielle et apportera de l’espoir et des opportunités pour tant de gens. Il n’est pas évident de faire une projection de l’impact à long terme que tout cela aura, mais je puis néanmoins affirmer que l’avenir sera beaucoup plus prometteur pour les habitants de Madagascar ».

M. Edwards et son équipe d’Eco8 prévoient être à Madagascar au début de février 2015 afin d’amorcer la solution clé en main entièrement financée au troisième trimestre de 2015.

Richard Garner

28 commentaires

Vos commentaires

  • 4 février 2015 à 10:00 | Mba misaina (#7232)

    « Let There Be Light »

    Que la lumière soit, qui permettra d’illuminer la vie quotidienne et l’esprit des Malagasy jaloux et haineux entre nous-même.

    • 4 février 2015 à 10:04 | claude (#3141) répond à Mba misaina

      Pas l’esprit, non, pas encore. Plus tard peut-etre, car l’esprit, c’est l’affaire des leaders religieux

  • 4 février 2015 à 10:25 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - « Ne nous emballons pas trop vite » !
    - « Prudence dans un tel projet des traitements des ordures » !

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa gmail.com

  • 4 février 2015 à 11:05 | ATAVISME PREMIUM (#8774)

    Je parie 100 kg de cacahuètes que cette histoire ne produira qu’une inauguration de principe avec libations et petits fours.
    Les technologies dont ont parles sont utilisables quand il n’y pas d’autres solutions ou parce qu’elles sont subventionnées par tel ou tel ’état qui veut réduire ces émissions de gaz à effets de serres !
    En plus clair ces solutions ne sont pas compétitives (trop cher) face aux énergies fossiles ou nucléaire .
    Justement c’est comme la question d’une centrale nucléaire ,un pays qui n’est pas capable d’entretenir de simple groupe électrogène ne pourra jamais (ou alors de 5 siècles) maîtriser, ne serait-ce que l’exploitation d’une telle installation .
    Quand je lis les divagations de certains sur ce sujet ,j’ai honte !
    Réutilisés les déchets ,mais les déchets de quoi ?
    T’a déjà vue les poubelles Malgaches ,il n’y a plus rien a réutilisé dedans, car nous ne sommes pas dans une société de consommation à outrance ,donc inadapté.
    Ce qui est ahurissant et le mot est faible,c’est que Madagascar est assis sur une montagne de charbon.
    Je sais ça pollue mais cela ne coûterait pas cher et en plus cela cesserait la déforestation.
    Donc voila encore un effet d’annonces qui flatte la vanité des gens mais qui ne donnera rien !
    Exploitons le charbon de la Sakoa (il y en a des milliards de tonnes) ,voila une vrai idée,mais cela n’est peut être pas assez « moderne » pour les Malgaches ?
    Je signale au passage que les cimentiers qui fabrique à Madagascar sont obligés d’importer du charbon d’Afrique du sud (aller voir sur le port de Tuléar ,si je raconte des bêtises)pour faire tourner leurs unités de production .
    Ubuesque je vous dis !!!!!!!!!!!!!!

    • 4 février 2015 à 11:45 | Paulo Il leone (#6618) répond à ATAVISME PREMIUM

      Si le traitement des ordures comprend le « recyclage » du DJ et des ses dépiote du mapar, il faut absolument encourager cette initiative !
      Cela dit, j’entends d’ici les patriotes xénophobes du forum pousser leurs cris d’orfraie habituels : « les vazahas vont venir piller les déchets des Malgaches ! »

    • 4 février 2015 à 12:23 | Mba misaina (#7232) répond à Paulo Il leone

      Xénophone pour certains mais pas tous !!!!

    • 4 février 2015 à 13:03 | Turping (#1235) répond à ATAVISME PREMIUM

      Atavisme ,
      - Si vous êtes un peu plus branché ,oui les déchets ,on peut les transformer en énérgies .Les pays nordiques pratiquent déjà ce système en important même les déchets provenant de Grande Bretagne ,l’Union européenne ,....
      - La problématique se pose peut-être au niveau comparatif ,de comparer un pays très sous dévéloppé aux pays très dévéloppés où les technologies ,les inventions ressortent de la survie .
      - Oui , tout se repose sur le système de recyclage ,de triages des décéhets qui vont avec le changement de mentalité ,de civisme ,d’éducation ,....surtout la sortie de la paupérisation avant tout car les poubelles ne sont pas les lieux pour trouver du trésor .
      - Le problème de Madagascar se focalise sur le manque de technologie ,de technicité pour utiliser ses ressources naturelles .La sécheresse est un problème ,l’inondation est un problème ,la période normale est un problème où la peste sévit encore .
      - En quelques sortes , du côté environnemental ;urbanisme ,le savoir faire ,voire importation des technologies où Madagascar est très en retard car même le secteur de l’agriculture ,l’irrigation des eaux pluviales ,les améliorations et entretiens des infrastructures le pays reste encore un pays de babakotoland ,.....
      - Le paradoxe ,attention ,l’utilisation des pesticides personnellement je ne suis pas d’accord de ce côté là avec les produits cancérigènes importés ,non et non ! Il faut produire avec qualité ,quantité en préservant la santé ,....

    • 4 février 2015 à 13:33 | Paulo Il leone (#6618) répond à Mba misaina

      Je vous l’accorde... mais sur ce forum ils sont assez nombreux dès qu’on émet une critique un peu vive.

    • 4 février 2015 à 14:05 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à ATAVISME PREMIUM

      Attention !!!,
      - "C’est aussi une façon de==SUCER== l’aide extérieure de la Banque Mondiale et des partenaires financiers internationaux :
      - pour Madagascar,
      - pour les Compagnies étrangères==ENSUITE++ ???
      L’AIDE NE FAIT QUE PASSER POUR LES POPULATIONS MALGACHES.Point barre.
      Elle est revenue au point de départ MADAGASCAR
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 4 février 2015 à 14:07 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Lire :
      - elle est revenue au point de départ :« HORS DE MADAGASCAR ».pas à madagascar !

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoaàgmail.com

    • 4 février 2015 à 14:46 | olivier (#7062) répond à ATAVISME PREMIUM

      Vous avez parfaitement raison et j’admire votre patience pour expliquer aux « aveugles » qui ne voudront de toute façon pas voir et dont la mémoire vive s’apparente à celle d’un poisson rouge dans un bocal...

      Si vous voulez poussez plus loin l’ironie, souvenez vous :
      - le projet de Tramway ’ ou metro ?) de Monja avec les Thailandais : LOL
      - le projet d’autoroute TANA-Tamatave financé par une société asiatique : LOL
      - le mythe du « guichet unique » qui n’a jamais vu le jour
      - etc...

      OR

    • 4 février 2015 à 14:53 | olivier (#7062) répond à Paulo Il leone

      Le recyclage des ordures...

      Que de richesses autour de nous, et dans toutes les villes !...à même le sol, empiétant sur la voir publique ..

      Je crois que cette fois, nous sommes SAUVES !!
      Nous pourrions même en profiter pour faire cuire les rats en brochettes !

      A moins que le comité Ad’hoc mis en place par la HAUTE COUR SPECIALE DE RETRAITEMENT DES DECHETS A HAUTE POTENTIALITE MALAGASY ( HCSRDHPM) ne décide de s’opposer au projet, criant à l’ingérence insupportable de la francafrique...

      Toute ressemblance (...) serait fortuite..

      LOL

    • 4 février 2015 à 17:16 | ATAVISME PREMIUM (#8774) répond à Turping

      C’est de l’effet d’annonce ,ce projet n’est pas adapté a Madagascar !!
      Pourquoi se gargariser avec de l’utopie ?

    • 4 février 2015 à 17:49 | pokepoke (#8786) répond à ATAVISME PREMIUM

      Au derniere nouvelle, Tana produit entre 700 et 1200 tonnes de dechets par jour
      Au derniere nouvelle, l’energie fossile coute entre 30 et 40 cents / kwH

      Comment est ce que ce projet n’est il pas fait pour ce pays ?

      Ce n’est pas la premiere fois que j’en entend parle (facebook), mais encore au derniere nouvelle, c’est une compagnie privee et de fond prive donc Mada n’y paie rien. A preuve du contraire je ne sais pas pourquoi un tel pessimisme

    • 4 février 2015 à 18:53 | takaka (#8449) répond à Paulo Il leone

      Aye ! Aye !
      Mais le grand olana, est-ce qu’il y a assez d’ordures ?
      NB
      Ne vous offusquez pas Leone. Nous les Negros, nous sommes plus racistes que les Blancs.
      Veloma Missié.

    • 4 février 2015 à 19:50 | Paulo Il leone (#6618) répond à olivier

      Vous oubliez le « téléphérique », ou de train suspendu, ( je sais plus trop’) annoncé dans un article en ligne du mois dernier, qui va régler tous les problèmes d’urbanisme, d’insalubrité, de pauvreté etc etc ....
      A Madagascar,on préfère les délires collectifs aux plaisirs solitaires.
      Et je ne parle pas des rivières de pétrole des îles éparses...

    • 4 février 2015 à 20:19 | takaka (#8449) répond à olivier

      Où est la caricature Charlie ? Hi Hi Hi Hi !
      Ce n’est pas la haute cour, mais la HAUTE BENNE.
      Veloma.

    • 4 février 2015 à 20:26 | takaka (#8449) répond à ATAVISME PREMIUM

      Le problème de la houille de la Sakoa est que l’exploitation n’est pas rentable en dessous de 100 000 t par an. Vu que le marché mondial de ce temps, année 1970, est faible en la matière, on a laissé tomber la houille.
      Veloma.

  • 4 février 2015 à 12:43 | Turping (#1235)

    Très intéressant comme texte ressortant de l’ordinaire :
    - Par exemple en Suède les déchets ,les ordures ménagères ne sont perdues .Les suédois par le biais du traitement de ces ordures les transorment en énérgie par exemple pour le chauffage en réduisant les factures d’éléctricité provenat de l’énérgie fossiles (pétrole) ou radiaoctive de Uranium 234 enrichi pouvant compromettre à la l’écosystème comme ce fut le cas de Tchernobyle .
    - Logiquement avec les systèmes de recyclage ,triage ,....rien ne se perd mais se transforme avec le respect environnemental .
    - Ce qui manque à Madagascar au XXIème siècle ,c’est le blocage du système où le pays vit encore à l’ère moyanâgeuse .Un exemple très simple où le centre d’épuration des saletés ,des égouts n’ont pas encore leur place même dans les grandes villes .La preuve ,l’inondation Chedza a évacué les saletés des latrines dans les eaux où les canalisations d’évacuations n’existent ou trè peu .
    - Madagascar qui fabrique les paniers d’osiers destinés surtout à l’exportation est incapable d’interdire les sacs plastiques non biodégradables ,bouchant les canalisations existantes . Les infrastructures peu entretenues laissent les situations chaotiques au hasard en attendant les aides humanitaires ,les mannes qui tombent du ciel alors que les mesures de préventions n’ont jamais fait l’objet de discussion .
    - Pour avancer ,cela relève d’une ambition collective et territoriale car depuis l’indépendance rien de concret n’a jamais été fait sur le long terme et dans la continuité pour sortir ce pays du système de sous dévéloppement.
    - Il y a plusieurs solutions à tout cela :soit importer la technologie soit l’inventer pour répondre à nos besoins quant au traitement des déchets et les eaux usagées . Le paradoxe ,c’est le savoir faire pour garder les eaux pluviales où leurs utilisations sont utiles au secours des régions qui connaissent la sécheresse (à Bekily par exemple où le kere sévit ) .Comment faire pour irriguer le surplus d’eau pluviale dans les zones inondées ? "Quel est le moyen gouvernemental ,les aides ,les emprunts pour répondre aux besoins cruciaux ?

    • 4 février 2015 à 12:44 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lire :les transforment...

    • 4 février 2015 à 14:17 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      - « Vous rêvez trop TURPING ».
      Quand j’ai lâché ==l’affaire==à Madagascar,j’ai espéré que mes successeurs commencent par « L’EAU »PROPRE//POTABLE« A TOUT LE MONDE ».
      Oui,il y avait un peu d’amorce :
      - « INSTALLATIONS DES POMPES » dans certain villages.
      - « Mais », à plus grande surprise==l’abandon total du projet==
      J’aime MADAGASCAR,mais il y a quelque chose à voir,jusqu’à la période de la colonisation.==« CHANGEMENT DE MENTALITE »==
      Presque==les mêmes familles"==diligentent MADAGASCAR.
      DILIGENTER :
      - mettre toute son activité,son zèle à faire quelque chose

      Le PADESM et ses héritiers.

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

    • 4 février 2015 à 16:02 | Turping (#1235) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Basile ,
      - Peut-être que je demande trop sur le minimum d’être accompli !
      - L’installation d’eau potable nécéssite le minimum d’installation.
      - L’installation d’eau potable nécésssite le minimum de traitement ,d’iirrigation ,de nappes phréatiques adéquates .
      - Le changement de mentalité a été plusieurs fois cité .
      - Les déchets ne se limites aux déchéts ménagers ,je l’ai cité plus haut .C’est le minimum à prévoir de la part de l’état tout cela .
      - On se réfère toujours sur le bon modèle à suivre .
      - Les réfléxions ne se limitent sur le PADESM et ses héritiers voyez-vous le MDRM et ses héritiers .d’autres politiques alternatives auraient pu voir les jours .La constatation est là depuis l’indépendance .
      - Je vous réponds sur les données scientifiques .
      - Le forum est fait pour donner aussi ses avis que de dénigrer uniquement .

    • 4 février 2015 à 16:03 | Turping (#1235) répond à Turping

      lire :les déchets ne se limitent ...

    • 4 février 2015 à 17:37 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Turping

      - « Il y a beaucoup de questions que les »MALGACHES« n’osent pas aborder ».
      Les religions sont toujours là pour arrondir l’angle mais pas pas pour aller jusqu’au fond des « PROBLEMES ».
      - « LE BAL DES HYPOCRITES » !
      et
      - « MIANDRY IZAY MAHARESY » !

      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa gmail.com

  • 4 février 2015 à 13:00 | valoha (#7124)

    Tsy ny fako ihany no tokony ahodina ho angovo fa ao ihany koa ny masoandro, ny rivotra, ny tohodrano vaventy izay ananana maro eto amintsika, ao ihany koa ny onjan-dranomasina, ny voly fary, sns...Ka tsy hita mihintsy izay tsy anaovana sy anatontosana foto-drafitr’asa mahasoa toa izany ?!
    Sady rehefa misy etsy sy eroa ireo dia azo atao mihintsy ny mijery ny fampidinana ny sarany mba ho zakan’Ny Malagasy tsara sy hiisy mandrakariva !
    Raha ny resaka teknolojia indray no lazaina enti-manana izany dia maro ny tany vahiny azo hifampiraharahana sy mazoto ny hiasa eto ! Isika no mihesona sy tia tena no lomorina ny fisainana ! Ny « ahy » hatrany ! Na filoha io, na PM, rehefa mpitantana dia efa niraiki-tapisaka mihintsy ny handidy sy hanimbina ny asa mahasoa rehetra ! Tsy misy mba fijerena ny Tany sy ny Mpiara-monina mihintsy. Dia izao samy mifampizerizery lava izao ! Rivo-doza mamely atsy, afo - eroa, halatra - atsy, vono-olana ary, sns....!
    Tsy tokony hiisy olana mihintsy ny faako mivangongo sy ny angovo eto amintsika. Ny saina hitantana sy ny fahavononana hiara-hiasa sy hifanome tanana no tsa ampy !!!
    Koa samia mba mihondrika mandinika sy mifampihetsika isika mba tsy ho izao lava !!!

    • 4 février 2015 à 20:18 | Rary (#545) répond à valoha

      Misaotra an’i Valoha aloha, fa kay misy gasy ihany ato, tsy mampiasa teny fanjanahana. Ny fako mitangongona eran’Antananarivo angamba no nahatarika andrizareo hiresaka io. Araka ny voalaza teto anefa dia mety tsy ho ampy hamelomana ny usine mpanodina azy ny fako, mbola tsy dia « consommateurs » loatra mantsy isika, ny ho hanina aza tsy misy, koa mety ho faty vetivety ny usine. Ny any Frantsa aza, nohon’ny sivana (tri)dia tsy ampy intsony ny fako ampiasaina ka sahirana (Ivry /Seine).
      Tsy ny fako ihany tokoa no tokony ampiasaina, efa voalazan’i Valoha etsy ambony izy ireo. Ny olana dia tratran’ny kolikoly ny tompon’andraikitra dia tsy mijery lavitra, manao appels d’offre « intimes », dia ny akama frantsay, karana ...foana no mahazo ny marchés amin’ny hividianany azy (à leur prix). Mba nanao appels d’offres malalaka i Ravalomanana ka nazeran’ireo mpahazo ilay appels d’offre intime, notohanandr’i Ramahefarison Padesme. Mampihesona fotsiny eto.

  • 4 février 2015 à 18:51 | jeanmariesolidaire (#6367)

    Les techniques de recyclage des déchets courants sont effectivement au point dans de nombreux pays riches ou moins riches. Elles nécessitent une formation technique qui pourrait créer des emplois tout en améliorant l’environnement : OK
    Mais votre article passe sous silence la nature de ces technologies, les références de cette entreprise afin de pouvoir juger de leur pertinence et il faudrait surtout savoir en quoi consiste le volet énergétique d’un tel projet.
    Pouvez-vous m’éclairer sur ces points ?
    Avant mon prochain voyage solidaire, je tiens à préparer les formations qui permettraient sa mise en oeuvre concrète auprès de l’équipe de jeunes dont je m’occupe avec mon association. Merci. Solidairement et de tout coeur avec vous. Jean-Marie

  • 4 février 2015 à 22:51 | je suis SCEPTIQUE (#8787)

    ça ma rappelle un certain projet hypermédiatisé sur le plateau du Horombe : aleo aho hihomehy amiraly ! ! !

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 355