::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 12h42  :  27°C  :  Soleil et nuages épars
vendredi 31 octobre 2014
 

 > Economie

Conjoncture

Une année 2009 qui s’annonce dure

mercredi 31 décembre 2008

Les inquiétudes des chercheurs du Centre d’Etudes Diplomatique et Stratégique (CEDS) sont confirmées par des enseignants chercheurs de l’Université d’Antananarivo : « les conséquences néfastes de la crise des « subprimes » aux Etats-Unis vont se répercuter tout au long de l’année 2009 à Madagascar ». Ils sont de plus en plus nombreux à tirer la sonnette d’alarme. Quand nous savons que notre économie est largement dépendante de l’extérieur, nous mesurons l’ampleur des dégâts qui nous guettent.

La crise financière touche tous les pays du Nord, tous les pays développés et notamment les principaux débouchés de nos produits d’exportation : vanille, litchis, textile, produits halieutiques, voire nos produits miniers. « Même les Aides Publiques au Développement (APD) vont être réduites, se désole le Pr. Andriamafidy Rasoamanana, enseignant chercheur en économie à l’Université. Effectivement, ce sont les contribuables et l’économie des pays de l’OCDE qui financent les APD. Ces pays se sont fixés l’objectif d’allouer 0,7% de leur PIB à cet effet. Mais à peine s’ils affectent jusqu’à maintenant, 0,4% (sauf pour quelques-uns tel la Norvège) de leur PIB à l’APD. Avec la crise qui les frappe de plein fouet, ce taux sera vraisemblablement réduit, sinon c’est la valeur nominale qui le sera.

Si des hauts responsables de banque à Madagascar déclarent qu’il n’y a rien à craindre, l’enseignant chercheur de l’Université dit le contraire. « Il y a une différence entre écriture comptable qui permet aux Etats d’aider leurs banques pour les remettre à flot et l’affectation de l’APD. L’affectation de l’APD répond d’une démarche politique, financière et administrative qui doit suivre une procédure parlementaire », selon notre interlocuteur. Bref, l’année qui commencera ce minuit ne présage rien de bon sur le plan économique et financier, si l’on en croit nombre de nos intellectuels. Surtout que près de la moitié du budget national repose sur l’extérieur.

Recueilli par Raw

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 537  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360