::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 12h08  :  25°C  :  Très nuageux
lundi 24 novembre 2014
 

 > Transport

Vol MD 050 d’Airbus A340-300

Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG

mardi 24 avril 2012

Le vol MD 050 de l’Airbus A340-300 d’Air Madagascar à destination de Paris a connu des problèmes techniques à son arrivée à l’aéroport de Paris Charles De Gaulle (Paris – CDG) dimanche 22 avril dernier. Le ministre malgache des Transports l’a reconnu mais il déclare que ce genre de problème est courant et apparemment mineur, a-t-il laissé entendre. En raison des réparations qui dépendaient des techniciens français encore occupés à voter, le vol MD 051 d’Airbus A340-300 d’Air Madagascar à destination d’Antananarivo a accusé ainsi un retard de cinq (5) heures ; initialement attendu ce lundi matin du 23 avril à 5h 10, ce vol n’est arrivé à Ivato que vers 10h.

Quelque part le ministre des Transports tend à réduire le problème à des questions de timing non respecté. Mais sans méconnaître le coût d’une heure de retard, il faut convenir que le ministre des Transports veut donner l’impression que le problème de train d’atterrissage est minime. Selon les informations recueillies sur une chaîne de télévision privée de la place qui rapportait ce lundi soir du 23 avril dans son journal version française, l’Airbus A340-300 avait du mal à atterrir sur les pistes de l’aéroport de Paris – CDG. Le train d’atterrissage de l’appareil ne répondait pas aux commandes ; en attendant la résolution du problème, l’avion a tourné une heure durant au-dessus de l’aéroport. On parle d’opération de « remise de gaz », et ensuite de manœuvre tractée jusqu’à l’aire de parkage de l’appareil car finalement l’atterrissage s’est déroulé sans accident.

Mais le plus inquiétant pour le commun des Malgaches c’est la qualité et la fiabilité de l’appareil qui avait été présenté à Ivato par les dirigeants, dont le président de la Transition en personne, il y a voici quelque 10 jours comme remis à neuf. Tous ont fait valoir que cet appareil Airbus A340-300 est le meilleur et le plus performant qui soit pour notre compagnie aérienne nationale ; cependant, force est de constater que c’est la deuxième fois qu’il fait montre de problème technique, mineur dit-on, mais générant des coûts supplémentaires et des pertes de confiance auprès de la clientèle d’Air Madagascar.

Recueilli par Bill

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 49 réactions Lire les commentaires
  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 08:32, par ericraza (#4709)

    Fozairbus !!!
    Aleo mandeha Compagnie hafa dia milamin-tsaina !

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 10:05, Noue (#2427) répond à ericraza (#4709)

      2 avions datés de 12 et 10 ans que les français voulaient mettre à la poubelle et voilà le travail !!!

      de qui se moque t-on ?

      même pour faire une boite de nuit pour un dj , ça ne colle pas

      • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
        24 avril 2012 15:00, internaute (#5979) répond à Noue (#2427)

        La poubelle elle semble plus régner dans ton esprit (ça s’entretient aussi, lol) que dans l’age des avions !!

        A titre indicatif, 1 avion sur 4 qui volent aux États-Unis a ...plus de 15 ans ; soit la même proportion qu’il y a dix ans.
        En terme de sécurité, le Gouvernement recommande seulement des contrôles plus fréquents au fur et à mesure que l’avion vieillit.
        Mais l’Administration Fédérale de l’Aviation Civile Américaine n’a jamais fixé d’âge limite pour la mise hors service d’un avion.
        L’âge n’est d’ailleurs pas le seul critère pour juger de la sécurité.
        Par exemple, chaque décollage ou atterrissage, la pressurisation et la dépressurisation de la cabine influent sur le fuselage de l’avion.
        Donc, les avions qui réalisent des vols courts et fréquents (court ou moyens courriers) souffrent beaucoup plus que les avions long courriers
        Sont-ils mis au rebut au bout d’une décenie ; assurement pas !!!!

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 10:47, poiuyt (#584) répond à ericraza (#4709)

      EricRaza, acceptez d’être suivi. Est-il besoin de conseiller à ses proches de ne pas prendre cet avion ? (Air-) Madadagascar quittera t il jamais les listes noires de tout genre ?

      une balle, 2 balles, 3 balles, et basta

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 10:49, che taranaka (#99) répond à ericraza (#4709)

      na atao koa hoe..FOZAMANANELATRA...!

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 22:45, rabri (#2507) répond à ericraza (#4709)

      A ericraza,

      Il y a 4 jrs, crash d’un boeing 737 au Pakistan
      http://www.leparisien.fr/faits-dive...

      Bon voyage et bon débarras pour Mr l’opérateur en tourisme RERAKA !!

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      25 avril 2012 03:06, NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à ericraza (#4709)

      Fombantsika io ê !

      Moramora, Tara lava, ... !!!

      Aza mbà mamana zavatra ho vonjena fa tonga dia very ny asa, ny contrat, sns ...

      C’est vrai que les autres ont le chronomètre mais nous, les Malagasy, avons le temps ... Dans la pratique, c’est pas rigolo du tout !

      Io no atao hoe : VITA GASY !

      Autrement, qui habille Rajoelina ?
      Mince, petit, svelte ... mais son look lors de l’inauguration de la RN 35 ne lui va pas du tout ... pas du tout ! Quelle erreur de goût !!!
      Trop serré !!!
      De vêtements amples (sport, de détente) lui donneraient beaucoup plus d’allure et de prestance ... Donner une apparence d’aisance et de carrure...

      Rajoelina, là, il s’habille comme mon fils (aussi grand mais plus costaud) quand il avait 16 ans ...!!!

      Ce n’est qu’une constatation vu que chacun(e) est libre sur sa tenue vestimentaire ...
      Je me vois bien arrivé au bureau en bermuda, sandales scoubidou, chemise à fleurs, lunettes de soleil ... J’apporte de l’ambiance, c’est sûr, mais bonjour ma personnalité ...

      ’faut s’occuper sérieusement de ce gamin !

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 08:54, par mpihomehy (#5162)

    le niveau intellectuel du PT est aussi ... mineur

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 09:08, par QUOUSQUE TANDEM (#543)

    A cause « des techniciens français encore occupés à voter, le vol MD 051 d’Airbus A340-300 d’Air Madagascar à destination d’Antananarivo a accusé ainsi un retard de cinq (5) heures »
    Effectivement, beaucoup de queues devant les bureaux de vote !

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 18:48, Jipo (#4988) répond à QUOUSQUE TANDEM (#543)

      Bonjour , oui tous les techniciens se sont donnés le mot : on va tous attendre l’ arrivée d’ Air Mad pour aller voter , et pendant ce temps il n’ y a aucune permanence ...

      Quant au TURLUTUTU , il continue à fanfaronner avec ses facultés qu’il croit cognitives , même le nez devant l’ évidence pour ne pas dire autre chose .Une super affaire !!!
      Aux USA , il y a des normes exclusives, à leur pays , et qui n’ ont pas le droit d’ en sortir, pour etre plus explicite , il y a des normes de sécurité moins contraignantes que pour les vols internationaux , ou ils ne pourraient décoller , encore moins atterrir , est cela que l’ on souhaite à Madagascar ?
      Finalement c ’est ce qu’ on disait il y a trois jours , la sécurité c ’ est pour l ’étranger , en dehors des frontières mais à l’ intérieur ...

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 09:26, par jules (#2904)

    Bonjour, je me répète : le probleme n’est pas de savoir si un avion d’airmad va se crascher, mais de savoir quand .

    Mada s’est fait avoir par un démago de bas étage, et cette meme personne s’est faite enfler par la france. Belle gouvernance ,bel avenir...
    J’oubliais ; ce n’ai pas de la faute des malgaches,c’est la faute à tartanpion tout le monde le sait....

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 09:38, par kakilay (#2022)

    L’argument, le summum de l’argumentation, celle qui fait avancer et que les fozas avancent :

    zaloux !

    Y-a-t-il de quoi l’être ?

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 09:56, par LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    Jamais 2 sAns 3 ?

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 10:05, LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331) répond à LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

      Pour Andry Rajoelina, tout fonctionne comme sur des roulettes ?
      Une bonne communication suffit-elle pour continuer à se voiler la face et demeurer dans le mensonge ?

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 10:00, par che taranaka (#99)

    Mes amis,

    il se trouve que les problèmes mineurs deviennent des problèmes MAJEURS en aéronautique ..les vitesses dépassent largement les compteurs des automobiles..une poignée de porte en mauvais état peut être mortelle ..sur un avion...!

    les techniciens affairés pour la votation est un foutage de gueule du responsable qui l’ a inventé pour justifier le retard ..et ce n’est pas gentil ...ou...le cynisme d’Air France si celà s’avère vrai..qu’est-ce qu’elle vaut la vie d’un AFRIKAIN ..pour la Compagnie d’assurance d’Air france...??..si quelques €uros font vivre des familes entières à Dago des millions d’€ ne font même pas sourciller les caisses d’Air france...ainsi la perte financière au dépens d’Airmad ..c’est le cadet de leur souci...bref..

    nous sommes embarqués dans la « colonisation française ».. depuis février 2009..avec la complicité des nôtres.....MPAMADIKA TANINDRAZANA sy TIANTENA sy TIATIAKELY....c’est malheureux..LA LUTTE ANTICOLONIALE CONTINUE....et malheurs aux gasy victimes si par malheur cet avion crashe..Enga anie ka ho diso hevitra aho....!

    je préfère payer un peu plus chèr le billet..ou rester chez moi si je n’ai pas le moyen...

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 10:46, par papouné (#1795)

    Bientôt les chaînes d’infos françaises vont arrêter de parler du meurtre de Tuléar pour passer en boucle le crash d’un avion poubelle rempli d’ordures invitées par sarko pour assister aux résultats de l’élection présidentielle française. L’ordure en chef, sa pouf, et sa bande au complet se sont écrasées comme une ... , et le nain à talons s’est rétamé. Fin du voyage pour tout le monde.

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 11:09, poiuyt (#584) répond à papouné (#1795)

      pour un appareil roulant déjà on achète neuf, par seulement pour le plaisir des effluves, mais aussi pour le comfort et la sécurity, sans compter les regards

      Papouné, joel ne prendra plus cet avion ; vous avez pas vu le projet de communiqué : « Pour honorer l’invitation du Président français, andry rajoelle été obligé au dernier moment de prendre un avion d’Air Austral, la cause à la lenteur des préparatifs protocolaires qui l’ont empêchée de prendre à temps l’Airbus d’Air-Madagascar ». Mettons-nous à compter combien de pseudo prendront à reculons le cercueil volant

      le pied serait que l’avion en question entraîne joel dans sa destinée quelle qu’elle soit, et basta

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 11:11, par zana47200 (#227)

    Je me suis étonnée quand j’ai lu sur les médias malagasy le choix de l’A340-300 à la place du boeing qui soit disant la maintenance coûte des yeux de la tête de l’Air Mad. Je suis d’autant plus étonnée que les responsables d’Air Mad doivent savoir que virer vers Airbus nécessite la formation des pilotes, de l’équipage et des mécaniciens au sol et cela ne se fait pas en quelques jours mais plusieurs semaines pour l’équipage et plusieurs mois pour être commandant de bord. Il en est de même pour les mécaniciens au sol. Cela revient à dire implicitement que l’aéronef ne porte que le nom Air Mad, mais tout le système de vol y compris la maintenance revient à Air France. Je me suis dit que les malagasy ont vraiment beaucoup de devise pour payer le salaire et du commandant de bord, et des pilotes et des équipages de vol car pour le moment le team malagasy n’a pas encore obtenu le certificat de navigabilité sur Airbus. Je tiens à dire à tous les internautes malagasy sur ce site, que le salaire des personnels naviguants français est supérieur au SMIC français. Essayez de multiplier cela au nombre du personnel naviguant sans y inclure le salaire du commandant de bord et des pilotes et vous verrez que même rempli à 100%, je vous mal le bénéfice que le pays peut en tirer. Pire, à peine utilisé, l’aéronef brille par ses pannes intempestives que son élégance.
    Mesdames et Messieurs que vous le vouliez ou non, votre DJ a été bien formé par le président bling bling et nous voyons le résultat aussi bien en France qu’à Madagascar ils sont tous les deux KO. Seulement, la différence c’est qu’à Madagascar, le peuple n’a pas tellement son mot à dire, ici en France Monsieur Bling Bling fait grise mise.
    J’appelle aux malagasy qui sont au pays de se resaissir car ce n’est pas de la France que nous aurons vraiment l’indépendance.

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      28 avril 2012 00:13, integral (#5596) répond à zana47200 (#227)

      Excellent commentaire !

      Je me permets de citer un point capital :
      Seulement, la différence c’est qu’à Madagascar, le peuple n’a pas tellement son mot à dire, ici en France Monsieur Bling Bling fait grise mise.
      J’appelle aux malagasy qui sont au pays de se resaissir car ce n’est pas de la France que nous aurons vraiment l’indépendance.

      Enfin un premier pas vers la « démocratie ». Les Malagasy, NOUS SOMMES ENCORE DANS LE DODO !!! Oui, NOUS car j’en suis un aussi. Arrêtez de penser que la solution vient d’en haut !!! Si on se laisse faire, c’est NOTRE problème avant tout.

      Vous savez, Rajoelina et Ravalo et autre Beriziky rigolent en lisant nos commentaires, ainsi que les articles des journaux : on ne fait que blablater et commenter sans rien dire. A recueillir les vocabulaires récurrents comme « FOZA » ou « MORAMORA » ou autres... non mais vous-êtes-vous relus ? Quelle portée vos coms ont réellement sur ce changement que vous attendez depuis 50 ans ?

      - Documentez-vous, dressez un dossier, faites un article, soumettez vos idées via les médias, aussi bien sur le plan national qu’international... On fait pas une démocratie en faisant simplement « cocorico-ding-dong » !!!

      - Et que vous soyez TGV (pour la démocratie) que autres mouvances (pour la démocratie) est-ce simplement du titre qu’il s’agit ? (J’espère pas) Vous êtes drôles de lancer des pierre tout le temps dans le camp d’en face pendant que les « élites » d’en haut vous mettent votre démocratie vous savez ou...

      - Et même s’il y a des enveloppes qui justifient leurs actes (ouiiii, c’est justifié) est-ce que vous avez une part de cette enveloppe au moins ???

      La démocratie que vous (nous) voulons tous commence par soi : écoutons-nous, parlons avec des phrases censés et argumentés. On commencera - enfin - à nous prendre au sérieux...

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 12:06, par intrus (#6296)

    Deux cercueils volants ! Lapinou a effectivement fait mieux qu’un Airforce one.

    Et l’acte de décès d’Airmad a été signé par le PHAT... Les Charognards de Rajabaly et D’aKbaraly vont se jeter sur la dépouille...

    Et en plus, ils avouent que ce genre de problème est courant... Si des trains d’atterrissage qui refusent de sortir c’est aussi courant que ça, je ne prendrais plus jamais l’avion...

    Destination Finale 5 : c’est le nouveau scénario envisagé par la HAT... On attend...

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 12:48, internaute (#5979) répond à intrus (#6296)

      Eh bien, sans vouloir minimiser l’impact négatif, des trains d’atterissage qui refusent de sortir pour atterir -à la première sollicitation- cela arrive tous les jours, dans tous les aéroports du monde !!
      Je te conseille donc, comme tu le suggères, de ne plus jamais prendre l’avion !

      PS : Pour te rassurer je te signale que l’avion s’est posé -sans encombre- le train d’atterrisage sorti, aprés sa première tentative avortée !!
      Ensuite la procédure classique de sécurité concernant la vérification du système a été enclenchée (c’est heureux en matière de sécurité) comme c’est le cas systématique aprés un incident de ce type

      Je te signale qu’il ne s’agit pas de deux airbus ...mais d’un seul et que ce n’est pas un cercueil volant ...puisqu’il est autorisé de vols sur l’Europe contrairement aux deux airbus (qui étaient eux d’un age bien plus avancé et d’un loyer mensuel trés élevé)

      • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
        24 avril 2012 13:57, intrus (#6296) répond à internaute (#5979)

        Mais voyons internaute, la première fois le détecteur d’incendie empêche le décollage... Et maintenant les trains d’atterrissage qui empêche l’atterrissage... Et tout cela en une semaine :(

        Un avion qui a du mal à décoller et à atterrir... C’est sur que c’est bon pour la Pub.

        http://www.crash-aerien.aero/forum/...

        Il n’y a que les foza qui trouvent la recrudescence du banditisme, la hausse du prix de la vie et la mise en jeu des vies des passagers normaux.

        D’accord, cette fois ci le problème a été réglé, mais la prochaine fois ?

        Même votre lapin n’ose pas s’embarquer dedans....

        • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
          24 avril 2012 14:20, internaute (#5979) répond à intrus (#6296)

          Concernant la fozanerie tu te poses là et bien là !!! Sacré Intrus

          A quelle occasion lors de ces deux incidents -d’ordre technique, je le rappele, la vie des passagers a été mise en danger ??

          C’est pas bon pour la pub, d’accord mais si quand tu as dis ça, tu as tout dis... c’est un peu à t-on image ; càd court !!

          • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
            24 avril 2012 14:44, intrus (#6296) répond à internaute (#5979)

            Oh , je me plie devant votre grandeur.

            Mais je vais quand même faire l’effort d’expliquer à sa grandeur le fond du problème car aujourd’hui j’ai le temps. Alors, au début, problème de décollage. Moins d’une semaine après, problème d’atterrissage.

            Alors qui sera assez héroïque (ou stupide) pour constater de l’intérieur quel sera le prochain problème.

            Et oui, vous avez raison, à aucun moment même quand les trains d’atterrissage ne voulaient pas sortir, les voyageurs n’étaient en danger car c’est courant aussi (selon vous) de voir des avions atterrir directement sur leurs coques. (comme des DJ présidents qui dansent après avoir construit une route de 45Km à 200Millions d’Ar le Km, c’est courant aussi).

            Les Français ont du soupirer un grand OOUUUF quand ils ont vendu les appareils. Mais ça ne tiens qu’à vous internaute, si vous voulez voyager avec ces coucous, vous nous rendriez même service car il n’y aura plus que Vuze à supporter sur MT.com.

            Allez, have a nice fly... je vais me faire tout petit car vous avez humilié mon image : càd court.

            • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
              24 avril 2012 15:11, internaute (#5979) répond à intrus (#6296)

              Cher Intrus
              ’’les voyageurs n’étaient en danger car c’est courant aussi (selon vous) de voir des avions atterrir directement sur leurs coques’’ réponds-tu en guise d’argumentaire..
              Je vois qu’à l’insanité ...tu rajoutes (faute de pouvoir faire mieux) du mensonge.
              Quand ais-je écris cela ??
              Deux hypothèses ; soit tu ne sais pas lire, soit le bluff te sied !!

          • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
            24 avril 2012 15:27, kakilay (#2022) répond à internaute (#5979)

            Je voudrais comprendre :
            fut-ce un problème d’ordre technique ou quoi d’autre ?
            Sommes nous en train de dire
            qu’un train d’atterrissage qui refuse de fonctionner
            finit TOUJOURS par fonctionner,
            à la fin ?

            D’où vient ce déterminisme qui nous échappe,
            et qu’il suffit en fin de compte d’attendre,
            au bon vouloir du train d’atterrissage,
            pour se poser.
            Depuis quand le « technique »
            mise-t-il sur le hasard ?

            Et le « mineur » :
            c’est une appréciation a posteriori.

            Était-ce de l’ordre de l’impossible
            que le train d’atterrissage ne fonctionnasse pas
            jusqu’au bout ?

            Alors pourquoi il n’a pas fonctionné
            pendant un certain moment ?
            Ou bien il sait
            qu’il faut
            (de l’ordre de la nécessité)
            maintenant atterrir,
            que la vie de beaucoup de personnes est en danger :
            donc je me remets à fonctionner.

            C’est l’histoire du train d’atterrissage
            qui veut se faire et faire peur
            en fin de compte...

            Drôle de conception...

            • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
              24 avril 2012 16:11, Boris BEKAMISY (#4822) répond à kakilay (#2022)

              Du coup ,tout le monde est devenu specialiste de l’Aeronautique , meme le tireur de Pousse-pousse transporteur de fruits de KAKI (miboledaka be) qui nous vient d’Antsirabe !

              • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
                24 avril 2012 16:37, kakilay (#2022) répond à Boris BEKAMISY (#4822)

                « Du coup ,tout le monde est devenu specialiste de l’Aeronautique , meme le tireur de Pousse-pousse transporteur de fruits de KAKI (miboledaka be) qui nous vient d’Antsirabe ! »

                Une perle à la hauteur de son auteur...

                • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
                  24 avril 2012 17:48, Boris BEKAMISY (#4822) répond à kakilay (#2022)

                  Oui oui Kaki ..je vois que vous etes une PERLE de haute voltige en .....Aeronautique !

                  la masturabtion des pseudo-intellos prend de ....l’altitude !

      • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
        24 avril 2012 20:15, QUEMPER THIERRY (#727) répond à internaute (#5979)

        bonjour

        j’étais dans l’avion en question ,il s’agit d’un problème au niveau de
        l’orientation de la roue avant de l’appareil.On a du faire appel à un
        tracteur pour nous remorquer jusq’au point d’arret normal.
        Quelques jours avant, il y avait déjà eu un problème au niveau du
        système de détection incendie.ça fait beaucoup en peu de jours.
        Ce ne sont pas des grosses avaries mais ça entraine des retards,
        c’est assez pénible.Il s’agit d’un avion d’air france piloté par du personnel
        d’air france.Cet avion me parait un peu fatigué,c’est le moins q’on
        puisse dire....

        • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
          28 avril 2012 00:29, integral (#5596) répond à QUEMPER THIERRY (#727)

          Bonsoir !

          Merci pour cette précision que l’on semble « oublier » :
          « La roulette de nez ne répond pas aux commandes des direction », et non « le train ne veut pas sortir. »

          C’est fou comme le malagasy aime bien déformer les faits.

          Merci également pour l’appréciation sur le dernier appareil en date dans la compagnie. C’est un point (honnête au moins, c’est l’essentiel) qui sera remonté jusqu’aux organismes de suivi des avions en opération dans le monde.

          Bonne journée.

          PS aux « autres » :
          - Un train qui ne sort pas, c’est courant et c’est d’abord un incident mineur. Plusieurs procédures sont disponibles pour définir une liste de causes possibles, déterminer la ou les causes réelles, et appliquer une alternative. Dans la majorité des cas, le problème en vol est résolu et une vérification technique (quelques heures) s’impose au sol. Quand le problème n’est pas résolu en vol, on a un scoop au JT...

          - Une roulette qui ne répond pas, c’est moins fréquent, mais également moins dangereux. A l’atterrissage, les pilotes ont moult moyens de contourner cette avarie, et si vous avez fait un peu de physique, vous sauriez que même une roulette déviante (off center) n’est pas complexe à contrôler car n’a que peu (ou pas) d’influence sur l’avion au dessus de 60kts (arrêtez de regarder trop de films qui vous montrent un avion à pleine allure exécuter un virage, c’est impossible)

          - La panne au départ d’Ivato est une panne d’extincteur, au sol, avant l’embarquement. Oui, ça arrive, mais même si l’avion peut partir malgré la panne, cela ouvre une brèche dans la sécurité. Imaginez un départ de feu en plein vol (compressor stall, overheat, fuel leak...) impossible d’éteindre l’incendie, donc, non, l’avion ne décollera pas (ouf, ils ont pris la bonne décision) mais PERSONNE n’a été mis en danger, avant, pendant et après l’incident.

          MERCI d’y voir un peu plus clair et d’arrêter de spéculer à tout va...

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 12:38, par vuze (#918)

    Décidément MT.com en a fait un cheval de bataille de ce pauvre Airbus A340... Comme si il n’y avait rien à dire sur Madagascar et la feuille de route...

    Des experts de L’ONU sont arrivés. Meurtre des Vazahas à Tuléar. Plainte de Ravatomanga. Réunion de la SADEC. etc... Que nenni sur MT.com !!

    Évidemment tous les moutons ci-dessus s’en donnent à cœur joie... Pitoyable mentalité...

    On devrait être content que ces incidents surviennent maintenant car les frais sont encore à la charge d’Air France...

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 13:13, zana47200 (#227) répond à vuze (#918)

      Vuze,
      j’ai l’impression que vous ne voyez que le bout de votre nez. Est ce que c’est Air France qui paye le salaire du personnel naviguant français qui assure le vol pour Madagascar ? Et dites-vous bien Vuze que leur salaire est en Euros et non en ariary malagasy.
      Si votre DJ a le moindre connaissance en économie (il n’est pas nécessaire du moins à mon avis d’être diplômé en économie pour le savoir), et d’un il aurait dû demander plusieurs avis avant de se lancer à la location auprès d’Air France d’un A340. Car dites-vous bien Vuze que c’est comme les voitures qui participent en formule 1, les moteurs ne sont pas les mêmes donc le pilote de maclaren ne peut pas piloter une Ferrari. Il pourra muter vers une autre écurie après 1 année d’entrainement en pilotage sous une autre marque. Et c’est pareil pour les aéronefs Vuze, un Airbus ne se pilote pas comme un boeing, ce qui fait que les personnels naviguants d’Air Mad, habitué depuis plus de 30 ans à piloter et à naviguer sur Boeing doivent passer une formation Airbus pour pouvoir être utile sur les vols internationaux d’Air Mad. C’est ce qui explique la présence unilatérale des personnels français à bord de l’Airbus Air MAD. Je trouve vraiment dommage que vos talents de bien protéger ce qui est malagasy ne soit pas au niveau pour rectifier cette décision fatale pour Air Mad. Dites-vous bien que les personnels naviguants Air mad seront encore en chômage technique jusqu’à l’obtention de leur certificat de navigabilité Airbus dont le délai est indéterminé.

      • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
        24 avril 2012 14:42, internaute (#5979) répond à zana47200 (#227)

        Te concernant en lisant le chapelet de betises que tu alignes, il apparait que non seulement t’es pas bon en économie, mais en discernement non plus !!
        Et que Air Mad paye le salaire des pilotes et autre personnel navigant en attendant la formation des malgaches, y compris pour l’entretien futur (de toute façon ineluctable car il serait utopique de croire que la compagnie soit la ’’propriété’’ exclusive de Boeing en terme d’aéronef et Airbus représente une excellente alternative) ne change rien à l’affaire !
        Quand à ta comparaison avec les pilotes de F1 c’est une galéjade, tout bonnement !
        En attendant en dépense mensuelle égale (car le Boeing coutait, en pure perte, la bagatelle de 475 000 $) l’Airbus peut desservir l’Europe et Paris en particulier et a permis de s’affranchir d’une charge devenue inutile.

        • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
          24 avril 2012 15:08, intrus (#6296) répond à internaute (#5979)

          http://airbus.20minutes-blogs.fr/ar...

          Et il faudra noter que le A300 est l’ancêtre de tous les airbus !!! Comme dépotoir, nous sommes les meilleurs

          • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
            24 avril 2012 15:43, internaute (#5979) répond à intrus (#6296)

            Juste comme ça je te signale que nombre de compagnies aériennes utilisent des A340/300 en Europe (dont Lufthansa) et par le monde .
            Si c’étaient des poubelles cela se saurait depuis bien longtemps
            Et ce n’est pas parce qu’il n’est plus fabriqué au profit d’avions plus modernes (comme cela se passe pour les véhicules et bcp d’autres biens de consommations) qu’il est périmé !

            Changes-tu de voitures tous les ans ?
            Ou d’ordi, de télé, de téléphones portables, de réfrigérateurs, etc. etc.etc. (tellement la liste est longue) ??
            Si oui, cela ne démontrerait que ton insignifiance et une grande fragilité !!

        • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
          24 avril 2012 15:12, che taranaka (#99) répond à internaute (#5979)

          INTERNAUTE,

          pour le moment tout le monde raconte ce qu’il veut.....

          la HAT n’étant pas trasparente...nous le peuple ,y compris INTERNAUTE,vouvoujelons...

          présentement le peuple n’est pas rassuré..ni pour la fiabilité technique ni pour la rentabilité financière...

          Nos conseillers techniques SARKO et CHATAIGNIER nous ont ils fait choisir le bon avion..jusque là ....NON...!

        • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
          24 avril 2012 15:58, zana47200 (#227) répond à internaute (#5979)

          Internaute,
          Je vois que tu n’es pas un ou une habitué(e) des vols internationaux. Est ce que tu sais au moins combien coûte à une compagnie aérienne un retard d’atterissage ou de décollage de 15 minutes ? Quand à l’exemple que j’ai pris pour la F1 je n’ai jamais comparé le sport automobile avec un airbus mais les formations que tu sois pilote de voiture de course, de TGV ou d’avion, il faut que tu sois habilité à mâter ta monture. Fais plutôt des critiques constructives car pour le moment ce que le monde extérieur voit des malagasy comme toi, c’est un bête mais discipliné et suit à l’aveuglette les conseils de la France, quite à se réjouir d’un château de carte qui s’écroule au moindre souflle.

          • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
            24 avril 2012 17:44, internaute (#5979) répond à zana47200 (#227)

            Sacré Zana
            Tu devrais relire attentivement ta réponse initiale et tu distinguerais (peut etre) les aneries qu’elle renferme !!
            Relativement à l’emprunt de l’avion pour mes déplacements, il fut une époque (récente) où ils étaient fréquents et concernant les longs courriers particulierement pour me rendre à Mada
            Ceci précisé effectivement je ne connais pas le cout d’un retard de 15 mn, ni d’ailleurs d’une heure ou d’une journée mais je présume qu’il dépend de quelques paramètres
            Cependant afin de parfaire mes connaissances, je compte sur toi pour m’informer précisement car il est toujours bon d’apprendre.
            Je subodore cependant que la pénalité affligée, si elle est appliquée, sera à la charge d’Air France de la meme façon que le sont -pour une période de 6 mois- les tous autres débours ; ainsi que le prévoit le contrat !

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 13:22, Rakotoasitera Fidy (#2760) répond à vuze (#918)

      Tout le monde le sait : vuze n’est pas un mouton c’est un ver

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 14:07, par che taranaka (#99)

    Tout le monde le sait : vuze n’est pas un mouton c’est un ver..mi(vuze)..

    il a fait mal au mouton...?..non...

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 15:09, par diego (#531)

    Bonjour,

    Ravalomanana est son avion, le régime actuel et leurs avions ? Si mon souvenir est bon, c’est Citoyenne Malgache qui l’a écrit, ah les NANAS ! En tout cas elles sont plus lucides que les bonhommes, elles abordent les vrais problèmes.

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 22:40, rabri (#2507) répond à diego (#531)

      Là je reconnais le vrai style d’écriture de Diego : de très grande qualité :-)

      Il y a des jours où je me demande si c’est vraiment lui qui écrit sur ce forum ou il lui arrive de payer un « nègre ». ha ! ha !

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 18:50, par kijiji (#5643)

    La France nous a vendu un avion poulailler.
    Ça va nuire encore plus à la réputation d’Air Madagascar. Air Madagascar n’aurait pas les résultats escomptés en utilisant cet avion poubelle. Les voyageurs n’auront plus confiance en notre compagnie aérienne. Le comble est que ce sera nous tous qui subirons les conséquences néfastes de la fantaisie de nos dirigeants immatures.

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 18:57, par spliff (#5871)

    Salutations

    Peut etre qu’un peu de recul sur la situation est a observer, et qu’une approche non partisanne est necessaire.

    Sur la base unique des infos de l’article MT, on pourrait raisonnablement conclure, a priori, qu’il se soit agit d’un pb du systeme hydraulique actionnant le train d’atterrissage qui est en cause :
    Non sortie du train en conditions standard d’operations, procedures de traitement de panne enclenché, atterrissage reussi avec apparement perte totale ou partielle de capacité de guidage / freinage au roulage [ce que traduirait le tractage necessaire vers le point de stationnement].

    Donc il existe effectivement des procedures de secours comme tente de l’indiquer avec plus ou moins de precision INTERNAUTE, et elles ont fonctionné. Bien.
    Maintenant, il faut bien comprendre que ce sont des procedures de secours. Qui ne sont pas des procedures normales. Leur existence dont il faut apprecier le merite dans toute sa dimension positive quand elles suffisent a aboutir a un denouement heureux ne doit pas occulter le fait qu’elles peuvent parfois ne pas suffire, et que l’aviation, malgré tous les progres spectaculaires dont elle est le theatre reste une activité relativement dangereuse. Potentiellement, cela aurait pu finir avec un atterrissage sur le ventre comme cela s’est passé avec un 767 de la LOT a Varsovie ou un Fokker 100 de Contact Air [operant pour Lufthansa] a Stuttgart. Youtube is your friend.... Notez d’autre part que le « belly landing » constitue un item d’entrainement regulier au simulateur pour les pilotes de ligne [ou atterrissage avec sortie partielle du train qui est plus difficile a maitriser vu la dissymetrie]. La formalisation meme de ce type d’entrainement temoigne de l’existence des limites des procedures de secours meme si elles existent.
    Donc la tentative de balayer du revers de la main le caractere dangereux de l’evenement qui nous interesse en essayant de l’associer a une tres douteuse notion de « normalité » traduit au mieux un manque de lucidité sur les possibles implications pratiques de la panne, au pire une simple attitude partisanne ideologique dont ce genre de debat n’a pas besoin. J’invite chacun a bien se rendre compte qu’une non sortie de train lorsqu’on est etabli en approche finale, si elle n’est clairement pas une source de panique, elle vous « reveille » en une fraction de seconde et mobilise votre entiere attention, certes, selon un schema mental et des procedures bien « huilées » [car répétées au simu] mais qui sont tout sauf anodines.
    Il est aussi un piege dans lequel il convient que tout « technicien » evite de tomber [car c’est tres facile] à savoir la méprise du public et de sa capacité de lucidité. Ce n’est pas parce qu’une [dois-je dire ici « des »...] « pannes » restent circonscrites dans le domaine de confort des techniciens qu’il n’y a pas de « probleme » [peut etre de fond] dont le discernement necessite un certain recul, recul permis par tout neophyte raisonnablement eduqué et potentiellement client/usager. Dans cette demarche de remise en cause tout a fait saine, les questionnement explicités par KAKILAY a l’endroit d’INTERNAUTE sont excellents. Je dirais simplement pour ma part que le debut de reccurrence des problemes techniques combiné au manque de clarté des circonstances [entre autres financieres] de l’acquisition de l’avion laisse planer des doutes justifiés sur la rigueur de tout le processus. Les ingenieurs d’Airmad ont-ils eut le loisir de disequer et etudier l’historique technique de ces avions avant la conclusion du « contrat » comme cela se passe normalement dans toute transaction de ce type. Est ce qu’Airmad ou la HAT ont vraiment les moyens de taper du point sur la table en tant qu’acquéreur insatisfait de la qualité du produit qui va leur couter telle somme et dont l’impact actuel sur l’image de la compagnie n’est pas de nature à remettre cette derniere sur les bons rails financierement...
    Ne pas oublier que le client est « en principe » roi...

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      24 avril 2012 19:32, spliff (#5871) répond à spliff (#5871)

      erratum

      Lire

      [...] La formalisation meme de ce type d’entrainement temoigne de l’existence de limites d’efficacité de ces procedures de secours. [...]

      merci
      spliff

    • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
      28 avril 2012 01:58, integral (#5596) répond à spliff (#5871)

      Bonsoir !

      Bien que je sois un parfait inconnu, spliff, vous détenez la PALME du commentaire le mieux réfléchi de tout Madagascar Tribune.
      [Fleurs non officielles !]

      Et pour preuve, vous avez soulevé quelques questions qui ne m’étaient pas du tout venues à l’esprit. Bien, de mentionner qu’une approche non partisane soit de rigueur.

      Nous allons maintenant voir si, parmi les plus « virulents » sur MT, il existe des gens compétents capables de donner une approche argumentative et « à la hauteur » sur ces point importants que vous avez soulevé, sans pour autant sombrer dans l’ironie, la prose exagérément poétique (qui parle 2-3 personnes max donc) ou les caquètements hors sujets trahissant une envie de parler pour ne rien dire...

      Quelques points :

      - l’image de la compagnie : elle est là où je l’attendais : une compagnie indécise sur ses stratégies (par hasard ou sabotée ?) Cela respire le malsain, et si je dois reconnaître qu’Air Madagascar soit née sous une bonne étoile de ne pas avoir perdu d’avion ou causée de décès directs dans les 20 dernières années, je me demande combien de temps on va continuer à compter sur la chance. L’indice de confiance globale est au plus faible, et les incidents ne sont pas là pour améliorer les choses. On oublie peut-être qu’un nouvel avion a besoin de temps et de feedback pour prouver sa valeur... Dommage que chez nous, les déclarations font directement office de vérité du genre « Air Madagascar est désormais mieux gérée... » ou « Airbus nous est salutaire... » Preuves ?

      - Un problème de fond ? Je pense qu’il n’y en a pas qu’un mais plusieurs : Une hiérarchie despotique où règne à la fois incompétence de haut niveau et auto censure chez les non-cadres, car le « sabotage » arrive très vite. [Source : Air Mad, pour ceux qui parlent tout bas] Par incompétence de haut niveau, j’entends des dirigeants de complaisance ne maîtrisant pas le niveau de responsabilité requis, qui, quand un bureau de techniciens donne un rapport objectif (donc non directif) continuent sur leur idée initiale sans tenir compte des avertissements venant d’en bas. Pourquoi former un bureau d’étude si de toute façon il ne sera pas écouté ? Une magouille financière interne (caisse noire, détournements, abus d’influence et non payement des arriérés - source : Air Mad) qui plombent la marge de manœuvre déjà très faible de toute l’entreprise. Qui payent ? Les salariés et les clients. Bien entendu, il y a une limite, mais que dire du personnel non motivé du fait d’un salaire déjà très bas et de véto des « supérieures hiérarchiques » quand de petits salariés tentent de bénéficier de la maigre consolation que constituent les GP et couvertures sociales...

      Bref, en haut, ça danse sur un château de cartes et en dessous, c’est le blues intégral. Combien de fois on entend le personnel se remémorer les « années glorieuses » d’Air Mada...

      D’ailleurs, des pilotes en guise de directeurs !?! Depuis quand un technicien se prend pour un manager, un gestionnaire ou un directeur ? Voilà la première source d’incompétence... tout le monde veut être dirlo vu la facilité déconcertante depuis ce poste de jouer avec l’argent...

      - Balayer le problème... Hum, c’est une attitude purement malgache qui trahit sa peur du vrai, son culte de « l’immobilisme », et un refus volontaire d’entreprendre des réformes. Le malgache reste « théorique » au final, lui qui est premier du rang pour critiquer les « théoriciens ». ’fin bref, c’est si sorcier de dire ce qui se passe réellement ? Ah oui, il y a ce que j’ai écrit dans un paragraphe plus haut : c’est tellement foireux à l’intérieur qu’on n’a plus que les excuses vagues et dilatoires pour sauver ce système chéri...
      Moi : premier du rang pour donner un grand coup de pied dans ce marasme. Détruire le système ? Non ! Vous savez bien que secouer le cocotier ne le tue pas... Mais au moins vous avez les fruits...

      - Un bureau d’étude pour le cas Airbus ? Bien sûr ! Air Madagascar a mis en place ce bureau il y a longtemps. Le dossier à continuellement été mis à jour. Le problème c’est que la décision de prendre « Airbus » a été décidé avant consultation de ce bureau. D’ailleurs, il n’y a pas qu’Air Mad qui s’est penché sur la question. L’idée d’Airbus date depuis Ratsiraka je vous le signale. Est-ce une vengeance pour frustration non satisfaite ? Ou pure coup de tête sur fond de gaminerie ? Je pense plutôt à une tentative désespérée de racheter un dossier classé :
      Il fût un temps où Boeing nous a proposé 3 Airbus A340-300 GRATUITS en vue d’un ficelage brillant Air Madagascar-Boeing, avec, à terme 3 B787-800 et un renouvellement de la flotte régionale en 737NG. Ratsiraka a refusé (ingérence américaine dans les comptes d’Air Mad) et Ravalo n’a pas donné suite. Il est simplement dommage que le temps a changé la donne et l’offre est devenue obsolète. De plus, SkyTEAM dont on se targue actuellement de nous faire les yeux doux est une terrible illusion. Star Alliance a été la première Alliance à nous interpeller (Ravalomanana / Lufthansa / South African) mais le président d’alors, tout comme le précédent a fait faux bond. Ceci a clos toute négociation d’où le Blacklist, D’où la trahison de Sylla (principal interlocuteur et excellent négociateur Mada-CI) Aujourd’hui, la France (SkyTEAM) et la SADC (Star Alliance) font un bras de fer et toute cette histoire de feuille de route n’est que la partie émergée de l’iceberg. Alors, la Communauté Internationale.. elle nous aide ou pas ? NON ! Pour le moment, notre « problème » est le dernier de leur soucis. Et le petit Rajoelina qui na pas trop compris la chose (ou veut juste sa part pendant qu’il est encore temps) nous sort des Airbus pour tenter de séduire son copain français, sans même faire le lien qu’Airbus était une proposition de Boeing, A COURT TERME !!! Et la France ? Ahhh ! Pourquoi pas lui donner 2 ou 3 Airbus jetables, puis qu’il se débrouille...

      On en est là ! Un Airbus A340-313X qui a besoin d’un paramétrage très pointilleux et de finances saines pour être rentable. Pire, du personnel à former ET.. déjà des pannes.
      Certes, l’enjeu n’est plus d’arrêter la ferveur « Airbus ». L’enjeu est de le rentabiliser, ce qui est possible, mais nécessite des efforts drastiques de la part de tout un système rouillé jusqu’à la moelle... On n’est pas sorti d’affaire.

      Une suggestion : Annuler le 2e Airbus et s’en tenir à un A340-300 et un Boeing 767-300ER. Annuler le 767 (5R-MFJ) au profit d’un 767-300ER plus jeune (7 ans max) Si possible, conserver la location de l’A340-313X pour un an, le temps de former le personnel, mais annuler l’option « achat », et au bout d’un an, louer un A340-313 Extended, la version la plus économique de l’A340 (3e génération, 30% plus économe que celui que nous exploitons aujourd’hui) Mieux, si à ce moment, au lieu d’un A340-313 Extended, le marché des A330-233E d’occasion s’ouvre (Max 7 ans) version biréacteur raccourcit de l’A340, encore plus économique et un peu plus « gros » qu’un 767-300ER.
      En parallèle : Réduire les fuites financières... (je rêve un peu je sais) et remotiver le personnel par une hausse des salaires. L’image d’une compagnie c’est d’abord son personnel.

      Suggestion pour les autres : Faites une recherche sur Google sur les différences entre les avions, et si vous êtes un peu matheux, téléchargez les tables de performances sur les sites Boeing et Airbus. Même vous, vous pouvez comparer, au lieu d’écouter dans le vide les déclarations de monsieur X.. Vous comprendrez que dans la gestion d’une compagnie aérienne, ce n’est pas l’avion qui détermine le futur d’une compagnie, c’est l’étude de son réseau d’abord, et c’est ce réseau qui définit l’avion idéal, pas l’inverse.

      Enfin, j’ai lu dans d’autres articles liés MT des inepties du genre « Et pourquoi ne pas utiliser le Force One 2 ? »
      Force One 2 est un Boeing 737, un petit avion de 25 places configuré en VIP. Et même si on mettait un maximum de sièges économiques format « mini » dedans, il y aura au maximum 149 places. Et avec autant de passagers et de bagages, il n’y aurait plus de place pour le fret. L’avion serait étroit (boîte à sardine) ce qui est désormais hors du cadre normal d’un vol long courrier. Enfin, dans une telle configuration, il ne décollerait pas de Nosy Be...

      Je le répète : si on arrive à négocier une formation gratuite du personnel, l’avion IDEAL pour le réseau malgache, c’est l’A330-200 pour les lignes à forte fréquentation (si l’on veut l’opérer à partir de Nosy Be) et le 767-300ER (neuf ou récent) pour les lignes moins fréquentées, ainsi que de nouvelles lignes potentielles comme Dubaï, Mumbay ou Chennai. Nosy Be reste inaccessible pour les Boeing 777, mais le 200ER est un bon candidat pour Tana-Paris-Tana SI notre tourisme redécolle (condition obligatoire)

  • Un problème technique à l’atterrissage à Paris CDG
    24 avril 2012 19:30, par lanja (#4980)

    BRAVO à TGV et à ses troupes.
    Mais, il est hors de question pour moi et pour ma famille de prendre cet avion , bonne chance à Air mad, vous avez ce que vous méritez

Vols, Hôtels, Séjours :
Les meilleurs prix

Un Top des prix tous les jours


La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 632  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360