Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 1er octobre 2016
Antananarivo | 13h20
 

Société

Circulation dans la capitale

Un peu de lumière

mardi 26 avril | Yvan Andriamanga

Actuellement, beaucoup de personnes utilisent comme moyen de locomotion la bicyclette. C’est un engin en même temps économique qu’écologique. Mais le problème de ces bicyclettes à Madagascar c’est que beaucoup ne possèdent ni phares, ni klaxon. Hier 25 avril dans la soirée, une bicyclette a heurté des jeunes rentrants de l’école à Ambodin’Isotry, ce qui a causé une altercation entre les deux parties. Le problème c’est que le vélo roulait trop vite et sans phares, la chaussée est comblée de « lavaka » que le cycliste essayait d’éviter, les jeunes marchaient dans la chaussée car les trottoirs sont sales après le passage des vendeurs ; de plus, ce n’est pas sécuritaire parce qu’on y risque de se faire tirer dans les ruelles adjacentes et se faire agresser. Ceux-ci font que l’accident était quasiment inévitable.

Normalement, selon la loi, les vélos devraient tous être munis de phares mais nombreux sont ceux qui n’en sont pas encore pourvus. Au moins, ces cyclistes devraient porter des protections mais ils n’en portent pas non plus. On ne sait plus si c’est par faute de moyens qu’ils choisissent de se mettre en danger comme cela ou c’est par inconscience car un accident est vite arrivé : ils peuvent blesser mortellement des passants, se faire écraser par des voitures ou tomber dans les « lavaka » et se blesser eux-mêmes.

Par ailleurs, le cas des passants devrait aussi être examiné : ce n’est pas de leur plein gré qu’ils marchent de jour comme de nuit dans les chaussées. La nuit, les trottoirs ne sont pas sûrs, le jour, ils appartiennent aux commerçants et aux voitures. Les passants doivent donc choisir à quel sorte de danger ils veulent s’exposer : éviter les voitures ou les brigands ?

La solution serait d’illuminer les rues, les ruelles et les moyens de locomotions devraient être surveillés de plus près.

1 commentaire

Vos commentaires

  • 26 avril à 18:55 | isoarha (#8297)

    Bonjour
    C’est un sujet majeur que celui que vous aborder ici. Le vélo est devenu le moyen le plus abordable financièrement et ecolo de première. Il dépanne sur les petits trajets obligatoire et un moyen d’entretien cardio- vasculaire, et l’on entrevoit le paysage d’un autre angle en « valseuses ».
    Mais le glam s’estompe vite si l’on se dit « oh yess, je vais à la piscine en vélo mais je ne sais pas si je vais rentrer vivant... »Ceci dit , il y a une montée d’adrénaline aussi au jeu de « vais-je réussir à rester vivant toute une journée à vélo sur la belle avenue de l’indépendance de la Capitale de Madagascar un vendredi 13... »
    Perso, je proposerais au gens de la mairie ou de l’amenagement du territoire public et national :
    1-de diviser en trois les routes départementales à sens unique :
    - une partie(1m50de largeur) pour les piétons, à Madagascar, les gens sont tout le temps en train de marcher avec quelque chose sur la tête pour les femmes des fois les hommes se mettent à deux par l’intermédiaire d’une baton qu’ils posent sur leur épaule et les voilà transformés en marcheur- transporteur de charges..
    - une deuxième partie , juste accolee à l’autre, séparée par des arbres fruitiers ou autres decors bien recherches ,quelques 1m50 cette fois -ci pour les deux roues, les pousse-pousse et autres engins.
    - la dernière partie, la principale, pour les autos.
    C’est une idée comme une autre , du moment que l’on pense à une route, il faut tout de suite avoir l’idée de déplacement des piétons et des deux roues, c’est vital , et pour les Malgaches e pour tou le monde qui viendrai nous rendre visite, qu’en sais-je.

Annonces

Avis de décès

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 363